Archives de catégorie : Rencontres scientifiques

Colloque – L’exclusion dans les sociétés du haut Moyen Âge

Colloque

L’exclusion dans les sociétés du haut Moyen Âge

III

La richesse, la pauvreté et l’exclusion

de la christianisation à la chrétienté en Occident (IVe-XIIe siècle)

Reims, 10-12 mars 2016

 csm_saint_alexis_10-12_mars_2016_Reims_0e080c1583

Après deux premières rencontres sur « l’anathème et l’excommunication » (Rome, 2012, publié chez Brepols)et sur « la construction du sujet exclu » (Padoue, 2014, en cours de publication), la dernière rencontre du programme sur l’exclusion dans les sociétés du haut Moyen Âge sera consacrée aux formes économiques de l’exclusion.

Les écrits des milieux ascétiques des IVe et Ve siècles stigmatisaient aussi bien les riches chrétiens que les clercs qui œuvraient à l’enrichissement de l’Eglise. Les discours chrétiens de la fin de l’Antiquité étaient cependant loin d’être tous aussi sévères envers les richesses terrestres, et le don fut considéré au final comme une transaction éminemment religieuse. Posséder n’était pas en soi un motif d’exclusion ou de dénigrement du chrétien, qui accumulait aussi des trésors dans l’au-delà.

Si la solidarité était au fondement du discours chrétien, centré sur la charité et réprouvant la cupiditas, les sociétés altomédiévales distinguaient toujours en leur sein pauperes et potentes. Et richesse et pauvreté influèrent diversement sur le destin des libres et des non-libres. La diffusion et l’efficacité des discours sur les pratiques relevant de l’économique sont alors variables. Mais ceux-ci jouent à l’évidence un rôle essentiel sur le sentiment d’inclusion ou d’exclusion, pour les pauvres comme pour les riches.

Les traces de la marginalité économique, dans les villes ou dans les maisons, sont difficiles à déceler. L’individu pauvre est-il en réalité invisible pour les riches, tel saint Alexis, rendu méconnaissable à sa famille-même ?

Comité scientifique : Stéphane Gioanni (Ecole Française de Rome), Sylvie Joye (Université de Reims/Institut Universitaire de France), Régine Le Jan (Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Lamop)

Lieu : Université de Reims, campus Croix-Rouge (57 rue Pierre Taittinger), amphithéâtre du bâtiment Recherche. Pour tout renseignement à Reims :

sarah.castillo-amacho@univ-reims.fr
sylviejoye@hotmail.com

Le programme peut être téléchargé ici.



Jeudi 10 mars 2016 – après-midi (14.30-18.00)

Accueil : Sylvie Joye (Reims/IUF)

Introduction : Laurent Feller (LAMOP/Paris 1)

Présidence : Stéphane Gioanni (EFR)

Statut, travail et exclusion économique (1)
– Christel Freu (Univ. Laval, Québec) : Nec eum laboris sui mercede defrudes (Ambroise de Milan, De Tobia, 24, 92) : travail et inégalité sociale dans l’Antiquité tardive
– Ariane Bodin (Paris Ouest) : Le comportement des clercs face aux riches devenus pauvres en Afrique et en Italie romaine dans l’Antiquité tardive. Exclusion économique ou exclusion sociale?
(discussion)
(pause)

Le discours économique chrétien : pauvreté terrestre et trésor céleste
– Valentina Toneatto (Univ. Rennes) : Réflexions chrétiennes sur l’exclusion et l’économie à la fin de l’Antiquité et au très haut Moyen Âge
– Giacomo Todeschini (Univ. Trieste) : Les pauvres et l’indignitas dans la canonistique avant le XIIe siècle
(discussion)

Vendredi 11 mars 2016 – matin (9.30-13.00)

Présidence : Régine Le Jan (LAMOP/Paris 1)

– Eliana Magnani (CNRS, Lamop) : Thésauriser spirituellement sur terre. Enjeux de l’exégèse matthéenne carolingienne
– Conrad Leyser (Oxford) : Filthy lucre : Simony and the discourse of social contamination in Humbert of Silva Candida
(discussion)
(pause)

Temps de crise et temps d’opulence : s’adapter, exclure ou être exclu
– Vito Lorè (Roma 3) : Esclusione e condivisione nelle concessioni della tradizione politica longobarda
– Cristina La Rocca (Univ. Padoue) : Les femmes italiennes et leur exclusion progressive des biens familiaux au haut Moyen Âge
– Marcelo Cândido da Silva (USP, São Paulo) : Exclusion et famine à l’époque carolingienne
(discussion)

