Projets collaboratifs

Enfermements. Programme de recherche 2012-2018

Monastères, prisons, asiles, hôpitaux sont sans aucun doute des « objets moralement totalement disparates » (Howard Becker). Cependant, tout en poursuivant des fins radicalement différentes, ils mettent en œuvre des dispositifs et des moyens en partie similaires, comme le règlement intérieur, l’emploi du temps, l’association étroite du travail aux pratiques religieuses ou la répartition spatiale des personnes.

Le programme de recherche « Enfermements » vise à rapprocher analytiquement et à comparer ces institutions rassemblées sous la notion de « milieux clos », depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine.

Comité d’organisation : Isabelle Heullant-Donat (CERHiC, URCA), Julie Claustre (LAMOP, Paris-Sorbonne), Elisabeth Lusset (CNRS), Falk Bretschneider (CGS, EHESS).

Pour en savoir plus, consultez le site du projet  http://enfermements.fr/

Le droit de correction. Projet collectif 2018-2021.

Ce projet collectif mobilise plusieurs des membres du CERHiC ainsi que des chercheurs d’autres universités. Coordonné par Isabelle Poutrin, il constitue le volet collectif de son projet IUF « Consentement et contrainte. Théorisations et pratiques (XVIe-XVIIe siècles) ».

Il vise à questionner les pratiques et les modes de légitimation de la violence exercée dans le cadre privé, lorsqu’elle se fonde sur une intention d’éducation ou de dressage.

On définit ici le droit de correction comme le droit, inscrit dans la loi ou érigé en norme sociale, qu’exerce un individu ou un groupe d’individus, investis d’une autorité dans le cadre privé, de faire usage de violences physiques ou verbales afin d’inculquer à un ou des tiers, placés en position subalterne, des normes de comportement. Alors que de nombreux travaux ont été consacrées aux violences pratiquées dans des cadres divers (violences conjugales parentales, dans les institutions scolaires ou les maisons religieuses), ces pratiques ne sont pas habituellement appréhendées de façon globale, à partir des discours, des normes sociales, voire des cadres juridiques qui les légitiment.

Une première journée d’étude, le 31 mai 2018, permettra de dresser l’état de l’historiographie sur le sujet, de l’Antiquité à la période contemporaine.

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle