Enfermements IV. Travail et milieux clos, 28 janvier

En 2020, le programme de recherches « Enfermements. Une histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux, Ve-XIXe siècle » centre ses recherches sur le thème du travail en milieu clos.

Date : Mardi 28 janvier 2020, de 9 h. 30 à 18 h.

Lieu : Campus Cordorcet – Centre de colloque – Place du Front populaire – 93322 Aubervilliers – salle 3.05, 3e étage (Métro : Front Populaire, ligne 12).

À travers une approche comparée des relations entre enfermements et travail invitant au dialogue entre historiens, archéologues, sociologues et juristes et prenant en compte la longue durée (du Moyen Âge à l’époque contemporaine), les ateliers de 2020 exploreront les manières dont les milieux clos (monastères, hôpitaux et prisons, en particulier) ont conçu et organisé le travail en leur sein, que l’oisiveté soit tenue pour un vice à combattre par l’enfermement, que le travail contribue à l’économie des milieux clos, qu’il soit un outil de « disciplinarisation » ou que la clôture apparaisse comme une contrainte efficace sur les employés récalcitrant, notamment. Quelles sont les spécificités du travail en situation d’enfermement ? Quels effets la clôture produit-elle sur l’organisation du travail ? À l’inverse, quels sont les effets du travail sur les structures d’enfermement et en quoi le travail les modifie-t-il ? Comment la structure close se projette-t-elle ou se dilate-t-elle, par le travail, au-delà des murs ?

L’ atelier est organisé par le CERHiC (EA 2616-Université de Reims), le LAMOP (UMR 8589, CNRS-Paris 1-Panthéon-Sorbonne), le Centre Georg Simmel (UMR 8131, CNRS-EHESS) avec le soutien du LabEx Hastec et de l’Association Renaissance de l’Abbaye de Clairvaux.

Contact: elisabeth.lusset[a]univ-paris1.fr

Programme de l’atelier

9h30 : accueil

9 h. 45 – 10 h. 15. Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset, Falk Bretschneider : Introduction

10 h. 15 – 10 h. 45. Alessandro Stanziani (EHESS) : « Un panoptique global. Bentham et la surveillance entre Russie, Angleterre et Inde »

11 h. 15 – 11 h. 45. Michel Lauwers (Université de Nice Sophia Antipolis) : « « Travail », espace claustral et économie monastique. Quelques réflexions à propos de l’Occident médiéval »

Pause déjeuner

14 h. – 14 h. 30. Fabrice Guilbaud (Université de Picardie) : « Châtiment, resocialisation, réinsertion : idéologies et pratiques du travail des prisonniers du XIXe siècle à aujourd’hui »

15 h. – 15 h. 30. Marina Gazzini (Université de Milan) : « Lavoro e carcere. I casi di Milano e Barcellona nel tardo medioevo »

16 h. – 16 h. 30. Gianenrico Bernasconi (Université de Neuchâtel) : « Fabriquer l’objet de dévotion : travail ou prière par les mains ? Quelques remarques sur le Klosterarbeit (XVIIIe-XIXe siècle) ».

17 h. – 17 h. 30. Isabelle Jonveaux (EHESS) : « Le travail au monastère : protection ou mise en danger de la clôture ? »

17 h. 30 – 18 h. : Débats et discussions

Résumés

Alessandro Stanziani, « Un panoptique global. Bentham et la surveillance entre Russie, Angleterre et Inde »

Michel Lauwers, « « Travail », espace claustral et économie monastique. Quelques réflexions à propos de l’Occident médiéval »

Alors que le programme collectif de recherche sur les « enfermements » aborde, dans la diachronie, la question du travail en milieux clos, il était logique de s’interroger sur les pratiques et les représentations du travail au sein des monastères, un sujet récemment réinvesti par les historiens, en particulier spécialistes de l’Occident médiéval, dans un contexte de renouvellement de l’histoire économique, désormais ouverte à l’exploration des dimensions idéelles des fonctions de production et d’échanges au sein des sociétés du passé. L’étude des rapports entre économie et religion s’inscrit certes dans une longue tradition des sciences sociales, mais les mutations actuelles du marché, du droit et des formes du travail, qu’a accompagnées l’effacement d’un certain nombre de repères relevant d’une économie morale séculaire, ne sont évidemment pas pour rien dans la multiplication des recherches sur les conditions idéologiques et sur le sens du travail humain.Avant de s’attacher aux espaces claustraux, le médiéviste s’interrogera sur la pertinence de la notion même de « travail » pour rendre compte des activités humaines dans des sociétés d’avant l’industrialisme et le capitalisme. De fait, il n’existe pas, dans les mondes antique et médiéval, de mot ou de notion unique correspondant à notre « travail ». Dans une perspective de sémantique historique, on évoquera dès lors rapidement les catégories médiévales liées à l’occupation, à la création et à la production : opus, labor, ars, industria, servitium, etc. On reviendra par ailleurs sur le rôle qui a néanmoins été attribué aux moines occidentaux, au sein d’une tradition qui s’est développée au 19e siècle, dans la définition et l’organisation du « travail ». Si un certain nombre de textes tardo-antiques fondateurs de l’expérience monastique ont prescrit aux ascètes d’œuvrer de leurs mains afin d’assurer leur subsistance, c’est une organisation plus complexe qui s’est très tôt mise en place au sein des monastères occidentaux, articulant divers acteurs et diverses activités (des moines le plus souvent déchargés du labeur de la terre, mais pas de toute œuvre manuelle, et des dépendants adonnés à des activités de production), ainsi que divers lieux (interiora vs. exteriora). Après avoir évoqué ce système, qui ne paraît pas avoir valorisé la production tout en l’organisant de manière rationnelle et efficace, on tentera d’évaluer la part prise par les monastères dans une « organisation du travail » qui a marqué l’histoire de l’Occident.

