Tous les articles par CERHiC

Colloque “Les spectacles forains”, 19-20 mars

Colloque international

Les spectacles forains en Europe, identités et circulation des pratiques : musique, théâtre, danse, acrobaties et marionnettes, 1660-1830.

Date et lieux : mardi 20 mars 2019 à l’Université de Reims, Campus Croix-Rouge, bâtiment 13 ; mercredi 20 mars à Charleville-Mézières, théâtre de l’Ecole nationale supérieure des Arts de la marionnette.

Ce colloque international, organisé dans le cadre du programme CIRESFI (ANR 14-CE31-0017), envisage les spectacles forains d’Ancien Régime dans leur globalité et dans un contexte historique et géographique élargi. Il a pour objectif de s’interroger sur plusieurs aspects : peut-on dresser une typologie de ces spectacles ? Peut-on y discerner des spécificités, des particularités ou des invariants ? Dans le même esprit, le colloque étudie aussi bien les spectacles parisiens que ceux de province, en incluant les pérégrinations des forains eux-mêmes, et en débordant du strict cadre institutionnel des foires. Il s’attache également aux manifestations spectaculaires au sens large en ne se limitant pas au théâtre d’acteurs : marionnettistes, acrobates, sauteurs et danseurs de corde, dont il cerne les particularités.

Les spectacles forains présentent, en général, un mélange de numéros variés, allant des tours de passe-passe aux comédies de l’opéra-comique, des montreurs d’animaux aux théâtre de marionnettes, des « curiosités » et lanternes magiques aux spectaculaires acrobaties et danses de cordes, sans oublier les démonstrations des charlatans ou « opérateurs ». Ces numéros n’hésitent pas à mêler divers types d’intervenants, proposant des spectacles mixtes où se côtoient marionnettistes, acrobates, comédiens et danseurs.

La vie foraine s’organise en saisons, ce qui entraîne la circulation des artistes et des troupes dans le pays, un sujet qu’il s’agit de mieux éclairer. En effet, de nombreux documents d’archives, des témoignages, voire des comédies rapportent leurs pérégrinations ainsi que leurs démarches pour s’installer dans les villes et les foires, Des contacts s’établissent aussi avec d’autres pays européens : ces apports étrangers enrichissent les spectacles, comme le montre l’influence des comédiens italiens ou celle des pantomimes anglais attirés par les foires françaises.

Enfin, une attention toute particulière est portée à l’analyse contextualisée des lexiques employés pour désigner les spectacles et curiosités, les différents acteurs ou matériels mobilisés, en relation avec le programme « Terminologie multi- lingue des arts du cirque et des arts de la marionnette » de la chaire ICiMa.

Le colloque se propose donc de faire avancer la recherche sur le sujet par l’analyse et/ou la découverte de documents neufs issus des archives, de l’iconographie, des textes littéraires, historiques ou encore musicaux. De tels témoignages sont sûre- ment capables de renseigner à la fois sur le succès des jeux forains mais aussi sur leur nature, leur dramaturgie et leur richesse artistique.

Organisé par le projet ANR CIRESFI et la chaire ICiMa, co-portée par le Centre national des arts du cirque de Châlons-en-Champagne et l’Institut International de la Marionnette de Charleville- Mézières.

Ce colloque est organisé avec le soutien de l’ANR, du CERHIC (Université de Reims), du CETHEFI (Université de Nantes) et de l’IReMus (CNRS, Paris).

Télécharger le programme et l’affiche du colloque :

Organisation scientifique : Bertrand Porot Professeur de musicologie à l’université de Reims Champagne-Ardenne, membre du CERHiC.

Coordination, renseignements et contact :Marie-Hélène Morell : mh.morell@univ-reims.fr

Accès Reims : de Paris : TGV gare de l’Est, gare de Paris-Reims centre ou gare de Paris-Champagne Ardenne. Tram, lignes A et B, arrêt Croix-Rouge. En voiture : suivre direction « Campus Croix Rouge ».

