Archives de catégorie : Journées d’études

Intégrer & Exclure – Journées de l’Université

Journées de l’Université

jan_hus_koncil_kostnice

jeudi 10 mars 2016

Organisées par les départements d’Histoire et de Géographie

de l’Université Reims Champagne-Ardenne,

en collaboration avec le rectorat de l’Académie de Reims

Matinée : Amphi Recherche (bâtiment 13)

09h20 : Accueil des participants

09h30

Frédéric Piantoni (URCA, – UMR 196 CEPED), « Intégrer et exclure : les politiques migratoires françaises » (titre provisoire)

10h30

Delphine Diaz (URCA, CERHiC EA 2616), « Intégrer et exclure les étrangers en France, 1814-1851 »

Pause à 11h30

11h45

Hervé Vieillard-Baron (Paris Ouest-Nanterre, Mosaïques, UMR Lavue 7218, Professeur émérite), « Les agglomérations urbaines au cœur des processus d’intégration et d’exclusion ? »

Pause déjeuner 12h45

Après-midi : Amphi 4

14h30

Diane Roussel (URCA, CERHiC EA 2616), « De la rumeur à la potence : pratiques sociales et judiciaires de l’exclusion à l’époque moderne »

15h30

Clotilde Bonfiglioli (URCA, HABITER EA 2076), « S’intégrer en tant que francophone dans la périphérie flamande de Bruxelles-Capitale »

Pause à 16h30

16h45

Véronique Beaulande (URCA, CERHiC EA 2616), « Excommunier et bannir au Moyen Âge : sens et portée des procédures d’exclusion au Moyen Âge ».

Campus Croix Rouge

UFR Lettres, Sciences Humaines

57 rue Pierre Taittinger

51096 Reims Cedex

Tél: 03 26 91 37 28

Tram A ou B, bus 11 ou 13 :  : arrêt «Croix-Rouge»

Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales

« Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales (1) : entrées en matières »

Université de Reims Champagne-Ardenne, lundi 30 novembre 2015

map-jerusalem

Cette journée d’étude est co-organisée par les laboratoires Habiter (EA 2076) et CERHiC (EA 2616) avec le soutien de la Fédération de recherche Gaston-Bachelard de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Ce cycle de cinq journées d’étude (2015 à 2017) interroge l’émergence de l’espace comme objet, approche ou méthode des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que les recompositions qu’entraîne ce tournant spatial dans le champ des SHS.

9 h 30 à 10 h : ouverture de la journée

Isabelle Heullant-Donat : ouverture du cycle « Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales »

Yann Calbérac : introduction de la première journée d’étude intitulée « Entrée en matières »

10 h à 12 h : Romain Bertrand, historien, directeur de recherche à la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Discussion animée par Diane Roussel.

14 h à 16 h : Jacques Lévy, géographe, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros.

Discussion animée par Olivier Lazzarotti

 

Comité scientifique et d’organisation

Yann Calbérac, MCF, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Isabelle Heullant-Donat, PU, histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Olivier Lazzarotti, PU, géographie, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde

Sandra Mallet, MCF, aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Diane Roussel, MCF, histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Anne Volvey, PU, géographie, Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

 

Informations pratiques

La journée aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, dans le bâtiment 17, en salle du conseil de l’UFR.

Plan du campus : http://www.univ-reims.fr/acces-aux-campus,22,19044.html?

Accès depuis la gare Reims Centre : tram A ou B direction « Hopital Debré » ou « Champagne TGV ». Arrêt « Croix-Rouge »

Accès depuis la gare Champagne-Ardenne TGV : tram B direction « Neuchâtel ». Arrêt « Croix-Rouge »

Le public de la journée pourra déjeuner au restaurant universitaire du campus.

