Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Soutenance d’habilitation – Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.

Juridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence.

 

Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.

Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.

M. Julien Théry, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.

Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.

Aux frontières des Églises et des États

Colloque international

Aux frontières des Églises et des États : allégeances politiques et affiliations ecclésiales à l’âge confessionnel1999_1_IN1

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, Reims, 4-5 décembre 2015

 Affiche et Programme à télécharger

Inscriptions en français : http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=FRONT-EGLISES

Inscriptions en anglaishttp://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=en&semId=FRONT-EGLISES

 

Présentation et programme

L’historiographie du politico-religieux à l’époque moderne a été profondément renouvelée ces dernières décennies en s’affranchissant des paradigmes anachroniques de la « laïcisation » ou de la « sécularisation » et en restituant avec finesse les recompositions du théologico-politique et les transferts de sacralité. Ces recherches ont toutefois très largement ignoré l’Église comme forme englobante concurrente de l’État et l’ecclésiologie comme discours sur le social. Ce parti-pris est plus marqué en France qu’ailleurs en Europe : l’historiographie de la confessionnalisation a souligné l’étroite imbrication des États et des Églises, quand les historiens français ont vu « en l’État avant tout une alternative à l’Église » (Alain Tallon).

Il y a pourtant de bonnes raisons de penser, avec Paolo Prodi, que le fait le plus important, sur le temps long de l’histoire occidentale, a été la double appartenance des sujets/fidèles à l’État et à l’Église. Pour explorer l’histoire croisée des allégeances politiques et des affiliations ecclésiales, ce colloque se situe à l’intersection de l’histoire du politique et de l’histoire du doctrinal. Il s’inscrit dans le cadre du « tournant ecclésiologique » (Philippe Büttgen) de l’histoire religieuse. Après une rencontre consacrée aux théories du schisme (http://mefrim.revues.org/1788), il s’agit de saisir, sur de multiples terrains et selon une approche résolument comparatiste, les liens d’appartenance qui constituent l’Église et l’État. Entre l’obédience à l’une et la sujétion à l’autre, il peut y avoir coïncidence ou incompatibilité, interaction ou conflit, perméabilité ou imperméabilité, en fonction du choix des acteurs et des qualifications des autorités. Si la concurrence des obéissances s’exerce entre ces polarités, il ne faut pas sous-estimer les formes de compromis tant la pluralité des appartenances demeure la norme durant la première modernité, malgré les prétentions de plus en plus exclusives de la profession de foi confessionnelle et de la souveraineté territoriale.

En évitant de lire l’âge confessionnel sous l’angle d’une substitution de l’État à l’Église, ce colloque éprouvera la vérité d’une autre hypothèse : et si le dualisme entre l’État et l’Église, entre un pouvoir temporel et un pouvoir spirituel, persistait à travers une série de métamorphoses ?

 

Vendredi 4 décembre 2015, Salle de conférences de la Bibliothèque Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge)

9h15 : Accueil des participants

9h30-10h :

Salutations et ouverture des travaux

– Autorités académiques de l’université de Reims Champagne-Ardenne

– Fabrice Jesné (directeur des études de la section d’histoire moderne et contemporaine de l’École française de Rome)

– Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne/CERHiC)

 

10h-10h30 :

Benoît Schmitz (École Normale Supérieure/CRM-UMR 8596/IRER), Introduction

 

Première session. Doctrine et histoire du schisme

Présidence : Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) 

10h30-11h00 :

Jean-Louis Quantin (École Pratique des Hautes Études), Écrire l’histoire des schismes dans l’Europe moderne

Pause

11h15-11h45 :

Stefania Tutino (University of California, Los Angeles), Legittimazione politica e verità dottrinale: giuristi, inquisitori, e falsi beati nella Napoli del Seicento

11h45-12h15 : Discussion

 

Deuxième session. Loi de Dieu et loi des hommes

Présidence : Thomas Nicklas (Université de Reims Champagne-Ardenne/CIRLEP-EA 4299)

14h-14h30 :

Jérémie Foa (Aix-Marseille Université/TELEMME, MMSH), Obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ? Les protestants français et l’édit de Nemours (1585)

14h30-15h :

Nicolas Richard (associé au CERHIO et à l’IRER), Une tentative de schisme ? Le serment imposé aux catholiques de Bohême en 1619-1620

15h-15h30 : Discussion

 

Troisième session. Les deux pouvoirs

Présidence : Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne/CERHiC)

16h-16h30 :

Ignasi Fernández Terricabras (Université Autonome de Barcelone), La séparation sans schisme : la rupture des rapports diplomatiques entre le pape Pie IV et le roi Philippe II (1564-1565)

