Archives de catégorie : Dernières publications des membres du CERHIC

Cette rubrique présente les dernières publications des membres du CERHIC.

B. Restif – « Les gestes et postures de la prière », Europa Moderna

Nous avons le plaisir d’annoncer la publication en ligne d’un article de Bruno Restif, maître de conférences en histoire moderne à l’URCA et membre du CERHiC :

Bruno Restif, « Les gestes et postures de la prière individuelle dans la production iconographique française, du milieu du XVe au milieu du XVIIe siècle », Europa Moderna, n° 5, 2015, publication en ligne : http://europamoderna.com/index.php/123-bruno-restif-les-gestes-et-postures-de-la-priere-individuelle-dans-la-production-iconographique-francaise

Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution d’un ouvrage collectif aux Publications de la Sorbonne, co-dirigé par Isabelle Heullant-Donat, professeure d’histoire médiévale et directrice du CERHiC, ainsi que par Elisabeth Lusset et Falk Bretschneider.

Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre, Elisabeth Lusset et Falk
Bretschneider (dir.), Enfermements II. Règles et dérèglements en milieu clos (IVe-XIXe siècle), Paris, Publications  de la Sorbonne, 2015.

Présentation

D’évidence, il n’y a pas d’enfermement sans règle. L’un des traits communs aux mondes clos est que ceux qui y vivent doivent obéir à des normes fortes, qu’il s’agisse de la règle monastique, de la règle hospitalière ou du règlement de prison. Reprenant l’étude comparée des enfermements religieux et carcéraux esquissée par les sciences sociales dans les années 1960 et 1970, le présent ouvrage, qui fait suite au volume Enfermements. Le cloître et la prison (VIe-XVIIIe siècle) publié en 2011, explore la place que prennent les règlements et les normes dans les cloîtres comme dans les prisons. Par une méthode comparée systématique, il montre toutes les nuances de cette histoire sur la longue durée, entre ive et XIXe siècles, et dans toute l’Europe, des Iles Britanniques à la péninsule ibérique. À cet effet, il interroge la nature de la règle et historicise sa mise en texte, avant de comparer les modes de production de l’obéissance et les dérèglements qui surgissent dans les milieux clos. L’un des enjeux de cette étude comparée des règles et dérèglements en milieux clos est de comprendre et de réévaluer le rôle que la discipline régulière religieuse a pu jouer dans la mise en place des systèmes carcéraux occidentaux.

Table des matières

Remerciements

Avant-propos
Jean-François Leroux

Introduction
Falk Bretschneider, Julie Claustre, Isabelle Heullant-Donat, Élisabeth Lusset

Définir les règles

Des règles à géométrie variable : modulation de la règle et pouvoir de l’abbé (IVe-VIIe siècle)
Valentina Toneatto

Règles de droit et règlements pénitentiaires en France au XIXe siècle
Hinda Hedhili-Azema

Les règlements de geôle médiévaux. Jalons pour l’étude d’un genre
Julie Claustre

Deux cuisines pour les moines : coquinae dans les coutumiers du XIe siècle
Isabelle Cochelin

Hagiographie : une norme narrée. Regards sur les Vitae de Jutta de Sponheim et de Hildegarde de Bingen, et sur le Liber visionum d’Élisabeth de Schönau
Gordon Blennemann

Le développement de l’écriture règlementaire

Hôpital et règlement en Autriche à l’époque moderne
Martin Scheutz

Règles et règlements dans la maison centrale de détention d’Embrun (1803-1815) : négociation, diffusion et limites d’un modèle normatif
Ludovic Maugué

« Unité des cœurs » et « uniformité des mœurs » au défi de l’espace et du temps : les statuts des ordres religieux au Moyen Âge
Florent Cygler

De la règle de saint Benoît à la pratique réglementaire pénitentielle chez les bénédictins et bénédictines des XVIe-XIXe siècles : traductions, relectures et interprétations
Daniel-Odon Hurel

Discipline et obéissance

L’espace, la grâce et la discipline dans les règles monastiques du haut Moyen Âge
Albrecht Diem

La régulation de la ferveur. Discipliner les pénitences des carmélites déchaussées (Espagne, ca 1560-ca 1630)
Antoine Roullet

Violence et obéissance. La place et le rôle des châtiments corporels dans les établissements d’enfermement aux XVIIIe et XIXe siècles
Falk Bretschneider

Infractions à la règle ou débordements réglés ? Le jour des Saints-Innocents dans les Casus Sancti Galli d’Ekkehard IV
Axelle Neyrinck

