Archives de catégorie : Axe 1 : Normes, individu(s) et société(s)

L’axe 1 du contrat du laboratoire pour 2018-2022

Axe 1 : Normes, individu(s) et société(s)

 

  1. Fabrique et conflits de normes 

L’intérêt pour la norme, notion plurielle, plastique et frontalière de champs de recherche variés, s’inscrit dans une durée propice aux approfondissements et aux renouvellements. La fabrique de la norme a démontré sa productivité, sa capacité fédératrice et son aptitude à s’enrichir des travaux en cours comme des évolutions générales de l’historiographie. Le programme « Enfermements », depuis 2009 (en lien notamment avec le LabEx Hastec), ou le programme « Fulmen. Excommunication et censures spirituelles de l’Antiquité à nos jour » (2017-2021) avec l’École Française de Rome, l’attestent. Plurielle, la fabrique de normes elles-mêmes plurielles constitue une thématique transversale, susceptible de mobiliser des ressources documentaires et thématiques diverses et d’être souplement infléchie en fonction des recherches conduites dans et hors de l’équipe par des historiens, mais aussi par des juristes.

Dans une optique qui concentre l’attention sur les processus d’élaboration des normes, les conflits de normes présentent une pertinence particulière. Leurs modes de résolution seront étudiés sans édulcorer leur substance polémique ni minorer les phénomènes d’affrontement ou de tension entre des instances normatives, mais aussi entre des systèmes de références que ces moments de crise contribuent à éclairer. La place faite aux acteurs est un autre principe directeur du projet. Au-delà d’une approche processuelle des conflits et de leur résolution, on s’attachera aux modes informels persistants de la « régulation sociale des conflits ». Ces problématiques s’inscrivent par ailleurs dans les thématiques de la SFR Gaston-Bachelard, qui devrait permettre, au sein de l’université de Reims et au-delà, des échanges avec des chercheurs d’autres spécialités (Lettres, Droit, Économie).

Enfin, un programme d’humanités numériques en cours d’achèvement, en partenariat avec le Consortium Sources médiévales COSME (TGIR-Huma-Num : http://cosme.hypotheses.org/), rendra accessible en ligne les six premiers tomes du Bullarium franciscanum. Il mettra à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale une documentation normative de grande importance pour l’histoire religieuse, politique et culturelle. Cette opération a vocation à être poursuivie pour les tomes suivants, par l’obtention de financements extérieurs.

            Propice au partage et à la discussion d’objets distants, combinant réflexion théorique et étude de situations concrètes, ce sous-axe donnera lieu à de nouvelles journées d’études et publications collectives et permettra la pérennisation de collaborations fructueuses avec d’autres unités de recherche et institutions françaises et internationales (LAMOP, École française de Rome, Fonds National de la Recherche Scientifique belge, etc.), en mobilisant les spécialistes de toutes les périodes et, dans une moindre mesure, les musicologues.

  1. Modalités des relations sociales : construction, négociation, pratiques

Il s’agit de se saisir de formes d’identification individuelle et collective qui, ne relevant pas seulement de processus d’institutionnalisation et de judiciarisation, procèdent de prescriptions informelles qui sont forgées par les acteurs et par rapport auxquelles ils se définissent et se positionnent dans la mise en œuvre de leurs stratégies, leurs pratiques et leurs discours. Les modalités d’inclusion et d’exclusion, mais aussi les mécanismes de hiérarchisation et de marginalisation qui sont à l’œuvre dans le champ social sont envisagés dans un champ instable d’opportunités et de contraintes.

Le genre apparaît ainsi comme un critère déterminant dans la construction de figures édifiantes par le fait qu’elles incarnent les modèles dominants ou, au contraire, s’en démarquent. Il en va de même pour l’appréhension comme expériences sociales de crises telles que les faits de violence et les guerres, lesquelles sont susceptibles de susciter un sentiment de menace face au brouillage et à la redéfinition des rôles, notamment dans la sphère familiale.

La famille est un observatoire privilégié de la tension entre une inclusion ritualisée et des pratiques marquées du sceau de l’implicite et du pragmatisme. Il s’agit d’abord d’interroger le fondement et l’efficience de discours (notamment ecclésiastiques) qui construisent un modèle familial pétri d’affect et de concorde, alors que les stratégies matrimoniales mettent en œuvre les intérêts des lignages et des groupes auxquels appartiennent les individus et participent de la légitimation des filiations, indissociable des enjeux de transmission et de reproduction patrimoniale, sociale et symbolique.

La notion de communauté, entendue au sens de groupes de valeurs ayant des intérêts partagés et une conscience collective unitaire, est envisagée selon une triple entrée : d’une part, par le religieux et le confessionnel, incluant, entre autres, la dimension paroissiale, ecclésiale et monastique (à l’instar de l’ANR « Colemon » à laquelle participe le CERHiC, ainsi que dans le cadre du projet « Normes et pratiques du religieux entre Orient et Occident (ixe-xixe siècle). Une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (2017-2021) en collaboration avec l’École française de Rome) ; d’autre part, par le politique, comme l’illustre l’enquête sur les gauches alternatives du dernier tiers du XXe siècle ; enfin, par le professionnel, en particulier dans le cadre scolaire.

Ces modalités de construction du social sont partie prenante de rapports de pouvoir, qui se traduisent par des pratiques exprimant la domination sociale et visant à son intériorisation. Les lieux de pouvoir et de sociabilité élitaire, tels que les cours, participent ainsi d’habitus générateurs de prestige et consommateurs de luxe (une thématique qui s’inscrit dans le prolongement du séminaire d’équipe mis en place en 2016), générateurs de prestige et producteurs de distinction.