Tous les articles par aureliengirard51

Le luxe : norme ou déviance – séminaire du CERHiC

Séminaire du CERHiC 2015-2016

Le luxe : norme ou déviance

Hedwige de Ligne, duchesse d'Arenberg, à Nordkirchen - cliché Rothe,_1906

Salle R 112 du bâtiment 13 recherche, campus Croix-Rouge

– vendredi 11 mars, 12h-14h, séance thématique 1

Jérémie Dubois (MCF Histoire contemporaine, CERHiC, URCA) : «Objets de luxe, outils de référence : Vittorio Del Litto, éditeur de Stendhal dans la Pléiade ».

 

– jeudi 24 mars, 12h15-14h15, séance thématique 2: le luxe aristocratique

Marjorie Meiss-Even (MCF Histoire moderne, IRHiS, Lille 3) : « “Que le tout soit bon ainsi que entendez qu’il le faut pour nostre fille de Guise.” Élaborer la norme du luxe aristocratique au XVIe siècle ».

Bertrand Goujon (MCF Histoire contemporaine, CERHiC, URCA) : « Les fastes de la Maison d’Arenberg : normes et pratiques somptuaires dans le gotha européen au XIXe siècle ».

 

– jeudi 28 avril, 12 h – 14 h, bilan de projets

Isabelle Heullant-Donat (Pr Histoire médiévale, CERHiC, URCA) : « Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (IV-XIXe siècle), sous la direction de I. Heullant-Donat, J. Claustre, E. Lusset et F. Bretschneider, Paris, 2015. Présentation et enjeux d’un programme de recherche collectif ».

Diane Roussel (MCF Histoire moderne, CERHiC, URCA) : « Deux vauriens à Clairvaux en 1513 : projet pédagogique, numérique et scientifique ».

 

– Mercredi 15 juin, 14 h – 17 h, séance thématique 3

Noémie Villacèque (MCF Histoire ancienne, CERHiC, URCA), « “La richesse à bon escient” (Thucydide, II, 40, 1). La démocratie athénienne et le luxe ».

Philippe Buton (Pr Histoire contemporaine, CERHiC, URCA), “Le champagne, un produit de luxe à l’épreuve de la guerre”.

 

Mythes et guerres en Europe contemporaine

Mythes et guerres en Europe contemporaine

 P_Buton_JE_Mythes

10 mars 2016, Reims, 9h30

Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge). Salle de réunion. 

 

Journée d’étude organisée par le Cerhic (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle) de l’Université de Reims, Sciences-Po Lille et le LabEx EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe) de l’Université Panthéon-Sorbonne

Le temps de la guerre est celui de l’incertitude, durant lequel les modes d’appréhension ordinaires du monde ont tendance à s’effondrer, aboutissant à des redéfinitions parfois rapides des cadres d’existence. Dans ce contexte se développe la circulation d’idées fausses, de croyances et de rumeurs, analysées dès 1921 par March Bloch pour la Première Guerre mondiale. Or certaines de ces « fausses nouvelles » s’installent durablement, organisant les représentations collectives et redonnant du sens, peut-être des repères, pour affronter le contexte d’incertitude. En ce sens, elles sont créatrices de mythologies dans l’acception retenue par Roland Barthes : « le mythe ne cache rien : sa fonction est de déformer, non de faire disparaître ».

            Ce projet de recherche vise à approfondir la dimension mythique de l’expérience guerrière en Europe contemporaine. Mais le terme de mythe est largement polysémique. Issu de la tradition antique, il renvoie parfois à la naissance, largement reconstruite, d’une réalité fondatrice d’une identité collective. Dépassant ce lointain usage, il recouvre souvent la description des innombrables mensonges dont les propagandes nationalistes firent un large usage au cours des derniers siècles, et que les historiens se sont efforcés de déconstruire. Mais le mythe peut recouvrer une troisième dimension, désignant un complexe d’images mettant le peuple en tension puis en mouvement. Le cœur de notre projet renvoie ainsi à l’analyse fonctionnaliste et sociale des « discours mythiques » concernant la guerre.