Dérèglements

Obedientiales et claustrales. Clôture, argent et contrôle chez les bénédictins anglais au XIIIe siècle
Harmony Dewez

Entre des conflits internes et des agents externes : clôture et monastères féminins au Moyen Âge dans le royaume de Castille-et-León
Ana Rodríguez

Clôture et déclôture. Ordres mendiants et menace du scandale à la fin du Moyen Âge
Guy Geltner

Manquements et dérèglements dans l’ordre Teutonique (XIIe-XVe siècle)
Kristjan Toomaspoeg

Enfermement et suicide sous la IIIe République : le paradigme de la discipline
Laurence Guignard

Psychiatrie et désobéissance. Écrire à l’asile : la France, la Grande-Bretagne et l’exception écossaise (XIXe siècle)
Aude Fauvel

Conclusions. Clôtures régulières, clôtures régulées
Dominique Iogna-Prat

Résumés

Abstracts

Index nominum

Index rerum

4e de couverture et sommaire disponibles sur
http://enfermements.fr/publications/publications-du-projet/

Chrétiens Orientaux, Archives de sciences sociales des religions

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un dossier thématique:

Aurélien Girard et Bernard Heyberger (éd.), Chrétiens au Proche-Orient, dossier thématique des Archives de sciences sociales des religions, n° 171, juillet-septembre 2015.

Muqattam

Les « chrétiens d’Orient » sont aujourd’hui au premier plan, dramatique, de l’actualité internationale. Leur histoire donne aussi lieu, depuis quelques années, à des recherches nouvelles, attentives à l’inscription de ces « communautés chrétiennes » dans leurs contextes. La sortie de l’ère postcoloniale et les crises des États-nations au Proche-Orient ont donné une légitimité inédite à une approche des sociétés sous l’angle de leurs minorités, partant d’une nouvelle compréhension des notions de « frontières », confessionnelles ou ethniques, et des interactions entre « majorité » et « minorités ».
Les articles présentés ici portent sur l’Egypte, la Syrie, la Jordanie et la Turquie. Ils envisagent les chrétiens non pas comme des minoritaires victimes des aléas politiques, mais comme des acteurs participant à la vie politique, intellectuelle et culturelle de leurs sociétés. Surtout ils éclairent les fonctionnements internes des communautés chrétiennes et de leurs institutions qui, loin de s’être fossilisées dans des traditions immuables, aménagent constamment leur rapport à l’histoire et aux langues constitutives de leur identité, et profitent d’un dynamisme spirituel marqué, suivant les lieux et les milieux sociaux, par des influences occidentales et une individualisation du croire. Ils font également apparaître le rôle des diasporas dans les recompositions du fait chrétien au Proche-Orient.

– Aurélien Girard et Bernard Heyberger, Chrétiens au Proche-Orient : les nouvelles conditions d’une présence

-Paolo Maggiolini, Christian Churches and Arab Christians in the Hashemite Kingdom of Jordan. Citizenship, Ecclesiastical Identity and Roles in the Jordanian Political Field

-Su Erol, The Syriacs of Turkey: A religious community on the path of recognition

-Méropi Anastassiadou, Des serviteurs de Dieu et du pouvoir laïque. Le clergé paroissial dans la communauté grecque orthodoxe d’Istanbul au tournant du XXe siècle

-Dominique Avon, Youssef Karam, Charles Malik, Youakim Moubarac. Une élite arabe chrétienne, trois vocations (années 1930 – années 1970)

-Laura Ruiz de Elvira, Les associations chrétiennes de Damas (2000-2010) et leurs rapports variables au religieux

-Anna Poujeau, De l’art poétique pour politique. Le rituel funéraire des chrétiens du sud de la Syrie

-Gaétan du Roy, Abūnā Sam‘ān un prêtre bâtisseur en Égypte

-Séverine Gabry-Thienpont, Musiques et charismes chez les chrétiens en Égypte au début du XXIe siècle. L’exemple catholique

Cardinal de Lorraine

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un ouvrage:

Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif (dir.), Un prélat français de la Renaissance. Le cardinal de Lorraine, entre Reims et l’Europe, Genève, Droz, collection « Travaux d’Humanisme et Renaissance », 2015.

Couverture Cardinal de Lorraine

            Prélat d’État, ayant joué un rôle central dans la vie politique, diplomatique, religieuse et culturelle du XVIe siècle en France et en Europe, Charles de Guise, cardinal de Lorraine, a été pendant longtemps l’un des personnages les plus maltraités par l’historiographie. Hors de toute intention apologétique, une révision s’imposait, permise par quelques travaux fondateurs, principalement d’origine anglo-saxonne, afin de comprendre la complexité d’un personnage à bien des égards énigmatique, ainsi que son évolution voire ses revirements.