Contact : yann.calberac@univ-reims.fr

B. Porot – Journée d’études musicologie

Jacquet de La Guerre

Journée d’études « Elles, compositrices »

Université de Reims

En hommage à Élisabeth-Claude Jacquet de La Guerre

(350e anniversaire de sa naissance : 1665-1729)

Département musique et musicologie-CERHIC

Coordination : Bertrand Porot

Programme à télécharger :

Affiche JE 30 nov

 

            Camille Saint-Saëns écrivait, en 1881, à propos des mélodies de Clémence de Grandval : « Elles seraient certainement célèbres si leur auteur n’avait le tort, irrémédiable auprès de bien des gens, d’être femme ». Il résume, certes de manière lapidaire, la situation qui est faite aux compositrices à bien des époques de l’histoire de la musique. Il est certain que les grandes difficultés d’accès pour les femmes à certains métiers musicaux, en particulier ceux qui touchent à la création, ont été et sont toujours représentatives de rapports de pouvoir largement fondés sur l’inégalité des sexes. La journée proposée veut donc s’attacher à éclairer le statut, le rôle musical et social des compositrices. Elle n’a pas forcément pour objectif de se centrer sur une déconstruction, bien qu’elle soit encore utile, des discours de genre réduisant les compositrices à des parentes pauvres de l’histoire de la musique, sorte d’éternelles amatrices indignes de figurer aux côtés des véritables artistes hommes, formant le mainstream de l’histoire de la musique. Le cas d’Élisabeth Jacquet de La Guerre, à qui nous rendons hommage cette année pour les 350 ans de sa naissance, montre au contraire un cas de réussite artistique sous l’Ancien Régime.

            Toutefois, il est à souligner que si les compositrices peinent à s’imposer, c’est qu’elle sont victimes d’un autre processus, celui des « silences de l’histoire » selon les termes de Michelle Perrot : s’il est maintenant accordé aux femmes l’aptitude à composer plutôt que de s’occuper à composer, leur talent et même leur rôle pionnier n’ont pas été vraiment retenus par l’histoire de la musique. Si l’on cite ainsi volontiers Germaine Tailleferre dans le Groupe des Six, très peu d’ouvrages font place véritablement à sa musique. Cette fabrique de l’oubli, qui construit maints discours, oriente même les travaux académiques et l’enseignement contemporain, a pour résultat d’effacer un continent de créatrices qui peine à émerger encore : si les compositrices ont existé et réussi, l’historiographie dominante n’en fait guère état.

            Enfin, cette journée aura pour but de se garder du regard naïf de l’exemplarité singulière : certes de nos jours des compositrices s’imposent et chacun peut citer un ou plusieurs cas de femmes artistes semblant avoir trouvé une place dans les institutions musicales ou auprès du public. La démarche contemporaine ne leur dénie plus l’incapacité ontologique à la création. Toutefois, un regard n’est pas une réalité : citons par exemple les chiffres donnés par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Pour la saison 2015-2016 des principales institutions ou festivals, les œuvres des compositrices ne représentent que 1% des programmes, 4% dans les programmes d’orchestre (seulement 1% de compositrices contemporaines), 1% pour l’opéra…

            L’inégalité constatée autrefois, en empruntant d’autres voies, se maintient donc encore de nos jours : ce sont tous ces discours sur les femmes, aux contenus et aux formes changeantes, que nous nous proposons d’analyser et de déconstruire.

            La journée laisse place également à la musique, celle des compositrices : souhaitons pour l’avenir qu’il ne soit plus nécessaire de leur consacrer des journées spécifiques pour que leur musique soit (enfin) jouée et entendue.

