Séminaire du CERHIC, 3 mars : Grégoire Franconie

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 3 mars, de 12 h. 30 à 13 h. 45, Campus Croix Rouge (Reims),
bâtiment 13, salle E 13 (et en distanciel, lien sur demande à :
mh.morell-univ-reims.fr)

Le CERHiC est heureux de recevoir Grégoire Franconie, docteur en Histoire contemporaine (Université Paris-1 Panthéon-Sorbonne), membre associé au Centre d’Histoire du XIXe siècle et enseignant à l’École de danse de l’Opéra de Paris. Il présentera le livre qu’il a tiré de sa thèse de doctorat et qu’il a publié sous le titre Le Lys et la Cocarde. Royauté et nation à l’âge romantique, 1830-1848 (Paris, Puf, 2021).

Cet ouvrage met en lumière la fabrique romantique de la royauté entre 1830 et 1848.

Arrivé au pouvoir à la faveur d’une révolution, Louis-Philippe a dû montrer comment il souhaitait dorénavant articuler la souveraineté nationale au principe de la royauté héréditaire. Les dispositifs médiatiques ainsi mis en place ont contribué en France à renforcer le sentiment national, en même temps que les formes prises par celui-ci ont remodelé l’identité et les pratiques dynastiques. Analyser comment dynastie et nation se sont recomposées l’une par rapport à l’autre, au siècle du nationalisme, de la presse et de la démocratisation, tel est l’objectif de ce livre.

Archives privées et diplomatiques, images et objets commémoratifs révèlent la construction d’une dynastie récapitulative, qui voulait résumer toutes les expériences politiques de l’histoire nationale. Cette séance de séminaire sera l’occasion de revenir sur les sources et les méthodes mises en oeuvre dans ce travail d’histoire culturelle du politique qui offre une relecture de la Monarchie de Juillet à rebours des clichés de “régime bourgeois” qui lui ont été longtemps associés.

Image de titre : François-Joseph Heim, Louis-Philippe inaugure la Galerie des Batailles, 10 juin 1837, Musée National du Château, Versailles.