16h30-17h :

Massimo Carlo Giannini (Università degli Studi di Teramo), La « guerra fredda » fra Monarchia spagnola e papato barberiniano: il conflitto giurisdizionale a Pavia (1637-1640)

17h-17h30 :

Hélène Vu Thanh (Université de Bretagne-Sud/CERHIO), « Le Japon est le pays des kami ». Les missionnaires face à la construction de l’Etat japonais aux XVIe-XVIIe siècles

17h30-18h15 : Discussion

 

Samedi 5 décembre 2015, matin, Salle de conférences de la Bibliothèque Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge)

Quatrième session. Fors et frontières

Présidence : Frédéric Gabriel (Centre National de la Recherche Scientifique/IHPC-UMR 5037)

9h00-9h30 :

Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg/ARCHE), Le for public comme frontière d’Église : l’impossible réduction des rapports entre l’Eglise et l’Etat au dualisme de la conscience et du droit à l’époque moderne

9h30h-10h00 :

Christophe Duhamelle (École des Hautes Études en Sciences Sociales/CRH), Frontières et confession : l’introduction du calendrier grégorien dans la principauté de Minden (1667-1668)

10h00-10h30 : Discussion

 

Cinquième session. Fait national et appartenance ecclésiale

Présidence : Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne/CERHiC)

10h45-11h15 :

Bertrand Marceau (Université de Paris-Sorbonne/CRM-UMR 8596), Conscience nationale et appartenance monastique dans l’ordre de Cîteaux au XVIe siècle

11h15-11h45 :

Irène Plasman-Labrune (Université de Paris-Est Créteil/CRHEC), Exclure les étrangers des bénéfices du royaume de France, une liberté de l’Église gallicane? (XVe-fin XVIe siècle)

11h45-12h15 : Discussion

 

Samedi 5 décembre 2015, après-midi, Salle de réunion du doyen de Lettres et Sciences humaines (bâtiment 17, Campus Croix-Rouge)

Sixième session. Les sujets entre l’Église et l’État

Présidence : Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne / CRM-UMR 8596)

14h00-14h30 :

Éric Suire (Université Bordeaux-Montaigne / CEMMC), « Les maux de l’Église et de la religion ne faisant qu’augmenter… » Les doléances adressées au roi par les assemblées de la province ecclésiastique de Bordeaux au XVIIIe siècle

14h30-15h00 :

Vincent Petit (Centre universitaire catholique de Bourgogne, Dijon), Avant et après la révolution. La prière pour le souverain temporel comme appartenance, allégeance et sujétion

15h00-15h30 : Discussion

 

16h-17h :

Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) et Alain Tallon (Université de Paris-Sorbonne/CRM-UMR 8596), Conclusions

 

Organisation scientifique: Benoît Schmitz et Aurélien Girard

Renseignements : sarah.castillo-camacho@univ-reims.fr 

Colloque organisé dans le cadre du programme de recherches Église(s) et schisme. Axe 1, Schisme et frontières d’Églises (XIIIe-XVIIIe siècle)

Soutenu par l’École française de Rome, le Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC-EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Département d’histoire de l’École normale supérieure, l’Institut de Recherches pour l’Étude des Religions de l’Université Paris-Sorbonne.

Conseil scientifique : Frédéric Gabriel (CNRS), Bernard Heyberger (EHESS – EPHE), Jean-Louis Quantin (EPHE), Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne) et Laurent Tatarenko (École française de Rome).

Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales

« Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales (1) : entrées en matières »

Université de Reims Champagne-Ardenne, lundi 30 novembre 2015

map-jerusalem

Cette journée d’étude est co-organisée par les laboratoires Habiter (EA 2076) et CERHiC (EA 2616) avec le soutien de la Fédération de recherche Gaston-Bachelard de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Ce cycle de cinq journées d’étude (2015 à 2017) interroge l’émergence de l’espace comme objet, approche ou méthode des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que les recompositions qu’entraîne ce tournant spatial dans le champ des SHS.

9 h 30 à 10 h : ouverture de la journée

Isabelle Heullant-Donat : ouverture du cycle « Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales »

Yann Calbérac : introduction de la première journée d’étude intitulée « Entrée en matières »

10 h à 12 h : Romain Bertrand, historien, directeur de recherche à la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Discussion animée par Diane Roussel.

14 h à 16 h : Jacques Lévy, géographe, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros.

Discussion animée par Olivier Lazzarotti

 

Comité scientifique et d’organisation

Yann Calbérac, MCF, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Isabelle Heullant-Donat, PU, histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Olivier Lazzarotti, PU, géographie, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde

Sandra Mallet, MCF, aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Diane Roussel, MCF, histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Anne Volvey, PU, géographie, Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

 

Informations pratiques

La journée aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, dans le bâtiment 17, en salle du conseil de l’UFR.