Accès Charleville, depuis Paris : TGV Paris-gare de l’Est, gare de Charleville-Mézières.

Crédits photographiques : Foire parisienne, miniature de Louis-Nicolas et Henri-Joseph van Blarenberghe, v. 1778-1779, New York, Metropolitan Museum.

 

Séminaire du CERHiC, 12 mars : Virginie Mathe

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 12 mars 2019, de 14 h 30 à 16 h.

Lieu : Campus Croix Rouge, bâtiment 12, salle R 112

Virginie Mathé 

  Normes et pouvoirs dans les mots de la ville réunis par Pollux de Naucratis (IIe s. ap. J.-C.).

Maîtresse de conférences en histoire ancienne à l’université Paris-Est Créteil et membre du Centre de recherche en histoire européenne comparée (CRHEC, EA 4392), Virginie Mathé est Agrégée de Lettres classiques et Docteur en Langues, histoire et civilisation des mondes anciens. Elle dirige depuis 2012, avec Jean-Charles Moretti et Liliane Rabatel, le groupe de travail “Les mots grecs de la ville antique”, porté par l’Institut de recherche sur l’Architecture Antique (CNRS, Lyon 2).

Ce groupe pluridisciplinaire (architecture, philologie, archéologie, histoire) s’est donné pour objectif la traduction, le commentaire et l’illustration des paragraphes 6 à 50 du Livre IX de l’Onomasticon de Pollux de Naucratis, un ouvrage composé dans le dernier tiers du IIe siècle par Iulius Pollux, Grec d’Egypte qui occupa la chaire impériale de rhétorique à Athènes. L’Onomasticon est la seule oeuvre antique où l’on trouve rassemblés les mots grecs désignant la polis, ses fondateurs, son architecture, ses habitants et ses activités. Le séminaire sera l’occasion de s’interroger sur la manière dont apparaissent les normes et les pouvoirs dans ce passage.

Trois thèmes principaux seront abordés. Tout d’abord, si le vocabulaire du pouvoir se trouve dans un autre livre de l’Onomasticon, il n’est pas absent de ces paragraphes, notamment par la mention d’édifices liés au pouvoir dans les cités grecques. Que retient Pollux du pouvoir qui s’exprime dans l’espace civique ? Ensuite, la vision de la ville qui se dessine en filigrane dans le passage n’est pas propre à Pollux mais se nourrit des mots et des textes, déjà anciens à l’époque, qui constituent la culture commune des Grecs du IIe s. ap. J.-C. Comment ce passage renseigne-t-il sur les normes culturelles qui régissent les manières de penser les villes au cours de l’antiquité grecque ? Enfin, quels rapports les mots retenus par Pollux entretiennent-ils avec les normes du langage et le pouvoir de la parole ? Pollux paraît moins donner à son travail une visée normative que ne le font d’autres lexicographes de son époque . Pour autant, son vocabulaire n’est pas dénué d’une perspective axiologique. Destiné en premier lieu à l’empereur et aux hommes amenés à s’exprimer en public, il est aussi un outil au service du pouvoir.

Crédits photographiques : 1. Fontaine de Pirène, Delphes (Grèce). Photo de RG 1033 sur Flickr, 2010. 2. Athènes, 2007. Photo de Virginie Mathé.

Elites en sortie de guerre, journée d’étude, 8 mars

Journée d’étude “Elites en sortie de guerre, Antiquité – XXe siècle”

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-rouge, UFR de Lettres et Sciences humaines, salle polyvalente.

9 h 30. Véronique Beaulande-Barraud (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : Introduction.

9 h 45. Nathalie Barrandon (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Du champ de bataille au champ de Mars : le retour à la vie politique des généraux romains aux deux derniers siècles de la République romaine ».

10 h 10. Emmanuel Melin (Université Paris-Ouest – CHISCO), « Sortir de guerre, rentrer dans l’ordre. Les échevins, le roi et la mise en scène des archives urbaines (1429-1438) ».

