Séminaire du CERHIC, 26 janvier : Anne Bonzon, La paix au village

Séminaire d’équipe “Normes, cultures, pouvoirs”

Jeudi 26 janvier 2023, de 12 h. 30 à 14 h.,

Campus Croix-Rouge, bâtiment 13, salle E 13.

Le CERHiC aura le plaisir d’accueillir Anne Bonzon, Professeure d’histoire moderne à l’Université de Paris 8 et co-directrice du Centre d’histoire des sociétés médiévales et modernes (MéMo). Elle présentera son dernier livre, La paix au village. Clergé paroissial et règlement des conflits dans la France d’Ancien Régime (Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. “Epoques”, 2022).

Au croisement de l’histoire religieuse et de l’histoire de la justice dans la France moderne, Anne Bonzon a notamment publié Justices croisées. Histoire et enjeux de l’appel comme d’abus (XIVe-XVIIIe siècle (co-dirigé avec Caroline Galland, 2021), ou encore Marc Venard, historien (co-dirigé avec Isabelle Poutrin, Catherine Vincent et Alain Tallon, 2019).


ISBN 979-10-267-1070-7. Prix public : 25 €

La paix au village examine sous un angle inédit les origines des transactions situées en amont ou en marge de la justice institutionnelle : arbitrage, conciliation, médiation, arrangements à l’amiable. Dans un contexte où les politiques publiques cherchent à désengorger les tribunaux, et où de multiples réticences s’expriment face à des instances judiciaires à la fois très critiquées et très sollicitées, ces formes alternatives de règlement des conflits suscitent aujourd’hui un intérêt renouvelé.

A. Bonzon éclaire ainsi un aspect de l’action des curés qui n’a jamais été étudié pour lui-même : l’apaisement des différends. Les conflits et leur résolution nous plongent au cœur de la vie quotidienne des villageois sous l’Ancien Régime à une époque où la Réforme catholique modifie profondément les rapports entre les curés et leurs paroissiens.  Cette enquête menée à partir de sources multiples a permis d’observer à différentes échelles le déroulement de ces arrangements dans la France du XVIIe siècle, et d’analyser le contexte qui les a favorisés, qu’il s’agisse des missions intérieures auxquelles les curés sont associés, des grandes ordonnances de réforme de la justice, de la lutte contre les duels ou de l’action des réseaux dévots. Ainsi, l’étude de ces modestes « artisans de paix » que sont les curés de village éclaire d’un jour nouveau l’histoire de la médiation et de ces formes alternatives de règlement que l’on redécouvre aujourd’hui.

Image : Laurent de La Hyre, Paysage avec la Paix embrassant la Justice, 1654 (Musée d’art de Toledo, Ohio, Etats-Unis d’Amérique).