Plan du campus : http://www.univ-reims.fr/acces-aux-campus,22,19044.html?

Accès depuis la gare Reims Centre : tram A ou B direction « Hopital Debré » ou « Champagne TGV ». Arrêt « Croix-Rouge »

Accès depuis la gare Champagne-Ardenne TGV : tram B direction « Neuchâtel ». Arrêt « Croix-Rouge »

Le public de la journée pourra déjeuner au restaurant universitaire du campus.

Contact : yann.calberac@univ-reims.fr

B. Porot – Journée d’études musicologie

Jacquet de La Guerre

Journée d’études « Elles, compositrices »

Université de Reims

En hommage à Élisabeth-Claude Jacquet de La Guerre

(350e anniversaire de sa naissance : 1665-1729)

Département musique et musicologie-CERHIC

Coordination : Bertrand Porot

Programme à télécharger :

Affiche JE 30 nov

 

            Camille Saint-Saëns écrivait, en 1881, à propos des mélodies de Clémence de Grandval : « Elles seraient certainement célèbres si leur auteur n’avait le tort, irrémédiable auprès de bien des gens, d’être femme ». Il résume, certes de manière lapidaire, la situation qui est faite aux compositrices à bien des époques de l’histoire de la musique. Il est certain que les grandes difficultés d’accès pour les femmes à certains métiers musicaux, en particulier ceux qui touchent à la création, ont été et sont toujours représentatives de rapports de pouvoir largement fondés sur l’inégalité des sexes. La journée proposée veut donc s’attacher à éclairer le statut, le rôle musical et social des compositrices. Elle n’a pas forcément pour objectif de se centrer sur une déconstruction, bien qu’elle soit encore utile, des discours de genre réduisant les compositrices à des parentes pauvres de l’histoire de la musique, sorte d’éternelles amatrices indignes de figurer aux côtés des véritables artistes hommes, formant le mainstream de l’histoire de la musique. Le cas d’Élisabeth Jacquet de La Guerre, à qui nous rendons hommage cette année pour les 350 ans de sa naissance, montre au contraire un cas de réussite artistique sous l’Ancien Régime.

            Toutefois, il est à souligner que si les compositrices peinent à s’imposer, c’est qu’elle sont victimes d’un autre processus, celui des « silences de l’histoire » selon les termes de Michelle Perrot : s’il est maintenant accordé aux femmes l’aptitude à composer plutôt que de s’occuper à composer, leur talent et même leur rôle pionnier n’ont pas été vraiment retenus par l’histoire de la musique. Si l’on cite ainsi volontiers Germaine Tailleferre dans le Groupe des Six, très peu d’ouvrages font place véritablement à sa musique. Cette fabrique de l’oubli, qui construit maints discours, oriente même les travaux académiques et l’enseignement contemporain, a pour résultat d’effacer un continent de créatrices qui peine à émerger encore : si les compositrices ont existé et réussi, l’historiographie dominante n’en fait guère état.

            Enfin, cette journée aura pour but de se garder du regard naïf de l’exemplarité singulière : certes de nos jours des compositrices s’imposent et chacun peut citer un ou plusieurs cas de femmes artistes semblant avoir trouvé une place dans les institutions musicales ou auprès du public. La démarche contemporaine ne leur dénie plus l’incapacité ontologique à la création. Toutefois, un regard n’est pas une réalité : citons par exemple les chiffres donnés par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Pour la saison 2015-2016 des principales institutions ou festivals, les œuvres des compositrices ne représentent que 1% des programmes, 4% dans les programmes d’orchestre (seulement 1% de compositrices contemporaines), 1% pour l’opéra…

            L’inégalité constatée autrefois, en empruntant d’autres voies, se maintient donc encore de nos jours : ce sont tous ces discours sur les femmes, aux contenus et aux formes changeantes, que nous nous proposons d’analyser et de déconstruire.

            La journée laisse place également à la musique, celle des compositrices : souhaitons pour l’avenir qu’il ne soit plus nécessaire de leur consacrer des journées spécifiques pour que leur musique soit (enfin) jouée et entendue.

