J. Dubois, “Vittorio Del Litto, éditeur de Stendhal dans la Pléiade”

« Vittorio Del Litto, éditeur de Stendhal dans la Pléiade : 

livres de luxe, outils de référence. »

Jérémie Dubois (CERHiC, URCA)

Séminaire du CERHiC sur « Le luxe : norme ou déviance »

Salle R 112 du bâtiment 13 recherche, campus Croix-Rouge

Vendredi 11 mars 12h -14h

Image source affiche

Au sein des échanges culturels entre la France et l’Italie au XXe siècle, l’universitaire Vittorio Del Litto a organisé une sociabilité scientifique transnationale centrée sur l’étude et la valorisation de l’écrivain Stendhal. Né en Italie en 1911, Del Litto a quitté la péninsule pour la France au milieu des années 1930, alors que le régime de Mussolini affirmait son caractère dictatorial. Del Litto transmet d’abord sa langue natale comme lecteur d’italien à l’université de Grenoble avant d’être naturalisé français après la Deuxième Guerre mondiale et d’occuper une chaire de littérature comparée à l’université de Grenoble.

Dès 1962, Vittorio Del Litto commence à publier la correspondance de Stendhal dans la collection de la Pléiade éditée par Gallimard. Il édita également dans cette collection l’Album Stendhal, les Voyages en France et les Voyages en Italie de Stendhal. A partir du vaste fonds d’archives légué par Vittorio Del Litto à la bibliothèque d’étude de Grenoble, il est possible d’analyser la façon dont l’édition de ces livres de luxe s’est articulée avec l’effort destiné à fédérer la recherche stendhalienne en Italie, en France et en Europe.

Image source

Le luxe aristocratique

Séance du séminaire de l’équipe du 24 mars 2016

Salle R 112, Bâtiment 13 recherche, Campus Croix-Rouge

12h15-14h15

Bertrand Goujon (URCA)/Marjorie Meiss-Even (Lille 3)

bal du duc de Joyeuse

Éminemment distinctives en termes socioculturels, les pratiques somptuaires mises en œuvre par les élites mobilisent les diverses formes de capital telles qu’elles sont définies par Pierre Bourdieu et sont partie prenante de l’affirmation de leur (prétention à la) domination. Dans le cas de l’aristocratie ancienne et titrée, les modes de consommation participent plus particulièrement de logiques de prestige à dimension dynastique ; ils s’inscrivent non seulement dans une économie de la dépense durablement irréductible (sinon contraire) à la rationalité budgétaire, mais aussi dans une perspective de transmission et de reproduction qui s’exerce au profit du lignage. L’étude diachronique de deux cas de grandes familles de la haute noblesse à trois siècles d’intervalle (les Guise au XVIe siècle, les Arenberg au XIXe siècle) permet, d’une part, d’engager une approche comparée et transnationale du rapport aristocratique au luxe et, d’autre part, d’interroger la persistance de modèles et de normes spécifiques à ce milieu social sur la longue durée.

Hedwige de Ligne, duchesse d'Arenberg, à Nordkirchen - cliché Rothe,_1906

Présentation – Programme ANR AsileuropeXIX

Dans le cadre du Programme « Flash-Asile », l’ANR “jeunes chercheuses jeunes chercheurs” AsileuropeXIX, Pour une histoire comparée et transnationale des dispositifs d’accueils destinés aux exilés et refugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle (1815-1870), porté par Delphine Diaz, maître de conférences en Histoire contemporaine et membre du CERHiC-EA 2616, a été retenu. D’un montant de 232 000 € sur 48 mois, ce projet débutera le 4 avril 2016.

