Prochain café histoire, « Les Champenois à Versailles », 6 avril

affiche Cafés avril

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 6 AVRIL 2017

« LES CHAMPENOIS A VERSAILLES »

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 6 avril au Saint-Maurice (35, rue Saint-Maurice à Reims), de 18 à 20 h 00.

Nous aurons le plaisir d’écouter Hendrik Ziegler

(Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Reims)

Les Champenois à Versailles

Sous l’Ancien Régime, la Champagne était structurellement liée au siège du pouvoir, Versailles. Plusieurs personnalités champenoises de premier plan eurent une carrière artistique à la cour. Ces personnalités ont-elles créé et maintenu des réseaux, attirant à leur tour des protégés ou des clients champenois à la cour ? Dans quelle mesure l’appartenance à la Champagne a pu influencer la carrière de certains artistes, hommes de lettres ou hommes de pouvoir ? À l’inverse, quelles relations ces Champenois de Versailles entretiennent-ils avec leur région d’origine ?

L’approche biographique retenue ici permet de mieux apprécier l’importance du clientélisme champenois à la cour de Versailles et la contribution de ces réseaux à la constitution d’une identité culturelle et politique champenoise.

Voir l’affiche

flyer-café-avril.pdf

Axe 3 du contrat de laboratoire pour 2018-2022

 

Axe 3 : Modèles, cultures et transmissions

 

            Cet axe vise à poursuivre les recherches menées depuis plusieurs années au CERHiC sur l’histoire des savoirs et de l’école, d’une part, les normes artistiques, d’autre part, les pratiques religieuses enfin. L’objectif est désormais de développer des problématiques transversales à ces champs traités jusqu’ici de façon indépendante, à travers deux sous-axes. Si le premier s’inscrit dans la continuité du précédent quinquennal avec de nouvelles inflexions, le second a pour ambition de développer une approche interdisciplinaire absente du précédent programme. Tous deux s’attachent aux systèmes de pensée, aux processus de production, de transmission et d’appropriation des savoirs et des images. Ceux-ci prennent sens à travers des pratiques, des enjeux sociaux, politiques et religieux, des dispositifs visant à susciter l’adhésion. Ces recherches sont mises en œuvre dans le cadre d’une collaboration entre historiens de l’art, musicologues et historiens, avec ouverture à d’autres disciplines.

 

  1. Savoir, former, transmettre

 

           Il s’agit de combiner deux approches d’une histoire intellectuelle au sens large. L’une, « internaliste », s’intéresse à l’élaboration des savoirs, à leurs contenus et aux méthodes de travail. L’autre, « externaliste », réside dans une histoire sociale des milieux savants et scolaires, souvent polarisés par des institutions : l’école et l’université, mais aussi les bibliothèques et les musées. Les musicologues travaillent sur des institutions d’enseignement musical, en particulier la Schola cantorum parisienne au tournant des XIXe et XXe siècles, dont ils s’attachent à suivre les traces de l’enseignement théorique au sein des productions artistiques des compositeurs ayant fréquenté cette école. La comparaison avec d’autres établissements permet de faire émerger une normativité esthétique propre à chaque école.

Pour transmettre les savoirs, les lieux d’enseignement contribuèrent à les organiser en disciplines, traçant des frontières entre celles-ci générant parfois des conflits de territoires. Aux époques médiévales et modernes, les investigations portent d’une part sur la constitution de la théologie en discipline et sur les articulations entre sciences juridiques et théologiques. Le projet « AUGUSTINissimUS » proposé à l’ANR (résultat juillet 2017) explore comment les œuvres d’Augustin circulèrent dans les bibliothèques universitaires et alimentèrent la pensée médiévale. Pour les époques moderne (participation au programme « Babel – Rome. La nature du monde et ses langues dans la Rome du XVIe siècle », soutenu par l’Ecole française de Rome) et contemporaine, l’enseignement des langues sera envisagé dans ses pratiques et ses structures.

Productrices de normes pédagogiques, voire idéologiques, les institutions de formation des enseignants feront l’objet d’une attention particulière. À l’époque contemporaine, les transformations des écoles normales d’instituteurs et d’institutrices autour de Mai 1968 feront l’objet de travaux. Dans la perspective du cinquantenaire de Mai 68, leur étude sera prolongée par l’analyse, sur une échelle régionale (rompant ainsi avec le tropisme parisien), des agitations lycéennes et universitaires.

