Archives de catégorie : Dernières publications des membres du CERHIC

Cette rubrique présente les dernières publications des membres du CERHIC.

Publication : Rire sans foi ni loi

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication de l’ouvrage suivant, issu du colloque international « Rire et religion » tenu en février 2015.

Frédéric GUGELOT, Paul ZAWADZKI (dir.), Rire sans foi ni loi? Rire des dieux, rire avec les dieux, Paris, Hermann, coll. « Questions sensibles », 2021, 304 p. (ISBN : 979-1037006639).

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Table des matières

1. Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem

  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen,  Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».
  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».    

2. Ironies, parodies, caricatures, blasphèmes

  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».
  • Frédéric Gugelot (Univ. Reims), « Prêtres à rire ».

3. Rires et rites

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS)  « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».

4. Le rire de libération, le rire de domination

  • Armand Abécassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme  libération du tragique ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».
  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paul Zawadzki, « Rire sans entraves ? Réflexions sur le rire cruel ».

Image : H. Ulrich, La Religion, le clergé, la vie décadente des moines. Gravure, 1609. (Interphoto/Alamy banque d’images).

Publication : transgression en temps de guerre

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la publication de l’ouvrage collectif issu du programme ANR PARABAINO – Massacres, violences extrêmes et transgressions en temps de guerre [Antiquité grecque et romaine].

Nathalie Barrandon, Isabelle Pimouget-Pedarros (dir.), La transgression en temps de guerre de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Enquêtes et documents », 2021, 270 p. ISBN : 978-2-7535-8160-9.

La guerre est, de toutes les activités humaines, celle qui est le plus susceptible de conduire à des débordements, à la démesure, à la radicalité sans borne et donc à la violation de normes fondamentales. Que la guerre soit menée dans le cadre de règles bien définies, partagées, voire intériorisées par l’ensemble des belligérants, il n’en reste pas moins que l’histoire montre que ces règles ne sont pas systématiquement respectées, et peuvent même être totalement bafouées. La guerre constitue donc un champ d’étude privilégié pour aborder la question de la transgression.

Pourtant, peu de recherches y ont été jusque-là consacrées ; si, dans ses formes et manifestations, la violence ordinaire ou extrême sur le champ de bataille a pu faire l’objet d’une attention particulière, l’historiographie s’est en définitive peu intéressée aux mécanismes de déclenchement ainsi qu’à la construction de l’intolérable dans ou en marge des conflits armés. L’ouvrage a pour objectif de préciser les contours du sujet, d’en déterminer la portée et, ce faisant, d’ouvrir des pistes de recherche.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5110

Publication : Faire Musée d’une histoire commune

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution aux éditions du Seuil de l’ouvrage Faire musée d’une histoire commune, dirigé par Patrick Boucheron et Romain Bertrand, coordonné par Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz (membre du CERHiC),  Anouche Kunth et Camille Schmoll.

Ce livre est issu des travaux menés parle comité scientifique chargé de la refonte des galeries permanentes du Musée national de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée).

 

Ce livre a été présenté le 22 novembre 2019 par Patrick Boucheron et Delphine Diaz dans le cadre de l’émission « Le Cours de l’histoire » (Xavier Mauduit), sur France Culture.

Pour réécouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-faire-musee-dune-histoire-commune-et-il-etait-une-fois-les-revolutions

 Présentation du livre par Patrick Boucheron :

« Pourquoi tant de spécialistes reconnus ont-ils décidé de nous suivre et de nous faire confiance dès la première réunion de notre comité ? Sans doute parce que chacun a senti que ce musée, qui ne saurait être le musée des autres, mais doit au contraire être le musée d’un “nous” moins étriqué et plus respirable, n’est pas non plus un musée comme les autres. Au moment où les débats politiques en France et en Europe sont faussés par des crispations idéologiques qui éloignent sans cesse les discours publics d’une mesure seine et juste de la réalité, c’est sans conteste le musée d’histoire dont nous avons besoin. Et puisqu’on en a besoin, d’influentes forces politiques tenteront encore de faire en sorte qu’il soit bridé dans ses ambitions.
Nous avons choisi de disposer dans l’espace des récits, pour dire ici, maintenant, depuis longtemps, “ça a eu lieu”, “ça a lieu là” – il y a lieu de considérer cette histoire. Nous proposons donc ici quelque chose comme une volte-face : par une ruse de l’histoire récente, le Musée national de l’histoire de l’immigration est installé dans le pavillon amiral de l’Exposition coloniale de 1931. Ce piège à regards, chambre noire de l’histoire coloniale, doit désormais se transformer en machine à ouvrir les yeux. Le musée doit investir son lieu car il lui faut affronter son histoire. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’imposer à l’histoire des immigrations une surdétermination coloniale : cette histoire ne peut être que mondiale par vocation et comparatiste par méthode. Il s’agit de prendre la mesure du buissonnement, de la bigarrure dont nous sommes issus. On doit pouvoir s’y retrouver mais pas pour cultiver le petit lopin tranquille des identités. »

http://www.seuil.com/ouvrage/faire-musee-d-une-histoire-commune-collectif/9782021441239

 

 

 

 

« L’exploration du monde » dans les Medias

A la suite de la publication de « L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes », annoncée dans ce carnet, le CERHiC signale deux émissions de radio : 

Publication : L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes

Dans la lignée de l’Histoire mondiale de la France, L’Exploration du monde présente une histoire par dates, du VIIe au XXe siècle, qui rend compte des profonds renouvellements qui ont transformé notre vision de ce qu’on appelait autrefois les « Grandes Découvertes ». Alors que les « Grandes Découvertes » associaient l’exploration du monde à l’entrée dans la modernité et en réservaient le privilège et le bénéfice à l’Europe, cet ouvrage documente aussi d’autres explorations, non européennes. Il prend aussi le contre-pied d’une histoire héroïque des expéditions lointaines qui en attribue le mérite à quelques personnages, rendant aux entreprises d’exploration leur dimension collective.

