Consommation et histoire, 25 juin

JOURNÉE D’ÉTUDE “CONSOMMATION ET HISTOIRE”

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, MSH bâtiment 13, amphi, le 25 juin 2019 de 9 h. à 18 h.

Organisation scientifique :

Dominique Roux, Professeure de Marketing (laboratoire REGARDS, EA 6292) et Isabelle Poutrin (CERHiC, EA 2616)

9 h. 30 – 10 h. 30 : Introduction par Isabelle Poutrin

10 h. 30 – 12 h. 30 : Session plénière : L’avènement de la consommation de masse.

Intervenant : Jean-Claude Daumas, Professeur d’histoire économique, émérite (Université de Franche-Comté) / IUF, auteur de La Révolution matérielle. Une histoire de la consommation (France, XIXe-XXe siècles).

14 h. – 17 h. 30 : Sessions parallèles Histoire de la consommation, consommation dans l’histoire

Les sessions seront animées par Florence Brach Campsaur (CRH, ESESS), Hélène Gorge (Mercur Research center, Université de Lille), et Dominique Roux (laboratoire REGARDS, Université de Reims Champagne-Ardenne).

« L’histoire de la consommation n’est pas anecdotique » affirme Jean-Claude Daumas en introduction de son dernier ouvrage, La révolution matérielle. Une histoire de la consommation, France XIXe-XXIe siècle (Paris, Flammarion, 2018). C’est même le prisme par lequel la plupart des activités humaines fondamentales – se loger, se nourrir, s’occuper, se distraire – révèlent la nature et l’état de développement d’une société. Et tandis que les approches gestionnaires font du présent et de l’avenir, notamment économique, leur principal souci, l’histoire de la consommation se présente tout à la fois comme un analyseur de la culture matérielle qui nous environne et un révélateur des représentations qui la façonnent et la transforment. Faire l’histoire de la consommation, c’est donc reconstituer la généalogie des formes de production, de distribution et d’usage d’une infinité d’objets et de dispositifs marchands, articuler les processus qui les lient à des pratiques, des significations et des acteurs multiples et démêler l’enchevêtrement complexe d’évènements et d’espaces par et sur lesquels ils se sont déployés. Si les sciences de gestion et le marketing, deux disciplines nouées aux fils de la production matérielle et symbolique qu’elles participent à construire, ambitionnent de conjecturer sur le futur des marchés, nous pensons que c’est par les approches historiques de la consommation qu’elles peuvent gagner en compréhension rétrospective des faits auxquels elles participent et des ressorts de leur propre action sur le monde.

La Journée « Consommation et Histoire », organisée sous l’égide du réseau Alcor-GIT afm (Alternative Consumption Research) vise à rendre plus lisibles notre compréhension de la consommation et ses trajectoires de changement.

Publication : Marc Venard historien

Marc Venard, historien. Sous la direction de Anne Bonzon, Isabelle Poutrin, Alain Tallon et Catherine Vincent. Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection “Histoire”, 2019, 291 p. ISBN : 978-2-7535-7750-3.

Par sa personnalité et son oeuvre, Marc Venard (1929-2014) s’est imposé dans sa génération comme un historien de tout premier plan, qui a contribué au renouvellement des études sur le christianisme au temps des Réformes. Sa méthode, sa réflexion, les voies qu’il a ouvertes par ses travaux sur les confessions, la controverse entre Catholiques et Protestants, les cadres et les pratiques religieuses au XVIe siècle ont marqué et marquent encore profondément la recherche. Les contributions d’amis et d’anciens élèves réunies dans ce volume présentent et prolongent les diverses facettes d’un historien engagé au coeur de son temps et l’activité foisonnante d’un chercheur averti, à la plume incisive, fédérateur d’entreprises collectives qui continuent de se montrer fécondes.

La publication de l’ouvrage a été préparée par :

Anne Bonzon, maître de conférences HDR en histoire moderne (Université de Paris 8 – Vincennes Saint-Denis), secrétaire de la Société d’histoire religieuse de la France,

Isabelle Poutrin, professeur d’histoire moderne (CERHiC, Université de Reims Champagne Ardenne) / IUF,

Alain Tallon, professeur d’histoire moderne, doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge (Université Paris Nanterre), IUF senior honoraire, présidente de la Société d’histoire religieuse de la France.

Ont contribué à ce volume (par ordre de publication) : Anne Bonzon, Alain Tallon, Nicole Lemaitre, Bernard Barboche, Thierry Amalou, André Vauchez, Dominique Julia, Joseph Bergin, Isabelle Poutrin, Françoise Thelamon, Régis Bertrand, Luc Daireaux, Christian Grosse, Marc Mudrak, Virginia Reinburg, Julien Ferrant, Catherine Vincent, Stefano Simiz, Nicolas Guyard, Philippe Martin, Philippe Boutry.

 

 

La transgression en temps de guerre, 3-4 juillet

La transgression en temps de guerre, de l’Antiquité à nos jours

Université de Nantes, Campus Tertre, bâtiment Censive, salle de Conférences, les 3 et 4 juillet 2019.

Organisation scientifique : Nathalie Barrandon, Professeure d’histoire ancienne (CERHiC, Université de Reims Champagne Ardenne) et Isabelle Pimouget-Pedarros, Professeure d’histoire ancienne (CRHIA, Université de Nantes).

Cette troisième table ronde du programme de recherche “La transgression en temps de guerre” explorera de nouveaux aspects du sujet, comme la cruauté et le paroxysme.

L’objectif du programme est de mener une réflexion sur le temps long, en convoquant plusieurs disciplines : outre l’histoire et l’histoire de l’art, le droit, les sciences politiques, l’anthropologie sociale ou encore la philosophie. Chacun des participants, à partir d’un exemple particulier ou d’une problématique générale, posera un jalon à partir duquel nous tenterons de donner un cadre à notre objet d’étude : comment définir la transgression en temps de guerre ? Quels sont les aspects du phénomène qui nous semblent les plus pertinents ? Comment croiser nos analyses et résultats, qui portent sur des espaces et des temps différents, et qui concernent plusieurs champs disciplinaires ? C’est là tout l’enjeu et l’intérêt de ce programme de recherche. La première table ronde (2017) a précisé les contours du sujet. La deuxième (2018) a approfondi certains thèmes : le corps, le sacré, la représentation et la mise en scène de la transgression. Cette troisième et dernière rencontre clôturera le programme, qui fera l’objet d’une publication prévue pour 2020.