(déjeuner sur place)

Vendredi 11 mars 2016 – après-midi (14.00-17.30)

Présidence : Cristina La Rocca (Padoue)

Pauvreté, esclavage et exclusion : société, économie et morale

– Kate Cooper (Manchester Univ.) : Slavery and social exclusion: Christian advice to late Roman landowners
– Judith Evans Grubbs (Emory Univ.) : Child Enslavement and the Rhetoric of Poverty in Late Antiquity
(discussion)
(pause)

– Étienne Renard (UNamur) : De la pauvreté à la servitude dans les royaumes mérovingiens et carolingiens : le(s) chemin(s) d’une exclusion ?
– Rachel Stone (Londres) : The morality of exclusion in the Carolingian world : the poor and the unfree
(discussion)

Samedi 12 mars 2016 – matin (9.30-13.00)

Présidence : Geneviève Bührer-Thierry (LAMOP/Paris 1)

Statut, travail et exclusion économique (2)
– Céline Martin (Univ. Bordeaux Montaigne) : Exclure le pair et l’intrus : exil et confiscation en Hispanie visigothique
– Charles West (Univ. Sheffield) : “There is not an evil that does not bring profit”: economic and social exclusion in the Versus de Unibove
– Lucie Malbos (Evry/Lamop) : … ibi multi essent negotiatores divites… Riches, pauvres et exclus dans les milieux portuaires scandinaves au IXe siècle
(discussion)

Wendy Davies (UCLondon) : conclusions

Durée des communications : 25/30 minutes

Intégrer & Exclure – Journées de l’Université

Journées de l’Université

jan_hus_koncil_kostnice

jeudi 10 mars 2016

Organisées par les départements d’Histoire et de Géographie

de l’Université Reims Champagne-Ardenne,

en collaboration avec le rectorat de l’Académie de Reims

Matinée : Amphi Recherche (bâtiment 13)

09h20 : Accueil des participants

09h30

Frédéric Piantoni (URCA, – UMR 196 CEPED), « Intégrer et exclure : les politiques migratoires françaises » (titre provisoire)

10h30

Delphine Diaz (URCA, CERHiC EA 2616), « Intégrer et exclure les étrangers en France, 1814-1851 »

Pause à 11h30

11h45

Hervé Vieillard-Baron (Paris Ouest-Nanterre, Mosaïques, UMR Lavue 7218, Professeur émérite), « Les agglomérations urbaines au cœur des processus d’intégration et d’exclusion ? »

Pause déjeuner 12h45

Après-midi : Amphi 4

14h30

Diane Roussel (URCA, CERHiC EA 2616), « De la rumeur à la potence : pratiques sociales et judiciaires de l’exclusion à l’époque moderne »

15h30

Clotilde Bonfiglioli (URCA, HABITER EA 2076), « S’intégrer en tant que francophone dans la périphérie flamande de Bruxelles-Capitale »

Pause à 16h30

16h45

Véronique Beaulande (URCA, CERHiC EA 2616), « Excommunier et bannir au Moyen Âge : sens et portée des procédures d’exclusion au Moyen Âge ».

Campus Croix Rouge

UFR Lettres, Sciences Humaines

57 rue Pierre Taittinger

51096 Reims Cedex

Tél: 03 26 91 37 28

Tram A ou B, bus 11 ou 13 :  : arrêt «Croix-Rouge»

Colloque – Écriture italienne, écriture gauloise, Venance Fortunat

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue d’un colloque co-organisé par le groupe Hagiographie et Histoire, dirigé par Sylvie Joye, et co-financé par le CERHiC (EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Écriture italienne, écriture gauloise

Regards croisés sur l’œuvre hagiographique en prose de Venance Fortunat

Rome, EFR, 25-26 janvier 2016

 

« Un poète italien dans la société gallo-franque » : le titre de la contribution donnée par Luce Pietri à Spolète en 1991 résume bien les raisons de l’intérêt que n’a jamais cessé de susciter Venance Fortunat († vers 600). Son œuvre poétique, considérée comme le dernier feu de la tradition littéraire tardo-antique en Gaule franque, a principalement retenu l’attention des spécialistes de littérature antique. Quant aux historiens, ils ont surtout exploité la richesse des dédicaces de ses poèmes pour scruter l’étendue remarquable du réseau qu’il a patiemment constitué dans l’entourage des rois mérovingiens. Son œuvre hagiographique en prose, exclusivement épiscopale si l’on met à part sa Vie de la reine Radegonde, a un peu moins retenu l’attention des chercheurs, malgré des études importantes de la part de Sophia Boesch-Gajano, Simon Coates, Roger Collins, Antonella Degl’Innocenti et, plus récemment, Oliver Ehlen.

