Archives de catégorie : AsileuropeXIX

Le programme AsileuropeXIX au colloque « Exil, deséxil » (18-19 mai 2017)

Le programme ANR jeunes chercheurs AsileuropeXIX hébergé par le CERHiC participe au colloque « Exil/Désexil. Philosophies de l’Autre monde. Consentement et désobéissance civile/civique », organisé à l’Université Paris 8 Saint-Denis, les 18 et 19 mai 2017.

La session d’AsileuropeXIX ouvrira le colloque sur le thème «Violence et désobéissance dans l’exil au XIXe siècle, Europe/Amérique latine ».

Venez nombreux! Salle J005, Bâtiment J préfabriqué situé derrière le bâtiment A et l’amphi X.

Téléchargez le programme complet

JEUDI MATIN : Les exils dans l’histoire

  10h : Présentation OGILVIE/VERMEREN.

Présidente de séance : Delphine Diaz (maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagnes-Ardenne, responsable du programme ANR AsileuropeXIX).

« Violence et désobéissance dans l’exil au XIXe siècle, Europe/Amérique latine »

10h30/11h

  • HUGO VERMEREN (docteur en histoire contemporaine, post-doctorant du programme ANR AsileuropeXIX) : « Violences politiques, résistances à l’expulsion : parcours d’un réfugié politique italien, Giorgio Libri-Bagnano (1780-1836) »

 11h/11h30 :

  • EDWARD BLUMENTHAL (maître de conférences, Université de Paris III) : « Exil, droit des gens et droit d’asile en Amérique du Sud, XIXe siècle »

11h30/12h :

  • ROMY SANCHEZ (docteure en histoire contemporaine, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Des bureaux new-yorkais au champ de bataille : les exilés cubains séparatistes et le rapport à la violence, 1840-1880 »

12h/12h30 : questions et discussion générale.

PAUSE DÉJEUNER 12h30/14h30

JEUDI APRÈS-MIDI : Les deux exils

Président de séance : Martin Macias 

14h30/15h30

ÉRIC LECERF : Des chemins empruntés par Jean Malaquais : ce qui se contredit de l’exil dans une conscience apatride.

15h30/16h30

BARBARA ZAULI,   « L’exil est mon royaume : Albert Camus, praxis du désexil »

16h30/17h30 PATRICE VERMEREN :  «  On ne tue point les idées »

17H30/18H30 : ADELAÏDE GREGORIO FINS : doctorante en Philosophie politique et éthique, Université Paris-Sorbonne / Université de Coimbra. « La désobéissance dans les Nouvelles lettres portugaises (1972) face à l’État Nouveau au Portugal : quelles formes d’exils à travers les mots, la philosophie et la création littéraire ? »

VENDREDI MATIN : Les deux exils (suite)

Président(e) de séance : Mathilde Roussigne

 9h/10h30

Christiane VOLLAIRE et Philippe BAZIN : UNE APPROCHE DU MOUVEMENT DES POBLADORES AU CHILI  : « Philosophie de terrain et photographie documentaire « 

10h30/11h30 

FREDERICO LYRA : « MTST (Mouvement des travailleurs sans toit) et zones d’attente » .

11h30/12h30

 JULIA CHRIST : « La tradition comme exil »

PAUSE DEJEUNER 12H30/14H30

VENDREDI APRÈS-MIDI : Quelle désobéissance aujourd’hui ?

Président de séance : Alejandro Bilbao

14h30/15h30

AUGUSTIN GIOVANNONI : « Grammaires de l’exil. L’avec, l’entre, le commun ».

15h30/16h30 :

AHMET INSEL : « Les possibilités de la désobéissance civile face à une autocratie élective »

 16h30/17h30 : 

 NORBERT WASZEK et STÉPHANIE BAUMANN : « Un retour en Allemagne après l’exil ? Theodor W. Adorno et la problématique de la “Remigration“ ».

