Archives de catégorie : Dernières publications des membres du CERHIC

Cette rubrique présente les dernières publications des membres du CERHIC.

Publication : Dictionnaire du fouet et de la fessee

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication du livre dirigé par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset, Dictionnaire du fouet et de la fessée. Corriger et punir, Paris, Puf, 2022.

La violence exercée sur autrui dans le but de dresser, d’éduquer, de corriger ou de punir englobe des pratiques très anciennes (coups, fouet, privations, enfermement) et d’autres plus caractéristiques d’une époque, comme le bonnet d’âne dans l’école de la Troisième République. Certaines, comme la gifle et la fessée, semblent si banales qu’on ne les perçoit pas d’emblée comme des objets d’histoire. Jusqu’à ces dernières décennies, cette violence infligée dans le cadre de la maisonnée, distincte et complémentaire de la violence de l’État, n’était contestée que lorsqu’elle était manifestement excessive. Le « droit de correction » était considéré comme un pilier de l’ordre social, exprimant l’autorité des parents sur leur enfant, du mari sur sa femme, du maître sur son élève, son apprenti ou son esclave.

À travers 248 exemples tirés de l’histoire, de l’art, du droit, de la littérature ou du cinéma, ce dictionnaire propose une plongée dans l’histoire du droit de correction de l’Antiquité à nos jours. Il analyse des thèmes aussi divers que la parentalité, le couple, l’éducation, le corps, l’érotisme, le monde du travail ou la condition animale, éclairant ainsi les récents débats sur la prévention des violences conjugales ou sur la loi « anti-fessée » de 2019.

L’Introduction rédigée par Isabelle Poutrin et Elisabeth Lusset (p. XI-XXVI) est suivie des 248 entrées, de “Abus et excès (XVIe-XVIIIe siècle)” à “Violences éducatives ordinaires”.

Isabelle Poutrin est professeure d’histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre honoraire de l’Institut universitaire de France. Ses recherches portent sur la conversion religieuse aux XVIe-XVIIe siècles en Espagne et en Italie. Elle est l’autrice aux Puf de Convertir les musulmans. Espagne 1491-1609 (2012).

Élisabeth Lusset est chargée de recherche en histoire du Moyen Âge au CNRS. Ses travaux portent sur le gouvernement de l’Église, les ordres religieux et la justice au Moyen Âge. Elle est notamment l’autrice de Crime, châtiment et grâce dans les monastères au Moyen Âge (XIIe-XVe siècle) (Brepols,2017).

Le Dictionnaire a été préparé depuis 2018 par un comité scientifique formé de Véronique Beaulande-Barraud (Université de Grenoble-Alpes), Jean-Baptiste Bonnard (Université de Caen Normandie), Emmanuelle Chapron (Aix-Marseille Université), Julie Doyon (Université de Sorbonne Paris Nord/Université de Fribourg), Julien Dubouloz (Aix Marseille Université), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims Champagne-Ardenne), David Niget (Université d’Angers), Diane Roussel (Université Gustave Eiffel), outre les deux directrices d’ouvrage.

Parmi les 164 spécialistes qui ont contribué à ce Dictionnaire, on compte six enseignants-chercheurs titulaires ou associés de laboratoires de l’Université de Reims-Champagne-Ardenne (CEREP, CIRLEP, CRIMEL, CERHiC) : Alexie Geers (“Pernoud, Laurence”), Isabelle Heullant-Donat (“Ascèse”, “Flagellants”), Agnès Millot (“Public Schools”), Yann Philippe (“Slapstick”), Isabelle Poutrin (“Age de raison”, “Ancône”, “Châtiment des quatre piquets dans les colonies”, “Esclaves (Moyen Âge)”, “Femmes tondues”, “Fessée”, “Fouet”, “Pédagogie noire”, “Peur révérencielle”, “Privation”), et Karin Ueltschi (“Père Fouettard”, “Fabliaux”) – ainsi que d’anciens membres du département d’histoire de Reims : Véronique Beaulande-Barraud, Sylvie Joye, Diane Roussel, Caroline Muller, Jan Synowiecki, Elisabeth Lusset.

Philippe Buton présente l’Histoire du gauchisme

Philippe Buton, Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, sera à la librairie Guerlin (70, place Drouet d’Erlon) à Reims le mercredi 8 décembre à partir de 17 heures, pour une conférence-débat autour de son dernier ouvrage Histoire du gauchisme. L’héritage de Mai 68 (Paris, Perrin, 2021) suivie d’une séance de signature.

