Archives par mot-clé : featured

Prochain café histoire, « Les Champenois à Versailles », 6 avril

affiche Cafés avril

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 6 AVRIL 2017

« LES CHAMPENOIS A VERSAILLES »

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 6 avril au Saint-Maurice (35, rue Saint-Maurice à Reims), de 18 à 20 h 00.

Nous aurons le plaisir d’écouter Hendrik Ziegler

(Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Reims)

Les Champenois à Versailles

Sous l’Ancien Régime, la Champagne était structurellement liée au siège du pouvoir, Versailles. Plusieurs personnalités champenoises de premier plan eurent une carrière artistique à la cour. Ces personnalités ont-elles créé et maintenu des réseaux, attirant à leur tour des protégés ou des clients champenois à la cour ? Dans quelle mesure l’appartenance à la Champagne a pu influencer la carrière de certains artistes, hommes de lettres ou hommes de pouvoir ? À l’inverse, quelles relations ces Champenois de Versailles entretiennent-ils avec leur région d’origine ?

L’approche biographique retenue ici permet de mieux apprécier l’importance du clientélisme champenois à la cour de Versailles et la contribution de ces réseaux à la constitution d’une identité culturelle et politique champenoise.

Voir l’affiche

flyer-café-avril.pdf

Lundi 13 mars: journée d’études « Dieu avec nous? », bibliothèque R. de Sorbon

Lundi 13 mars 2017 se tiendra la journée d’études

Dieu avec nous ?
Pratiques religieuses élitaires en contexte de crise politique et/ou militaire (France, XVIIe-XXe siècles)

organisée par Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon et Frédéric Gugelot

Campus Croix-Rouge, bibliothèque Robert de Sorbon, salle 140

Après avoir abordé en 2013 la pertinence du concept d’« élites » appliqué au monde des clercs, puis en 2015 les pratiques charitables des élites urbaines, cette 3e journée d’études du sous-axe « Pratiques religieuses des élites » se propose de réinterroger le topos d’un soutien naturel des élites à la religion, d’un intérêt commun d’un groupe social dominant à défendre la nécessité des religions (ou de l’Église) comme ordre, comme force de conservation sociale et de légitimation des hiérarchies et des autorités, à des moments de crises et lors de conflits qui bouleversent l’ordre établi et interrogent sur le destin d’un pays et de ses élites. Or l’« alliance du trône et de l’autel », « du sabre et du goupillon » ne va pas toujours de soi : à maints égards, le religieux est partie prenante des ruptures politiques et militaires qui mettent les élites au défi d’adapter leurs pratiques et leur spiritualité  à une nouvelle donne susceptible de compromettre les pouvoirs en place et d’en engager la redéfinition.

Programme:

9h15 : Accueil
9h30 : Véronique Beaulande et Bertrand Goujon, « Introduction »

10h : Julien Léonard (Université de Lorraine)
« Les pratiques religieuses des élites réfugiées françaises à Berlin, source de crise au début des années 1690 »

10h30 : Céline Borello (Université du Mans)
« La prédication protestante urbaine durant la période révolutionnaire (1789-1802) »

11h : Yves Verneuil (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Une élite intellectuelle entre Dieu et la science : les professeurs de lycée de l’Affaire Dreyfus au combisme »

11h30 : Débats

12h : Repas

13h30 : Caroline Muller (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Réparer 1870. Un temps de politisation de la spiritualité des élites »

14h : Jérôme Bocquet (Université d’Orléans)
« La guerre, Dieu et l’Église, l’armée devant les « événements » d’Algérie »

14h30 : Un atelier d’étudiants de Master :
Anne-Claire Lefetz
«Pratiques charitables et religieuses d’un « grand ». Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld-Doudeauville et l’occupation de 1815 »
Antony Dussart
« Ernest Bugg et la défaite de 1870 »

15h15 : Frédéric Gugelot, « Conclusion »

N. Vargaftig, Itinéraire d’un diamant – 9 mars au CERHiC

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun du CERHiC qui aura lieu jeudi 9 mars 2017, de 12h30 à 14h, sur le campus Croix Rouge, bâtiment recherche (salle R112).

L’actualité de la recherche au CERHiC :

Présentation de travaux de Nadia Vargaftig

(MCF en histoire contemporaine)

« Itinéraire d’un diamant: l’Angola sous administration portugaise dans les circuits commerciaux diamantaires (1917-1975) »

L’évocation du diamant renvoie à une foule de représentations fortement antithétiques, puisant dans une culture médiatique et populaire qui va de Rihanna à Marilyn Monroe en passant par James Bond, Graham Greene et Leonardo di Caprio.

De ce corpus ressort ainsi un imaginaire fort autour de cette pierre précieuse, fait de « glamour », de richesse, d’élitisme et de violence. Pierre de pouvoir puis pierre d’amour, sa composition et sa dureté en soulignent la rareté et l’éternité, renvoyant à des valeurs constitutives de l’objet de luxe et de ses usages.

Mais au-delà de la fascination qu’il exerce et d’une possible histoire de ses représentations, l’histoire du diamant est aussi celle d’un bien de consommation dont les historiens ont tenté d’identifier la conformité autant que les spécificités vis-à-vis des règles et des lois du marché : histoire de réseaux, de capitaux et de monopoles, histoire de mineurs, d’ingénieurs, d’artisans, de négociants et de consommateurs. Objet global depuis l’origine, parti des mines indiennes épuisées dès le milieu du XVIIIe siècle jusqu’aux vastes ressources du continent africain, en passant par l’intermède brésilien du premier XIXe siècle, il transita longtemps par Lisbonne, première capitale de la taille avant d’être supplantée par Anvers. Mais ce fut très tôt à Londres que se fixèrent les prix et les pratiques d’un commerce dont on ne saurait assez souligner le caractère résolument opaque voire occulte.