 

Programme

 

Lundi 30 novembre 2015

10h-18h

Université de Reims : Campus Croix-Rouge, BM 9/7

 

9h30

Accueil

9h45

– Bertrand Porot (Université de Reims) : introduction

10h-11h00

– Jean-Marc Chouvel (Université de Reims) et Pascale Criton, compositrice

Débat

11h30-12h00

– Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices, état des lieux au XXIe siècle

Débat

12h15-13h

– Concert du chœur du département musique : œuvres de compositrices, présentation et direction Hélène Le Roy (Université de Reims)

 

Déjeuner

 

14h30-15h

– Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices d’opéra à l’époque baroque : Italie, France, Allemagne

15h-15h30

– Florence Doé de Maindreville (Université de Reims) : Marie Jaëll compositrice

15h30-16h00

– Imyra Santana (Université Paris-Sorbonne) : Chiquinha Gonzaga et la création de l’identité musicale brésilienne

Débat

16h30

– Pause

16h30

– Concert : Femmes compositrices, femmes virtuoses, paroles de femmes au XVIIe siècle, par l’ensemble Faenza, avec : Olga Pitarch, chant, Marco Horvat, chant et théorbe. Musiques de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Giovanni Felice Sances

17h30

– Pot champenois

Le Champagne et la Grande Guerre

666_001

Jeudi 8 octobre 2015

Le Centre de recherches en Histoire culturelle (CERHIC, laboratoire de recherche du département d’Histoire de l’URCA) organise une journée d’études sur le thème « Le Champagne et la Grande Guerre ». Le but de cette rencontre est triple : diffuser les premiers résultats de quelques travaux inédits, engager une réflexion collective sur les futures pistes de recherche à explorer, renforcer les échanges entre les chercheurs et les responsables du patrimoine et des archives des maisons de champagne.

Sont d’ores et déjà programmées les communications suivantes :

– Anaïs Bertrand, Jeanne Colin (étudiantes en Master à l’URCA) : Premières recherches sur le Champagne et la Grande Guerre

Joëlle Beurier (professeure agrégée à l’URCA) : Femmes, champagne et Grande Guerre

Philippe Buton (professeur d’Histoire contemporaine à l’URCA) : L’image du champagne dans la Grande Guerre

– Jérôme Buttet (diplômé de Master à l’URCA) : Les graffiti de la Grande Guerre dans les caves des maisons de champagne

– Jean-François Cartonnet (docteur en Histoire contemporaine) : Les dommages de guerre chez Veuve Clicquot

– Yves Tesson (docteur en Histoire contemporaine) : Mumm ou les hasards de la guerre.

La rencontre aura lieu sur le campus Croix-Rouge de l’URCA (Salle du Conseil, 2ème étage, Bâtiment 17) et elle est ouverte à tous.

Pour plus de renseignements :

Sarah Castillo-Camacho (sarah.castillo-camacho@univ-reims.fr)

Présentation du dossier « chrétiens orientaux » des ASSR

Nous avons le plaisir d’annoncer deux événements organisés par la revue Archives de sciences sociales des religions autour de ses numéros 170 et 171 (parution le 8 octobre 2015).  Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne à l’URCA et membre du CERHiC, y participera :

– Le samedi 10 octobre aux Rendez-vous de l’Histoire, à Blois, aura lieu à 16 heures la table ronde intitulée « Chrétiens au Proche-Orient » . A l’heure où les crises du Proche-Orient mettent les chrétiens au centre de l’actualité, les sciences sociales proposent de nouvelles approches, attentives à l’inscription des communautés dans leur contexte. Elles montrent que les chrétiens ne sont pas seulement des victimes, mais des acteurs impliqués dans les évolutions de leurs sociétés.

Avec : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, rédactrice en chef de la revue), Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Christophe Ploquin (La Croix), Alberto Fabio Ambrosio.

Pour en savoir plus : http://www.rdv-histoire.com/edition-2015-les-empires/chretiens-au-proche-orient

– le dimanche 11 octobre au Salon de la Revue, aux Blancs-Manteaux, à Paris, la table ronde de 18 h :

« Chrétiens et Églises en dictature. Du Proche-Orient aujourd’hui au Cône sud américain hier » 

Avec : Pierre Antoine Fabre (EHESS, directeur de la revue) Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Louis Schlegel (Esprit), Sébastien Tank (CNRS).