Moins brillante au regard de sa propre œuvre poétique, notamment de sa Vie de saint Martin, ce corpus a aussi été éclipsé par l’œuvre hagiographique beaucoup plus volumineuse laissée par son contemporain Grégoire de Tours. Dans le récent panorama qu’il a dressé de l’hagiographie mérovingienne (2010), Martin Heinzelmann insiste cependant à juste titre sur la place occupée par Fortunat dans l’histoire de la littérature hagiographique en prose, ainsi que sur quelques questions pendantes, comme l’attribution toujours incertaine de la Vie de saint Médard de Noyon. Alors que, depuis quelques années, la traduction de ces Vies de saints évêques en prose a été mise au programme de l’Atelier Hagiographie & Histoire (HagHis), le moment semble venu de faire un point sur ces dossiers et d’enrichir la réflexion en croisant le regard d’historiens et de littéraires, et de chercheurs venus d’horizons différents.

PROGRAMME

 

Lundi après midi

Accueil, St. Gioanni

Présentation, B. Dumézil

Sylvie Labarre (Université du Maine) : « Hagiographie en prose et hagiographie poétique chez Fortunat »

Cécile Gomez (Université Lumière Lyon 2) : « Les animaux dans les Vies hagiographiques en prose de Venance Fortunat : fonctions narratives et symboliques »

Hope Williard (University of Leeds) : « La Vie de saint Hilaire »

Monique Goullet (UMR 8589 LAMOP) : « Le poème De sancto Medardo et la Vie en prose de saint Médard : analyse textométrique comparée »

Table-ronde dirigée par Sofia Boesch (Università Roma Tre) et Umberto Longo (Sapienza Università di Roma): “Prospettive agiografiche. Sguardi incrociati tra Francia e Italia”.

Tommaso Caliò (Università Roma Tor Vergata), Isabella Gagliardi (Università di Firenze), Elena Zocca (Sapienza – Università di Roma)

Mardi matin

Bruno Dumézil (Université Paris Ouest Nanterre La Défense) : « Un Italien face à la royauté franque : les Mérovingiens dans l’hagiographie épiscopale de Venance Fortunat »

Anne Wagner (Université de Franche-Comté, Besançon) : « L’évêque chez Fortunat »

Sylvie Joye (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Charles Mériaux (Université de Lille SHS) :« La société mérovingienne dans l’hagiographie épiscopale de Venance Fortunat »

Fernand Peloux (Université Toulouse Jean-Jaurès) : « Venance Fortunat et l’hagiographie en Gaule méridionale »

Mardi après midi

Table ronde autour de la traduction des Vies épiscopales de Venance Fortunat

Sur le site de HagHis : http://haghis.blogspot.fr/2016/01/ecriture-italienne-ecriture-gauloise.html

Rencontre organisée par L’Ecole Française de Rome, l’Institut Universitaire de France, l’Université de Lille SHS (IRHiS), l’Université de Reims Champagne Ardenne (CERHiC)

Pour télécharger le programme au format PDF :

2 SG Prog Hagiographie

Colloque – “Nouvelles approches du fait religieux”

Nous avons le plaisir d’annoncer la tenue du colloque “Nouvelles approches du fait religieux”, organisé par Caroline Muller, membre du CERHiC, et Nicolas Guyard à Lyon les 19 et 20 janvier 2016.

Pour télécharger le programme du colloque :

PROGRAMME

NOUVELLES APPROCHES DU FAIT RELIGIEUX

LYON 2016

MARDI 19 JANVIER

9h45 : Mot d’accueil et présentation du colloque.

Caroline Muller et Nicolas Guyard.

10h : Introduction.

Bernard Hours (Université Lyon 3 Jean Moulin – LARHRA)

10h30: Construire de nouveaux objets. Genre et

approches de l’intime.