Programme

Philippe Buton (Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims), Clémentine Vidal-Naquet (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne): « Hypothèses initiales »

Le champ historique

Tanja Itgenshorst, Professeure d’Histoire ancienne à l’Université de Reims : « Repenser Jean-Pierre Vernant : Mythe et politique en Grèce archaïque et classique »

Franck Collard (Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Paris-X) : « Jeanne d’Arc appartient-elle à la mythographie de la ‘’Grant monarchie de France’’ vers 1500 ? »

Nicolas Le Roux (Professeur d’Histoire moderne à l’Université de Paris-XIII) : « L’imaginaire chevaleresque et ses avatars »

Le champ des sciences sociales

Elinor Kelif, (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne) : « Le mythe de l’âge d’or à la Renaissance

Yves Bizeul, Professeur en Sciences politiques à l’Institut für Politik- und Verwaltungswissenschaften (Université de Rostock, RFA) : « Réflexions sur le mythe politique »

Michel Hastings, Professeur de science politique à l’IEP-Lille) : « Mythe et imaginaire politique. Leçons d’anthropologie politique »

Colloque – L’exclusion dans les sociétés du haut Moyen Âge

Colloque

L’exclusion dans les sociétés du haut Moyen Âge

III

La richesse, la pauvreté et l’exclusion

de la christianisation à la chrétienté en Occident (IVe-XIIe siècle)

Reims, 10-12 mars 2016

 csm_saint_alexis_10-12_mars_2016_Reims_0e080c1583

Après deux premières rencontres sur « l’anathème et l’excommunication » (Rome, 2012, publié chez Brepols)et sur « la construction du sujet exclu » (Padoue, 2014, en cours de publication), la dernière rencontre du programme sur l’exclusion dans les sociétés du haut Moyen Âge sera consacrée aux formes économiques de l’exclusion.

Les écrits des milieux ascétiques des IVe et Ve siècles stigmatisaient aussi bien les riches chrétiens que les clercs qui œuvraient à l’enrichissement de l’Eglise. Les discours chrétiens de la fin de l’Antiquité étaient cependant loin d’être tous aussi sévères envers les richesses terrestres, et le don fut considéré au final comme une transaction éminemment religieuse. Posséder n’était pas en soi un motif d’exclusion ou de dénigrement du chrétien, qui accumulait aussi des trésors dans l’au-delà.

Si la solidarité était au fondement du discours chrétien, centré sur la charité et réprouvant la cupiditas, les sociétés altomédiévales distinguaient toujours en leur sein pauperes et potentes. Et richesse et pauvreté influèrent diversement sur le destin des libres et des non-libres. La diffusion et l’efficacité des discours sur les pratiques relevant de l’économique sont alors variables. Mais ceux-ci jouent à l’évidence un rôle essentiel sur le sentiment d’inclusion ou d’exclusion, pour les pauvres comme pour les riches.

Les traces de la marginalité économique, dans les villes ou dans les maisons, sont difficiles à déceler. L’individu pauvre est-il en réalité invisible pour les riches, tel saint Alexis, rendu méconnaissable à sa famille-même ?

Comité scientifique : Stéphane Gioanni (Ecole Française de Rome), Sylvie Joye (Université de Reims/Institut Universitaire de France), Régine Le Jan (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

Lieu : Université de Reims, campus Croix-Rouge (57 rue Pierre Taittinger), amphithéâtre du bâtiment Recherche. Pour tout renseignement à Reims :

sarah.castillo-amacho@univ-reims.fr
sylviejoye@hotmail.com

Le programme peut être téléchargé ici.