10 h 35. Cléo Rager (Université Paris Panthéon-Sorbonne – LAMOP) : « Les enjeux politiques de la fin de la guerre de Cent Ans à Troyes : changements sociaux et contrôle des élites ».

11 h. Débat et pause

11 h 30. Florence Buttay (Université Bordeaux-Montaigne – Centre d’étude des mondes modernes et contemporains) : « Convertir et reconvertir le zèle : les élites ligueuses après la victoire d’Henri IV ».

11 h 55. Natalie Petiteau (Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Centre Norbert Elias) : « Petites et grandes élites au sortir des guerres du Premier Empire ».

12 h 30. Débat

Pause déjeuner

14 h 30. Bertrand Goujon (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Des sorties de guerre élitaires au prisme du genre : expériences féminines et nobiliaires des lendemains de la Grande Guerre ».

14 h 25. Pierrick de Saint-Vaast (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Les domaines châtelains du Nord et de l’Est de la France meurtris : la question de la pertinence domaniale dans l’après-guerre (1918 – v. 1925) ».

14 h 50. Pause

15 h 00. Anaïs Bertrand (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : « Les négociants en vins de Champagne au lendemain de la Grande Guerre : reconstitution du patrimoine privé et engagement communautaire d’une élite économique régionale (1918-1927) ».

15 h 25. Olivier Wieviorka  (ENS Cachan – Institut des Sciences Sociales du Politique): « Les résistants, une nouvelle élite pour la France ? ».

15 h 50. Discussion

16 h  15. Frédéric Gugelot (Université de Reims Champagne-Ardenne – CERHiC) : Conclusion de la journée d’étude.

Organisation scientifique :  Bertrand Goujon, Maître de conférences en histoire contemporaine ; Frédéric Gugelot, Professeur d’histoire contemporaine ; Véronique Beaulande-Barraud, Maîtresse de conférences HDR en histoire médiévale.

Ouvert au public. Entrée libre.

Cafe Histoire, 6 mars : Thomas Le Roux

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne vous invitent le mercredi 6 mars au Café de Reims, 85 place Drouet d’Erlon (Reims), de 18 h à 20 h.

La conférence du jour sera donnée par Thomas Le Roux qui présentera son livre La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, publié en 2017 aux éditions du Seuil.

Thomas Le Roux, docteur en histoire, est chargé de recherches au CNRS et membre du Groupe de recherche en histoire environnementale (Ecole des Hautes études en Sciences Sociales). Ses recherches portent sur l’histoire des risques et des nuisances industrielles et minières et, plus largement, sur l’environnement.

François Jarrige, co-auteur du livre, docteur en histoire, est maître de conférences en histoire contemporaine à l’université de Bourgogne et membre du Centre Georges Chevrier (CNRS). Il s’intéresse à l’histoire des sociétés industrielles et à l’histoire des pollutions.

François Jarrige et Thomas Le Roux, La contamination du monde. Une histoire des pollutions à l’âge industriel, Paris, Seuil, 2017.

Publication : A l’Assemblée comme au théâtre

Le CERHiC a le plaisir de vous annoncer la publication du livre de Noémie Villacèque (membre du CERHiC, maîtresse de conférences en histoire ancienne) :

A l’assemblée comme au théâtre. Pratiques délibératives des Anciens, perception et résonances modernes, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. “Hors série”, 2018.

