Soutenance de thèse : Mercè Prats, 7 décembre

Mercè PRATS

a soutenu le 7 décembre 2019 sa thèse de doctorat intitulée Le Teilhardisme : réception, adoption et travestissements de la pensée de Pierre Teilhard de Chardin, à la croisée des sciences et de la foi, au cœur des « Trente glorieuses » en France (1955-1968) préparée sous la direction du Professeur Frédéric Gugelot à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Le jury était composé des professeurs Etienne Fouilloux (professeur invité), Frédéric Gugelot (directeur de la thèse), Véronique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), Denis Pelletier (École Pratique des Hautes Études), , Christian Sorrel (Université de Lyon 2), et Cécile Vanderpelen (Université Libre de Bruxelles).

Pierre Teilhard de Chardin a suscité une immense bibliographie mais le teilhardisme, le courant de pensée qui s’y rattache, n’a jamais été étudié alors qu’il est un des courants novateurs de l’après Seconde Guerre mondiale. Les autorités romaines avaient condamné au silence ce jésuite paléontologue. Certains y avaient vu une nouvelle affaire Galilée. Aux frontières du religieux et des sciences, le teilhardisme ne se cantonne pas aux milieux catholiques ; il se développe dans une société qui vit une modernisation accélérée. La publication posthume des œuvres de Teilhard de Chardin s’est accompagnée de nombreuses polémiques qui touchent les milieux ecclésiastiques, philosophiques et scientifiques. Ce travail se situe à la croisée de plusieurs disciplines des sciences humaines.

Image : Groupe de teilhardiens en prière face à la colline de Vézelay, septembre 1967. Photographie cédée aimablement par Brigitte Collet, Lille.

Séminaire du CERHiC, 28 janvier : Cultures visuelles et sonores

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 28 janvier 2020, de 12 h. 15 à 15 h. 15

Université de Reims, Campus Croix-Rouge, MSH, salle R 112

Cultures visuelles et sonores, du XVIIIe au XXe siècle :

Paul François (Université de Nantes) : Les salles de spectacle parisiennes du XVIIIe siècle en réalité virtuelle.

Paul François est doctorant au Laboratoire des Sciences du Numérique de Nantes (UMR 6004) et au laboratoire L’Antique, Le Moderne (EA 4276) de l’Université de Nantes. Architecte et ingénieur, ses recherches sont orientées sur les usages de l’immersion en réalité virtuelle pour la recherche, la diffusion et la médiation scientifique dans les domaines de l’histoire et de l’archéologie. En développant des outils de gestion des connaissances patrimoniales adaptées à la réalité virtuelle, il s’attèle autant à aider les historiens à visualiser des situations spatiales et sociales disparues, que à aider les archéologues à restituer des bâtiments à partir de vestiges découverts.

Laurent Cuvelier (EHESS) : La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIe siècle.

Laurent Cuvelier est docteur en histoire moderne. Ses travaux portent principalement sur l’histoire des sociétés urbaines dans l’Europe du XVIIIe siècle. Il s’intéresse aux cultures visuelles et matérielles à l’époque des Lumières, ainsi qu’à la circulation de l’information en milieu urbain. C’est à partir de ces différents axes de recherche qu’il a rédigé une thèse au Centre d’histoire de Sciences-Po (CHSP), sur l’appropriation et la gestion de l’espace public par le biais de l’affichage – « La ville captivée. Affichage et économie de l’attention à Paris au XVIIIe siècle ».

Audrey Leblanc (EHESS) : La couleur de mai 1968.

Audrey Leblanc est historienne, docteure de l’EHESS après une thèse soutenue en 2015 intitulée « L’image de Mai 68 : du journalisme à l’histoire ». Elle enseigne en histoire et culture visuelle à l’université de Lille.
Entre 2016 et 2018, lauréate de la bourse annuelle Roederer pour la photographie, chercheuse associée à la BnF, elle est commissaire de l’exposition « Icônes de Mai 68 : les images ont une histoire » (inaugurée au printemps 2018, BnF) et en dirige le catalogue. En 2018-2019, elle anime à l’EHESS le séminaire « Photographie, édition, presse : histoire culturelle des producteurs d’images ». En 2019, lauréate d’une bourse de recherche annuelle de l’Institut Pour la Photographie des Hauts de France, elle mène un projet de recherche, en partenariat avec la Mission photographie des Archives nationales et l’INA, sur la place de la photographie dans les logiques documentaires de l’ORTF. Carnet de recherche en ligne : http://clinoeil.hypotheses.org/

Programme 2019-2020 :

Seminaire_annuel_du_CERHIC-EA2616_de_lUn

Photo : Claude (Flickr, 2019), exposition “Get Up, Stand Up! Changing the World with posters“, l’affiche rebelle ou l’art de la révolte, MIMA, Molenbeeck, Bruxelles (Belgique).

Publication : Faire Musée d’une histoire commune

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution aux éditions du Seuil de l’ouvrage Faire musée d’une histoire commune, dirigé par Patrick Boucheron et Romain Bertrand, coordonné par Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz (membre du CERHiC),  Anouche Kunth et Camille Schmoll.

Ce livre est issu des travaux menés parle comité scientifique chargé de la refonte des galeries permanentes du Musée national de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée).

 

Ce livre a été présenté le 22 novembre 2019 par Patrick Boucheron et Delphine Diaz dans le cadre de l’émission “Le Cours de l’histoire” (Xavier Mauduit), sur France Culture.

Pour réécouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-faire-musee-dune-histoire-commune-et-il-etait-une-fois-les-revolutions

 Présentation du livre par Patrick Boucheron :

“Pourquoi tant de spécialistes reconnus ont-ils décidé de nous suivre et de nous faire confiance dès la première réunion de notre comité ? Sans doute parce que chacun a senti que ce musée, qui ne saurait être le musée des autres, mais doit au contraire être le musée d’un “nous” moins étriqué et plus respirable, n’est pas non plus un musée comme les autres. Au moment où les débats politiques en France et en Europe sont faussés par des crispations idéologiques qui éloignent sans cesse les discours publics d’une mesure seine et juste de la réalité, c’est sans conteste le musée d’histoire dont nous avons besoin. Et puisqu’on en a besoin, d’influentes forces politiques tenteront encore de faire en sorte qu’il soit bridé dans ses ambitions.
Nous avons choisi de disposer dans l’espace des récits, pour dire ici, maintenant, depuis longtemps, “ça a eu lieu”, “ça a lieu là” – il y a lieu de considérer cette histoire. Nous proposons donc ici quelque chose comme une volte-face : par une ruse de l’histoire récente, le Musée national de l’histoire de l’immigration est installé dans le pavillon amiral de l’Exposition coloniale de 1931. Ce piège à regards, chambre noire de l’histoire coloniale, doit désormais se transformer en machine à ouvrir les yeux. Le musée doit investir son lieu car il lui faut affronter son histoire. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’imposer à l’histoire des immigrations une surdétermination coloniale : cette histoire ne peut être que mondiale par vocation et comparatiste par méthode. Il s’agit de prendre la mesure du buissonnement, de la bigarrure dont nous sommes issus. On doit pouvoir s’y retrouver mais pas pour cultiver le petit lopin tranquille des identités.”

http://www.seuil.com/ouvrage/faire-musee-d-une-histoire-commune-collectif/9782021441239