Archives de catégorie : Séminaires du CERHIC

Programme du séminaire du CERHiC – 21 mars 2015

Séminaire du CERHiC – EA 2616

Actualité des recherches en Histoire

Samedi 21 mars 2015

Reims, Institut Universitaire du Temps Libre – 52 rue Libergier

 

10 h 00

Accueil des participants

 

10 h 15 – 10 h 55

Elsa Marmursztejn, Maître de conférences en Histoire Médiévale –HDR- CERHiC – EA 2616, Le baptême forcé des enfants juifs. Question scolastique, enjeu politique, échos contemporains

 

10 h 55 – 11 h 10

Discussion

 

11 h 10 – 11 h 25

Pause-café

 

11 h 25 – 11 h 55

Marc Roquet, Doctorant en Histoire Contemporaine – CERHiC – EA 2616, Le parti communiste roumain à Bucarest (1944 – 1948)

 

11 h 55 – 12 h 10

Discussion

 

12 h 15

Pause – dejeuner

 

14 h 15 – 14 h 55

Tanja Itgenshorst, Professeure d’Histoire Ancienne – CERHiC – EA 2616, La pensée politique à l’époque grecque archaïque

 

14 h 55 – 15 h 10

Discussion

 

15 h 10 – 15 h 50

Bruno Restif, Maître de conférences en Histoire Moderne – CERHiC – EA 2616, La Bretagne et ses marges, terre d’apogée de la communauté paroissiale

 

15 h 50 – 16 h 05

Discussion

 

16 h 20

Clôture

 

Pour télécharger le programme :

Programme_seminaire

Les christianismes dans l’Orient européen et méditerranéen (XVe-XIXe siècle)

Pratulin_martyrs_in_1874
Séminaire organisé avec le soutien du CeSor (EHESS) et du CERHiC (Université de Reims Champagne-Ardenne)

 

Les christianismes dans l’Orient européen et méditerranéen (XVe-XIXe siècle)

Échanges, compétitions, mimétismes

De 11 h à 13 h, EHESS, salle Alphonse-Dupront, 10 rue Monsieur-le-Prince 75006 Paris – Métro : ligne 4, Station Odéon
 Séminaire organisé et animé par :
·         Aurélien Girard (aurelien.girard@univ-reims.fr), maître de conférences à l’université de Reims Champagne-Ardenne
·         Bernard Heyberger (bernard.heyberger@ehess.fr), directeur d’études à l’EHESS, directeur d’études à l’EPHE. (Cet enseignant est référent pour cette UE)
·         Laurent Tatarenko (laurent.tatarenko@efrome.it), membre scientifique de l’École française de Rome.

 

Du temps des réformes à l’âge des nationalismes, les communautés chrétiennes de l’Europe orientale et de l’Empire ottoman connurent de profondes mutations politiques et religieuses. L’historiographie récente a entrepris de renouveler l’étude de ces communautés. Mais la connaissance des langues, la spécialisation par aires culturelles voire par confessions, ou encore un cloisonnement par traditions nationales, n’ont pas permis jusqu’alors de saisir les mutations dans leur globalité. Ce séminaire connectera des historiographies et mettra en dialogue les recherches en cours, non seulement pour dégager les circulations entre les espaces et les échanges entre les communautés, mais aussi pour décrire la cristallisation des confessions rivales, un processus ni linéaire ni achevé. Nous croiserons donc les points de vue et les échelles d’observation, depuis l’analyse des parcours individuels jusqu’à l’ecclésiologie. Nous prêterons une attention particulière au problème de la transposition des modèles culturels et institutionnels, et à l’imitation de l’adversaire confessionnel dans la compétition locale. Il s’agit donc de dégager un ensemble d’objets d’étude, qui peuvent aussi dépasser l’espace indiqué, et de notions communes qui, sans effacer la spécificité des contextes et des sociétés considérés, offriraient des pistes pour l’écriture d’une histoire croisée du fait religieux sur les frontières confessionnelles de l’Europe et de l’espace méditerranéen.

 

  • 4 février 2015 : Elena Astafieva (CNRS-CERCEC) : Le savoir moderne de l’Église orthodoxe russe sur le catholicisme (XIXe-début du XXe siècle)

 

  • 4 mars 2015 : Ovidiu Olar (CRH-EHESS) : Cyrille Loukaris : un patriarche oriental au « temps des confessions ».

 

  • 1er avril 2015 : Sebastien Garnier (EPHE) : Questions liturgiques chez les chrétiens de l’empire ottoman.

 

  • 6 mai 2015 : Vassa Kontouma (EPHE) : La « Confession de foi » de Dosithée II de Jérusalem (1672).

 

  • 20 mai 2015 : Bernard Heyberger (EHESS-EPHE) / Nikki Papailiaki (EPHE) / Laurent Tatarenko (École française de Rome) : Les confréries chrétiennes (XVIe-XVIIIe siècle) : sociabilités, dévotions et concurrences (mer Égée, Proche-Orient, République polono-lituanienne).