Mise en évidence par Michel Foucault, la fonction normalisatrice de l’école est aussi inhérente à l’institution. Elle sera étudiée en tenant compte des enjeux propres aux disciplines scolaires, aux stratégies des personnels ainsi qu’aux demandes des usagers, elles-mêmes en lien avec les mutations sociales et les transformations des mentalités. Les internats seront abordés dans cette optique. Par ailleurs, la question de la laïcité fera l’objet de travaux, en lien avec les mutations récentes et les débats sur sa définition même, des controverses qui témoignent de la concurrence des normes au sein même d’une notion réputée rassembleuse.

Enfin, signalons que ces problématiques trouveront un terrain particulièrement propice grâce au fait que le CERHiC a obtenu en 2016 la gestion scientifique du Centre de Recherche – Musée aubois d’histoire de l’éducation, dont les archives sont particulièrement riches (45 000 documents).

 

  1. Mises en images, mises en rituel

 

            L’objectif de ce sous-axe est de réunir des chercheurs du laboratoire spécialistes d’histoire ou d’histoire de l’art et de développer des collaborations avec d’autres chercheurs en SHS membres des autres laboratoires rémois ou d’autres institutions (particulièrement en anthropologie, sociologie, sémiotique, littérature, esthétique, droit), sans oublier le pôle ‘Arts’ de l’Université de Reims (ce qui permet d’intégrer aussi les arts du spectacle) qui devrait voir le jour. Il s’agit de développer une approche interdisciplinaire sur le socle des visual culture studies afin de faciliter et d’interroger la circulation de concepts entre disciplines, de croiser les approches sur des objets historiographiques riches mais complexes, d’expérimenter la possibilité de déplacements épistémologiques. La référence aux travaux sur la Visual Culture est donc explicite, s’inspirant tout particulièrement des recherches de Michael Baxandall, David Freedberg ou Hans Belting. L’intérêt est plus particulièrement porté ici au statut ontologique de l’image (dans la lignée de Georges Didi-Huberman), aux interactions entre esthétique et histoire sociale, à l’approche anthropologique qui lie l’image, le corps et le lieu. Comme l’indique le titre du sous-axe, l’accent est mis sur les processus de production, d’appropriation et d’activation qui font de l’image une réalité vivante et agissante à travers des pratiques sociales, religieuses et politiques. Ces mises en rituel de l’image, qui peuvent être doublées par des mises en image du rituel, sont aussi l’objet de conflits ou bien cristallisent des tensions déjà existantes. Les iconoclasmes contribuent à mettre en évidence les enjeux considérables de ces liens entre images et rituels, révélant crises et exclusions que la normalisation des images cherche à occulter ou donne à lire d’une manière qui est déterminée par l’idéologie, l’épistémè, les processus de domination, la nécessité de faire croire, mais aussi par l’histoire du regard. Les investigations portent sur la longue durée, questionnent la diversité des images, s’inscrivent dans des champs géographiques variés, visant aussi bien à mettre en valeur le patrimoine champenois qu’à étudier les rencontres et confrontations culturelles entre Européens et non-Européens sur cette question. Séminaire et journées d’étude permettent de mettre en œuvre ces recherches, également développées en lien avec le Centre de recherche du château de Versailles et le projet en humanités numériques « Versailles-Paris 1700 : visions allemandes ».

 

Axe 2 du contrat du laboratoire pour 2018-2022

Axe 2 : Espaces, territoires et mobilités

 

Les dimensions spatiales et territoriales des problématiques historiques sont une préoccupation constante du CERHiC, dans une perspective multiscalaire, non moins que celles liées au patrimoine.

 

  1. Patrimoine(s) matériels et immatériels(s)

 

La dimension patrimoniale des recherches menées au sein du CERHiC est de longue date essentielle. La constitution de la nouvelle région Grand-Est pose assurément des problèmes de financements et d’orientation des politiques de recherche (absence de lisibilité) que les enseignants-chercheurs ne peuvent résoudre. Ils considèrent qu’au-delà des évolutions des politiques publiques en la matière, l’intérêt pour le patrimoine champardennais doit être maintenu. Les sources locales sont très riches, elles continueront d’être exploitées par les enseignants-chercheurs eux-mêmes, comme par les étudiants auxquels elles fournissent matière à des Master Recherche, voire des doctorats, quoi que plus rarement.