17h30/18h30 :  FEDRA CUESTAS :« De l’exil à l’asile : un passage impossible »

 18h30/19h30 : MARCELO N. VIÑAR : « Terreur politique et Exil/Désexil. Empreintes subjectives. Réflexions d’un psychanalyste »

 19h30 : BERTRAND OGILVIE : « Entre Nouveau monde et monde nouveau, contrainte, consentement, servitude »

C. Brice et D. Diaz (dir.), « Mobilités, savoir-faire et innovations »

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du dernier numéro de la Revue d’histoire du XIXe siècle (n° 53, 2016/2), « Mobilités, savoir-faire et innovations », dirigé par Catherine Brice et Delphine Diaz, membre du CERHiC.

Mobilités, savoir-faire et innovations

 

couverture

Sommaire :

Catherine Brice, Delphine Diaz, « Introduction », p. 9-18

Ali Yaycioglu, « Janissaires, ingénieurs et prédicateurs. Comment l’ingénierie militaire et l’activisme islamique changèrent l’ordre ottoman », p. 19-38.

Fabio D’Angelo, « Les hommes de science napolitains en exil en France, des passeurs scientifiques et politiques (1799-1820) », p. 39-58.

Juan Pan-Montojo et Juan Luis Simal, « Exil, finances internationales et construction de l’Etat : les libéraux et « joséphins » espagnols » (1813-1851), p. 59-78.

Sylvie Aprile, « Déposer un brevet sans déposer les armes ? Exilés et inventeurs français durant le Second Empire », p. 79-96.

Julia Clancy-Smith, « L’Afrique du Nord à l’époque coloniale : migration, agriculture et échec de l’innovation (1830-1914), p. 97-114.

« Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle », 19 janvier 2017, Paris

La première journée d’études organisée par le programme ANR AsileuropeXIX, accueilli par le CERHiC à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, se tiendra le jeudi 19 janvier 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration, Palais de la Porte Dorée à Paris, de 10h à 17h, salle ATELIER 4.

Présentation :

Cette journée d’études a pour but d’analyser le vocabulaire européen de l’exil au XIXe siècle, s’appuyant sur l’hypothèse selon laquelle les statuts des exilés et réfugiés ne sauraient être compris sans une prise en compte des termes par lesquels ils étaient alors désignés. La rencontre se propose également de comparer les pratiques administratives et judiciaires mises en œuvre par les États d’accueil à leur égard, en s’intéressant à la circulation des modes de désignation, de surveillance et de contention de ces étrangers. Une session éclairera enfin les représentations contrastées des exilés et réfugiés dans l’Europe du XIXe siècle, saisies à travers débats parlementaires, littérature et chansons.

Réservation obligatoire : asileurope@gmail.com

les-mots-de-lexil-dans-leurope-du-xixe-siecle

Pour télécharger le programme et l’affiche au format PDF :

programme-je-19-janvier-2017

affiche_-les-mots-de-lexil-dans-leurope-du-xixe-siecle

 

Journée d’études : « Les mots de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle »

9h45

Accueil des participants

10h00

Mot d’accueil du Musée national de l’histoire de l’immigration

Introduction de la journée d’études, Delphine Diaz, maîtresse de conférences, Université de Reims Champagne-Ardenne, responsable du programme ANR AsileuropeXIX

10h30-12h30

Première session présidée par Alexandre Dupont (IEP d’Aix-en-Provence)

Parler d’exil et d’asile politiques dans l’Europe du XIXe siècle

  • Catherine Brice (Université Paris Est-Créteil-Val de Marne-IUF) : « Esuli, fuorusciti, emigrati…les nombreux mots du départ depuis les États italiens du XIXesiècle »
  • Thomas C. Jones (Buckingham University) : « Defining « asylum » in Britain, 1815-1870»
  • Romy Sánchez (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et Juan Luis Simal (Universidad Autónoma de Madrid) : « Lexique du destierroespagnol : péninsule et Outre-Mer, c.1820-c.1880 »
  • Katarzyna Papiez, (Université Paris-Sorbonne) : « Les mots de l’exil dans la « Grande Émigration » polonaise : émigration, exil, colonie »

Discussion

 

14h00-15h15

Deuxième session présidée par Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Les représentations de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle : mots, chansons, images