Le présent volume réunit vingt-cinq contributions de chercheurs français et étrangers, attentifs à éclairer la personnalité et l’action du cardinal de Lorraine par de nouveaux documents et une plus juste périodisation. Leur objectif a été de mieux estimer le rôle du cardinal de Lorraine dans les débats religieux et la réforme de l’Église et de mettre en évidence les permanences et les évolutions de ses conceptions, ainsi que de comprendre son action politique et diplomatique sur le théâtre européen comme à la cour de France, dans le cadre d’une monarchie en pleine évolution et d’un État en faillite, et enfin de révéler les formes et la richesse d’une commande artistique et littéraire originale et novatrice. L’ouvrage est attentif à la diversité des terrains d’action : ville et archevêché de Reims, Champagne et Lorraine, pays européens, liens privilégiés avec l’Italie.

 

Table des matières :

. Introduction, par Jean Balsamo, Thomas Nicklas et Bruno Restif

Chapitre premier : L’archevêque de Reims

. Reims et les autres : autour de l’empire ecclésiastique des Guises, par Joseph Bergin

. Reims, un pôle de la Réforme catholique, pré-tridentine et tridentine, au temps du cardinal de Lorraine, par Bruno Restif

. La liturgie rémoise au temps du cardinal de Lorraine, permanences et évolutions, par Patrick Demouy

. Rome, Trente, Milan : la marque de l’Italie contemporaine dans les commandes du cardinal-archevêque (1560-1574), par Isabelle Balsamo

Chapitre deux : Réforme catholique, humanisme, Contre-Réforme

. Claude d’Espence et Charles de Guise, par Peter Walter

. Le cardinal de Lorraine et la réforme de l’Église, de la fin des années 1540 à la dernière période du concile de Trente, par Alain Tallon

. Charles de Guise et Jean du Bellay : une histoire possible, une relation manquée, par Loris Petris

. Le cardinal de Lorraine et Théodore de Bèze à Poissy en 1561 : un impossible accord, par Max Engammare

. Le cardinal de Lorraine vu par les protestants en Europe : genèse et diffusion d’un portrait maléfique, par Hugues Daussy

Chapitre trois : Réseaux et pouvoir en Champagne, Lorraine, France

. Les Guises et les villes de Champagne, par Mark Konnert

. Le cardinal de Lorraine et la Lorraine, par Stefano Simiz

. Le cardinal de Lorraine, protecteur des ordres mendiants, par Madeleine Molin

. L’intendance des affaires de Charles de Lorraine, par Mark Greengrass

. Le cardinal de Lorraine et son frère Louis de Guise sur la scène européenne, par Alain Cullière

Chapitre quatre : Politique et diplomatie européennes

. Le cardinal de Lorraine, les princes du Saint-Empire et la cour impériale. Les choix politiques de l’ ‘Entre-Deux’, par Thomas Nicklas

. Échanges d’hommes et de ‘biens’. Réseaux diplomatiques entre les Guises et les cours italiennes à l’époque du cardinal Charles de Lorraine, par Matteo Provasi et Federica Veratelli

. Le cardinal de Lorraine au miroir de l’Écosse, par Éric Durot

. Le cardinal de Lorraine, les Guises et les Pays-Bas, par Julie Versele

. Le cardinal de Lorraine et le cardinal de Granvelle : deux parcours croisés, par François Pernot

. La correspondance du cardinal de Lorraine conservée en Russie, par Vladimir Chichkine

Chapitre cinq : Le prince des lettres et des arts

. Les reliures du cardinal de Lorraine : quelques précisions supplémentaires, par Isabelle de Conihout

. Le cardinal et le faussaire, par Antoine Pietrobelli

. ‘Celui qui rayonna le concile de Trente / De zèle, de vertu, d’industrie sçavante […]. L’Apollon des François’ : le cardinal de Lorraine et les poètes, par Jean Balsamo

. Les portraits du cardinal de Lorraine. Indices esthétiques et corporels d’un séducteur en politique et religion, par Bruno Restif

Perspectives historiographiques

. La postérité historiographique du cardinal de Lorraine. Le retournement des années 1840, par Claude Langlois

. Conclusion : Charles de Guise-Lorraine ou les limites de trop d’atouts, par Jean-Marie Le Gall

Deux vauriens devant la justice de Clairvaux – Criminocorpus

 