Jeudi 10 mars 2016 – après-midi (14.30-18.00)

Accueil : Sylvie Joye (Reims/IUF)

Introduction : Laurent Feller (LAMOP/Paris 1)

Présidence : Stéphane Gioanni (EFR)

Statut, travail et exclusion économique (1)
– Christel Freu (Univ. Laval, Québec) : Nec eum laboris sui mercede defrudes (Ambroise de Milan, De Tobia, 24, 92) : travail et inégalité sociale dans l’Antiquité tardive
– Ariane Bodin (Paris Ouest) : Le comportement des clercs face aux riches devenus pauvres en Afrique et en Italie romaine dans l’Antiquité tardive. Exclusion économique ou exclusion sociale?
(discussion)
(pause)

Le discours économique chrétien : pauvreté terrestre et trésor céleste
– Valentina Toneatto (Univ. Rennes) : Réflexions chrétiennes sur l’exclusion et l’économie à la fin de l’Antiquité et au très haut Moyen Âge
– Giacomo Todeschini (Univ. Trieste) : Les pauvres et l’indignitas dans la canonistique avant le XIIe siècle
(discussion)

Vendredi 11 mars 2016 – matin (9.30-13.00)

Présidence : Régine Le Jan (LAMOP/Paris 1)

– Eliana Magnani (CNRS, Lamop) : Thésauriser spirituellement sur terre. Enjeux de l’exégèse matthéenne carolingienne
– Conrad Leyser (Oxford) : Filthy lucre : Simony and the discourse of social contamination in Humbert of Silva Candida
(discussion)
(pause)

Temps de crise et temps d’opulence : s’adapter, exclure ou être exclu
– Vito Lorè (Roma 3) : Esclusione e condivisione nelle concessioni della tradizione politica longobarda
– Cristina La Rocca (Univ. Padoue) : Les femmes italiennes et leur exclusion progressive des biens familiaux au haut Moyen Âge
– Marcelo Cândido da Silva (USP, São Paulo) : Exclusion et famine à l’époque carolingienne
(discussion)

(déjeuner sur place)

Vendredi 11 mars 2016 – après-midi (14.00-17.30)

Présidence : Cristina La Rocca (Padoue)

Pauvreté, esclavage et exclusion : société, économie et morale

– Kate Cooper (Manchester Univ.) : Slavery and social exclusion: Christian advice to late Roman landowners
– Judith Evans Grubbs (Emory Univ.) : Child Enslavement and the Rhetoric of Poverty in Late Antiquity
(discussion)
(pause)

– Étienne Renard (UNamur) : De la pauvreté à la servitude dans les royaumes mérovingiens et carolingiens : le(s) chemin(s) d’une exclusion ?
– Rachel Stone (Londres) : The morality of exclusion in the Carolingian world : the poor and the unfree
(discussion)

Samedi 12 mars 2016 – matin (9.30-13.00)

Présidence : Geneviève Bührer-Thierry (LAMOP/Paris 1)

Statut, travail et exclusion économique (2)
– Céline Martin (Univ. Bordeaux Montaigne) : Exclure le pair et l’intrus : exil et confiscation en Hispanie visigothique
– Charles West (Univ. Sheffield) : “There is not an evil that does not bring profit”: economic and social exclusion in the Versus de Unibove
– Lucie Malbos (Evry/Lamop) : … ibi multi essent negotiatores divites… Riches, pauvres et exclus dans les milieux portuaires scandinaves au IXe siècle
(discussion)

Wendy Davies (UCLondon) : conclusions

Durée des communications : 25/30 minutes

Intégrer & Exclure – Journées de l’Université

Journées de l’Université

jan_hus_koncil_kostnice

jeudi 10 mars 2016

Organisées par les départements d’Histoire et de Géographie

de l’Université Reims Champagne-Ardenne,

en collaboration avec le rectorat de l’Académie de Reims

Matinée : Amphi Recherche (bâtiment 13)

09h20 : Accueil des participants

09h30

Frédéric Piantoni (URCA, – UMR 196 CEPED), « Intégrer et exclure : les politiques migratoires françaises » (titre provisoire)

10h30

Delphine Diaz (URCA, CERHiC EA 2616), « Intégrer et exclure les étrangers en France, 1814-1851 »