Discutante : Rebecca Rogers (Université Paris Descartes)

Sarah Barthélemy (Université Catholique de Louvain – GEMCA)

“Sources, autorités et légitimité pour une histoire au croisement entre genre et religion”

Anthony Favier (Université Lyon 2 – LARHRA)

“Les révisions de vie de l’Action catholique : des sources d’histoire religieuse et du for privé encore peu exploitées ?”

Marion Maudet (IRIS – EHESS)

“Aborder le religieux par les enquêtes sur la sexualité : opérationalité et limites de l’outil statistique”

12h30: Pause déjeuner

14h: Retour aux sources. Nouvelles lectures et

perspectives de recherches.

Discutant : Bernard Hours (Université Lyon 3 / LARHRA)

Diego Carnevale (Centre Norbert Elias – LabEx Med)

“Compter l’argent des fidèles : avantages et limites de la source comptable pour une étude du fait religieux”

Anne Jusseaume (Science Po – Centre d’Histoire)

“Les sources des congrégations religieuses : nouvelles perspectives de recherche.”

Léo Botton (EHESS – CéSor)

“Barthes lecteur d’Ignace de Loyola : la sémiologie au service de l’histoire de la spiritualité ?”

MERCREDI 20 JANVIER

9h30: Vers une anthropologie historique du religieux?

Discutant : Pierre-Antoine Fabre (EHESS – CéSor)

Nicolas Balzamo (Université de Neuchâtel)

“La fable au service de l’histoire. Les légendes de fondation des sanctuaires comme source pour l’anthropologie religieuse. (Europe, XVIe-XVIIe siècles)

Caroline Muller (Université Lyon 2 – LARHRA) et Nicolas Guyard (Université Lyon 2 – LabEx COMOD – LARHRA)

“Les émotions religieuses, objets d’histoire”

Hélène Zwingelstein (EHESS – CéSor))

“Les chemins de l’émotion. Morphologie sensible du système religieux sévillan contemporain”

12h30: pause déjeuner

14h: Table-ronde, «les humanités numériques et

l’étude du fait religieux»

Yves Krumenacker (Université Lyon 3 – LARHRA)

Aurélien Zaragori (Université Lyon 3 – LARHRA)

15h: De l’individu au collectif

Discutant : Olivier Chatelan (Université Lyon 3 – LARHRA)

Noémie Recous (Université Lyon 3 – LARHRA)

“Sachez mon frère que Dieu commence à établir son Règne”: Sources et méthodes de l’étude d’un hétérodoxe à l’aube des Lumières.

Boris Klein (LabEx COMOD – LARHRA)

« Des archives de l’université de Helmstedt à l’histoire du luthéranisme dans l’Empire à l’époque de la confessionnalisation »

Conclusions

Soutenance d’habilitation – Yves Verneuil

Nous avons le plaisir d’annoncer la prochaine soutenance d’habilitation à diriger des recherches d’Yves Verneuil, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC.

La soutenance de cette habilitation préparée sous la direction de Jean-Noël Luc aura lieu le  lundi 7 décembre 2015, à l’Université Paris-Sorbonne. Le mémoire scientifique s’intitule :

 

Corporatisme, amicalisme, syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940).

 

 

Le jury sera composé de :

 

Pr. Gilles BAILLAT (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Pr. Philippe BUTON (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Recteur Jean-François CHANET (IEP de Paris)

Pr. Jean-François CONDETTE (Université d’Artois)

Pr. Jean-Noël LUC (Université Paris-Sorbonne)

Pr. André D. ROBERT (Université Lumière Lyon 2)

 

 

La soutenance aura lieu en Sorbonne, Salle des Actes, à 15h30.

 

Résumé du mémoire d’habilitation :

Corporatisme, pré-syndicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

 

 

            Le mémoire scientifique qui sert de support à mon HDR porte sur la naissance et l’évolution des organisations corporatives des professeurs de lycée entre 1880 et 1940. Le mouvement corporatif des professeurs de lycée s’inscrit dans le mouvement général qui affecte les fonctionnaires (apparition de l’amicalisme, transformation en syndicat, questions de l’adhésion à la Fédération des fonctionnaires et à la CGT), mais présente des particularités. D’une part parce que les professeurs de lycée occupent une position professionnelle et sociale ambiguë ; d’autre part parce que perdure le sentiment d’appartenance à la vénérable Université. Le sentiment d’appartenir à une corporation originale, porteuse de valeurs, vient donc s’entremêler, voire s’opposer dans certains cas, à l’idée de créer des associations dites corporatives. Cette singularité est confortée par l’importance de la représentation accordée en 1880 aux professeurs de lycée par Jules Ferry au sein du Conseil supérieur de l’instruction publique. La structure et le rôle de cette représentation perdurent jusqu’en 1940.