Pour plus d’informations sur ce projet ANR, voir le carnet de recherches AsileuropeXIX : https://asileurope.hypotheses.org/

logo

Résumé du projet en français

L’Europe du XIXe siècle a vu l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation et d’engagement politique, aussi bien parmi les membres de « l’internationale libérale » qui s’est constituée et s’est renforcée après le congrès de Vienne, que parmi ceux de « l’internationale blanche » contre-révolutionnaire. Afin de cerner au plus près cette mutation, ce projet de recherche se concentrera sur le premier versant du siècle, période décisive pour la définition progressive de l’exil et de l’asile politiques, mais aussi pour la mise au point des dispositifs d’accueil réservés aux victimes étrangères d’une répression.

Après le Congrès de Vienne, l’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Suisse, et dans une moindre mesure, dans le Royaume du Piémont-Sardaigne et en Espagne, qui représentaient les principaux pays concernés par l’accueil d’exilés politiques entre 1815 et les années 1870. Le projet de recherche consiste en une étude comparative et transnationale des dispositifs de sélection et de réception mis en œuvre dans ces six États pour recevoir les exilés politiques. L’exil a été alimenté par la répression d’insurrections libérales et radicales (insurrections italiennes du début des années 1820 et du début des années 1830, insurrections polonaises de 1830-1831, de 1846 et de 1863, Communes du début des années 1870, mais aussi par les guerres d’indépendance et  les guerres civiles (guerre d’indépendance grecque dans les années 1820, ou encore guerres carlistes espagnoles entre 1833-1839 et 1872-1876). Quels ont été les pays précurseurs du point de vue de l’accueil des exilés politiques en Europe ? Est-ce que les décalages dans le temps sont à mettre au compte d’une inégale construction de l’appareil étatique et administratif, ou encore de facteurs idéologiques, culturels et même religieux ? Comment les exilés eux-mêmes ont-ils pu influencer le cours de ces politiques, en particulier par le biais du pétitionnement, et plus largement par leurs modes de mobilisation en exil ? Enfin, quelles ont été les réactions et initiatives observées au sein de la société civile pour recevoir les exilés et réfugiés politiques, ou au contraire pour dénoncer leur présence ? Telles sont les questions auxquelles ce projet s’emploiera à répondre.

Le projet s’attachera d’abord à reconstituer le lexique utilisé pour qualifier les exilés et réfugiés, en prêtant attention aux nouvelles catégories élaborées en Europe afin de désigner les acteurs des migrations politiques au XIXe siècle. À travers cette approche lexicale il s’agira également d’étudier les termes utilisés pour désigner les pratiques juridiques et administratives appliquées aux exilés et réfugiés. Un second pan des recherches entreprises portera sur les contrôles des exilés aux frontières, étudiés à partir de sources administratives et policières d’une part et d’archives personnelles d’autre part (mémoires d’exil, autobiographies, correspondances). Quant à l’analyse des dispositifs d’accueil mis en œuvre à l’égard des réfugiés, elle se fera à travers l’histoire des politiques publiques – dispositifs de sélection, d’assistance, d’assignation à résidence des réfugiés – mais aussi par l’étude des réactions des sociétés civiles européennes face à cette présence étrangère d’un genre particulier. Enfin, le projet s’intéressera au contrôle a posteriori des migrations politiques dans l’Europe du xixe siècle : différent du contrôle a priori exercé aux frontières grâce à l’usage coercitif du passeport, le contrôle a posteriori reposait sur le recours à des mesures d’expulsion et sur des incitations au départ vers les colonies européennes.

 

Résumé du projet en anglais

In nineteenth-century Europe, political exile began to emerge as a form of mass migration and political commitment among both the “liberal international” and the counter-revolutionary “white international” that developed after the Congress of Vienna. In order to tackle that major shift, the research project will focus on the first half of the century, which was a crucial time for the gradual definition of political exile and asylum, but also for the implementation of policies towards foreign victims of ideological repression.