Pour plus d’informations :

1507_0229_Pub_EHESS_ASSR_N_171_FT_FINI_Q

Journée d’étude CIRLEP – Ecrire l’histoire, reconstruction, récit, fiction ?

Christian Roques, membre du CIRLEP, organise le 26 mars 2015 la journée d’étude « Ecrire l’histoire, reconstruction, récit, fiction ? », à laquelle participe plusieurs membres du CERHiC.

ANNONCE

Les questions de méthodologie sont souvent considérées comme arides et ne suscitent que rarement l’enthousiasme, mais elles sont un élément sine qua non de la recherche scientifique et le manque de conscience méthodologique est une tare pour toute science. Pour la recherche historique, l’interrogation méthodologique est par essence interdisciplinaire et doit porter aussi bien sur les objets d’étude et les modalités de leur construction que sur la nature linguistique des outils mobilisés pour les aborder et les disséquer. Depuis le linguistic turn, les réflexions post-modernes sur le statut de la parole historienne et les analyses de Foucault sur l’« ordre du discours », l’horizon d’une telle interrogation est donc toujours nécessairement le langage et la nature textuelle de la réalité abordée par les sciences historiques.

Autour de la réflexion méthodologique de l’historien du droit Michael Stolleis et en présence de ce dernier, la journée d’étude « Écrire l’histoire. Reconstruction, récit, fiction ? » entreprend d’explorer différentes pistes sur les manières contemporaines d’écrire l’histoire dans une perspective résolument interdisciplinaire (regroupant des spécialistes d’histoire, d’histoire du droit, d’histoire des idées) et internationale (avec un horizon ouvert sur l’Allemagne, la France, la Grèce antique, les États-Unis).

Organisation : Christian E. Roques (CIRLEP-EA 4299)

PROGRAMME

09h00Accueil des participants

09h15 – Ouverture de la journée par M. Jean-François Boulanger, Doyen de l’UFR Lettres et sciences humaines et M. Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP.

9h30 – Gérard Raulet (Université Paris – Sorbonne, Paris) : Considérations méthodologiques sur l’histoire des idées

10h25 – Benjamin Pinhas (ENS, Paris) : La science historique au-delà de l’historisme? Le débat autour de l’historisme en République fédérale

11h20 – Pause café

11h30 – Michael Stolleis (Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte, Francfort/Main): Écrire l’histoire du droit: reconstruction, récit, fiction ?

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – Ernst Müller (Zentrum für Literatur- und Kulturforschung, Berlin) : Methodische Überlegungen zu einer interdisziplinären Begriffsgeschichte

14h55Tanja Itgenhorst (URCA, CERHiC) : Reconstruire le politique en Grèce archaïque: les enjeux de la poésie

15h50 Pause café

16h05 – Yann Phillipe (URCA, CIRLEP) : Que fait la culture populaire à l’historien et que fait l’historien à la culture populaire ?

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Journée d’études du CERHiC – Le salut par les oeuvres (XIIe-XXe siècles)

Le salut par les œuvres

Pratiques religieuses et charitables des élites urbaines, XIIe-XXe siècles

 

Affiche_Salut

 

Journée d’études organisée par Bertrand Goujon et Véronique Beaulande-Barraud, CERHiC-EA2616

Reims, UFR LSH, 9 janvier 2015

9h30-17h30

Programme

Inscriptions en ligne :

http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=SALUT_OEUV

 

9 h 30 : Accueil des participants.

9 h 45 :  Introduction (Véronique Beaulande-Barraud et Bertrand Goujon).

10 h 15 : Séverine Niveau : « Le salut par les œuvres : les bienfaiteurs laïcs de l’Aumône Notre-Dame de Chartres au Moyen Âge ».