 

Programme

 

Lundi 30 novembre 2015

10h-18h

Université de Reims : Campus Croix-Rouge, BM 9/7

 

9h30

Accueil

9h45

– Bertrand Porot (Université de Reims) : introduction

10h-11h00

– Jean-Marc Chouvel (Université de Reims) et Pascale Criton, compositrice

Débat

11h30-12h00

– Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices, état des lieux au XXIe siècle

Débat

12h15-13h

– Concert du chœur du département musique : œuvres de compositrices, présentation et direction Hélène Le Roy (Université de Reims)

 

Déjeuner

 

14h30-15h

– Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices d’opéra à l’époque baroque : Italie, France, Allemagne

15h-15h30

– Florence Doé de Maindreville (Université de Reims) : Marie Jaëll compositrice

15h30-16h00

– Imyra Santana (Université Paris-Sorbonne) : Chiquinha Gonzaga et la création de l’identité musicale brésilienne

Débat

16h30

– Pause

16h30

– Concert : Femmes compositrices, femmes virtuoses, paroles de femmes au XVIIe siècle, par l’ensemble Faenza, avec : Olga Pitarch, chant, Marco Horvat, chant et théorbe. Musiques de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Giovanni Felice Sances

17h30

– Pot champenois

Festival Migrant’Scène – Figures de l’étranger en France

Dans le cadre de Migrant’Scène, le festival de la Cimade, la Bibliothèque Universitaire organise avec la collaboration d’enseignants une table ronde sur ce qu’est « être étranger » en France, en partant de la parole des étrangers eux-mêmes, entre le XIXe et le XXIe siècle.

Etrangers étrangers

Etranges étrangers. Regards croisés sur la figure de l’étranger dans la société française du XIXe au XXIe siècle

 

Table ronde animée par Céline Bonhert, maître de conférences en littérature

Mercredi 18 novembre, 17h30, Bibliothèque Robert de Sorbon

Avec :

  • Frédéric Piantoni, Doyen de l’UFR Lettres et Sciences Humaines, Maître de conférences en géographie

L’immigration en Guyane : approche géoéconomique et géopolitique
À partir des facteurs démographiques, politiques et territoriaux de l’immigration en Guyane française, on note, aujourd’hui, une extension des aires de circulation vers le bassin amazonien.
L’analyse des espaces de parcours, obtenus à partir des biographies et des sources statistiques, conduit à poser l’hypothèse d’une aire migratoire à l’échelle du bassin amazonien, dont la dynamique s’inscrit dans la mondialisation des échanges.

  • Philippe Guttinger, juriste, président du groupe CIMADE Reims

La législation du droit d’asile en France hier et aujourd’hui
Deux thèmes essentiels seront développés : le passage d’une approche collective à une approche individuelle du droit d’asile et l’analyse de l’émergence d’un droit communautaire de l’asile.

  • Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine

Être un réfugié dans la France de la première moitié du XIXe siècle: itinéraires socio-professionnels et expériences de l’accueil
Sous les monarchies censitaires (1815-1848) et la Seconde République (1848-1852), le pays a joué un rôle de terre d’asile pour des exilés espagnols, portugais, italiens ou encore polonais chassés de leur pays pour des motifs politiques. Si l’on évoquera les dispositifs mis au point par les autorités françaises pour catégoriser, surveiller et assister ces étrangers d’un genre particulier, l’intervention se centrera sur leur devenir socio-professionnel, en éclairant particulièrement le sort des réfugiés inscrits comme étudiants dans les facultés françaises. Grâce aux statistiques produites par l’administration du ministère de l’Intérieur, mais en prenant aussi appui sur les témoignages laissés par les réfugiés eux-mêmes, on appréhendera ainsi leurs expériences contrastées de l’accueil en France.

Deux expositions de photographies accompagnent la table-ronde

Séminaire “hiérarchies juridictionnelles”

Nous avons le plaisir d’annoncer le programme du séminaire “Les hiérarchies juridictionnelles dans l’Eglise médiévale”, porté par le CERHiC et le LAMOP :

Mardi 2 février 2016, 17h-19h – Université Paris 1, salle Perroy, 17 rue de la Sorbonne, Paris

Christine Barralis (Université de Lorraine), « Les doyens ruraux, niveau juridictionnel ou simples exécutants de l’autorité épiscopale ? »

 

Mardi 15 mars 2016, 17h-19h – Université Paris 1, salle Perroy, 17 rue de la Sorbonne, Paris

Laurent Jégou (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Invasores sedis ? Les transferts épiscopaux au haut Moyen Âge, entre condamnation et légitimation »

 

Mardi 10 mai 2016, 10h-17h, Université de Reims Champagne-Ardenne, Maison de la Recherche :

Thierry Pécout (Université de Saint-Etienne), « Qu’est-ce qu’un archevêque ? L’exemple des provinces d’Arles, Aix et Embrun (fin XIe-XIIIe siècle) »

Arnaud Fossier (Université de Bourgogne), « L’évêque, l’abbesse et les moines : un litige florentin autour de 1300 »

Elisabeth Schmit (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Le rôle des tribunaux ecclésiastiques dans le parcours juridictionnel de quelques appels portés devant les Grands Jours du parlement de Paris (milieu du XVe siècle). »

Véronique Barraud-Beaulande (Université de Reims), « Juridiction pénitentielle et ecclésiologie médiévale, XIIIe-XVe siècles ».