On continuera donc, notamment en histoire médiévale, moderne et contemporaine, de porter un intérêt soutenu au patrimoine régional, historique et artistique de la Champagne et des Ardennes. Les recherches seront amplifiées sur la vigne et le vin de Champagne (coteaux, maisons et caves ont été distinguées par l’UNESCO en 2015, ce qui offre quelques perspectives nouvelles), notamment autour des savoir-faire des Maisons de champagne, et en lien avec l’Institut Georges Chappaz de la vigne et du vin en Champagne (http://www.univ-reims.fr/site/institut-georges-chappaz-de-la-vigne-et-du-vin/actualites,17666,31254.html?).

Les commémorations liées à la Première Guerre mondiale et ses suites continueront d’alimenter nos travaux, avec notamment trois projets déjà amorcés. Les recherches menées en 2013-2016 sur le champagne et la Grande guerre seront poursuivies. De même, le projet « Mythe et guerre », en collaboration entre le CERHiC, le labEx ENHE et Sciences Po Lille, amorcé en 2016, se poursuivra jusqu’en 2018 et débouchera sur une publication. Enfin, un nouveau chantier sera ouvert, dans le cadre d’un partenariat nouveau lui aussi (validé en mai 2016) autour de la « Cote 108 », gérée par l’association de Berry-au-Bac. Le CERHiC deviendra le correspondant universitaire et scientifique de cette association (à la suite de l’IHTP – Institut d’Histoire du Temps Présent, qui a dû de désengager pour raison de départ du correspondant pour l’étranger). Ce haut lieu de la guerre des mines permettra une mise en lumière de la dimension humaine du conflit.

Du côté du patrimoine immatériel, musicologues et historiens ont lancé un ambitieux et long chantier de restitution de l’œuvre musicale de Henri Hardouin – dont le fonds (de plus de 400 manuscrits conservés à la Bibliothèque municipale de Reims) constitue l’un des témoignages les plus complets de la musique religieuse en province dans la seconde moitié du XVIIIe siècle – a été entrepris. Les objectifs de ce travail impliquant plusieurs enseignants-chercheurs et étudiants du département de musicologie, sont de produire des éditions de partitions et de réaliser des concerts : il s’agit ainsi de mieux connaître ce maître de musique emblématique de la cathédrale de Reims, et au-delà, de mieux cerner les pratiques musicales – encore mal connues – de l’église en province durant cette période alors dominée par l’opéra-comique.

 

  1. Mobilités et circulations

 

Plusieurs membres du CERHiC sont engagés dans des recherches consacrées aux mobilités. Attentifs à leur inscription dans l’espace, leurs travaux s’intéressent aux déplacements d’hommes et de femmes et s’attachent à mettre en évidence les circulations normatives, culturelles et éducatives qui les accompagnent.

L’exil constitue l’une des premières formes de mobilité étudiées au sein du CERHiC, qui accueille de 2016 à 2020 le projet ANR JCJC « AsileuropeXIX » portant sur les mobilités contraintes et les politiques migratoires dans l’Europe du XIXe siècle, en association avec le Musée national de l’histoire de l’immigration. La question des circulations dans et vers l’espace urbain fait l’objet de recherches collectives pour les époques moderne et contemporaine : l’analyse de la réception en ville des voyageurs, migrants et vagabonds, permet d’aborder la géographie des lieux d’accueil ainsi que celle des espaces de transition ou de rupture urbaine (murs, portes, faubourgs).

L’inscription dans l’espace de ces mobilités retient ainsi l’attention de plusieurs membres du CERHiC. En histoire ancienne, l’étude de l’espace athénien et de ses reconfigurations à l’époque hellénistique met l’accent sur les jeux d’échelles, proposant une approche dynamique des territoires grecs et jouant sur la dialectique entre local et global. Cette même dialectique sera également au cœur de l’exploitation du corpus Biblioteca bio-bibliografica della Terra santa e dell’Oriente francescano mis en ligne par le CERHiC fin 2016 (TELMA), et du programme « Transnational elites », porté par l’Université de Manchester, auquel participe un membre du CERHiC, qui contribuera à une meilleure connaissance des individus et des groupes nobiliaires et élitaires européens de l’époque moderne au XXe siècle. L’analyse des expositions coloniales, universelles et internationales, du XIXe au XXIe siècle, permettra d’élaborer une géographie précise de ces outils de la mondialisation et de l’homogénéisation culturelle dans les sociétés contemporaines.