Notre première partie porte sur le CSIP. On commence par analyser les débats ayant concerné l’introduction d’une représentation des professeurs de lycée, afin de mieux comprendre pourquoi les professeurs ont pu être satisfaits de bénéficier d’une représentation dans un organisme qui apparaît comme l’expression de la corporation universitaire. On se demande ensuite si les professeurs ont continué à se mobiliser pour les élections au CSIP ou si une désaffection s’est produite, qui expliquerait qu’ils se soient tournés vers un autre mode de représentation. Il apparaît en tout cas que le projet de réforme d’Émile Combes a pu les confirmer dans leur attachement à la représentation qui leur a été accordée par Jules Ferry.

La seconde partie étudie le premier mouvement corporatif des professeurs de l’enseignement secondaire, apparu en 1895-1896. Elle recherche les causes profondes de sa naissance, avant d’observer l’apparition et les difficultés du premier mouvement corporatif d’ensemble des professeurs de l’enseignement secondaire. Les droits octroyés aux professeurs par Alfred Rambaud vont se révéler peu satisfaisants : les associations amicales et régionales vont dépérir et les congrès nationaux s’effilocher rapidement.

La troisième partie est consacrée à la renaissance du mouvement associatif au début du XXe siècle. Ce réveil se produit en grande partie en réaction aux revendications des primaires d’une part et des répétiteurs d’autre part. Avant que les professeurs de lycée ne constituent une fédération particulière, dans laquelle s’intègre le personnel de l’enseignement secondaire féminin, le périmètre des associations a cependant été débattu. La Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin s’avère représentative et efficace, mais se pose la question du lien à établir avec l’ancien mode de représentation des professeurs (élus au CSIP) comme avec un nouveau mode plus englobant (Fédération des fonctionnaires).

La quatrième partie est consacrée aux évolutions de l’entre-deux-guerres et aux grands débats qui ont agité les professeurs de lycée sur la manière de concevoir leur mode de représentation. La Fédération nationale doit-elle se transformer en syndicat et cela doit-il impliquer un changement dans les pratiques d’action ? Doit-elle rester autonome ou établir des liens avec d’autres organisations ? Dans les années 1930, la question de l’adhésion à la CGT devient le débat majeur, qui se conclut en 1937 par un éclatement qui met fin à l’unité corporative.

La dernière partie étudie les facteurs de division interne : quelle importance accorder aux identités particulières ? On se demande par ailleurs si les débats concernant la réforme de l’enseignement ont créé des oppositions sur le rôle de l’enseignement secondaire lui-même et donc sur la manière d’apprécier la fonction des professeurs. On peut ainsi mieux saisir la particularité du cas des professeurs des classes élémentaires et les difficultés de leur stratégie professionnelle.

Soutenance d’habilitation – Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.

Juridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence.

 

Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.

Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.

M. Julien Théry, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.

Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.

Aux frontières des Églises et des États

Colloque international

Aux frontières des Églises et des États : allégeances politiques et affiliations ecclésiales à l’âge confessionnel1999_1_IN1

Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge, Reims, 4-5 décembre 2015

 Affiche et Programme à télécharger

Inscriptions en français : http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=FRONT-EGLISES

Inscriptions en anglaishttp://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=en&semId=FRONT-EGLISES

 

Présentation et programme

L’historiographie du politico-religieux à l’époque moderne a été profondément renouvelée ces dernières décennies en s’affranchissant des paradigmes anachroniques de la « laïcisation » ou de la « sécularisation » et en restituant avec finesse les recompositions du théologico-politique et les transferts de sacralité. Ces recherches ont toutefois très largement ignoré l’Église comme forme englobante concurrente de l’État et l’ecclésiologie comme discours sur le social. Ce parti-pris est plus marqué en France qu’ailleurs en Europe : l’historiographie de la confessionnalisation a souligné l’étroite imbrication des États et des Églises, quand les historiens français ont vu « en l’État avant tout une alternative à l’Église » (Alain Tallon).

