Archives de catégorie : Publications

Contribution de B. Restif à « La Paroisse urbaine »

Bruno Restif, maître de conférences à l’URCA et membre du CERHiC, a publié en décembre 2014 la contribution suivante :

Bruno Restif, « Les paroisses desservies dans les églises cathédrales et collégiales : enjeux, concurrence et conflits (xvie–xviiie siècle) », dans Anne Bonzon, Philippe Guignet et Marc Venard (dir.), La Paroisse urbaine. Du Moyen Âge à nos jours, Paris, Cerf, 2014, p. 183-198.

Pour télécharger la quatrième de couverture :

Couverture_LA PAROISSE URBAINE

A. GIRARD et B. SCHMITZ, « De l’Eglise aux Eglises », MEFRIM

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication d’un numéro des Mélanges de l’Ecole française de Rome co-dirigé par Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne et membre du CERHiC, et Benoît Schmitz, ATER à l’Ecole normale supérieure. La publication de ce numéro fait suite à une journée d’études co-organisée par le CERHiC et l’Ecole française de Rome. Le numéro est publié en ligne: http://mefrim.revues.org/1788.

 

De l’Église aux Églises : réflexions sur le schisme aux Temps modernes

 

 

Réflexions sur le schisme moderne : cadres doctrinaux, enjeux historiographiques et perspectives de recherche

PH. LE DOZE, MECENE, OMBRES ET FLAMBOYANCES

Philippe Le Doze, maître de conférences en histoire romaine et membre du CERHiC, vient de publier un ouvrage intitulé Mécène, ombres et flamboyances aux Belles-Lettres.

Mécène, ombres et flamboyances

Mécène, descendant des rois étrusques, ami du premier empereur, Auguste, et personnalité phare de la fin de la République romaine et de l’Empire naissant, demeure aujourd’hui encore une figure méconnue.
Tout à la fois diplomate, conseiller d’Octavien/Auguste et même, durant un temps, responsable du gouvernement de Rome et de l’Italie, il a joué un rôle majeur dans l’émergence d’un régime d’essence monarchique. Cet engagement politique lui a valu, de la part de ses adversaires sénateurs (et, plus tard, de Sénèque), un portrait noir. Son adhésion à l’épicurisme, notamment, fut instrumentalisée afin de décrédibiliser un chevalier qui jamais n’aurait dû revêtir les responsabilités qui furent les siennes au sein de l’État romain. C’est toutefois essentiellement en tant que protecteur des poètes, Virgile, Horace et Properce en particulier, que Mécène a laissé son nom à la postérité. Très vite, il a symbolisé l’âge d’or du patronage littéraire.
Sous son égide, certaines des oeuvres majeures de la littérature latine ont vu le jour, l’Énéide en premier lieu. Il a été l’un des fers de lance d’une politique culturelle visant à donner à Rome une littérature capable de rivaliser avec celle du monde grec. Personnalité singulière ayant tout à la fois le goût de l’ombre et celui de la provocation, figure centrale d’un cercle épicurien qui servit sans doute en partie de thérapie à sa nature inquiète, Mécène est une figure hors norme de l’histoire de Rome.
Résultat de cinq années de recherche, cette biographie renouvelle le portrait de Mécène, éclairant tout à la fois son action politique, son oeuvre de protecteur des lettres latines et les singularités d’un personnage peu orthodoxe, controversé et souvent incompris.

Voir le sommaire et l’avant-propos

J. Beurier, 14-18 insolite

Joëlle Beurier, membre du CERHiC, vient de publier un ouvrage intitulé 14-18 insolite: Albums-photos des soldats au repos chez Nouveau Monde Editions (2014).

Que sait-on précisément des moments de pause et de décompression durant la guerre de 14-18 ? Des soldats photographes amateurs ont immortalisé des clichés du repos, loin des combats. Constitués en albums, ils montrent la face cachée d’une guerre célèbre pour sa violence totale. Ils évoquent des moments collectifs dédiés à la lessive et la toilette, à la musique ou aux repas, qui disent une immense soif de paix et de normalité. Tous fonctionnent comme autant de rituels qui soudent les individus en les agrégeant les uns aux autres.