Présentation du livre :

En à peine quelques semaines, ce courant politique devient le porte-parole de la jeunesse et partant de toute une génération. Sous cette bannière se rassemblent les mouvances anarchiste, maoïste et trotskyste, divisées en de multiples groupes qui émergent à la fin des années 1960 (Gauche prolétarienne, Ligue communiste, ORA, OCI, PCMLF…). Derrière ce gauchisme politique se déploie aussi tout un gauchisme culturel, avide de secouer le vieux monde et de changer la vie. Que reste-t-il aujourd’hui dans notre société de cette force politique et de ces aspirations libertaires ?
Dans cette synthèse historique totalement inédite, Philippe Buton répond à cette question et à bien d’autres avec une grande clarté. Retraçant l’aventure du gauchisme, il montre que ce mouvement a certes été uni, notamment autour d’une croyance en une révolution proche et radicale, mais aussi profondément divisé par une multitude de querelles. Il expose également qu’après le « printemps rouge et noir », ce courant est brusquement devenu une réalité tangible que des acteurs traditionnels – la police, l’armée et la gauche parlementaire particulièrement – ont eu bien du mal à prendre en compte. Enfin, il établit que les gauchistes ont été à la pointe de nombreux combats sociaux qui nous animent encore aujourd’hui, notamment la défense des droits des femmes et l’émergence de la conscience écologique. En revenant sur les évolutions politiques du mouvement gauchiste mais aussi sur ses conséquences culturelles et sociales, Philippe Buton dépeint avec brio la France d’une jeunesse bouillante et militante qui, pendant près de dix ans, a cru en l’avènement d’un monde nouveau.

Publication : En Exil

Le CERHiC a la joie d’annoncer la parution du livre de Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine / IUF, et membre du CERHiC :

En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours,

Paris, Gallimard, coll. Folio histoire (n° 312), 2021, 528 p.

À l’heure où la « crise migratoire », parfois qualifiée de « crise de l’asile », n’en finit pas de diviser les États et les sociétés en Europe, cet ouvrage entend redonner une profondeur historique à une question d’actualité.

Il interroge les multiples dénominations et représentations relatives aux « migrants » partis sous la contrainte, en allant de l’« exilé », du « proscrit », au « demandeur d’asile » et au « réfugié ». On y entend résonner les discours prononcés par des proscrits qui ont marqué leur temps, les échos des œuvres littéraires que les exilés nous ont laissées en héritage, depuis Les Châtiments de Victor Hugo jusqu’à Persépolis de Marjane Satrapi, mais on distingue aussi le murmure anonyme des « sans-État », souvent dénigrés et rejetés.

Le livre donne enfin la part belle aux oubliés de la migration – femmes, enfants et vieillards –, pourtant largement impliqués dans cette histoire en mouvement. Grâce à un parcours chronologique qui commence avec les insurrections et révolutions de la fin du XVIIIe siècle et s’achève avec le temps présent de la migration contrainte, ce récit transnational de l’histoire des réfugiés donne vie et corps aux exilés d’hier et d’aujourd’hui : il restitue leur expérience collective mais aussi la singularité de leurs parcours européens.

PUBLICATION : Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

Le CERHiC est heureux d’annoncer la prochaine publication de l’ouvrage de Dominique Chathuant, membre associé du CERHiC :

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de Race. Histoire(s) d’un siècle de doute sur le racisme en France,

aux éditions du Félin, coll. Histoire et sociétés, parution annoncée le 14 octobre 2021 (504 p., 25 €).  ISBN 978-2-86645-961-1

Nous qui ne cultivons pas le préjugé de race

En 1919, bien avant Black Lives Matter, un policier militaire américain abat froidement à Nantes un promeneur guadeloupéen. On lit alors dans la presse indignée que les Français ne cultivent pas le préjugé des races, lequel est solennellement condamné par les députés de la seconde puissance coloniale du monde.
Bars ségrégationnistes des années 1920 ou 1960, piscine fermée aux Algériens (1964) ou diarrhée antisémite d’un sénateur SFIO (1959), d’autres affaires offrent à l’opinion l’occasion de s’indigner et d’énoncer la norme idéale d’une France immunisée contre le racisme : Raymond Poincaré s’oppose à Paris à une discrimination, forcément américaine et René Pleven juge longtemps inutile une loi antiraciste finalement votée en 1972 et qu’on persiste à tort à lui attribuer.
Loin de l’anachronisme dogmatique ou de l’idéalisation naïve, l’historien Dominique Chathuant explore le mythe immunitaire à l’échelle du XXe siècle, au coeur puis en aval du contexte colonial. Il nuance au passage l’apparente nouveauté du présent en montrant qu’on dénonce déjà en 1917 l’importation d’idées américaines, qu’on teste les discriminations dès 1939 ou qu’on emploie très tôt les termes « raciste » (1924) et « racisé » (1965).