Il y a pourtant de bonnes raisons de penser, avec Paolo Prodi, que le fait le plus important, sur le temps long de l’histoire occidentale, a été la double appartenance des sujets/fidèles à l’État et à l’Église. Pour explorer l’histoire croisée des allégeances politiques et des affiliations ecclésiales, ce colloque se situe à l’intersection de l’histoire du politique et de l’histoire du doctrinal. Il s’inscrit dans le cadre du « tournant ecclésiologique » (Philippe Büttgen) de l’histoire religieuse. Après une rencontre consacrée aux théories du schisme (http://mefrim.revues.org/1788), il s’agit de saisir, sur de multiples terrains et selon une approche résolument comparatiste, les liens d’appartenance qui constituent l’Église et l’État. Entre l’obédience à l’une et la sujétion à l’autre, il peut y avoir coïncidence ou incompatibilité, interaction ou conflit, perméabilité ou imperméabilité, en fonction du choix des acteurs et des qualifications des autorités. Si la concurrence des obéissances s’exerce entre ces polarités, il ne faut pas sous-estimer les formes de compromis tant la pluralité des appartenances demeure la norme durant la première modernité, malgré les prétentions de plus en plus exclusives de la profession de foi confessionnelle et de la souveraineté territoriale.

En évitant de lire l’âge confessionnel sous l’angle d’une substitution de l’État à l’Église, ce colloque éprouvera la vérité d’une autre hypothèse : et si le dualisme entre l’État et l’Église, entre un pouvoir temporel et un pouvoir spirituel, persistait à travers une série de métamorphoses ?

 

Vendredi 4 décembre 2015, Salle de conférences de la Bibliothèque Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge)

9h15 : Accueil des participants

9h30-10h :

Salutations et ouverture des travaux

– Autorités académiques de l’université de Reims Champagne-Ardenne

– Fabrice Jesné (directeur des études de la section d’histoire moderne et contemporaine de l’École française de Rome)

– Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne/CERHiC)

 

10h-10h30 :

Benoît Schmitz (École Normale Supérieure/CRM-UMR 8596/IRER), Introduction

 

Première session. Doctrine et histoire du schisme

Présidence : Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) 

10h30-11h00 :

Jean-Louis Quantin (École Pratique des Hautes Études), Écrire l’histoire des schismes dans l’Europe moderne

Pause

11h15-11h45 :

Stefania Tutino (University of California, Los Angeles), Legittimazione politica e verità dottrinale: giuristi, inquisitori, e falsi beati nella Napoli del Seicento

11h45-12h15 : Discussion

 

Deuxième session. Loi de Dieu et loi des hommes

Présidence : Thomas Nicklas (Université de Reims Champagne-Ardenne/CIRLEP-EA 4299)

14h-14h30 :

Jérémie Foa (Aix-Marseille Université/TELEMME, MMSH), Obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes ? Les protestants français et l’édit de Nemours (1585)

14h30-15h :

Nicolas Richard (associé au CERHIO et à l’IRER), Une tentative de schisme ? Le serment imposé aux catholiques de Bohême en 1619-1620

15h-15h30 : Discussion

 

Troisième session. Les deux pouvoirs

Présidence : Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne/CERHiC)

16h-16h30 :

Ignasi Fernández Terricabras (Université Autonome de Barcelone), La séparation sans schisme : la rupture des rapports diplomatiques entre le pape Pie IV et le roi Philippe II (1564-1565)

16h30-17h :

Massimo Carlo Giannini (Università degli Studi di Teramo), La « guerra fredda » fra Monarchia spagnola e papato barberiniano: il conflitto giurisdizionale a Pavia (1637-1640)

17h-17h30 :

Hélène Vu Thanh (Université de Bretagne-Sud/CERHIO), « Le Japon est le pays des kami ». Les missionnaires face à la construction de l’Etat japonais aux XVIe-XVIIe siècles

17h30-18h15 : Discussion

 

Samedi 5 décembre 2015, matin, Salle de conférences de la Bibliothèque Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge)

Quatrième session. Fors et frontières

Présidence : Frédéric Gabriel (Centre National de la Recherche Scientifique/IHPC-UMR 5037)

9h00-9h30 :

Jean-Pascal Gay (Université de Strasbourg/ARCHE), Le for public comme frontière d’Église : l’impossible réduction des rapports entre l’Eglise et l’Etat au dualisme de la conscience et du droit à l’époque moderne

9h30h-10h00 :

Christophe Duhamelle (École des Hautes Études en Sciences Sociales/CRH), Frontières et confession : l’introduction du calendrier grégorien dans la principauté de Minden (1667-1668)