11 h : Pause café

11 h 30  : Bertrand Marceau : « Le rôle des élites laïques dans le développement des monastères de contemplatifs en ville (XVIe-XVIIIe siècles) ».

Déjeuner

13 h 30 : Nicolas Lyon-Caen, « La charité collective contre l’individuation du salut. Les bonnes oeuvres des jansénistes parisiens au XVIIIe siècle »

14 h 15 : David Tournier : « Salut par les œuvres et cohabitation confessionnelle : de l’initiative charitable individuelle à l’organisation ségrégée du contrôle des âmes (Mulhouse, 1798-1870) ».

15 h : Pause café

15 h 30 : Céline Leglaive : « Donner à tous les Français sans distinction de religion : La philanthropie des élites juives 1870-1914 »

16 h 15 : Yves Tesson : « Entre catholicisme-social et solidarisme : la genèse du modèle social du champagne (1880-1960) »

17 h : Conclusions

 

Pour s’inscrire en ligne à la journée d’études du CERHiC :

 

http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=SALUT_OEUV

Pour télécharger le programme et l’affiche de la journée d’études du 9 janvier 2015 :

 

Affiche_Salut

Prgme_Salut

 

B. Porot – Rameau après Rameau

Journée d’études « Rameau après Rameau »

Master musique et musicologie

 

Université de Reims

Département de musique et musicologie

Direction : Bertrand Porot (Université de Reims-CERHiC)

Lundi 8 décembre 2014

 

Salle : BM 09 salle 1

 

I- Construction du personnage Rameau et de sa renommée

-10h : Jean-Claire Vançon (CFMI d’Orsay, Université Paris Sud-XI) : « Les usages de Rameau en France au XIXe siècle »

-10h45 : Stéphan Etcharry (Université de Reims-CERHIC) : « Présences de Rameau à la Schola Cantorum (1894-1918) »

-11h15 : Thomas Vernet (Fondation Royaumont) : « “Le premier compositeur français qui mérita le nom de maître” : Rameau au regard de Berlioz »

Discussion

 

Déjeuner

 

II- Rameau théoricien et sa postérité

-14h : Véronique Le Ru (Université de Reims-CIRLEP) : « Les relations de d’Alembert à Rameau : la fabrique d’une image de Rameau en représentant de l’esprit de système »

-14h30 : Jean-Marc Chouvel (Université de Reims-IReMus) : « Postérité de la notion de basse fondamentale »

Discussion

 

Pause

 

III- Interprétation et analyse des œuvres de Rameau

-15h30 : Guillaume Jablonka (Université Paris-III, Compagnie Divertimenty) : « Les sources pour la restitution de la danse dans les opéras de Rameau »

-16h00 : Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne-IReMus) : « Analyser Rameau aujourd’hui : l’exemple des ateliers Rameau en 2014 »

Discussion

 

Conclusion

 

Inscription auprès de Geneviève Frey :

genevieve.frey@univ-reims.fr

Argumentaire de la journée

 

Dès l’année de sa mort en 1764, Jean-Philippe Rameau a fait l’objet d’une littérature importante qui concerne sa personne, ses écrits ou sa musique. Le compositeur a donc eu très tôt les honneurs de l’histoire de la musique, et sa pensée a irrigué et influencé un grand nombre de travaux théoriques ou musicologiques. De même, sa musique a eu, avec plus ou moins de fortune, une interprétation quasi continue depuis le XVIIIe siècle.

La journée proposée a donc pour but d’examiner la réception de l’œuvre du compositeur après sa mort – musique et théorie. Elle examinera en particulier de quelle manière s’est construit un personnage illustre de l’histoire de la musique française, sorte de « gloire » nationale. De même pourront être envisagés les différents avatars de sa pensée théorique aussi bien sur le plan esthétique, musical que pédagogique. Enfin l’interprétation même de sa musique et sa réception depuis le XVIIIe siècle, feront également partie des réflexions à mener dans la journée.