Les mobilités s’accompagnent de circulations de pratiques culturelles et de modèles éducatifs, objets de recherches collectives au CERHiC. Le voyage, qui induit échanges et hybridations littéraires et architecturales, est au cœur du programme ANR-DFG « ARCHITRAVE » (2017-2019), consacré aux récits de voyage rédigés par les Allemands à Versailles au XVIIIe siècle. Les circulations de pratiques musicales constituent un axe fort des travaux des musicologues, engagés dans l’histoire des influences musicales franco-espagnoles et dans celle des spectacles forains au XVIIIe siècle, en privilégiant l’étude de pratiques jugées « mineures », comme les spectacles de marionnettes : en 2018, un colloque co-organisé avec l’ANR « CIRESFI » – dont le CERHiC est partenaire – et l’Institut international de la marionnette de Charleville permettra de fixer un programme de recherches sur ce sujet neuf. Enfin, les transpositions de modèles éducatifs font l’objet de recherches autour des systèmes universitaires italien, allemand et français. Le CERHiC contribue ainsi au projet ANR « ATELIER » qui verra l’édition numérique des manuscrits de l’italianiste et traducteur Georges Hérelle conservés à la Médiathèque du Grand Troyes.

L’axe 1 du contrat du laboratoire pour 2018-2022

Axe 1 : Normes, individu(s) et société(s)

 

  1. Fabrique et conflits de normes 

L’intérêt pour la norme, notion plurielle, plastique et frontalière de champs de recherche variés, s’inscrit dans une durée propice aux approfondissements et aux renouvellements. La fabrique de la norme a démontré sa productivité, sa capacité fédératrice et son aptitude à s’enrichir des travaux en cours comme des évolutions générales de l’historiographie. Le programme « Enfermements », depuis 2009 (en lien notamment avec le LabEx Hastec), ou le programme « Fulmen. Excommunication et censures spirituelles de l’Antiquité à nos jour » (2017-2021) avec l’École Française de Rome, l’attestent. Plurielle, la fabrique de normes elles-mêmes plurielles constitue une thématique transversale, susceptible de mobiliser des ressources documentaires et thématiques diverses et d’être souplement infléchie en fonction des recherches conduites dans et hors de l’équipe par des historiens, mais aussi par des juristes.

Dans une optique qui concentre l’attention sur les processus d’élaboration des normes, les conflits de normes présentent une pertinence particulière. Leurs modes de résolution seront étudiés sans édulcorer leur substance polémique ni minorer les phénomènes d’affrontement ou de tension entre des instances normatives, mais aussi entre des systèmes de références que ces moments de crise contribuent à éclairer. La place faite aux acteurs est un autre principe directeur du projet. Au-delà d’une approche processuelle des conflits et de leur résolution, on s’attachera aux modes informels persistants de la « régulation sociale des conflits ». Ces problématiques s’inscrivent par ailleurs dans les thématiques de la SFR Gaston-Bachelard, qui devrait permettre, au sein de l’université de Reims et au-delà, des échanges avec des chercheurs d’autres spécialités (Lettres, Droit, Économie).

Enfin, un programme d’humanités numériques en cours d’achèvement, en partenariat avec le Consortium Sources médiévales COSME (TGIR-Huma-Num : http://cosme.hypotheses.org/), rendra accessible en ligne les six premiers tomes du Bullarium franciscanum. Il mettra à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale une documentation normative de grande importance pour l’histoire religieuse, politique et culturelle. Cette opération a vocation à être poursuivie pour les tomes suivants, par l’obtention de financements extérieurs.

            Propice au partage et à la discussion d’objets distants, combinant réflexion théorique et étude de situations concrètes, ce sous-axe donnera lieu à de nouvelles journées d’études et publications collectives et permettra la pérennisation de collaborations fructueuses avec d’autres unités de recherche et institutions françaises et internationales (LAMOP, École française de Rome, Fonds National de la Recherche Scientifique belge, etc.), en mobilisant les spécialistes de toutes les périodes et, dans une moindre mesure, les musicologues.