L’Exploration du monde. Une autre histoire des Grandes Découvertes, Paris, éditions du Seuil, coll. « L’Univers historique », 2019. ISBN : 978-2021406252.

Dirigé par Romain Bertrand, l’ouvrage a été coordonné par Hélène Blais, Guillaume Calafat et Isabelle Heullant-Donat.

Crédit photographique : Le signe du Cancer. Universidade de Evora, Portugal. Isabelle Poutrin, 2017. 

Publication : Du concert à l’écran

Le Cerhic est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Stephan Etcharry et Jérôme Rossi, Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma (Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « PUR Cinéma », 2019, 464 p. ISBN : 978-2-7535-7739-8).

En s’associant à un film, toute musique prééxistante apporte non seulement son atmosphère sonore particulière, mais aussi un réseau de significations liées à son histoire. En se concentrant sur la musique classique, cet ouvrage s’empare de morceaux riches d’une tradition interprétative et d’une réception qui ont parfois plusieurs siècles. Outre une charge sémantique nouvelle, le passage d’un média à un autre induit une perte d’autonomie, de profonds changements dans les contextes d’exécution et et les conditions d’écoute, le passage d’une temporalité de la moyenne ou de la longue durée – permettant le développement de la forme musicale – à des formats souvent très réduits qui trahissent d’inévitables coupures.

Stéphan Etcharry (CERHiC) et Jérôme Rossi CAPHI) sont maîtres de conférences en musicologie. Cet ouvrage a été publié avec le soutien du Centre atlantique de philosophie (CAPHI, EA 7463) de l’université de Nantes, et du Centre de recherche en histoire culturelle (CERHiC, EA 2616) de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

Stephan Etcharry et Jérôme Rossi, Du concert à l’écran. La musique classique au cinéma (Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « PUR Cinéma », 2019, 464 p. ISBN : 978-2-7535-7739-8

Du Concert a lecran Table_matieres

L’enseignement de l’Italien en France : parution en Italie

Le CERHIC est heureux d’annoncer la publication de la traduction en italien du livre de Jérémie Dubois sur l’histoire des études italiennes en France des années 1880 à 1940, aux presses de l’université de Bologne, dans la collection « Passato futuro » dirigé par l’historienne Patrizia Dogliani (CLUEB).

https://clueb.it/libreria/passato-futuro/italianistica-e-italofilia.

Le livre a été traduit par Maria Pia Casalena, enseignante et chercheuse en histoire contemporaine à l’université de Bologne, dans le cadre du projet « Nation-Building, Construction de l’Etat et réseaux transnationaux de l’Italie unitaire ».

La version italienne du livre s’intitule Italianistica e italofilia. L’insegnamento dell’italiano in Francia : una disciplina al cuore delle relazioni franco-italiane. ISBN : 978-88-491-5609-6

Cet ouvrage envisage l’histoire sociale, culturelle et politique de l’italianisme et des études italiennes en France sous la Troisième République. L’ouvrage est préfacé par Gilles Pécout.

Références de l’édition originale : Jérémie Dubois, L’enseignement de l’italien en France. Une discipline au cœur des relations franco-italiennes, Grenoble, ELLUG, coll. « Italie plurielle », 2015, 441 p., préface de Gilles Pécout, ISBN : 978-28-431-0299-8.

Publication : Marc Venard historien

Marc Venard, historien. Sous la direction de Anne Bonzon, Isabelle Poutrin, Alain Tallon et Catherine Vincent. Rennes, Presses universitaires de Rennes, collection « Histoire », 2019, 291 p. ISBN : 978-2-7535-7750-3.

Par sa personnalité et son oeuvre, Marc Venard (1929-2014) s’est imposé dans sa génération comme un historien de tout premier plan, qui a contribué au renouvellement des études sur le christianisme au temps des Réformes. Sa méthode, sa réflexion, les voies qu’il a ouvertes par ses travaux sur les confessions, la controverse entre Catholiques et Protestants, les cadres et les pratiques religieuses au XVIe siècle ont marqué et marquent encore profondément la recherche. Les contributions d’amis et d’anciens élèves réunies dans ce volume présentent et prolongent les diverses facettes d’un historien engagé au coeur de son temps et l’activité foisonnante d’un chercheur averti, à la plume incisive, fédérateur d’entreprises collectives qui continuent de se montrer fécondes.

La publication de l’ouvrage a été préparée par :

Anne Bonzon, maître de conférences HDR en histoire moderne (Université de Paris 8 – Vincennes Saint-Denis), secrétaire de la Société d’histoire religieuse de la France,

Isabelle Poutrin, professeur d’histoire moderne (CERHiC, Université de Reims Champagne Ardenne) / IUF,

Alain Tallon, professeur d’histoire moderne, doyen de la Faculté des Lettres de Sorbonne Université,

Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge (Université Paris Nanterre), IUF senior honoraire, présidente de la Société d’histoire religieuse de la France.

Ont contribué à ce volume (par ordre de publication) : Anne Bonzon, Alain Tallon, Nicole Lemaitre, Bernard Barboche, Thierry Amalou, André Vauchez, Dominique Julia, Joseph Bergin, Isabelle Poutrin, Françoise Thelamon, Régis Bertrand, Luc Daireaux, Christian Grosse, Marc Mudrak, Virginia Reinburg, Julien Ferrant, Catherine Vincent, Stefano Simiz, Nicolas Guyard, Philippe Martin, Philippe Boutry.