Soutenance de thèse : Elisée Dion, 1er décembre


Elisée DION

soutiendra sa thèse de doctorat préparée sous la direction du Professeur Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne Ardenne) et du Professeur Steffen Patzold (Université de Tübingen)

intitulée « Penser le monde en langue vulgaire et en images : enjeux sociaux et dimensions visuelles de la transmission du savoir dans l’Image du monde (XIIIe-XVe siècles) »

devant un jury composé des deux co-directeurs ainsi que du Prof. Chantal Connochie-Bourgne, du Dr. Klaus Ridder (Université de Tübingen), du Prof. Laurence Moulinier-Brogi (Université de Lyon 2), du Dr. Barbara Obrist (CNRS – université Paris 7) et du Prof. Jean With (Université de Genève). 

le 1er décembre à partir de 12h30

Université de Reims Campus Croix Rouge, bâtiment 17, salle du Conseil


Rédigée en 1246 par un clerc nommé Gossuin de Metz, l’Image du monde est considérée comme la première encyclopédie de langue française. Elle constitue à ce titre l’une des premières entreprises de transmission écrite d’un ensemble de savoirs sur le monde d’origine cléricale et latine, à destination d’un public laïc et aristocratique. Trois versions furent produites, deux en vers et une en prose, dont il n’est pas certain qu’elles soient le travail d’une seule et même personne. Signe de son très grand succès, l’Image du monde est conservée dans 110 manuscrits. Elle constitue donc un objet de recherche idéal pour l’étude des phénomènes de transmission de savoir entre clercs et laïcs durant les trois derniers siècles du Moyen Âge. Pour ce faire, la thèse envisage l’Image du monde à partir des représentations du monde et de l’ordre social transmises par son discours. Ces représentations ne sont pas seulement produites par le texte mais également par l’iconographie (miniatures, initiales historiées, drôleries) ornant une quarantaine de manuscrits, qui forment le corpus de recherche. Dans un premier temps, c’est tout d’abord l’économie du savoir de l’Image du monde qui sous-tend la transmission du savoir et en détermine les modalités, ainsi que les implications sociales de la transmission de ce savoir hautement valorisé qui sont analysées. La seconde partie de la thèse se concentre, quant à elle, sur la forte dimension visuelle de la transmission des savoirs opérée par l’Image du monde, à savoir le cycle de vingt-huit figures cosmographiques intégré par l’auteur lui-même à son ouvrage et qui constitue une pièce maîtresse de sa stratégie didactique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.