After the Congress of Vienna, the increasing number of dissidents expelled from their home countries for political reasons led to major shifts in the migration policies of Great Britain, France, Belgium, Switzerland, and to a lesser extent of Piedmont-Sardinia and Spain, the main countries providing asylum to such refugees between 1815 and the 1870s. Adopting a comparative and transnational approach, the research project aims at studying the tools elaborated to select and welcome this specific population of foreigners compelled to migration for political reasons. The migrations were triggered by the repression of liberal and radical insurrections (for instance, Italian insurrections of the early 1820s and early 1830s, Polish insurrections in 1830-31, 1846 and 1863, “Communes” of the early 1870s), but also by the independence wars and civil conflicts that burst out in Europe during that time period (the Greek war of Independence in the 1820s, “carlist” wars in Spain between 1833-39 and 1872-76). What were the pioneer states that first welcomed political exiles in nineteenth-century Europe? Can the time lags observed between European host countries be attributed to the uneven construction of their administrative structures, or to ideological, cultural or even religious factors? How did the exiles themselves influence these migration policies, especially thanks to the use of petitions, and more broadly by their multiple forms of political commitment in exile? Finally, what were the reactions and initiatives observed among the civil society in order to welcome foreign exiles and refugees, or on the contrary in order to protest against their presence? These are the main issues that the research project will address.

This project will first reconstruct the vocabularies used to describe and thus categorize these exiles and refugees, showing how new categories were elaborated to designate the political migrations’ actors during the nineteenth century. That lexical approach will also be used in order to analyze the legal tools and administrative practices that were thought for exiles and refugees. Another dimension of the research conducted by AsileuropeXIX will highlight the migration controls that affected political exiles at the borders, when these foreigners arrived in the country where they sought asylum: controls at the borders will be studied through administration and police records on the one hand, and through personal archives on the other hand (memoirs, correspondences, autobiographies). The project will also tackle the welcoming policies that were implemented towards foreign refugees, thanks to a history of public policies – ways of selecting, helping them and restricting their movements through space – but also by highlighting the civil societies’ reactions towards that specific foreign immigration. Finally, the last lead that the research group will follow relies on the a posteriori migration controls in nineteenth-century Europe: whereas migration controls at the borders were based on passport controls until the 1860s, the a posteriori migration controls relied on deportation measures but also on incentives given to refugees encouraging them to immigrate to European colonies.

Les cas réservés en Occident XIIe-XVe siècles

Le dernier numéro de la Revue de Droit canonique (2015, 65/2) comprend un dossier dirigé par Véronique Beaulande-Barraud, consacré aux cas réservés en Occident du XIIe au XVe siècle. Ce dossier, issu d’une journée d’études du CERHiC, qui s’est tenue à l’Université de Reims le 14 juin 2013, compte 4 contributions précédées d’une introduction de Véronique Beaulande-Barraud :

RDC-001

Arnaud Fossier, Le droit d’absoudre. Concurrences juridictionnelles et communication des fors (v. 1130-v. 1320).

Véronique Beaulande-Barraud, Les cas réservés dans les statuts synodaux de la province ecclésiastique de Reims, 13e-14e siècles. Essai d’analyse d’une catégorie canonique.

Elisabeth Lusset, Confession, absolution des péchés et levée des censures. Les cas réservés chez les Cisterciens et les Chartreux (12e-15e siècles).

Emilie Rosenblieh, Les cas réservés et le pouvoir de dispense du pape au temps de la crise conciliaire (1ère moitié du 15e siècle).

cas-réservés-au-pape

Sommaire complet et résumés : http://www.droitcanon.com/Resumes/Les-cas-reserves-varia.html

Colloque – Écriture italienne, écriture gauloise, Venance Fortunat

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue d’un colloque co-organisé par le groupe Hagiographie et Histoire, dirigé par Sylvie Joye, et co-financé par le CERHiC (EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Écriture italienne, écriture gauloise

Regards croisés sur l’œuvre hagiographique en prose de Venance Fortunat

Rome, EFR, 25-26 janvier 2016

 