Publication : Rire sans foi ni loi

Le CERHiC est heureux d’annoncer la publication de l’ouvrage suivant, issu du colloque international “Rire et religion” tenu en février 2015.

Frédéric GUGELOT, Paul ZAWADZKI (dir.), Rire sans foi ni loi? Rire des dieux, rire avec les dieux, Paris, Hermann, coll. “Questions sensibles”, 2021, 304 p. (ISBN : 979-1037006639).

Au moment où l’Association française de sciences sociales des religions avait décidé de susciter une réflexion collective sur le rire et le religieux en février 2015, personne ne se doutait que ses travaux porteraient l’ombre tragique des attentats du 7-9 janvier. C’est qu’une part non négligeable du questionnement sur le rire hantait déjà les conflits charriés par l’actualité, qu’il s’agisse des « caricatures de Mahomet » ou des spectacles dits humoristiques mais vecteurs de haine. Plus profondément, le rire convoque la pensée de longue date et la plupart des classiques ont tenté d’en élucider les ressorts.

Table des matières

1. Rire à Sparte, Athènes ou Jérusalem

  • Adrien Delahaye (Univ. de Caen,  Centre Michel de Bouard) : « Rire encadré, rire débridé dans une société présumée austère. Le burlesque et le grotesque dans la culture visuelle des Spartiates ».
  • François Dingremont (EHESS) : « Le rire inextinguible des dieux homériques ».
  • Avigail Ohali, (Univ. Paris 3) : « Le rire des sages. Affirmation de soi et auto dérision des rabbins de l’antiquité ».    

2. Ironies, parodies, caricatures, blasphèmes

  • Bruno Roche (Institut Claude Longeon, Saint-Étienne, IHPC – UMR 5037) : « Entre ironie et onirisme, les deux pôles du rire libertin ».
  • Laurent Bihl (Univ. Paris 1) : « Les caricatures antiprotestantes à la Belle Époque ».
  • Cátia Tuna (CEHR – UCP et Université de Lisbonne) : « Chanter, critiquer et rire: le Fado comme sarcasme anticlérical et ironie de l’univers dévotionnel catholique (1890 – 1910) ».
  • Frédéric Gugelot (Univ. Reims), « Prêtres à rire ».

3. Rires et rites

  • Jean Baumgarten (CNRS- CRH/EHESS)  « Les jeux de Purim (Purim-Shpiln) : Rire et renversement parodique dans la société ashkénaze (XVIe-XVIIe siècles) ».
  • Lionel Obadia (Univ. Lumière Lyon 2, LARHRA) : « Rires religieux et dans la religion : réflexions à partir d’un terrain himalayen (bouddhisme – chamanisme) ».
  • Nathalie Gauthard (Univ. de Nice-Sophia Antipolis, LIRCES) : « Atsara, le ‘maître-moqueur’ du bouddhisme tibétain ».

4. Le rire de libération, le rire de domination

  • Armand Abécassis (Univ. Michel de Montaigne-Bordeaux 3 ; IEEL) : « Le rire comme  libération du tragique ».
  • Éric Marty (Univ. Paris-Diderot/IUF) : « Genet, rire, sacré et domination ».
  • Gérard Rabinovitch (CNRS ; IEEL) : « Humour n’est pas sarcasme ».
  • Paul Zawadzki, « Rire sans entraves ? Réflexions sur le rire cruel ».

Image : H. Ulrich, La Religion, le clergé, la vie décadente des moines. Gravure, 1609. (Interphoto/Alamy banque d’images).

Publication : transgression en temps de guerre

Le CERHiC a le plaisir d’annoncer la publication de l’ouvrage collectif issu du programme ANR PARABAINO – Massacres, violences extrêmes et transgressions en temps de guerre [Antiquité grecque et romaine].