Dans ce contexte général il s’agira de s’intéresser à la place d’une partie du territoire angolais, sous administration portugaise pendant ce que l’on a nommé le « dernier empire » portugais, des XIXe-XXe siècle. Territoire administré par la DIAMANG, vaste entreprise multinationale mise au service des intérêts nationaux et impériaux portugais, il prit la forme d’une concession en 1917, cinq ans après qu’eurent été découverts les premiers filons diamantifères dans la région frontalière avec le Congo belge, lui-même administré par une entreprise concessionnaire, la FORMINIERE.

Véronique Beaulande-Barraud : « Les filles au Moyen Âge », mardi 7 mars

Nous avons le plaisir d’annoncer la participation de Véronique Beaulande-Barraud à la projection du film

Les filles au Moyen Âge

de Hubert Viel, 88′, Artisan du Film

dans le cadre du programme « Recherche en docs » (URCA-SUAC)

 Un grand-père, interprété par Michael Londsdale, fait remonter le temps à ses petits-enfants pour qu’ils découvrent le vrai visage du Moyen Âge, et notamment la place très importante qu’y occupaient les femmes. À contre-courant de ce que l’on entend en général sur le Moyen Âge, c’est un film à découvrir en famille! Surprenant et joyeux, il utilise à la fois le registre de la comédie burlesque et celui du film à sketches.
Une comédie basée sur les recherches de l’historienne Régine Pernoud qui réhabilite la condition des femmes au Moyen Âge.
Quand? Mardi 7 mars à partir de 19h
Où? Villa Douce, Boulevard de la Paix
 

Prochain Café Histoire, 9 mars: Palmyre, vérités et légende

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 9 mars au Saint Maurice (35 rue Saint Maurice), de 18 à 20h.

Nous aurons le plaisir d’écouter Annie et Maurice Sartre sur

Palmyre, vérités et légende

Palmyre, la « perle du désert », subit depuis des années des destructions irréparables. Beaucoup d’articles et d’ouvrages écrits à la va-vite ont contribué à répandre des erreurs innombrables sur une ville objet de tous les fantasmes. Cité de l’Empire romain, Palmyre n’a été ni une «principauté » ni un État tampon entre Rome et les Perses, pas plus que Zénobie n’en a été la reine. Ville de caravaniers, ouverte aux influences de l’Est et de l’Ouest, elle n’en est pas moins caractéristique de la Syrie gréco-romaine, avec ses rues àcolonnades, son théâtre, ses thermes, ses maisons à péristyle. D’où tirait-elle sa richesse ? D’où venaient ses habitants ? Quels étaient ses dieux ? Qui furent réellement Odainath et Zénobie? Pourquoi ce site prestigieux a-t-il suscité autant d’intérêt et de haine ? Quelle a été son importance aux yeux des Syriens, hier et aujourd’hui, et quel est son avenir?

Voir l’affiche

Journée d’étude, mercredi 1er mars: images du savoir et production des normes

Nous avons le plaisir de vous annoncer la tenue d’une journée d’étude intitulée Savoir l’ordre : le dispositif à l’œuvre ou le jeu des signes et du sens dans l’objet, qui se tiendra mercredi 1er mars dans la salle de conférence (salle 140) de la BU Robert de Sorbon à partir de 9h00 (programme).

Cette journée d’étude constitue le second volet d’un diptyque consacré aux Images du savoir et à la production des normes sociales à la fin du Moyen Âge, dont la première journée s’est déroulée à Tübingen le 23 janvier dernier. Ces deux journées de recherche sont issues d’une coopération entre le CERHiC de l’Université de Reims et le Graduiertenkolleg « Religiöses Wissen im vormodernen Europa (800-1800) » de l’Universität Tübingen.

Parution – B. Goujon, Les Arenberg

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du livre de Bertrand Goujon, maître de conférences à l’URCA et membre du CERHiC

Bertrand Goujon, Les Arenberg. Le gotha à l’heure des nations, Paris, Presses universitaires de France, 2017

 

couv_num_045755

Pour plus d’informations, voir la page sur le site des Presses universitaires de France :

https://www.puf.com/content/Les_Arenberg

Maison souveraine du Saint-Empire dont les différentes branches s’établissent en Belgique, en Allemagne, en France et en Autriche, la famille Arenberg est un observatoire du gotha au XIXe siècle. Confrontée à la fragilisation de la propriété foncière, aux concurrences bourgeoises, aux défis de la sécularisation et à la démocratisation de la vie politique, l’aristocratie doit de toute urgence réinventer ses modèles économiques, idéologiques et socioculturels. Elle engage ainsi de nouvelles stratégies qui s’inscrivent dans des contextes nationaux et régionaux supposant une adaptation permanente.

La dimension transnationale de cette histoire exemplaire est particulièrement cruciale, car les Arenberg attestent une maîtrise singulière et précoce de l’espace et du temps qui, sans être dénuée d’ambiguïtés et au risque de susciter des crispations, est le gage pour cette grande famille européenne d’une perpétuation de sa position élitaire au fil d’un long XIXe siècle en tout point révolutionnaire.