« Un poète italien dans la société gallo-franque » : le titre de la contribution donnée par Luce Pietri à Spolète en 1991 résume bien les raisons de l’intérêt que n’a jamais cessé de susciter Venance Fortunat († vers 600). Son œuvre poétique, considérée comme le dernier feu de la tradition littéraire tardo-antique en Gaule franque, a principalement retenu l’attention des spécialistes de littérature antique. Quant aux historiens, ils ont surtout exploité la richesse des dédicaces de ses poèmes pour scruter l’étendue remarquable du réseau qu’il a patiemment constitué dans l’entourage des rois mérovingiens. Son œuvre hagiographique en prose, exclusivement épiscopale si l’on met à part sa Vie de la reine Radegonde, a un peu moins retenu l’attention des chercheurs, malgré des études importantes de la part de Sophia Boesch-Gajano, Simon Coates, Roger Collins, Antonella Degl’Innocenti et, plus récemment, Oliver Ehlen.

Moins brillante au regard de sa propre œuvre poétique, notamment de sa Vie de saint Martin, ce corpus a aussi été éclipsé par l’œuvre hagiographique beaucoup plus volumineuse laissée par son contemporain Grégoire de Tours. Dans le récent panorama qu’il a dressé de l’hagiographie mérovingienne (2010), Martin Heinzelmann insiste cependant à juste titre sur la place occupée par Fortunat dans l’histoire de la littérature hagiographique en prose, ainsi que sur quelques questions pendantes, comme l’attribution toujours incertaine de la Vie de saint Médard de Noyon. Alors que, depuis quelques années, la traduction de ces Vies de saints évêques en prose a été mise au programme de l’Atelier Hagiographie & Histoire (HagHis), le moment semble venu de faire un point sur ces dossiers et d’enrichir la réflexion en croisant le regard d’historiens et de littéraires, et de chercheurs venus d’horizons différents.

PROGRAMME

 

Lundi après midi

Accueil, St. Gioanni

Présentation, B. Dumézil

Sylvie Labarre (Université du Maine) : « Hagiographie en prose et hagiographie poétique chez Fortunat »

Cécile Gomez (Université Lumière Lyon 2) : « Les animaux dans les Vies hagiographiques en prose de Venance Fortunat : fonctions narratives et symboliques »

Hope Williard (University of Leeds) : « La Vie de saint Hilaire »

Monique Goullet (UMR 8589 LAMOP) : « Le poème De sancto Medardo et la Vie en prose de saint Médard : analyse textométrique comparée »

Table-ronde dirigée par Sofia Boesch (Università Roma Tre) et Umberto Longo (Sapienza Università di Roma): “Prospettive agiografiche. Sguardi incrociati tra Francia e Italia”.

Tommaso Caliò (Università Roma Tor Vergata), Isabella Gagliardi (Università di Firenze), Elena Zocca (Sapienza – Università di Roma)

Mardi matin

Bruno Dumézil (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Un Italien face à la royauté franque : les Mérovingiens dans l’hagiographie épiscopale de Venance Fortunat »

Anne Wagner (Université de Franche-Comté, Besançon) : « L’évêque chez Fortunat »

Sylvie Joye (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Charles Mériaux (Université de Lille SHS) :« La société mérovingienne dans l’hagiographie épiscopale de Venance Fortunat »

Fernand Peloux (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Venance Fortunat et l’hagiographie en Gaule méridionale »

Mardi après midi

Table ronde autour de la traduction des Vies épiscopales de Venance Fortunat

Sur le site de HagHis : http://haghis.blogspot.fr/2016/01/ecriture-italienne-ecriture-gauloise.html

Rencontre organisée par L’Ecole Française de Rome, l’Institut Universitaire de France, l’Université de Lille SHS (IRHiS), l’Université de Reims Champagne Ardenne (CERHiC)

Pour télécharger le programme au format PDF :

2 SG Prog Hagiographie

Colloque – “Nouvelles approches du fait religieux”

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue du colloque “Nouvelles approches du fait religieux”, organisé par Caroline Muller, membre du CERHiC, et Nicolas Guyard à Lyon les 19 et 20 janvier 2016.