  • Maïté Van Vyve (KU Leuven, Belgique) : « Entre le bon, la brute et le truand : les représentations de l’étranger dans les discours parlementaires en Belgique (1835-1875) »
  • Laure Godineau (Université Paris XIII) :« Figures de l’exil dans la littérature communarde »

Discussion

15h30-16 h 45

  • Sylvie Aprile (Université de Lille 3) : « Les exilés aux frontières, expériences et représentations dans l’Europe du xixe siècle »
  • Jeanne Moisand (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « De l’exilé honorable au criminel potentiel ? Éléments pour une conclusion »

Discussion générale

Lancement du programme ANR AsileuropeXIX

Pour suivre le programme ANR AsileuropeXIX, accueilli par l’Université de Reims (2016-2020)

https://asileurope.hypotheses.org/

 

Nous avons le plaisir d’annoncer la journée d’ouverture officielle des travaux du programme AsileuropeXIX financé par l’Agence nationale de la recherche et porté par le CERHiC au sein de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Cette journée permettra aux membres du programme de se réunir et de faire connaître leurs travaux sur les exilés et réfugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle.

Jeudi 9 juin 2016

 

Ouverture des travaux du programme ANR

AsileuropeXIX

 

Salle : Campus Croix Rouge, Bâtiment 17, salle du Conseil

 

Accueil des participants

11 h – 11 h 30

Mot de la présidence de l’Université de Reims Champagne-Ardenne

Présentation du CERHiC par Isabelle Heullant-Donat et Diane Roussel, co-directrices du laboratoire

11 h 30 – 12 h 30

Présentation du projet AsileuropeXIX par Delphine Diaz, coordinatrice : programme de recherches, calendrier des activités (2016-2020)

12 h 30 – 14 h 00

Repas

14 h – 15 h 30

Formation au logiciel Lexico3 par André Salem

professeur émérite à l’Université Paris 3

15 h 30 – 16 h 30

Organisation des missions de recherche et préparation de la journée d’étude sur le lexique de l’exil dans l’Europe du xixsiècle (janvier 2017, Musée national de l’histoire de l’immigration), en présence de Marianne Amar, directrice de la recherche du Musée.

Conclusions

Photographie des participants à la journée de lancement du programme ANR :

IMG_7788(3)

Offre de bourse post-doctorale, AsileuropeXIX, 2016-2017

Dans le cadre du projet « jeunes chercheurs » financé par l’Agence nationale de la recherche AsileuropeXIX (2016-2020), le laboratoire du CERHiC (Centre d’études et de recherches en histoire culturelle) de l’Université de Reims Champagne-Ardenne propose une allocation de recherche post-doctorale pour l’année 2016-2017 sur le thème suivant :

« Les dispositifs d’accueil à destination des exilés et réfugiés politiques en Europe occidentale, 1815-années 1870 »

Missions principales du/de la post-doctorant-e recruté-e :

Le/la post-doctorant-e recrutée assurera le suivi du projet AsileuropeXIX tout au long des 12 mois de son contrat, venant en appui de la coordinatrice du projet (Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne).

La personne recrutée, qui devra être familière avec l’histoire des mobilités et des migrations, se verra confier différentes missions qui seront au cœur du projet  et devra pouvoir attester sa capacité à les conduire :

  • Alimentation du carnet de recherches AsileuropeXIX sur la plateforme Hypothèses (https://asileurope.hypotheses.org/);
  • Rédaction de l’appel d’offres pour sélectionner une entreprise de cartographie ;
  • Rédaction du cahier des charges destiné à l’entreprise de cartographie sélectionnée ;
  • Contribution à l’organisation logistique de la première journée d’études qui aura lieu en janvier 2017 au Musée national de l’histoire de l’immigration ;
  • Préparation du projet scientifique de la deuxième journée d’études du projet qui aura lieu en janvier 2018 à la Maison de la Recherche de l’Université Paris-Sorbonne ;
  • Participation aux missions de dépouillement dans les archives (missions à Londres, National Archives, Kew ; à Berne, Staatsarchiv) : la personne recrutée devra de ce fait impérativement maîtriser le français de manière courante (oral et écrit), l’anglais (oral et écrit) et si possible l’allemand (oral).
  • Aide scientifique et technique apportée à la coordinatrice du projet dans la création d’une base de données sur les réfugiés frappés d’expulsion en France au xixe siècle grâce au logiciel 4D.