10h00-10h30 : Discussion

 

Cinquième session. Fait national et appartenance ecclésiale

Présidence : Bruno Restif (Université de Reims Champagne-Ardenne/CERHiC)

10h45-11h15 :

Bertrand Marceau (Université de Paris-Sorbonne/CRM-UMR 8596), Conscience nationale et appartenance monastique dans l’ordre de Cîteaux au XVIe siècle

11h15-11h45 :

Irène Plasman-Labrune (Université de Paris-Est Créteil/CRHEC), Exclure les étrangers des bénéfices du royaume de France, une liberté de l’Église gallicane? (XVe-fin XVIe siècle)

11h45-12h15 : Discussion

 

Samedi 5 décembre 2015, après-midi, Salle de réunion du doyen de Lettres et Sciences humaines (bâtiment 17, Campus Croix-Rouge)

Sixième session. Les sujets entre l’Église et l’État

Présidence : Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne / CRM-UMR 8596)

14h00-14h30 :

Éric Suire (Université Bordeaux-Montaigne / CEMMC), « Les maux de l’Église et de la religion ne faisant qu’augmenter… » Les doléances adressées au roi par les assemblées de la province ecclésiastique de Bordeaux au XVIIIe siècle

14h30-15h00 :

Vincent Petit (Centre universitaire catholique de Bourgogne, Dijon), Avant et après la révolution. La prière pour le souverain temporel comme appartenance, allégeance et sujétion

15h00-15h30 : Discussion

 

16h-17h :

Yves-Marie Bercé (Académie des Inscriptions et Belles-Lettres) et Alain Tallon (Université de Paris-Sorbonne/CRM-UMR 8596), Conclusions

 

Organisation scientifique: Benoît Schmitz et Aurélien Girard

Renseignements : sarah.castillo-camacho@univ-reims.fr 

Colloque organisé dans le cadre du programme de recherches Église(s) et schisme. Axe 1, Schisme et frontières d’Églises (XIIIe-XVIIIe siècle)

Soutenu par l’École française de Rome, le Centre d’Études et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC-EA 2616) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, le Département d’histoire de l’École normale supérieure, l’Institut de Recherches pour l’Étude des Religions de l’Université Paris-Sorbonne.

Conseil scientifique : Frédéric Gabriel (CNRS), Bernard Heyberger (EHESS – EPHE), Jean-Louis Quantin (EPHE), Alain Tallon (Université Paris-Sorbonne) et Laurent Tatarenko (École française de Rome).

Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales

« Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales (1) : entrées en matières »

Université de Reims Champagne-Ardenne, lundi 30 novembre 2015

map-jerusalem

Cette journée d’étude est co-organisée par les laboratoires Habiter (EA 2076) et CERHiC (EA 2616) avec le soutien de la Fédération de recherche Gaston-Bachelard de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Ce cycle de cinq journées d’étude (2015 à 2017) interroge l’émergence de l’espace comme objet, approche ou méthode des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que les recompositions qu’entraîne ce tournant spatial dans le champ des SHS.

9 h 30 à 10 h : ouverture de la journée

Isabelle Heullant-Donat : ouverture du cycle « Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales »

Yann Calbérac : introduction de la première journée d’étude intitulée « Entrée en matières »

10 h à 12 h : Romain Bertrand, historien, directeur de recherche à la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Discussion animée par Diane Roussel.

14 h à 16 h : Jacques Lévy, géographe, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros.

Discussion animée par Olivier Lazzarotti

 

Comité scientifique et d’organisation

Yann Calbérac, MCF, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Isabelle Heullant-Donat, PU, histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Olivier Lazzarotti, PU, géographie, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde

Sandra Mallet, MCF, aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Diane Roussel, MCF, histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Anne Volvey, PU, géographie, Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

 

Informations pratiques

La journée aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, dans le bâtiment 17, en salle du conseil de l’UFR.

Plan du campus : http://www.univ-reims.fr/acces-aux-campus,22,19044.html?

Accès depuis la gare Reims Centre : tram A ou B direction « Hopital Debré » ou « Champagne TGV ». Arrêt « Croix-Rouge »

Accès depuis la gare Champagne-Ardenne TGV : tram B direction « Neuchâtel ». Arrêt « Croix-Rouge »

Le public de la journée pourra déjeuner au restaurant universitaire du campus.

Contact : yann.calberac@univ-reims.fr