Pour télécharger le programme du colloque :

PROGRAMME

NOUVELLES APPROCHES DU FAIT RELIGIEUX

LYON 2016

MARDI 19 JANVIER

9h45 : Mot d’accueil et présentation du colloque.

Caroline Muller et Nicolas Guyard.

10h : Introduction.

Bernard Hours (Université Lyon 3 Jean Moulin – LARHRA)

10h30: Construire de nouveaux objets. Genre et

approches de l’intime.

Discutante : Rebecca Rogers (Université Paris Descartes)

Sarah Barthélemy (Université Catholique de Louvain – GEMCA)

“Sources, autorités et légitimité pour une histoire au croisement entre genre et religion”

Anthony Favier (Université Lyon 2 – LARHRA)

“Les révisions de vie de l’Action catholique : des sources d’histoire religieuse et du for privé encore peu exploitées ?”

Marion Maudet (IRIS – EHESS)

“Aborder le religieux par les enquêtes sur la sexualité : opérationalité et limites de l’outil statistique”

12h30: Pause déjeuner

14h: Retour aux sources. Nouvelles lectures et

perspectives de recherches.

Discutant : Bernard Hours (Université Lyon 3 / LARHRA)

Diego Carnevale (Centre Norbert Elias – LabEx Med)

“Compter l’argent des fidèles : avantages et limites de la source comptable pour une étude du fait religieux”

Anne Jusseaume (Science Po – Centre d’Histoire)

“Les sources des congrégations religieuses : nouvelles perspectives de recherche.”

Léo Botton (EHESS – CéSor)

“Barthes lecteur d’Ignace de Loyola : la sémiologie au service de l’histoire de la spiritualité ?”

MERCREDI 20 JANVIER

9h30: Vers une anthropologie historique du religieux?

Discutant : Pierre-Antoine Fabre (EHESS – CéSor)

Nicolas Balzamo (Université de Neuchâtel)

“La fable au service de l’histoire. Les légendes de fondation des sanctuaires comme source pour l’anthropologie religieuse. (Europe, XVIe-XVIIe siècles)

Caroline Muller (Université Lyon 2 – LARHRA) et Nicolas Guyard (Université Lyon 2 – LabEx COMOD – LARHRA)

“Les émotions religieuses, objets d’histoire”

Hélène Zwingelstein (EHESS – CéSor))

“Les chemins de l’émotion. Morphologie sensible du système religieux sévillan contemporain”

12h30: pause déjeuner

14h: Table-ronde, «les humanités numériques et

l’étude du fait religieux»

Yves Krumenacker (Université Lyon 3 – LARHRA)

Aurélien Zaragori (Université Lyon 3 – LARHRA)

15h: De l’individu au collectif

Discutant : Olivier Chatelan (Université Lyon 3 – LARHRA)

Noémie Recous (Université Lyon 3 – LARHRA)

“Sachez mon frère que Dieu commence à établir son Règne”: Sources et méthodes de l’étude d’un hétérodoxe à l’aube des Lumières.

Boris Klein (LabEx COMOD – LARHRA)

« Des archives de l’université de Helmstedt à l’histoire du luthéranisme dans l’Empire à l’époque de la confessionnalisation »

Conclusions

Bibliographie séminaire christianismes orientaux

Les christianismes dans l’Orient européen et méditerranéen (XVe-XIXe siècle). Échanges, compétitions, mimétismesIMG_2040

Éléments bibliographiques en langues occidentales

Synthèses :

Anastassiadis Tassos, Michael Michalis, Verdeil Chantal (éd.), Religious Communities and Modern Statehood. The Ottoman and Post-Ottoman World at the Age of Nationalism and Colonialism, Berlin, Klaus Schwarz Verlag, 2015.

Anastassiadis Tassos (éd.), Voisinages Fragiles: Relations interconfessionnelles dans le Sud-Est européen et la Méditerranée orientale 1854-1923, Athènes, Ecole française d’Athènes, 2013.