Pause à 11h30

11h45

Hervé Vieillard-Baron (Paris Ouest-Nanterre, Mosaïques, UMR Lavue 7218, Professeur émérite), « Les agglomérations urbaines au cœur des processus d’intégration et d’exclusion ? »

Pause déjeuner 12h45

Après-midi : Amphi 4

14h30

Diane Roussel (URCA, CERHiC EA 2616), « De la rumeur à la potence : pratiques sociales et judiciaires de l’exclusion à l’époque moderne »

15h30

Clotilde Bonfiglioli (URCA, HABITER EA 2076), « S’intégrer en tant que francophone dans la périphérie flamande de Bruxelles-Capitale »

Pause à 16h30

16h45

Véronique Beaulande (URCA, CERHiC EA 2616), « Excommunier et bannir au Moyen Âge : sens et portée des procédures d’exclusion au Moyen Âge ».

Campus Croix Rouge

UFR Lettres, Sciences Humaines

57 rue Pierre Taittinger

51096 Reims Cedex

Tél: 03 26 91 37 28

Tram A ou B, bus 11 ou 13 :  : arrêt «Croix-Rouge»

I. Heullant-Donat, invitée de la Fabrique de l’Histoire

Isabelle Heullant-Donat, Professeur d’Histoire du Moyen Âge et directrice du CERHiC-EA 2616, participe à la Table ronde « Fiction » de la Fabrique de l’Histoire ce vendredi 4 mars, de 9h06 à 10h.

arton176-514ba

Au programme un film, Les Innocentes d’Anne Fontaine ; une pièce de théâtre, Dialogue d’exilés de Bertolt Brecht, mise en scène par Olivier Mellor, au théâtre du Lucernaire, à Paris (http://www.lucernaire.fr/theatre/230-dialogues-d-exiles.html ) et un livre de Lily King, Euphoria, roman imaginant quelques mois de la vie de la célèbre anthropologue américaine Margaret Mead, lorsqu’elle séjourna en 1933 sur les bords du fleuve Sepik, en Papouasie Nouvelle-Guinée. L’émission peut être écoutée en direct ou en podcast, sur :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire

J. Dubois, “Vittorio Del Litto, éditeur de Stendhal dans la Pléiade”

« Vittorio Del Litto, éditeur de Stendhal dans la Pléiade : 

livres de luxe, outils de référence. »

Jérémie Dubois (CERHiC, URCA)

Séminaire du CERHiC sur « Le luxe : norme ou déviance »

Salle R 112 du bâtiment 13 recherche, campus Croix-Rouge

Vendredi 11 mars 12h -14h

Image source affiche

Au sein des échanges culturels entre la France et l’Italie au XXe siècle, l’universitaire Vittorio Del Litto a organisé une sociabilité scientifique transnationale centrée sur l’étude et la valorisation de l’écrivain Stendhal. Né en Italie en 1911, Del Litto a quitté la péninsule pour la France au milieu des années 1930, alors que le régime de Mussolini affirmait son caractère dictatorial. Del Litto transmet d’abord sa langue natale comme lecteur d’italien à l’université de Grenoble avant d’être naturalisé français après la Deuxième Guerre mondiale et d’occuper une chaire de littérature comparée à l’université de Grenoble.

Dès 1962, Vittorio Del Litto commence à publier la correspondance de Stendhal dans la collection de la Pléiade éditée par Gallimard. Il édita également dans cette collection l’Album Stendhal, les Voyages en France et les Voyages en Italie de Stendhal. A partir du vaste fonds d’archives légué par Vittorio Del Litto à la bibliothèque d’étude de Grenoble, il est possible d’analyser la façon dont l’édition de ces livres de luxe s’est articulée avec l’effort destiné à fédérer la recherche stendhalienne en Italie, en France et en Europe.

