Archives de catégorie : Billets

PARUTION – F. GUGELOT, LA MESSE EST DITE

Gugelot

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du livre La messe est dite, le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle, publié par Frédéric Gugelot, membre du CERHiC et professeur d’histoire contemporaine à l’URCA :

Frédéric Gugelot, La messe est dite, le prêtre et la littérature d’inspiration catholique en France au XXe siècle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

 

Au XXe siècle, alors que la sécularisation de la société s’amplifie, que les vocations ecclésiastiques s’effondrent, des écrivains catholiques aspirent à obtenir une vraie reconnaissance littéraire tout en revendiquant leur étiquette de croyant. De Barbey d’Aurevilly à Bernanos, de Bloy à Cesbron, de Bourget à Michel de Saint- Pierre, ils offrent aux lecteurs deux veines d’une littérature d’inspiration catholique profondément distinctes. Ils développent une nouvelle forme de fiction, le roman sacerdotal, où un prêtre de papier est au cœur du drame, mêlant inextricablement écriture d’engagement et recherche littéraire. Enjeux spirituels, politiques, sociaux et littéraires ne se séparent pas. Même les choix esthétiques répondent à un projet tant littéraire que spirituel.

Frédéric Gugelot est professeur d’histoire contemporaine à l’université de Reims. Ses travaux portent sur une histoire culturelle du religieux, en particulier sur les « marches intellectuelles » de l’Église, ces zones frontières de l’intelligence chrétienne par lesquelles les individus entrent, participent ou sortent de l’institution. Il a publié en 2010 La conversion des intellectuels au catholicisme en France 1885-1935, CNRS Éditions et a participé à l’ouvrage dirigé par Bruno Dumons et Christian Sorrel, Le catholicisme en chantiers, France XIXe-XXe siècles, paru en 2013 aux Presses universitaires de Rennes.

SOUTENANCE DE THESE DE RICHARD DUPUIS

Dupuis_Bertauge

AVIS DE SOUTENANCE

de

Richard DUPUIS

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

La patrimonialisation du monde agricole:
l’exemple des musées de 1920 à nos jours

Soutenance prévue le jeudi 2 avril 2015 à 14h

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH
Salle du conseil. Bâtiment 17.

Composition du jury :

Mme Marie-Claude GENET-DELACROIX (URCA),  Directrice de thèse

M. Jérôme BURIDANT (Université de Picardie Jules Verne),  Codirecteur de thèse

M. Philippe MADELINE (Université de Caen Basse-Normandie), Rapporteur

M. Gilles DENIS (Université de Lille), Rapporteur

M. Dominique POULOT (Université Paris-Panthéon), Examinateur

Mme Nadine VIVIER (Université du Maine), Examinateur

 

Résumé

Lieu d’accès aux connaissances, le musée agricole véhicule l’image du patrimoine et des enjeux culturels et professionnels de l’agriculture. Le monde agricole a été progressivement mis en scène dans l’espace du musée, puis dans l’espace paysager, au moyen d’aménagements variés : équipements muséographiques, et enfin dans l’espace virtuel avec les musées en ligne. Les musées du monde agricole ont été voulus par les intermédiaires savants, les pouvoirs publics et « ceux qui font l’agriculture » : agriculteurs eux-mêmes, organisations professionnelles et industrielles. Ils se sont multipliés à l’image de la variété même des visages de l’agriculture. À travers la pluralité de leurs approches et de leurs collections, les musées d’agriculture ont répondu depuis 1920 à des enjeux circonstanciés, identitaires, culturels, territoriaux et symboliques, jusque dans le contexte nouveau du développement territorial de ce début de XXIe siècle. Ils véhiculent l’image de l’agriculture que veulent donner les acteurs et partenaires des mondes agricole et culturels : tradition et modernisme. Ce processus de patrimonialisation rend légitime l’intégration du monde agricole à l’histoire culturelle de la nation. Il est question des modes et moyens par lesquels le monde agricole est représenté de 1920 à 2014 dans les structures muséales et en particulier aux musées du Compa et de la Bertauge depuis les années 1970. Dans le cadre de l’histoire culturelle, il est montré que les musées du monde agricole se sont développés dans le creuset de l’éducation, du folklore et qu’ils entrent de manière diversifiée dans l’ère de la valorisation du patrimoine jusqu’à intégrer territoires et paysages.

Soutenance de Caroline Dujon-Attali

AVIS DE SOUTENANCE

de

Caroline DUJON-ATTALI BEN MAYER

 

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Notre-Dame de Reims, de Laon et de Paris. Etude comparée de la restauration de l’architecture et de la statuaire de 1789 à 1914.

Soutenance prévue le mercredi 21 janvier 2015 à 14h

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH Maison de la Recherche, Amphithéâtre Recherche.

Composition du jury :

Mme Marie-Claude GENET-DELACROIX (URCA),  Directrice de thèse

M. Patrick DEMOUY (URCA),  Directeur de thèse

M. Dominique POULOT (Université Paris-Panthéon), Rapporteur

Mme Fabienne CHEVALLIER (Université Rennes 2),  Rapporteur

M. Hendrik ZIEGLER (URCA), Examinateur

Mme Iliana KASARSKA (Université Paris Sorbonne), Examinateur

Mme Christine LANCESTREMERE (Musée des Monuments français), Invitée

 

Résumé

 

Dans une démarche scientifique liant la tradition et l’innovation, cette recherche s’inscrit dans la continuité historique, tout d’abord celle de l’histoire culturelle, du patrimoine, initiée par les premiers travaux portant sur les politiques patrimoniales et les administrations responsables: le Conseil supérieur des Beaux-arts et la thèse de Marie-Claude Genet-Delacroix, l’institution des musées et la patrimonialisation étudiées par Dominique Poulot, puis dans la continuité de l’histoire générale de la restauration, avec les travaux de Jean-Michel Léniaud portant sur le service des Edifices diocésains et des cathédrales, et l’ouvrage de Françoise Bercé traitant des Monuments historiques; et l’innovation en abordant dans ces travaux la question de la restauration à l’œuvre dans une étude comparée des trois chantiers des cathédrales gothiques Notre-Dame de Reims, Notre-Dame de Laon et Notre-Dame de Paris de 1789 à 1914. Au carrefour entre de l’histoire religieuse, de l’histoire de l’art et de l’histoire politique, cette thèse porte sur la restauration monumentale en tant que concept politique, administratif, technique et esthétique, appliqué à tous les monuments anciens, dont les cathédrales gothiques : mais du concept à sa réalisation concrète s’interposent nombre d’actions, de professionnels (maîtres d’œuvres et maîtres d’ouvrages) et interviennent nombre d’obstacles et de facteurs qui en diversifient l’application et la mise en œuvre. Cette étude est une analyse comparée des conditions, des programmes, des modalités et des techniques déployés au XIXe siècle dans les chantiers de ces trois cathédrales.