 

Rémunération :

Environ 2.000 euros net mensuel.

 

Conditions d’admission :

Le concours est ouvert à tous les chercheurs-euses, sans distinction de nationalité, ayant soutenu leur thèse de doctorat en histoire dans une université française ou étrangère après le 01/01/2012, à l’exception de ceux et celles ayant déjà bénéficié d’un rattachement au laboratoire d’accueil (doctorat — y compris les cotutelles — et post-doctorat).

Calendrier de recrutement :

  • Date de clôture de l’appel à candidature : le mercredi 8 juin 2016 à 12 h.
  • Résultats d’admissibilité : le vendredi 10 juin 2016.
  • Phase d’admission (auditions à Paris ; par Skype pour les personnes ne pouvant se déplacer) : le lundi 13 juin 2016.

Dossier de candidature :

Le dossier de candidature complet doit être envoyé par mail au plus tard le mercredi 8 juin 2016 avant 12 h. Il sera constitué d’un fichier PDF qui comprendra :

  • un curriculum vitae ;
  • une liste des publications ;
  • une copie du diplôme de doctorat ;
  • le rapport de soutenance (pour les doctorats étrangers, la traduction certifiée conforme à l’original, en français ou en anglais, de toute pièce du même ordre) ; une lettre de motivation en français.

Devront être ajoutées à ce fichier deux publications significatives au format PDF.

Adresses mail auxquelles le dossier doit être envoyé :

asileurope@gmail.com

delphine.diaz@univ-reims.fr

Contact :

Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine

Université de Reims Champagne-Ardenne

delphine.diaz@univ-reims.fr

https://asileurope.hypotheses.org/

Les membres du projet ANR AsileuropeXIX porté par le CERHiC

 

Le projet ANR AsileuropeXIX (voir https://asileurope.hypotheses.org/), porté par le CERHiC et qui commencera au début du mois d’avril 2016, est constitué d’une équipe de onze chercheuses et chercheurs français et européens :

  • Fabrice Bensimon, professeur en civilisation britannique, Université Paris-Sorbonne. Spécialiste de la Grande-Bretagne et de son Empire, il s’intéressera spécifiquement au recours à l’expulsion dans l’Europe du XIXe siècle et aux liens entre exil et colonisation.
  • Delphine Diaz, maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CERHiC, est la coordinatrice scientifique du projet.
  • Antonin Durand, post-doctorant, ATER à l’ENS Ulm, spécialiste de l’histoire politique de l’Italie au XIXe siècle. Il s’intéressera à l’accueil d’exilés dans le Royaume de Piémont-Sardaigne entre 1848 et l’unification italienne.
  • Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine, membre du laboratoire ITEM, est spécialiste de la France et de l’Espagne et s’intéressera aux dispositifs d’accueil des exilés ainsi qu’à la réception des exilés et réfugiés par la société civile.
  • Hadrien Dubucs, maître de conférences en géographie, membre du laboratoire eNeC à l’Université Paris-Sorbonne, est spécialiste de la géographie des migrations. Il s’intéressera tout particulièrement à la dimension géographique et cartographique du projet AsileuropeXIXe qui vise à créer des cartes sur les itinéraires migratoires des réfugiés au XIXe siècle.
  • Idesbald Goddeeris, professeur en histoire contemporaine à l’Université catholique de Leuven (Belgique), est spécialiste de la Belgique et de la Pologne et s’intéressera aux dispositifs d’accueil pour les réfugiés dans l’Europe du XIXe siècle.
  • Laure Godineau, maîtresse de conférences à l’Université Paris XIII, est membre du laboratoire Pléaide. Elle est spécialiste de l’exil des communards en France et se penchera sur le vocabulaire des exils et migrations au XIXe siècle, ainsi qu’au recours à l’expulsion à l’encontre des réfugiés.
  • Thomas C. Jones est lecturer en histoire contemporaine à l’Université de Buckingham (Grande-Bretagne). Il est spécialiste de la France et de la Grande-Bretagne et s’intéressera dans le cadre du projet au vocabulaire des migrations ainsi qu’à la réception des exilés étrangers dans les pays d’accueil examinés.
  • Jeanne Moisand est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Paris 1, membre du Centre d’histoire du XIXe siècle. Spécialiste de l’Espagne et des migrations espagnoles vers l’Algérie et l’Empire colonial espagnol (Cuba), elle s’intéressera dans le cadre de ce projet au vocabulaire des migrations, mais aussi eux liens entre exil et colonisation.
  • Romy Sanchez est doctorante en histoire contemporaine à l’Université Paris 1, actuellement ATER à Sciences Po Paris. Spécialiste de l’Espagne et de Cuba, elle analysera les dispositifs d’accueil élaborés pour les réfugiés, et étudiera parallèlement les liens entre exil et colonisation.
  • Juan Luis Simal est profesor ayudante doctor à l’Universidad Autonoma de Madrid (Espagne). Spécialiste de l’exil espagnol à travers l’Europe et le monde, il s’intéressera au vocabulaire des migrations politiques au XIXe siècle, à la création de dispositifs d’accueil pour les exilés et réfugiés, et à la réception de ceux-ci par la société civile.