 

  • 3 juin 2015 : Ihor Skočyljas (Université catholique ukrainienne de L’viv) : Slavia unita et Slavia orthodoxa face aux modèles du christianisme occidental : la formation des entités ecclésiales de la métropole de Kiev entre l’Union de Brest et l’Âge des Lumières (XVIe-XVIIIe siècle). Discutant : Alexandre Lavrov (université Paris IV-Sorbonne)

Séminaires de Tanja Itgenshorst, 2014-2015

Présentation des séminaires (2014-2015) de Tanja Itgenshorst, professeure d’histoire ancienne et membre du CERHiC.

 

Premier semestre

Questions de méthodologie : combats, fêtes, mobilités – le monde des citoyens à l’époque grecque archaïque

Tanja Itgenshorst

CM et TD, Master 1 et 2, premier semestre

Jeudi, de 16h30 à 18h00

 

Ce cours explorera la naissance et l’évolution de l’idée et du phénomène du citoyen à travers l’époque archaïque. En prenant comme point de départ une notion de citoyen d’un sens plutôt informel, on consacrera une grande partie du cours aux occupations des membres de l’élite sociale dans l’univers des communautés grecques à cette époque qui précède la Grèce classique. Par ailleurs, on privilégiera la discussion de problèmes de méthode, au niveau de l’analyse des sources antiques ainsi qu’au niveau de la réflexion sur les démarches proposées par l’historiographie contemporaine.

Les séances seront consacrées aux thématiques suivantes : l’époque grecque archaïque et ses propriétés ; Les épopées d’Homère ; Les œuvres d’Hésiode ; Archéologie I : espaces publics et temples ; Archéologie II : la céramique ; La poésie archaïque ; Les sources de l’époque classique : Hérodote et d’autres auteurs ; Synthèse : exemples des historiographies francophone et anglophone.

 

 

Séminaire de Master 1 recherche : Les provinces dans l’Empire romain

Tanja Itgenshorst

CM, Master 1, premier semestre

Le jeudi, de 10h00 à 12h00

 

L’expansion militaire des Romains depuis la Première Guerre Punique eut comme conséquence à la nécessité de trouver des nouvelles formes d’organisation pour contrôler les territoires acquis pendant la guerre. C’est dans ce contexte que les Romains « inventèrent » la province (provincia) comme unité administrative dont ils se servirent désormais pour tout territoire conquis et intégré dans leur empire. Le cours traitera de l’évolution des principes de l’administration provinciale sous la République jusqu’à l’époque du Haut Empire.

Les séances seront consacrées aux thématiques suivantes : Préliminaires : les institutions de la république romaine, les sources ; Perspective chronologique : Les débuts : la provincia pendant la Première Guerre Punique ; Perspective systématique : L’organisation d’une province sous la république : Sicile au Ier siècle av. J.-C. ; L’expérience de la Macédoine (167-146 av. J.-C.) ; L’Espagne au IIème et Ier siècle av. J.-C. ; L’organisation d’une province sous l’époque d’Auguste : introduction au système politique du principat ; Les provinces sous Auguste : la vie civile – la vie militaire – la vie religieuse ; Deux cas d’étude sous le Haut Empire : l’Égypte – le Pont-Bithynie ; Résumé : Essai d’une perspective comparatiste – discussion de : Frédéric Hurlet, (Re)penser l’Empire romain. Le défi de la comparaison historique, Dialogues d’histoire ancienne, supplément 5, p. 107-140.

 

 

Séminaire de Master 2 recherche : Religions romaines

Tanja Itgenshorst

CM, Master 2, premier semestre

Le mercredi, de 15h15 à 17h15

 

Au IIe siècle av. J.-C., l’historien grec Polybe nous présente les Romains comme étant caractérisés par une mentalité profondément religieuse. Mais Polybe n’en est pas le seul ; les sources romaines montrent à leur tour que les dieux n’ont pas seulement accompagné le cycle de la vie familiale et « privée » des Romains, mais également leur communication politique ainsi que toute action publique – et cela non seulement à l’époque républicaine, mais bien au-delà. L’historiographie contemporaine est également au cœur de la thématique, car les différentes approches ont créé, à travers les siècles, des visions très diverses des croyances des Anciens.

Les séances seront consacrées aux thématiques suivantes : Introduction: Les sources, problèmes de méthode ; Historiographie I : un modèle de décadence : Mommsen, Wissowa ; Historiographie II : le modèle d’un archétype indo-européen : Fustel de Coulanges ; Historiographie III : Un modèle d’orthopraxie : John Scheid et autres ; Religion et pouvoir dans la pratique : prêtres, temples, rites ; De la république au Haut-Empire : une nouvelle balance entre pouvoir et religion ?; Les débuts du christianisme ; Isis, Mithra, Judaïsme, christianisme, culte impérial : les religions dans l’Empire romain ; Synthèse : le pluralisme religieux au IVe s. apr. J.-C.

 

 

 

Second semestre

 

Séminaire de Master recherche : Questions de méthodologie et problèmes actuels de l’historiographie

Tanja Itgenshorst

CM, Master 1 et 2, second semestre

Le jeudi, de 10h00 à 12h00

 

Dans le cadre de ce séminaire de recherche seront présentés et discutés des débats récents dans l’historiographie en histoire ancienne. Ces discussions prendront comme point de départ autant des publications récentes en histoire grecque et romaine que les thématiques abordées dans les mémoires de master recherche des participants de ce séminaire.