Pour qui cherche à comprendre le caractère exceptionnel de l’endurance à la violence extrême, omettre la banalité du repos parce qu’elle n’est pas sensationnelle conduirait à un contresens historique. La résistance, le courage et le sacrifice ne sont possibles que parce qu’ont existé, dans les interstices de la brutalité totale, des espaces de moindre relief et de relâchement, repas collectifs, divertissements puérils et parties de pêche entre hommes. Cette dimension, seuls les clichés d’amateurs en délivrent une image. Ils restituent alors la complétude des « bonshommes » de 14-18, dont les expériences intenses ne se limitèrent pas à l’insoutenable. Constitués comme des albums de famille aux codes visuels spécifiques, ces recueils témoignent combien le rire, le plaisir et le jeu fondèrent l’identité combattante autant que la mort.

T. Itgenshorst, Denker und Gemeinschaft

Tanja Itgenshorst, professeure d’histoire ancienne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, vient de publier un ouvrage intitulé Denker und Gemeinschaft. Polis und politisches Denken im archaischen Griechenland (Paderborn, Ferdinand Schöningh, 2014)

 

Cette enquête se veut une contribution à la recherche sur les origines de la pensée politique autant qu’à l’analyse de la relation entre individu et communauté pendant l’époque archaïque. Le côté innovateur de ce travail tient à deux aspects. D’abord, pour la première fois, tous les textes de l’époque archaïque, dès les débuts de la tradition littéraire jusqu’aux guerres médiques, sont inclus dans l’analyse en évitant a priori une différenciation selon le genre littéraire et/ou thématique. Toutefois, le corpus des textes considérés est limité à ceux dont l’auteur se présente dans ses textes – ainsi, par exemple, les épopées d’Homère ne seront-elles pas prises en considération dans un premier temps. Le deuxième aspect novateur ressort de la perspective choisie, en l’occurrence celle des penseurs individuels face à leur communauté.

Voir le sommaire et l’introduction  external link

D. Diaz, Un asile pour tous les peuples

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, a publié le livre issu de sa thèse intitulé Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier XIXe siècle, aux éditions Armand Colin, collection « Recherches ».

 

Présentation du livre

 

Entre la fin du Ier Empire et les derniers jours de la IIe République, la France a été l’une des terres d’accueil les plus libérales du continent avec la Grande-Bretagne. Ayant hérité de l’époque révolutionnaire un devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », les régimes successifs se sont paradoxalement accordés à cet égard. Cet ouvrage se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l’étude de l’asile accordé aux étrangers en France : l’analyse des dispositifs qui ont encadré l’accueil, et celle des formes d’engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d’asile. Si ce double regard semble nécessaire, c’est que les interactions entre les exilés politiques et la société d’accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d’accueil élaborés en réponse à l’arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, comme terre d’asile pour tous les peuples opprimés.

V. Beaulande, Des tribunaux pour une société chrétienne

Véronique Beaulande, maître de conférences en histoire médiévale et chercheur au CERHiC, a publié avec Martine Charageat un ouvrage collectif intitulé Les Officialités dans l’Europe médiévale et moderne. Des tribunaux pour une société chrétienne.

Les justices ecclésiastiques suscitent un intérêt historiographique renouvelé ces dernières années, tant comme juridictions temporelles spécifiques que dans les manifestations d’une justice compétente en matière « spirituelle ». C’est spécifiquement sur les « cours d’Église », les officialités, que s’est tenu ce colloque réunissant historiens et juristes, médiévistes et modernistes, pour un bilan en forme d’invitation à poursuivre les investigations.

L’histoire des officialités a ainsi été éclairée dans sa diversité et dans son évolution, dans une perspective comparatiste. Leur compétence et la manière dont elles exercent leur juridiction, gracieuse, contentieuse, criminelle, a été mise en valeur, attestant de leur rôle quotidien auprès des populations. Enfin, l’étude de leur activité permet une approche de l’histoire des femmes et du couple qui, à son tour, met en valeur la richesse des sources des officialités, organes de « disciplinement des mœurs » encore en partie méconnus.

Voir la table des matières external link