Image source

Le luxe aristocratique

Séance du séminaire de l’équipe du 24 mars 2016

Salle R 112, Bâtiment 13 recherche, Campus Croix-Rouge

12h15-14h15

Bertrand Goujon (URCA)/Marjorie Meiss-Even (Lille 3)

bal du duc de Joyeuse

Éminemment distinctives en termes socioculturels, les pratiques somptuaires mises en œuvre par les élites mobilisent les diverses formes de capital telles qu’elles sont définies par Pierre Bourdieu et sont partie prenante de l’affirmation de leur (prétention à la) domination. Dans le cas de l’aristocratie ancienne et titrée, les modes de consommation participent plus particulièrement de logiques de prestige à dimension dynastique ; ils s’inscrivent non seulement dans une économie de la dépense durablement irréductible (sinon contraire) à la rationalité budgétaire, mais aussi dans une perspective de transmission et de reproduction qui s’exerce au profit du lignage. L’étude diachronique de deux cas de grandes familles de la haute noblesse à trois siècles d’intervalle (les Guise au XVIe siècle, les Arenberg au XIXe siècle) permet, d’une part, d’engager une approche comparée et transnationale du rapport aristocratique au luxe et, d’autre part, d’interroger la persistance de modèles et de normes spécifiques à ce milieu social sur la longue durée.

Hedwige de Ligne, duchesse d'Arenberg, à Nordkirchen - cliché Rothe,_1906

Présentation – Programme ANR AsileuropeXIX

Dans le cadre du Programme « Flash-Asile », l’ANR “jeunes chercheuses jeunes chercheurs” AsileuropeXIX, Pour une histoire comparée et transnationale des dispositifs d’accueils destinés aux exilés et refugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle (1815-1870), porté par Delphine Diaz, maître de conférences en Histoire contemporaine et membre du CERHiC-EA 2616, a été retenu. D’un montant de 232 000 € sur 48 mois, ce projet débutera le 4 avril 2016.

Pour plus d’informations sur ce projet ANR, voir le carnet de recherches AsileuropeXIX : https://asileurope.hypotheses.org/

logo

Résumé du projet en français

L’Europe du XIXe siècle a vu l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation et d’engagement politique, aussi bien parmi les membres de « l’internationale libérale » qui s’est constituée et s’est renforcée après le congrès de Vienne, que parmi ceux de « l’internationale blanche » contre-révolutionnaire. Afin de cerner au plus près cette mutation, ce projet de recherche se concentrera sur le premier versant du siècle, période décisive pour la définition progressive de l’exil et de l’asile politiques, mais aussi pour la mise au point des dispositifs d’accueil réservés aux victimes étrangères d’une répression.

Après le Congrès de Vienne, l’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Suisse, et dans une moindre mesure, dans le Royaume du Piémont-Sardaigne et en Espagne, qui représentaient les principaux pays concernés par l’accueil d’exilés politiques entre 1815 et les années 1870. Le projet de recherche consiste en une étude comparative et transnationale des dispositifs de sélection et de réception mis en œuvre dans ces six États pour recevoir les exilés politiques. L’exil a été alimenté par la répression d’insurrections libérales et radicales (insurrections italiennes du début des années 1820 et du début des années 1830, insurrections polonaises de 1830-1831, de 1846 et de 1863, Communes du début des années 1870, mais aussi par les guerres d’indépendance et  les guerres civiles (guerre d’indépendance grecque dans les années 1820, ou encore guerres carlistes espagnoles entre 1833-1839 et 1872-1876). Quels ont été les pays précurseurs du point de vue de l’accueil des exilés politiques en Europe ? Est-ce que les décalages dans le temps sont à mettre au compte d’une inégale construction de l’appareil étatique et administratif, ou encore de facteurs idéologiques, culturels et même religieux ? Comment les exilés eux-mêmes ont-ils pu influencer le cours de ces politiques, en particulier par le biais du pétitionnement, et plus largement par leurs modes de mobilisation en exil ? Enfin, quelles ont été les réactions et initiatives observées au sein de la société civile pour recevoir les exilés et réfugiés politiques, ou au contraire pour dénoncer leur présence ? Telles sont les questions auxquelles ce projet s’emploiera à répondre.