  1. Modalités des relations sociales : construction, négociation, pratiques

Il s’agit de se saisir de formes d’identification individuelle et collective qui, ne relevant pas seulement de processus d’institutionnalisation et de judiciarisation, procèdent de prescriptions informelles qui sont forgées par les acteurs et par rapport auxquelles ils se définissent et se positionnent dans la mise en œuvre de leurs stratégies, leurs pratiques et leurs discours. Les modalités d’inclusion et d’exclusion, mais aussi les mécanismes de hiérarchisation et de marginalisation qui sont à l’œuvre dans le champ social sont envisagés dans un champ instable d’opportunités et de contraintes.

Le genre apparaît ainsi comme un critère déterminant dans la construction de figures édifiantes par le fait qu’elles incarnent les modèles dominants ou, au contraire, s’en démarquent. Il en va de même pour l’appréhension comme expériences sociales de crises telles que les faits de violence et les guerres, lesquelles sont susceptibles de susciter un sentiment de menace face au brouillage et à la redéfinition des rôles, notamment dans la sphère familiale.

La famille est un observatoire privilégié de la tension entre une inclusion ritualisée et des pratiques marquées du sceau de l’implicite et du pragmatisme. Il s’agit d’abord d’interroger le fondement et l’efficience de discours (notamment ecclésiastiques) qui construisent un modèle familial pétri d’affect et de concorde, alors que les stratégies matrimoniales mettent en œuvre les intérêts des lignages et des groupes auxquels appartiennent les individus et participent de la légitimation des filiations, indissociable des enjeux de transmission et de reproduction patrimoniale, sociale et symbolique.

La notion de communauté, entendue au sens de groupes de valeurs ayant des intérêts partagés et une conscience collective unitaire, est envisagée selon une triple entrée : d’une part, par le religieux et le confessionnel, incluant, entre autres, la dimension paroissiale, ecclésiale et monastique (à l’instar de l’ANR « Colemon » à laquelle participe le CERHiC, ainsi que dans le cadre du projet « Normes et pratiques du religieux entre Orient et Occident (ixe-xixe siècle). Une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (2017-2021) en collaboration avec l’École française de Rome) ; d’autre part, par le politique, comme l’illustre l’enquête sur les gauches alternatives du dernier tiers du XXe siècle ; enfin, par le professionnel, en particulier dans le cadre scolaire.

Ces modalités de construction du social sont partie prenante de rapports de pouvoir, qui se traduisent par des pratiques exprimant la domination sociale et visant à son intériorisation. Les lieux de pouvoir et de sociabilité élitaire, tels que les cours, participent ainsi d’habitus générateurs de prestige et consommateurs de luxe (une thématique qui s’inscrit dans le prolongement du séminaire d’équipe mis en place en 2016), générateurs de prestige et producteurs de distinction.

Lundi 13 mars: journée d’études « Dieu avec nous? », bibliothèque R. de Sorbon

Lundi 13 mars 2017 se tiendra la journée d’études

Dieu avec nous ?
Pratiques religieuses élitaires en contexte de crise politique et/ou militaire (France, XVIIe-XXe siècles)

organisée par Véronique Beaulande-Barraud, Bertrand Goujon et Frédéric Gugelot

Campus Croix-Rouge, bibliothèque Robert de Sorbon, salle 140

Après avoir abordé en 2013 la pertinence du concept d’« élites » appliqué au monde des clercs, puis en 2015 les pratiques charitables des élites urbaines, cette 3e journée d’études du sous-axe « Pratiques religieuses des élites » se propose de réinterroger le topos d’un soutien naturel des élites à la religion, d’un intérêt commun d’un groupe social dominant à défendre la nécessité des religions (ou de l’Église) comme ordre, comme force de conservation sociale et de légitimation des hiérarchies et des autorités, à des moments de crises et lors de conflits qui bouleversent l’ordre établi et interrogent sur le destin d’un pays et de ses élites. Or l’« alliance du trône et de l’autel », « du sabre et du goupillon » ne va pas toujours de soi : à maints égards, le religieux est partie prenante des ruptures politiques et militaires qui mettent les élites au défi d’adapter leurs pratiques et leur spiritualité  à une nouvelle donne susceptible de compromettre les pouvoirs en place et d’en engager la redéfinition.

