Soutenance de thèse : Justine Cudorge, 20 novembre

Justine Cudorge, doctorante en cotutelle au CERHiC (allocataire 2018-2022) et au PraME de Namur, soutiendra le lundi 20 novembre à 13 heures à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle R418) sa thèse de doctorat intitulée :

“Structure et enjeux des systèmes polygynes dans la société franque : la place des femmes dans le palais mérovingien du Ve au VIIIe siècle”

devant un jury composé de : Sylvie Joye (PU, Université de Lorraine, co-directrice de la thèse), Étienne Renard (PU, Université de Namur, co-directeur de la thèse), Isabelle Heullant-Donat (PU, CERHiC, co-directrice de la thèse), Emmanuelle Santinelli (PU, Université Polytechnique Hauts-de-France), Jan Rüdiger (PU, Université de Bâle) et Patrick Demouy (PU émérite, CERHiC).

Cette étude portant sur les deux dynasties franques, mérovingiennes et carolingiennes, explore les subtilités des unions multiples parmi les élites du haut Moyen Âge entre le Ve et le VIIIe siècle. La pratique d’une polygynie, que l’on entend comme la capacité d’un individu masculin à multiplier des relations conjugales avec différentes partenaires féminines de manière simultanée et non successive, se conçoit en effet comme un mode de conjugalité spécifique mais loin d’être circonscrit à un espace culturel précis, et qu’il nous appartient de reconsidérer dans son ensemble. Ainsi, à rebours d’une perception historiographique la considérant bien trop souvent comme un acte de débauche, il apparaît nécessaire de considérer la polygynie franque dans un contexte, et surtout dans une finalité : celle de servir  à une affirmation de la puissance des élites, et par-delà, de servir à leur reproduction sociale.

Inscrit dans une démarche d’étude du genre et de l’histoire des femmes en général, ce travail se présente comme une forme de recherche alliant le fait anthropologique à l’aspect prosopographique. Il permet notamment de questionner les différents aspects d’un phénomène social tout en déterminant les conséquences qu’il engendre invariablement sur une société donnée quant à la façon de concevoir le couple, notamment dans le cadre de situations conjugales simultanées, mais également dans celui d’une succession basée sur le partage entre les fils d’un même individu, et ce peu importe leur ascendance maternelle. Ce faisant, il permet également de s’intéresser à la manière dont les femmes disposent d’une autorité et expriment celle-ci dans le contexte palatial, particulièrement dans un environnement fait d’échanges et de confrontations entre des réseaux d’individus parfois très différents les uns des autres.

Image : Clovis et Clotilde, Antoine-Jean Gros, esquisse pour la coupole du Panthéon (église Sainte-Geneviève), Musée des Beaux-Arts de la ville de Paris, 1811.



Citer ce billet
CERHiC (2023, 14 novembre). Soutenance de thèse : Justine Cudorge, 20 novembre. Les Cahiers du CERHIC. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/mkc7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.