Mythes et guerres en Europe contemporaine

Mythes et guerres en Europe contemporaine

 P_Buton_JE_Mythes

10 mars 2016, Reims, 9h30

Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge). Salle de réunion. 

 

Journée d’étude organisée par le Cerhic (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle) de l’Université de Reims, Sciences-Po Lille et le LabEx EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe) de l’Université Panthéon-Sorbonne

Le temps de la guerre est celui de l’incertitude, durant lequel les modes d’appréhension ordinaires du monde ont tendance à s’effondrer, aboutissant à des redéfinitions parfois rapides des cadres d’existence. Dans ce contexte se développe la circulation d’idées fausses, de croyances et de rumeurs, analysées dès 1921 par March Bloch pour la Première Guerre mondiale. Or certaines de ces « fausses nouvelles » s’installent durablement, organisant les représentations collectives et redonnant du sens, peut-être des repères, pour affronter le contexte d’incertitude. En ce sens, elles sont créatrices de mythologies dans l’acception retenue par Roland Barthes : « le mythe ne cache rien : sa fonction est de déformer, non de faire disparaître ».

            Ce projet de recherche vise à approfondir la dimension mythique de l’expérience guerrière en Europe contemporaine. Mais le terme de mythe est largement polysémique. Issu de la tradition antique, il renvoie parfois à la naissance, largement reconstruite, d’une réalité fondatrice d’une identité collective. Dépassant ce lointain usage, il recouvre souvent la description des innombrables mensonges dont les propagandes nationalistes firent un large usage au cours des derniers siècles, et que les historiens se sont efforcés de déconstruire. Mais le mythe peut recouvrer une troisième dimension, désignant un complexe d’images mettant le peuple en tension puis en mouvement. Le cœur de notre projet renvoie ainsi à l’analyse fonctionnaliste et sociale des « discours mythiques » concernant la guerre.

Programme

Philippe Buton (Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims), Clémentine Vidal-Naquet (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne): « Hypothèses initiales »

Le champ historique

Tanja Itgenshorst, Professeure d’Histoire ancienne à l’Université de Reims : « Repenser Jean-Pierre Vernant : Mythe et politique en Grèce archaïque et classique »

Franck Collard (Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Paris-X) : « Jeanne d’Arc appartient-elle à la mythographie de la ‘’Grant monarchie de France’’ vers 1500 ? »

Nicolas Le Roux (Professeur d’Histoire moderne à l’Université de Paris-XIII) : « L’imaginaire chevaleresque et ses avatars »

Le champ des sciences sociales

Elinor Kelif, (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne) : « Le mythe de l’âge d’or à la Renaissance

Yves Bizeul, Professeur en Sciences politiques à l’Institut für Politik- und Verwaltungswissenschaften (Université de Rostock, RFA) : « Réflexions sur le mythe politique »

Michel Hastings, Professeur de science politique à l’IEP-Lille) : « Mythe et imaginaire politique. Leçons d’anthropologie politique »


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.