Blanchet Marie-Hélène, « La question de l’union des Églises (13e – 15e s.) : historiographie et perspectives », Revue d’Etudes Byzantines, 61, 2003, p. 5-48.

Blanchet Marie-Hélène et Gabriel Frédéric (éd.), Réduire le schisme ? Ecclésiologies et politiques de l’Union entre Orient et Occident, XIIIe-XVIIIe siècles), Paris, 2012.

Conticello (Carmelo et Vassa) (dir.), La théologie byzantine et sa tradition, vol. 2, Turnhout, 2002.

Dmitriev Mikhaïl, « Western Christianity and Eastern Orthodoxy » dans The Cambridge History of Christianity, vol 6 : Reform and expansion 1500-1660, R. Po-Chia Hsa (éd.), Cambridge, Cambridge University Press, 2008, p. 321-342.

Girard Aurélien et Schmitz Benoît (éd.), De l’Eglise aux Eglises : réflexions sur le schisme aux Temps modernes, numéro monographique des Mélanges de l’Ecole française de Rome, Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 2014-2, en ligne : http://mefrim.revues.org/1788.

Gonneau Pierre, Lavrov Aleksandr, Des Rhôs à la Russie : histoire de l’Europe orientale (730-1689), Paris, PUF, 2012.

Hering (Gunnar), Ökumenisches Patriarchat und europäische Politik 1620-1638, Wiesbaden, 1968.

Heyberger Bernard, Les chrétiens du Proche-Orient au temps de la Réforme catholique, Rome, 1994 (nouvelle édition en 2014).

Macha Josef, Ecclesiastical Unification. A Theoretical Framework Together With Case Studies from the History of Latin-Byzantine Relations, Rome, PIO, 1974.

Podskalsky, Gerhard, Griechische Theologie in der Zeit der Türkenherrschaft (1453-1821). Die Orthodoxie im Spannungsfeld der nachreformatorischen Konfessionen des Westens, Munich, 1988.

Runciman, Steven, The Great Church in captivity: a study of the Patriachate of Constantinople from the eve of the Turkish conquest to the Greek war of independence, Cambridge, 1968.  

Süttner Ernst Christoph, Staaten und Kirchen in der Völkerwelt des östlichen Europa : Entwicklungen der Neuzeit, Fribourg, Academic Press, 2007.

Tsakiris Vassileios, Die gedruckten griechischen Beichtbücher zur Zeit der Türkenherrschaft. Ihr kirchenpolitischer Entstehungszusammenhang und ihre Quellen, Berlin, New York, Walter de Gruyter, 111, 2009

 

Articles et monographies :

Europe balkanique

Hupchick Dennis P., The Bulgarians in the seventeenth century. Slavic Orthodox society and culture under Ottoman rule, Jefferson, McFarland, 1993.

Kontuma-Conticello Vassa, ”De la communion fréquente : le dossier grec (1772-1887)¸ dans A. lossky, m. sodi (dir.), Rites de communion. Conférences Saint-Serge, LVe Semaine d’études liturgiques, Cité du Vatican, 2010, p. 185-209.

Jačov Marko, I Balcani tra Impero Ottomano e potenze europee (secoli XVI e XVII), il ruolo della diplomazia pontificia, Cosenza, Periferia, 1997.

Molnár Antal, Le Saint-Siège, Raguse et les missions catholiques de la Hongrie ottomane (1572-1647), Rome/Budapest, Accademia d’Ungheria/Magyar Egyháztörténeti Enciklopédia Munkaközössége, 2007.

Orešković, Luc, Le diocèse de Senj-Modruš en Croatie habsbourgeoise de la Contre-Réforme aux Lumières (1650-1770), Turnhout, 2008.

Olar (Ovidiu Victor), « Orthodoxie et politique. Le synode de Târgoviṣte (janvier 1659) », Archaeus, XI-XII (2007-2008), p. 177-204.

