Soutenance d’habilitation – Yves Verneuil

Nous avons le plaisir d’annoncer la prochaine soutenance d’habilitation à diriger des recherches d’Yves Verneuil, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC.

La soutenance de cette habilitation préparée sous la direction de Jean-Noël Luc aura lieu le  lundi 7 décembre 2015, à l’Université Paris-Sorbonne. Le mémoire scientifique s’intitule :

 

Corporatisme, amicalisme, syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940).

 

 

Le jury sera composé de :

 

Pr. Gilles BAILLAT (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Pr. Philippe BUTON (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Recteur Jean-François CHANET (IEP de Paris)

Pr. Jean-François CONDETTE (Université d’Artois)

Pr. Jean-Noël LUC (Université Paris-Sorbonne)

Pr. André D. ROBERT (Université Lumière Lyon 2)

 

 

La soutenance aura lieu en Sorbonne, Salle des Actes, à 15h30.

 

Résumé du mémoire d’habilitation :

Corporatisme, pré-syndicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

 

 

            Le mémoire scientifique qui sert de support à mon HDR porte sur la naissance et l’évolution des organisations corporatives des professeurs de lycée entre 1880 et 1940. Le mouvement corporatif des professeurs de lycée s’inscrit dans le mouvement général qui affecte les fonctionnaires (apparition de l’amicalisme, transformation en syndicat, questions de l’adhésion à la Fédération des fonctionnaires et à la CGT), mais présente des particularités. D’une part parce que les professeurs de lycée occupent une position professionnelle et sociale ambiguë ; d’autre part parce que perdure le sentiment d’appartenance à la vénérable Université. Le sentiment d’appartenir à une corporation originale, porteuse de valeurs, vient donc s’entremêler, voire s’opposer dans certains cas, à l’idée de créer des associations dites corporatives. Cette singularité est confortée par l’importance de la représentation accordée en 1880 aux professeurs de lycée par Jules Ferry au sein du Conseil supérieur de l’instruction publique. La structure et le rôle de cette représentation perdurent jusqu’en 1940.

Notre première partie porte sur le CSIP. On commence par analyser les débats ayant concerné l’introduction d’une représentation des professeurs de lycée, afin de mieux comprendre pourquoi les professeurs ont pu être satisfaits de bénéficier d’une représentation dans un organisme qui apparaît comme l’expression de la corporation universitaire. On se demande ensuite si les professeurs ont continué à se mobiliser pour les élections au CSIP ou si une désaffection s’est produite, qui expliquerait qu’ils se soient tournés vers un autre mode de représentation. Il apparaît en tout cas que le projet de réforme d’Émile Combes a pu les confirmer dans leur attachement à la représentation qui leur a été accordée par Jules Ferry.

La seconde partie étudie le premier mouvement corporatif des professeurs de l’enseignement secondaire, apparu en 1895-1896. Elle recherche les causes profondes de sa naissance, avant d’observer l’apparition et les difficultés du premier mouvement corporatif d’ensemble des professeurs de l’enseignement secondaire. Les droits octroyés aux professeurs par Alfred Rambaud vont se révéler peu satisfaisants : les associations amicales et régionales vont dépérir et les congrès nationaux s’effilocher rapidement.

La troisième partie est consacrée à la renaissance du mouvement associatif au début du XXe siècle. Ce réveil se produit en grande partie en réaction aux revendications des primaires d’une part et des répétiteurs d’autre part. Avant que les professeurs de lycée ne constituent une fédération particulière, dans laquelle s’intègre le personnel de l’enseignement secondaire féminin, le périmètre des associations a cependant été débattu. La Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin s’avère représentative et efficace, mais se pose la question du lien à établir avec l’ancien mode de représentation des professeurs (élus au CSIP) comme avec un nouveau mode plus englobant (Fédération des fonctionnaires).

La quatrième partie est consacrée aux évolutions de l’entre-deux-guerres et aux grands débats qui ont agité les professeurs de lycée sur la manière de concevoir leur mode de représentation. La Fédération nationale doit-elle se transformer en syndicat et cela doit-il impliquer un changement dans les pratiques d’action ? Doit-elle rester autonome ou établir des liens avec d’autres organisations ? Dans les années 1930, la question de l’adhésion à la CGT devient le débat majeur, qui se conclut en 1937 par un éclatement qui met fin à l’unité corporative.

La dernière partie étudie les facteurs de division interne : quelle importance accorder aux identités particulières ? On se demande par ailleurs si les débats concernant la réforme de l’enseignement ont créé des oppositions sur le rôle de l’enseignement secondaire lui-même et donc sur la manière d’apprécier la fonction des professeurs. On peut ainsi mieux saisir la particularité du cas des professeurs des classes élémentaires et les difficultés de leur stratégie professionnelle.


Delphine Diaz

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Université de Reims Champagne-Ardenne, Laboratoire CERHIC.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *