Soutenance de thèse : Cheikh Sakho, 14 décembre


Histoire et civilisation (sections CNU 21 et 22) 

Monsieur Cheikh SAKHO

soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Mémoires des Tirailleurs africains : célébrations et représentations. Des origines aux Indépendances africaines. 

dirigés par Monsieur Philippe BUTON 
le lundi 14 décembre 2020 à 14 h00

à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et par visio-conférence.
en présence d’un jury  composé de :

M. Philippe BUTON 

Université Reims Champagne-Ardenne 

Directeur de thèse 

M. François ROBICHON 

Université de Lille 

Rapporteur 

Mme Julie D’ANDURAIN 

Université de Lorraine 

Rapporteure 

M. Ibrahima THIOUB 

UCAD, Dakar 

Examinateur 

M. Eric T. JENNINGS 

Université de Toronto 

Examinateur 

Mme Isabelle HEULLANT-DONAT 

Université de Reims Champagne-Ardenne 

Examinatrice 

M. Marc MICHEL 

Université d’Aix en Provence 

Invité

Résumé : 

Le Monument aux Héros de l’Armée Noire de Reims, « témoignage de reconnaissance envers les Enfants d’adoption de la France », inauguré le 13 juillet 1924 est emblématique de la tension entre mémoire et histoire. Il a disparu sous l’occupation nazie, sans laisser de traces, mais échappé à la damnation mémorielle grâce à son double de Bamako. Il existe peu de travaux sur la question. À la suite de la reconstruction du monument de Reims, inauguré le 6 novembre 2018, par le président malien et le président Macron, il paraît opportun de faire le point plus généralement sur les statues, monuments et autres traces des Tirailleurs dans l’histoire coloniale. D’où la nécessité d’établir un inventaire non-exhaustif des monuments et lieux de mémoire, témoignages de la spectacularisation de cette reconnaissance. L’intégration de cette mémoire dans le récit national a connu des trous ou des résurgences suivant les périodes, et pour en rendre compte il faudra étudier les conditions de production de ces monuments, leur réception, leurs origines, commandes publiques de l’État, des collectivités ou initiatives individuelles. La représentation officielle de ces Tirailleurs, qui ont pris part à toutes les guerres menées par la France au XXe siècle jusqu’aux Indépendances, est souvent liée à la présentation raciste qu’en fait la propagande allemande. Sur le plan intérieur, la République universaliste peine à concilier les efforts d’intégration et les revendications d’émancipation des soldats noirs. Ces contradictions, propres à l’aventure coloniale française, peuvent se lire aussi dans les iconographies et textes des différents monuments commémoratifs et se reflètent dans les débats sur l’identité nationale. 

Crédits photographiques : Mémorial de l’Armée noire, Fréjus-Plage, place des Tirailleurs-Africains-et-Malgaches. Sculpteur : Yvon Guidez, fonderie de Gliwice, Pologne, 1994. Photo : Jacqueline Poggi sur Flickr, 2013.  

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.