Papademetriou Tom, Render unto the Sultan. Power, Authority and the Greek Orthodox Church in the early Ottoman Centuries, Oxford, Oxford University  Press, 2015

Peris Lucian, Le missioni gesuite in Transilvania e Moldavia nel Seicento, Cluj-Napoca, Studii Europene, 1998.

Tóth, Istvan G., Politique et religion dans la Hongrie du XVIIe siècle. Lettres de missionnaires de la Propaganda Fide¸ Paris, 2004.

Zdenko Zlatar, Our kingdom come, the Counter-Reformation, the Republic of Dubrovnik and the liberation of the Balkan Slavs, Boulder (CO),  Columbia University Press, 1992.

 

Europe centrale

Baan Istvan, « La pénétration de l’uniatisme en Ukraine subcarpathique au xviie siècle », xviie siècle, 55 (2003), p. 515-526.

Brüning Alfons, Unio non est unitas. Polen-Litauens Weg im konfessionellen Zeitalter (1569-1648), Weisbaden, Harrassowitz Verlag, 2008.

Brüning Alfons, « Confessionalization in the Slavia Orthodoxa (Belorussia, Ukraine, Russia) ? – Potential and Limits of a Western Historiographical Concept » dans Religion and the Conceptual Boundary in Central and Eastern Europe : Encounters of Faiths, Bremer (éd.), New York, Palgrave Macmillan, 2008, p. 66-97.

Derwich Marek, Dmitriev Mikhaïl V. (éd.), Être catholique – être orthodoxe – être protestant : confessions et identités culturelles en Europe médiévale et moderne, Wroclaw, Larhcor, 2003.

Florja Boris, « Les conflits religieux entre adversaires et partisans de l’Union dans la “conscience de masse” du peuple en Ukraine et en Biélorussie (première moitie du xviie siècle) », Dix-septième siècle, 220/3 (2003), p. 431-448.

Frick David A., Kith, kin, and neighbors : communities and confessions in seventeenth-century Wilno, Ithaca, Cornell University Press, 2013.

Gudziak Borys A., Crisis and reform : the Kyivan Metropolitanate, the Patriarchate of Constantinople, and the Genesis of the Union of Brest, Cambrigde (Mass.), HURI, 1998.

Halecki Oscar, From Florence to Brest : 1439-1596, Rome, Sacrum Poloniae Rerum, 1958.

Isaievych Jaroslav, « Between eastern tradition and the influences from the West: Confraternities in early modern Ukraine and Byelorussia », Ricerche Slavistiche, 37 (1990), p. 269-293.

Jobert Ambroise, De Luther à Mohila : la Pologne dans la crise de la chrétienté, 1517-1648, Paris, 1974.

Plokhy Serhii, The Cossacks and religion in early modern Ukraine, Oxford, Oxford University Press, 2001.

Senyk Sophia, A History of the Church in Ukraine, vol. 2, Rome, PIO, 2011.

Skinner Barbara, The Western front of the Eastern Church : Uniate and Orthodox conflict in 18th century Poland, Ukraine, Belarus, and Russia, Illinois, Illinois University Press, 2009.

Sysyn Frank E., Between Poland and Ukraine. The Dilemma of Adam Kysil 1600-1653, Cambridge (Mass.), HURI, 1985.

Wawrzeniuk Piotr, Confessional Civilising in Ukraine : The Bishop Iosyf Shumliansky and the Introduction of Reforms in the Diocese of Lviv (1668-1708), Huddinge, Södertörns högskola, 2005.

 

Proche-Orient

Girard Aurélien, « Quand les « grecs-catholiques » dénonçaient les « grecs-orthodoxes » : la controverse confessionnelle au Proche-Orient arabe après le schisme de 1724 », dans Bernat Chrystel et Bost Hubert (éd.) Énoncer / dénoncer l’autre. Discours et représentations du différend confessionnel à l’époque moderne, Turnhout, 2012, p. 157-170.