Le projet s’attachera d’abord à reconstituer le lexique utilisé pour qualifier les exilés et réfugiés, en prêtant attention aux nouvelles catégories élaborées en Europe afin de désigner les acteurs des migrations politiques au XIXe siècle. À travers cette approche lexicale il s’agira également d’étudier les termes utilisés pour désigner les pratiques juridiques et administratives appliquées aux exilés et réfugiés. Un second pan des recherches entreprises portera sur les contrôles des exilés aux frontières, étudiés à partir de sources administratives et policières d’une part et d’archives personnelles d’autre part (mémoires d’exil, autobiographies, correspondances). Quant à l’analyse des dispositifs d’accueil mis en œuvre à l’égard des réfugiés, elle se fera à travers l’histoire des politiques publiques – dispositifs de sélection, d’assistance, d’assignation à résidence des réfugiés – mais aussi par l’étude des réactions des sociétés civiles européennes face à cette présence étrangère d’un genre particulier. Enfin, le projet s’intéressera au contrôle a posteriori des migrations politiques dans l’Europe du xixe siècle : différent du contrôle a priori exercé aux frontières grâce à l’usage coercitif du passeport, le contrôle a posteriori reposait sur le recours à des mesures d’expulsion et sur des incitations au départ vers les colonies européennes.

 

Résumé du projet en anglais

In nineteenth-century Europe, political exile began to emerge as a form of mass migration and political commitment among both the “liberal international” and the counter-revolutionary “white international” that developed after the Congress of Vienna. In order to tackle that major shift, the research project will focus on the first half of the century, which was a crucial time for the gradual definition of political exile and asylum, but also for the implementation of policies towards foreign victims of ideological repression.

After the Congress of Vienna, the increasing number of dissidents expelled from their home countries for political reasons led to major shifts in the migration policies of Great Britain, France, Belgium, Switzerland, and to a lesser extent of Piedmont-Sardinia and Spain, the main countries providing asylum to such refugees between 1815 and the 1870s. Adopting a comparative and transnational approach, the research project aims at studying the tools elaborated to select and welcome this specific population of foreigners compelled to migration for political reasons. The migrations were triggered by the repression of liberal and radical insurrections (for instance, Italian insurrections of the early 1820s and early 1830s, Polish insurrections in 1830-31, 1846 and 1863, “Communes” of the early 1870s), but also by the independence wars and civil conflicts that burst out in Europe during that time period (the Greek war of Independence in the 1820s, “carlist” wars in Spain between 1833-39 and 1872-76). What were the pioneer states that first welcomed political exiles in nineteenth-century Europe? Can the time lags observed between European host countries be attributed to the uneven construction of their administrative structures, or to ideological, cultural or even religious factors? How did the exiles themselves influence these migration policies, especially thanks to the use of petitions, and more broadly by their multiple forms of political commitment in exile? Finally, what were the reactions and initiatives observed among the civil society in order to welcome foreign exiles and refugees, or on the contrary in order to protest against their presence? These are the main issues that the research project will address.

This project will first reconstruct the vocabularies used to describe and thus categorize these exiles and refugees, showing how new categories were elaborated to designate the political migrations’ actors during the nineteenth century. That lexical approach will also be used in order to analyze the legal tools and administrative practices that were thought for exiles and refugees. Another dimension of the research conducted by AsileuropeXIX will highlight the migration controls that affected political exiles at the borders, when these foreigners arrived in the country where they sought asylum: controls at the borders will be studied through administration and police records on the one hand, and through personal archives on the other hand (memoirs, correspondences, autobiographies). The project will also tackle the welcoming policies that were implemented towards foreign refugees, thanks to a history of public policies – ways of selecting, helping them and restricting their movements through space – but also by highlighting the civil societies’ reactions towards that specific foreign immigration. Finally, the last lead that the research group will follow relies on the a posteriori migration controls in nineteenth-century Europe: whereas migration controls at the borders were based on passport controls until the 1860s, the a posteriori migration controls relied on deportation measures but also on incentives given to refugees encouraging them to immigrate to European colonies.