Fabrice Guilbaud, « Châtiment, resocialisation, réinsertion : idéologies et pratiques du travail des prisonniers du XIXe siècle à aujourd’hui»

Marina Gazzini, « Lavoro e carcere. I casi di Milano e Barcellona nel tardo medioevo »

Nel medioevo il carcere fu, fra il resto, un luogo dove si lavorava. “Isola non isolata”, come è stato definito, il carcere medievale era infatti un ambiente chiuso, ma al tempo osmotico con la società circostante. Qui entravano e uscivano ogni giorno individui impegnati in attività funzionali alla gestione della vita carceraria: operai, fornitori, notai, pubblici ufficiali, medici, prostitute, frati, chierici. Anche gli stessi abitanti delle prigioni, i carcerati, svolgevano spesso compiti lavorativi. A volte lavoravano per un altro compagno di prigionia: è il caso dei molti copisti e notai pisani rinchiusi nelle carceri genovesi dopo la battaglia della Meloria che offrirono i loro servigi ai concittadini incarcerati che, in attesa del pagamento del riscatto, si preoccupavano di continuare a seguire i propri affari in patria. Celeberrimo al proposito il caso di Rustichello e di Marco Polo. A volte, invece, i prigionieri lavoravano al servizio di committenti esterni o degli stessi carcerieri. Erano proprio i carcerieri, d’altronde, a fare del carcere un’azienda. Piccoli imprenditori, vincitori di appalti, o anche dipendenti salariati, i carcerieri si rifacevano sugli uomini e sulle donne incarcerate per recuperare il denaro investito o comunque per guadagnare. La professione del guardiano della prigione era spesso declinata al femminile: in alcuni contesti, erano infatti le donne, spesso mogli di carcerieri, ad occuparsi della custodia di altre donne. La documentazione tardo-medievale di due città, Milano e Barcellona, offrirà interessante materiale di analisi per approfondire gli aspetti indicati.

Gianenrico Bernasconi, Fabriquer l’objet de dévotion : travail ou prière par les mains ? Quelques remarques sur le Klosterarbeit (XVIIIe-XIXe siècle)

A l’origine de cette recherche se trouve la question de la spécificité des modes de fabrication d’objets de dévotion (Klosterarbeiten) dans l’espace fermé du couvent au XVIIIe et au XIXe siècle. Des facteurs culturels, comme le caractère religieux de ces objets et l’espace où ils sont fabriqués, devraient générer des écarts par rapport aux transformations des techniques de production constatées dans l’univers des métiers à partir du XVIIIe siècle. La fabrication d’objets de dévotion est en effet définie par l’historiographie comme étant une « prière par les mains », ce qui conforte l’hypothèse de sa spécificité.L’étude de la production de Klosterarbeiten dans des couvents féminins de Suisse alémanique, d’Autriche et d’Allemagne du Sud entre le XVIIIe et le XIXe siècle a montré pourtant que cette activité artisanale est caractérisée par la circulation de demi-produits, l’emploi de machines-outils, l’usage de matériaux d’imitation, et la circulation des savoir-faire, tels qu’ils ont été constatés dans le cas de l’artisanat au XVIIIe siècle. Si l’organisation de la production de Klosterarbeiten s’inscrit donc dans une transformation générale des techniques au cours de cette époque, la question du travail et des formes d’échange de ces objets posent encore des questions. Comment s’applique le concept de travail aux activités productives des monastères ? Comment s’organise-t-il ? Comment est-il rémunéré ? Est-ce que son usage varie en fonction de l’objet produit ?  Quelles sont les formes d’échange associées aux objets de dévotion fabriqués dans les couvents ? Quelles sont les limites du développement de l’activité économique d’un monastère ?

Isabelle Jonveaux, Le travail au monastère : protection ou mise en danger de la clôture ?

Le monastère est selon Jean Séguy une « utopie du Royaume de Dieu déjà là et encore à venir » (1971). Mais l’idéal de prière ininterrompue se trouve compromis par la nécessité de subvenir aux besoins biologiques des moines et moniales. Le travail monastique doit non seulement pouvoir fournir à la communauté sa subsistance, mais aussi s’intégrer dans le système spatial et temporel du monastère. Quels travaux peuvent alors être réalisés en clôture ? La règle du Carmel exige même que les moniales travaillent dans des pièces séparées pour mieux vivre le silence et la prière associées au travail. A cela s’ajoute la question des employés laïcs, souvent nécessaires dans les productions surtout quand la moyenne d’âge des communautés augmente et que leur taille diminue : comment intégrer leur présence dans la clôture ? Ou faut-il extraire les activités productives de la clôture ? Le travail monastique productif pose enfin la question des débouchés : comment les communautés, notamment les plus cloîtrées, trouvent-elles des débouchés pour leurs produits ? Cette communication s’appuiera sur des enquêtes de terrain réalisées dans sept pays d’Europe de 2004 à aujourd’hui.

Retrouvez la présentation du programme de recherche sur le site Enfermements, histoire comparée des enfermements monastiques et carcéraux sur http://enfermements.fr/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.