Hajjar Joseph, Les chrétiens uniates du Proche-Orient, Paris, 1962.

Heyberger Bernard, « Livres et pratique de lecture chez les chrétiens (Syrie, Liban), XVIIe-XVIIIe siècles », Livres et lecture dans le monde ottoman, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 87-88, 1999, p. 209-223.

Panchenko Constantin, « When and where the Melkite Renaissance Started ? Metropolitan Uwakim of Betlehem, a forgotten Arab Christian Scholar of the Late 16th Century”, Travaux du symposium Le livre, la Roumanie, l’Europe, Bucarest, 2010, T. IV, p. 469-481.

Tchentsova Vera, “Les documents grecs du XVIIe siècle : pièces authentiques et pièces fausses. 4. Le patriarche d’Antioche Athanase Dabbâs et Moscou : en quête de subventions pour l’imprimerie arabe d’Alep », Orientalia Christiana Periodica, 1, 201 », p. 173-195.

Walbiner Carsten, “The Split of the Greek Orthodox Patriarchate of Antioch (1724) and the Emergence of a New Identity in Bilâd al-Shâm as Reflected by some Melkite Historians of the 18th and Early 20th Centuries, Chronos, 7, 2003, p. 9-36.

 

Walbiner Carsten, “Monastic Reading and Learning in Eighteenth-Century Bilâd al-Shâm: Some Evidence from the Monastery of al-Shuwayr (Mount Lebanon)”, Arabica, 51-4, 2004, p. 462-477.

 

Russie

Astafieva Elena, “L’Eglise gréco-catholique et l’Etat russe à la fin du XVIIIe siècle-début du XXe sicèles : la politique impériale de “réunion des uniates”, Rivista di Storia del Cristianesimo, 2, 2005, p. 409-434.

Bushkovitch Paul, Religion and Society in Russia : the Sixteenth and Seventeenth Centuries, New-Yord/Oxford, Oxford University Press, 1992.

Dykstra Tom E., Russian monastic culture : « Josephism » and the Iosifo-Volokolamsk Monastery, 1479-1607, Munich, Otto Sagner, 2006.

Freeze Gregory L., The Parish Clergy in Nineteenth Century Russia : Crisis, Reform, Counter-Reform, Princeton, Princeton University Press, 1983.

Keenan Edward L., The Kurbskii-Groznyi Apocrypha: the Seventeenth-Century Genesis of the “Correspondence” Attributed to Prince A. M. Kurbskii and Tsar Ivan IV, Cambridge (Mass.), HUP, 1971.

Kollmann Jack E., « The Stoglav and Parish Priests », Russian History/Histoire russe, 7/1-2 (1980), p. 65-91.

Medlin William K., « Cultural Crisis in orthodox Rus’ in the late 16th and early 17th Centuries as a problem of socio-cultural change » dans The Religious World of Russian Culture, A. Blane (éd.), vol. 2, La Hague/Paris, Walter De Gruyter, 1975, p. 173-188.

Meyendorff Paul, Russia, Ritual, and Reform. The Liturgical Reforms of Nikon in the 17th Century, Crestwood, St Vladimir’s Seminary Press, 1991.

Michels Georg B., At War with the Church. Religious Dissent in Seventeenth-Century Russia, Stanford, Stanford University Press, 1999.

Ronchi De Michelis Laura, Eresia e riforma nel cinquecento : la dissidenza religiosa in Russia, Turin, Claudiana, 2000.

Santich Jan Joseph, Missio Moscovitica, The Role of the Jesuits in the Westernization of Russia, 1582-1689, New-York, Peter Lang, 1995.

Ziolkowski Margaret, Tale of Boiarynia Morozova : A Seventeenth-Century Religious Life, Lanham, Lexington Books, 2000.

 

Sites internet :

Carnet de recherche de la section grecque de l’IRHT: http://manuscrits.hypotheses.org/

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle (EA 2616)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search