Présentation – Programme ANR AsileuropeXIX

Dans le cadre du Programme « Flash-Asile », l’ANR « jeunes chercheuses jeunes chercheurs » AsileuropeXIX, Pour une histoire comparée et transnationale des dispositifs d’accueils destinés aux exilés et refugiés politiques dans l’Europe du XIXe siècle (1815-1870), porté par Delphine Diaz, maître de conférences en Histoire contemporaine et membre du CERHiC-EA 2616, a été retenu. D’un montant de 232 000 € sur 48 mois, ce projet débutera le 4 avril 2016.

Pour plus d’informations sur ce projet ANR, voir le carnet de recherches AsileuropeXIX : https://asileurope.hypotheses.org/

logo

Résumé du projet en français

L’Europe du XIXe siècle a vu l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation et d’engagement politique, aussi bien parmi les membres de « l’internationale libérale » qui s’est constituée et s’est renforcée après le congrès de Vienne, que parmi ceux de « l’internationale blanche » contre-révolutionnaire. Afin de cerner au plus près cette mutation, ce projet de recherche se concentrera sur le premier versant du siècle, période décisive pour la définition progressive de l’exil et de l’asile politiques, mais aussi pour la mise au point des dispositifs d’accueil réservés aux victimes étrangères d’une répression.

Après le Congrès de Vienne, l’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Grande-Bretagne, en France, en Belgique, en Suisse, et dans une moindre mesure, dans le Royaume du Piémont-Sardaigne et en Espagne, qui représentaient les principaux pays concernés par l’accueil d’exilés politiques entre 1815 et les années 1870. Le projet de recherche consiste en une étude comparative et transnationale des dispositifs de sélection et de réception mis en œuvre dans ces six États pour recevoir les exilés politiques. L’exil a été alimenté par la répression d’insurrections libérales et radicales (insurrections italiennes du début des années 1820 et du début des années 1830, insurrections polonaises de 1830-1831, de 1846 et de 1863, Communes du début des années 1870, mais aussi par les guerres d’indépendance et  les guerres civiles (guerre d’indépendance grecque dans les années 1820, ou encore guerres carlistes espagnoles entre 1833-1839 et 1872-1876). Quels ont été les pays précurseurs du point de vue de l’accueil des exilés politiques en Europe ? Est-ce que les décalages dans le temps sont à mettre au compte d’une inégale construction de l’appareil étatique et administratif, ou encore de facteurs idéologiques, culturels et même religieux ? Comment les exilés eux-mêmes ont-ils pu influencer le cours de ces politiques, en particulier par le biais du pétitionnement, et plus largement par leurs modes de mobilisation en exil ? Enfin, quelles ont été les réactions et initiatives observées au sein de la société civile pour recevoir les exilés et réfugiés politiques, ou au contraire pour dénoncer leur présence ? Telles sont les questions auxquelles ce projet s’emploiera à répondre.

