Archives par mot-clé : territoires

Axe 2 du contrat du laboratoire pour 2018-2022

Axe 2 : Espaces, territoires et mobilités

 

Les dimensions spatiales et territoriales des problématiques historiques sont une préoccupation constante du CERHiC, dans une perspective multiscalaire, non moins que celles liées au patrimoine.

 

  1. Patrimoine(s) matériels et immatériels(s)

 

La dimension patrimoniale des recherches menées au sein du CERHiC est de longue date essentielle. La constitution de la nouvelle région Grand-Est pose assurément des problèmes de financements et d’orientation des politiques de recherche (absence de lisibilité) que les enseignants-chercheurs ne peuvent résoudre. Ils considèrent qu’au-delà des évolutions des politiques publiques en la matière, l’intérêt pour le patrimoine champardennais doit être maintenu. Les sources locales sont très riches, elles continueront d’être exploitées par les enseignants-chercheurs eux-mêmes, comme par les étudiants auxquels elles fournissent matière à des Master Recherche, voire des doctorats, quoi que plus rarement.

On continuera donc, notamment en histoire médiévale, moderne et contemporaine, de porter un intérêt soutenu au patrimoine régional, historique et artistique de la Champagne et des Ardennes. Les recherches seront amplifiées sur la vigne et le vin de Champagne (coteaux, maisons et caves ont été distinguées par l’UNESCO en 2015, ce qui offre quelques perspectives nouvelles), notamment autour des savoir-faire des Maisons de champagne, et en lien avec l’Institut Georges Chappaz de la vigne et du vin en Champagne (http://www.univ-reims.fr/site/institut-georges-chappaz-de-la-vigne-et-du-vin/actualites,17666,31254.html?).

Les commémorations liées à la Première Guerre mondiale et ses suites continueront d’alimenter nos travaux, avec notamment trois projets déjà amorcés. Les recherches menées en 2013-2016 sur le champagne et la Grande guerre seront poursuivies. De même, le projet « Mythe et guerre », en collaboration entre le CERHiC, le labEx ENHE et Sciences Po Lille, amorcé en 2016, se poursuivra jusqu’en 2018 et débouchera sur une publication. Enfin, un nouveau chantier sera ouvert, dans le cadre d’un partenariat nouveau lui aussi (validé en mai 2016) autour de la « Cote 108 », gérée par l’association de Berry-au-Bac. Le CERHiC deviendra le correspondant universitaire et scientifique de cette association (à la suite de l’IHTP – Institut d’Histoire du Temps Présent, qui a dû de désengager pour raison de départ du correspondant pour l’étranger). Ce haut lieu de la guerre des mines permettra une mise en lumière de la dimension humaine du conflit.

Du côté du patrimoine immatériel, musicologues et historiens ont lancé un ambitieux et long chantier de restitution de l’œuvre musicale de Henri Hardouin – dont le fonds (de plus de 400 manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale de Reims) constitue l’un des témoignages les plus complets de la musique religieuse en province dans la seconde moitié du XVIIIe siècle – a été entrepris. Les objectifs de ce travail impliquant plusieurs enseignants-chercheurs et étudiants du département de musicologie, sont de produire des éditions de partitions et de réaliser des concerts : il s’agit ainsi de mieux connaître ce maître de musique emblématique de la cathédrale de Reims, et au-delà, de mieux cerner les pratiques musicales – encore mal connues – de l’église en province durant cette période alors dominée par l’opéra-comique.

 

  1. Mobilités et circulations

 

Plusieurs membres du CERHiC sont engagés dans des recherches consacrées aux mobilités. Attentifs à leur inscription dans l’espace, leurs travaux s’intéressent aux déplacements d’hommes et de femmes et s’attachent à mettre en évidence les circulations normatives, culturelles et éducatives qui les accompagnent.

L’exil constitue l’une des premières formes de mobilité étudiées au sein du CERHiC, qui accueille de 2016 à 2020 le projet ANR JCJC « AsileuropeXIX » portant sur les mobilités contraintes et les politiques migratoires dans l’Europe du XIXe siècle, en association avec le Musée national de l’histoire de l’immigration. La question des circulations dans et vers l’espace urbain fait l’objet de recherches collectives pour les époques moderne et contemporaine : l’analyse de la réception en ville des voyageurs, migrants et vagabonds, permet d’aborder la géographie des lieux d’accueil ainsi que celle des espaces de transition ou de rupture urbaine (murs, portes, faubourgs).

L’inscription dans l’espace de ces mobilités retient ainsi l’attention de plusieurs membres du CERHiC. En histoire ancienne, l’étude de l’espace athénien et de ses reconfigurations à l’époque hellénistique met l’accent sur les jeux d’échelles, proposant une approche dynamique des territoires grecs et jouant sur la dialectique entre local et global. Cette même dialectique sera également au cœur de l’exploitation du corpus Biblioteca bio-bibliografica della Terra santa e dell’Oriente francescano mis en ligne par le CERHiC fin 2016 (TELMA), et du programme « Transnational elites », porté par l’Université de Manchester, auquel participe un membre du CERHiC, qui contribuera à une meilleure connaissance des individus et des groupes nobiliaires et élitaires européens de l’époque moderne au XXe siècle. L’analyse des expositions coloniales, universelles et internationales, du XIXe au XXIe siècle, permettra d’élaborer une géographie précise de ces outils de la mondialisation et de l’homogénéisation culturelle dans les sociétés contemporaines.

Les mobilités s’accompagnent de circulations de pratiques culturelles et de modèles éducatifs, objets de recherches collectives au CERHiC. Le voyage, qui induit échanges et hybridations littéraires et architecturales, est au cœur du programme ANR-DFG « ARCHITRAVE » (2017-2019), consacré aux récits de voyage rédigés par les Allemands à Versailles au XVIIIe siècle. Les circulations de pratiques musicales constituent un axe fort des travaux des musicologues, engagés dans l’histoire des influences musicales franco-espagnoles et dans celle des spectacles forains au XVIIIe siècle, en privilégiant l’étude de pratiques jugées « mineures », comme les spectacles de marionnettes : en 2018, un colloque co-organisé avec l’ANR « CIRESFI » – dont le CERHiC est partenaire – et l’Institut international de la marionnette de Charleville permettra de fixer un programme de recherches sur ce sujet neuf. Enfin, les transpositions de modèles éducatifs font l’objet de recherches autour des systèmes universitaires italien, allemand et français. Le CERHiC contribue ainsi au projet ANR « ATELIER » qui verra l’édition numérique des manuscrits de l’italianiste et traducteur Georges Hérelle conservés à la Médiathèque du Grand Troyes.