Nous avons le plaisir d’annoncer que la transcription intégrale et annotée du procès de deux vagabonds par la justice seigneuriale de Clairvaux en 1513 est désormais accessible sur le site Criminocorpus:

https://criminocorpus.revues.org/3007

Cette transcription est le fruit du travail d’étudiants de Master 1 et 2 Histoire de l’Université de Reims, placés sous la direction de Diane Roussel, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et chercheuse rattachée au CERHiC EA 2616. Julien Angiboust, Chloé Brignoli, Benjamin Dumont, Anne-Sophie Frigout, Romain Gueneau, Simon Guérin, Mélanie Hanon, Marie Journé, Angélique Klein-Pereira, Antoine Lozano-Rios, Hubert Massier, Alice Mergem, Batiste Prelot-Ebrignetti, Valentin Potier, Pauline Ozymko-Pellin, Marion Simonnet et Caroline Wiart ont ainsi contribué à l’édition de cette source.

Jérôme Bosch, Le Vagabond, vers 1450-1516
Jérôme Bosch, Le Vagabond, vers 1450-1516

 

A l’occasion de l’événement Clairvaux 2015, le fonds ancien de l’abbaye de Clairvaux fait actuellement l’objet d’une numérisation, consultable sur le site des Archives départementales de l’Aube :

http://www.archives-aube.fr/r/153/clairvaux/

Connaître l’Orient au XVIIe siècle

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication d’un dossier d’articles intitulé  Connaître l’Orient en Europe au XVIIe siècle sous la direction d’Aurélien Girard, maître de conférences en histoire et membre du CERHiC, dans le dernier numéro de la revue XVIIe siècle (268, 2015/3). Le numéro est disponible en version papier et sur Cairn.

17e siècle

Sommaire:

Aurélien Girard, « Introduction »

Emanuele Colombo, « Entre guerre juste et accomodation. Antonio Possevino et l’islam »

Daniel Stolzenberg, « Les « langues orientales » et les racines de l’orientalisme académique: une enquête préliminaire »

Anne-Marie Cheny, « L’Empire romain d’Orient, nouvel objet de recherche dans la première moitié du XVIIe siècle »

Claire Gallien, « Edward Pococke et l’orientalisme anglais du XVIIe siècle: passeurs, transferts et transitions »

Pier Mattia Tommasino, « Lire et traduire le Coran dans le Grand-duché de Toscane »

Jan Loop, « Hiob Ludolf et le débat sur les chrétiens circoncis »

Bernard Heyberger, « L’Orient et l’islam dans l’érudition européenne du XVIIe siècle »

J. DUBOIS – L’enseignement de l’italien en France

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du livre de Jérémie Dubois, membre du CERHiC et maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (ESPE) :

 

L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Une discipline au cœur des relations franco-italiennes

Jérémie Dubois

Préface de Gilles Pécout

Dans la collection « Italie plurielle »

Sans-titre

 

 Présentation de l’ouvrage :

 

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.

 

 

Table des matières

 

Préface

 

Introduction

UNE LANGUE EXTRASCOLAIRE

 

Chapitre I

L’italien à l’école, une langue invisible

 

 

Chapitre II

La promotion élitaire d’une langue en quarantaine

 

Chapitre III

Initiatives grenobloises et premier seuil d’institutionnalisation

 

CES CHEMINS QUI MÈNENT À LA CHAIRE

 

Chapitre IV

Milieux d’origine et plurilinguisme

Chapitre V

Parcours universitaires transfrontaliers

 

Chapitre VI

Savoirs légitimes et règles tacites : passer l’agrégation d’italien

 

PRATIQUES ET CULTURES PROFESSIONNELLES

 

Chapitre VII

Enseigner l’italien en lycée et à l’université

 

Chapitre VIII

L’Italie des italianisants

LES ENJEUX POLITIQUES DE LA DIFFUSION DE L’ITALIEN EN FRANCE

 

Chapitre IX

La langue qui rapproche ?

 

Chapitre X

Promouvoir la langue et la culture d’un pays fasciste

 

Vous pouvez commander cet ouvrage :

  • chez votre libraire auprès de FMSH-diffusion, 18-20, rue Robert Schuman, 94220 Charenton-le-Pont
  • Directement en ligne sur le site : http://www.lcdpu.fr/
  • ou auprès des ELLUG : http://ellug.u-grenoble3.fr

D. ROUSSEL et M. HOULLEMARE, Justices locales et justiciables

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution de l’ouvrage Les Justices locales et les justiciables, dirigé par Diane Roussel, membre du CERHiC, et Marie Houllemare, et paru aux Presses universitaires de Rennes.