Le projet s’attachera d’abord à reconstituer le lexique utilisé pour qualifier les exilés et réfugiés, en prêtant attention aux nouvelles catégories élaborées en Europe afin de désigner les acteurs des migrations politiques au XIXe siècle. À travers cette approche lexicale il s’agira également d’étudier les termes utilisés pour désigner les pratiques juridiques et administratives appliquées aux exilés et réfugiés. Un second pan des recherches entreprises portera sur les contrôles des exilés aux frontières, étudiés à partir de sources administratives et policières d’une part et d’archives personnelles d’autre part (mémoires d’exil, autobiographies, correspondances). Quant à l’analyse des dispositifs d’accueil mis en œuvre à l’égard des réfugiés, elle se fera à travers l’histoire des politiques publiques – dispositifs de sélection, d’assistance, d’assignation à résidence des réfugiés – mais aussi par l’étude des réactions des sociétés civiles européennes face à cette présence étrangère d’un genre particulier. Enfin, le projet s’intéressera au contrôle a posteriori des migrations politiques dans l’Europe du xixe siècle : différent du contrôle a priori exercé aux frontières grâce à l’usage coercitif du passeport, le contrôle a posteriori reposait sur le recours à des mesures d’expulsion et sur des incitations au départ vers les colonies européennes.

 

Résumé du projet en anglais

In nineteenth-century Europe, political exile began to emerge as a form of mass migration and political commitment among both the “liberal international” and the counter-revolutionary “white international” that developed after the Congress of Vienna. In order to tackle that major shift, the research project will focus on the first half of the century, which was a crucial time for the gradual definition of political exile and asylum, but also for the implementation of policies towards foreign victims of ideological repression.

After the Congress of Vienna, the increasing number of dissidents expelled from their home countries for political reasons led to major shifts in the migration policies of Great Britain, France, Belgium, Switzerland, and to a lesser extent of Piedmont-Sardinia and Spain, the main countries providing asylum to such refugees between 1815 and the 1870s. Adopting a comparative and transnational approach, the research project aims at studying the tools elaborated to select and welcome this specific population of foreigners compelled to migration for political reasons. The migrations were triggered by the repression of liberal and radical insurrections (for instance, Italian insurrections of the early 1820s and early 1830s, Polish insurrections in 1830-31, 1846 and 1863, “Communes” of the early 1870s), but also by the independence wars and civil conflicts that burst out in Europe during that time period (the Greek war of Independence in the 1820s, “carlist” wars in Spain between 1833-39 and 1872-76). What were the pioneer states that first welcomed political exiles in nineteenth-century Europe? Can the time lags observed between European host countries be attributed to the uneven construction of their administrative structures, or to ideological, cultural or even religious factors? How did the exiles themselves influence these migration policies, especially thanks to the use of petitions, and more broadly by their multiple forms of political commitment in exile? Finally, what were the reactions and initiatives observed among the civil society in order to welcome foreign exiles and refugees, or on the contrary in order to protest against their presence? These are the main issues that the research project will address.

This project will first reconstruct the vocabularies used to describe and thus categorize these exiles and refugees, showing how new categories were elaborated to designate the political migrations’ actors during the nineteenth century. That lexical approach will also be used in order to analyze the legal tools and administrative practices that were thought for exiles and refugees. Another dimension of the research conducted by AsileuropeXIX will highlight the migration controls that affected political exiles at the borders, when these foreigners arrived in the country where they sought asylum: controls at the borders will be studied through administration and police records on the one hand, and through personal archives on the other hand (memoirs, correspondences, autobiographies). The project will also tackle the welcoming policies that were implemented towards foreign refugees, thanks to a history of public policies – ways of selecting, helping them and restricting their movements through space – but also by highlighting the civil societies’ reactions towards that specific foreign immigration. Finally, the last lead that the research group will follow relies on the a posteriori migration controls in nineteenth-century Europe: whereas migration controls at the borders were based on passport controls until the 1860s, the a posteriori migration controls relied on deportation measures but also on incentives given to refugees encouraging them to immigrate to European colonies.