Programme:

9h15 : Accueil
9h30 : Véronique Beaulande et Bertrand Goujon, « Introduction »

10h : Julien Léonard (Université de Lorraine)
« Les pratiques religieuses des élites réfugiées françaises à Berlin, source de crise au début des années 1690 »

10h30 : Céline Borello (Université du Mans)
« La prédication protestante urbaine durant la période révolutionnaire (1789-1802) »

11h : Yves Verneuil (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Une élite intellectuelle entre Dieu et la science : les professeurs de lycée de l’Affaire Dreyfus au combisme »

11h30 : Débats

12h : Repas

13h30 : Caroline Muller (Université de Reims Champagne-Ardenne) « Réparer 1870. Un temps de politisation de la spiritualité des élites »

14h : Jérôme Bocquet (Université d’Orléans)
« La guerre, Dieu et l’Église, l’armée devant les « événements » d’Algérie »

14h30 : Un atelier d’étudiants de Master :
Anne-Claire Lefetz
«Pratiques charitables et religieuses d’un « grand ». Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld-Doudeauville et l’occupation de 1815 »
Antony Dussart
« Ernest Bugg et la défaite de 1870 »

15h15 : Frédéric Gugelot, « Conclusion »

N. Vargaftig, Itinéraire d’un diamant – 9 mars au CERHiC

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun du CERHiC qui aura lieu jeudi 9 mars 2017, de 12h30 à 14h, sur le campus Croix Rouge, bâtiment recherche (salle R112).

L’actualité de la recherche au CERHiC :

Présentation de travaux de Nadia Vargaftig

(MCF en histoire contemporaine)

« Itinéraire d’un diamant: l’Angola sous administration portugaise dans les circuits commerciaux diamantaires (1917-1975) »

L’évocation du diamant renvoie à une foule de représentations fortement antithétiques, puisant dans une culture médiatique et populaire qui va de Rihanna à Marilyn Monroe en passant par James Bond, Graham Greene et Leonardo di Caprio.

De ce corpus ressort ainsi un imaginaire fort autour de cette pierre précieuse, fait de « glamour », de richesse, d’élitisme et de violence. Pierre de pouvoir puis pierre d’amour, sa composition et sa dureté en soulignent la rareté et l’éternité, renvoyant à des valeurs constitutives de l’objet de luxe et de ses usages.

Mais au-delà de la fascination qu’il exerce et d’une possible histoire de ses représentations, l’histoire du diamant est aussi celle d’un bien de consommation dont les historiens ont tenté d’identifier la conformité autant que les spécificités vis-à-vis des règles et des lois du marché : histoire de réseaux, de capitaux et de monopoles, histoire de mineurs, d’ingénieurs, d’artisans, de négociants et de consommateurs. Objet global depuis l’origine, parti des mines indiennes épuisées dès le milieu du XVIIIe siècle jusqu’aux vastes ressources du continent africain, en passant par l’intermède brésilien du premier XIXe siècle, il transita longtemps par Lisbonne, première capitale de la taille avant d’être supplantée par Anvers. Mais ce fut très tôt à Londres que se fixèrent les prix et les pratiques d’un commerce dont on ne saurait assez souligner le caractère résolument opaque voire occulte.

Dans ce contexte général il s’agira de s’intéresser à la place d’une partie du territoire angolais, sous administration portugaise pendant ce que l’on a nommé le « dernier empire » portugais, des XIXe-XXe siècle. Territoire administré par la DIAMANG, vaste entreprise multinationale mise au service des intérêts nationaux et impériaux portugais, il prit la forme d’une concession en 1917, cinq ans après qu’eurent été découverts les premiers filons diamantifères dans la région frontalière avec le Congo belge, lui-même administré par une entreprise concessionnaire, la FORMINIERE.

Véronique Beaulande-Barraud : « Les filles au Moyen Âge », mardi 7 mars

Nous avons le plaisir d’annoncer la participation de Véronique Beaulande-Barraud à la projection du film

Les filles au Moyen Âge

de Hubert Viel, 88′, Artisan du Film

dans le cadre du programme « Recherche en docs » (URCA-SUAC)

 Un grand-père, interprété par Michael Londsdale, fait remonter le temps à ses petits-enfants pour qu’ils découvrent le vrai visage du Moyen Âge, et notamment la place très importante qu’y occupaient les femmes. À contre-courant de ce que l’on entend en général sur le Moyen Âge, c’est un film à découvrir en famille! Surprenant et joyeux, il utilise à la fois le registre de la comédie burlesque et celui du film à sketches.
Une comédie basée sur les recherches de l’historienne Régine Pernoud qui réhabilite la condition des femmes au Moyen Âge.
Quand? Mardi 7 mars à partir de 19h
Où? Villa Douce, Boulevard de la Paix