 

Mardi 7 juin 2016, 17h-19h – Université Paris 1, salle Perroy, 17 rue de la Sorbonne, Paris

Benjamin Weber (Université de Toulouse 2), « Une juridiction réservée, universelle et éternelle : les bulles In Cena Domini »

 

Organisation et contacts :

 

Véronique Beaulande-Barraud, Université de Reims, CERHiC-EA 2616 :

veronique.beaulande[a]univ-reims.fr

 

Elisabeth Lusset, Fondation Thiers, Université Paris I, LAMOP : elusset[a]free.fr

Conférence Vladimir Chichkine

Photo Chichkine - Copie

 

Conférence CIRLEP-CERHIC le lundi 19 octobre

À l’occasion de la sortie prochaine, aux Éditions Droz, d’un ouvrage consacré au cardinal de Lorraine (fondateur de l’Université de Reims) sous la direction de Jean Balsamo (crimel), Thomas Nicklas (cirlep) et Bruno Restif (cerhic), le Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHIC-EA 2616) et le Centre Interdisciplinaire de Recherches sur les Langues et la Pensée (CIRLEP-EA 4299) organisent une

conférence exceptionnelle de Vladimir Chichkine, Professeur à l’Université d’État de Saint-Pétersbourg, sur « Les relations de la cour de France avec les princes allemands pendant les guerres de Religion, d’après les archives conservées à Saint-Pétersbourg ».

Le Professeur Vladimir Chichkine est un spécialiste de l’histoire politique et sociale de la France des xvie et xviie siècles, et tout particulièrement de l’apport des correspondances épistolaires. Bon connaisseur des collections Dubrovsky et Lamoignon-Stroganoff, qui rassemblent à Saint-Pétersbourg et Moscou de nombreux documents d’archives en provenance de France, il incarne aujourd’hui l’apport de la recherche russe à l’histoire des guerres de Religion en France et en Europe.

Cette conférence sera suivie d’une discussion, avec la présence de Serge Brunet, Professeur d’Histoire moderne à l’Université Paul-Valéry-Montpellier 3, qui mène actuellement des recherches dans les archives russes sur les affrontements religieux français.

Cette conférence exceptionnelle aura lieu le lundi 19 octobre à 14h30, salle du Conseil, au 2ème étage du Bâtiment 17, sur le Campus Croix-Rouge de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Vous êtes tous cordialement invités.

Contact : Patricia Oudinet, secrétariat du CIRLEP : patricia.oudinet@univ-reims.fr ; tel : 03.26.91.36.19

Le Champagne et la Grande Guerre

666_001

Jeudi 8 octobre 2015

Le Centre de recherches en Histoire culturelle (CERHIC, laboratoire de recherche du département d’Histoire de l’URCA) organise une journée d’études sur le thème « Le Champagne et la Grande Guerre ». Le but de cette rencontre est triple : diffuser les premiers résultats de quelques travaux inédits, engager une réflexion collective sur les futures pistes de recherche à explorer, renforcer les échanges entre les chercheurs et les responsables du patrimoine et des archives des maisons de champagne.

Sont d’ores et déjà programmées les communications suivantes :

– Anaïs Bertrand, Jeanne Colin (étudiantes en Master à l’URCA) : Premières recherches sur le Champagne et la Grande Guerre

Joëlle Beurier (professeure agrégée à l’URCA) : Femmes, champagne et Grande Guerre

Philippe Buton (professeur d’Histoire contemporaine à l’URCA) : L’image du champagne dans la Grande Guerre

– Jérôme Buttet (diplômé de Master à l’URCA) : Les graffiti de la Grande Guerre dans les caves des maisons de champagne

– Jean-François Cartonnet (docteur en Histoire contemporaine) : Les dommages de guerre chez Veuve Clicquot

– Yves Tesson (docteur en Histoire contemporaine) : Mumm ou les hasards de la guerre.

La rencontre aura lieu sur le campus Croix-Rouge de l’URCA (Salle du Conseil, 2ème étage, Bâtiment 17) et elle est ouverte à tous.

Pour plus de renseignements :

Sarah Castillo-Camacho (sarah.castillo-camacho@univ-reims.fr)