Nathalie Barrandon, Isabelle Pimouget-Pedarros (dir.), La transgression en temps de guerre de l’Antiquité à nos jours, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Enquêtes et documents », 2021, 270 p. ISBN : 978-2-7535-8160-9.

La guerre est, de toutes les activités humaines, celle qui est le plus susceptible de conduire à des débordements, à la démesure, à la radicalité sans borne et donc à la violation de normes fondamentales. Que la guerre soit menée dans le cadre de règles bien définies, partagées, voire intériorisées par l’ensemble des belligérants, il n’en reste pas moins que l’histoire montre que ces règles ne sont pas systématiquement respectées, et peuvent même être totalement bafouées. La guerre constitue donc un champ d’étude privilégié pour aborder la question de la transgression.

Pourtant, peu de recherches y ont été jusque-là consacrées ; si, dans ses formes et manifestations, la violence ordinaire ou extrême sur le champ de bataille a pu faire l’objet d’une attention particulière, l’historiographie s’est en définitive peu intéressée aux mécanismes de déclenchement ainsi qu’à la construction de l’intolérable dans ou en marge des conflits armés. L’ouvrage a pour objectif de préciser les contours du sujet, d’en déterminer la portée et, ce faisant, d’ouvrir des pistes de recherche.

Lien vers le site de l’éditeur : http://www.pur-editions.fr/detail.php?idOuv=5110

Publication : Faire Musée d’une histoire commune

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution aux éditions du Seuil de l’ouvrage Faire musée d’une histoire commune, dirigé par Patrick Boucheron et Romain Bertrand, coordonné par Emmanuel Blanchard, Delphine Diaz (membre du CERHiC),  Anouche Kunth et Camille Schmoll.

Ce livre est issu des travaux menés parle comité scientifique chargé de la refonte des galeries permanentes du Musée national de l’histoire de l’immigration (Palais de la Porte Dorée).

 

Ce livre a été présenté le 22 novembre 2019 par Patrick Boucheron et Delphine Diaz dans le cadre de l’émission “Le Cours de l’histoire” (Xavier Mauduit), sur France Culture.

Pour réécouter l’émission : https://www.franceculture.fr/emissions/le-cours-de-lhistoire/actualites-faire-musee-dune-histoire-commune-et-il-etait-une-fois-les-revolutions

 Présentation du livre par Patrick Boucheron :

“Pourquoi tant de spécialistes reconnus ont-ils décidé de nous suivre et de nous faire confiance dès la première réunion de notre comité ? Sans doute parce que chacun a senti que ce musée, qui ne saurait être le musée des autres, mais doit au contraire être le musée d’un “nous” moins étriqué et plus respirable, n’est pas non plus un musée comme les autres. Au moment où les débats politiques en France et en Europe sont faussés par des crispations idéologiques qui éloignent sans cesse les discours publics d’une mesure seine et juste de la réalité, c’est sans conteste le musée d’histoire dont nous avons besoin. Et puisqu’on en a besoin, d’influentes forces politiques tenteront encore de faire en sorte qu’il soit bridé dans ses ambitions.
Nous avons choisi de disposer dans l’espace des récits, pour dire ici, maintenant, depuis longtemps, “ça a eu lieu”, “ça a lieu là” – il y a lieu de considérer cette histoire. Nous proposons donc ici quelque chose comme une volte-face : par une ruse de l’histoire récente, le Musée national de l’histoire de l’immigration est installé dans le pavillon amiral de l’Exposition coloniale de 1931. Ce piège à regards, chambre noire de l’histoire coloniale, doit désormais se transformer en machine à ouvrir les yeux. Le musée doit investir son lieu car il lui faut affronter son histoire. Il ne s’agit pas, bien entendu, d’imposer à l’histoire des immigrations une surdétermination coloniale : cette histoire ne peut être que mondiale par vocation et comparatiste par méthode. Il s’agit de prendre la mesure du buissonnement, de la bigarrure dont nous sommes issus. On doit pouvoir s’y retrouver mais pas pour cultiver le petit lopin tranquille des identités.”

http://www.seuil.com/ouvrage/faire-musee-d-une-histoire-commune-collectif/9782021441239

 

 

 

 

“L’exploration du monde” dans les Medias

A la suite de la publication de “L’exploration du monde. Une autre histoire des grandes découvertes”, annoncée dans ce carnet, le CERHiC signale deux émissions de radio :