1432128728

Les Justices locales et les justiciables

La proximité judiciaire en France du Moyen Âge à l’époque moderne

 

 

http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=3834

 

 

Quelle doit être la bonne distance à laquelle se tient la justice par rapport au justiciable ? La « réhabilitation » récente des juridictions locales et le développement de l’histoire sociale de la justice invitent à envisager le fonctionnement des tribunaux dans la France d’Ancien Régime au regard des notions de proximité et de distance, envisagées dans toutes leurs dimensions. La bonne justice est-elle d’abord soucieuse de rétablir la paix entre les justiciables ou d’affirmer l’autorité du roi ? Le bon juge est-il celui qui est facilement accessible ou celui dont la dignité impose une position socialement dominante ? La bonne connaissance des enjeux, au risque de la familiarité, garantit-elle un juste procès ? La multiplication des instances judiciaires permet-elle de répondre au mieux à des demandes sociales variées ou éloigne-t-elle le justiciable de la résolution de son procès par l’empilement des juridictions ? L’accessibilité et l’attractivité d’une institution judiciaire auprès des populations ne se mesurent pas seulement en kilomètres, mais s’évaluent aussi à l’aune de la distance symbolique, sociale et procédurale.

Dans ce volume, historiens et historiens du droit, médiévistes et modernistes, explorent diverses facettes d’une justice souvent proche, que les habitants s’approprient pour régler leurs conflits ordinaires, tout en interrogeant les exigences contradictoires qui pèsent sur l’ensemble des institutions judiciaires. Pour le roi, les officiers, tant royaux que seigneuriaux, comme pour les justiciables, la proximité judiciaire est une nécessité et un enjeu de pouvoir.

 

Sommaire :

 

  • Marie Houllemare et Diane Roussel, Introduction : Trop loin, trop proche? De la bonne distance judiciaire.

 

Première partie : les justiciables devant leur « plus prochain juge »

  • Florian Mariage, La dénonciation institutionnalisée : les franches vérités en Tournaisis, xive-xviiie siècles.
  • Véronique Beaulande-Barraud, L’official et ses justiciables : l’accès à la justice de l’évêque dans le diocèse de Châlons au xve siècle.
  • Romain Grancher, Les sièges d’amirauté comme juridictions de proximité. Réflexions à partir du monde de la pêche dieppois au xviiie siècle.
  • Christophe Regina, Infamie légale, infamie populaire : les injures et la subversion des symboles de la justice à Marseille au xviiie siècle.

 

Deuxième partie : dynamiques locales et concurrences institutionnelles

  • Loïc Cazaux, Réguler la violence armée à l’échelle locale : coopération et concurrences entre les justices ordinaires et la prévôté des maréchaux sous le règne de Louis XI.
  • Hervé Piant, Encadrement judiciaire des populations locales et concurrence des juges sous l’Ancien Régime : l’exemple du Valcolorois.
  • Vincent Meyzie, La matérialisation contrariée du pouvoir monarchique dans la cité : le cas des édifices de la justice royale de rang second au xviiie siècle.
  • Christophe Blanquie, Ordre judiciaire et proximité sociale : le règlement de Pamiers en 1775.
  • Pierre Legal, Pressions procédurales et réactions des justiciables. Les maîtrises particulières des Eaux et Forêts (1661-1790).

 

Troisième partie : centre et périphéries

  • Alexandre Deroche, Les juridictions locales et les justiciables dans les apanages des cadets royaux à l’époque moderne.
  • Marie Houllemare, « Ils prennent l’interest particulier de leur païs pour l’interest public», Le bailliage dans la ville d’Amiens et ses relations avec le Parlement de Paris à l’époque moderne.
  • Michel Nassiet, Grâce et entérinement : une mutation (xvie – xviiie siècles).
  • Caroline Maillet-Rao, La réforme de l’exercice de la justice sous le garde des sceaux Michel de Marillac (1626-1630).
  • David Feutry, Un projet entre chancellerie et Parlement : l’esquisse de réforme des justices seigneuriales au xviiie siècle.
  • Solange Ségala, L’intégration d’une population par la justice : l’exemple de la Corse sous les Bourbons (1768-1790).

 

  • Olivier Descamps, Conclusions.

 

 

Publié avec le soutien du CERHiC (EA 2616) de l’université de Reims Champagne-Ardenne, du CHSSC de l’université Picardie Jules-Verne et du CEHJ de l’université Paris Panthéon-Assas.