ISBN : 978-2-7535-7311-6

Au livre III des Lois, Platon fustige le comportement du public au
théâtre, en regrettant que le « domaine des Muses » ne constitue plus le pré carré de l’élite aristocratique. Or, pour le philosophe, cette intolérable « théâtrocratie » n’est pas la conséquence du régime démocratique que connaissait alors Athènes, bien au contraire : elle en est la cause. La démocratie trouverait ainsi ses origines au théâtre, où une populace inculte s’arroge le droit de porter, à grand bruit, des jugements esthétiques. Platon théorise là un lieu commun qui s’est développé dans les dernières décennies du Ve siècle et qui a la vie dure. Le préjugé selon lequel la théâtralité est le signe d’une dégradation de la vie publique, réduite ainsi à de la « politique-spectacle », a encore de nos jours la force de l’évidence. Or le spectacle n’est-il pas une nécessité de la pratique du pouvoir? Plus précisément, le théâtre ne permet-il pas de répondre aux exigences de ritualisation, de communauté et de publicité qui sont celles de la délibération démocratique ? C’est dans une perspective diachronique et pluridisciplinaire que ce volume interroge le statut et les enjeux de la théâtralité dans les pratiques délibératives en démocratie, de l’Athènes du VIIe siècle avant notre ère à l’Inde du XXIe siècle.

Crédits : Santuaire de Zeus, Donone (Mollossia, Grèce). Photo de Dan Diffendale sur Flickr, 2012.

Publication : La Maison d’Arenberg en France

Le CERHiC a le plaisir de vous annoncer la parution de La Maison d’Arenberg en France, ouvrage collectif publié sous la direction scientifique de Claude-Isabelle Brelot (Professeure émérite à l’Université Lumière Lyon 2) et de Bertrand Goujon (maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC-EA 2616).

Cet ouvrage, qui a été présenté à la Fondation Del Duca (Institut de France, Paris) sous les auspices de la Fondation d’Arenberg (Enghien, Belgique) en novembre 2018, donnera lieu à plusieurs conférences en région au cours de l’année à venir.

L’une d’elles se tiendra le samedi 6 avril 2019 dans la salle du Manège à Givet (Ardennes), à partir de 15 h 30, sur l’invitation de l’association « Ardenne wallonne ».

Isabelle Brelot, Bertrand Goujon (dir.), La Maison d’Arenberg en France, 2018, 2 vol., 704 p.
ISBN : 9789071868009
Pour commander le livre :
https://www.arenbergfoundation.eu/fr/livres/la-maison-darenberg-en-france

Présentation du livre :

Séminaire du CERHiC, 12 février : Julie Verlaine

Séminaire du CERHiC

Normes et pouvoirs

Mardi 12 février 2019, de 12 h 30 à 14 h.

Julie Verlaine

Campus Croix Rouge, bâtiment 13, salle polyvalente

Du marché au musée. Pour une histoire culturelle des
intermédiaires artistiques après 1945
.

Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris I – Panthéon Sorbonne et membre junior de l’Institut universitaire de France, Julie Verlaine poursuit des recherches sur l’histoire sociale et culturelle des arts et du patrimoine du XXe siècle. Elle a publié notamment Les galeries d’art contemporain à Paris. Une histoire culturelle du marché de l’art, 1944-1970 (Paris, Publications de la Sorbonne, 2012) issu de sa thèse de doctorat. Elle est présidente de Mnémosyne, association pour le développement de l’histoire des femmes et du genre.

Dans le domaine des arts plastiques comme ailleurs, les années suivant la Seconde Guerre mondiale ont vu la professionnalisation des acteurs culturels, le bouleversement des hiérarchies établies et l’intensification des circulations et des échanges. Dans cette conférence, J. Verlaine étudiera quelques cas particulièrement illustratifs des enjeux de la période, et mettra en avant quelques figures clés, en plaidant pour une histoire sociale et culturelle des intermédiaires artistiques.

Photographie d’en-tête : Iris Clert entourée de ses « poulains », en mai 1959. De gauche à droite : Jean Tinguely, Yves Klein, Werner Ruhnau, Brô, Soto. Bibliothèque Kandinsky.

Séminaire : Histoire comparée et connectée des christianismes orientaux (XVIe-XIXe s.)

 

Ce séminaire est organisé par Bernard Heyberger,directeur d’études de l’EHESS, directeur d’études de l’EPHE (TH) (CéSor) avec Elena Astafieva, chargée de recherche au CNRS (CERCEC) ; Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHiC ; Vassa Kontouma, directrice d’études à l’EPHE ; Radu Paun, chargé de recherches au CNRS (CERCEC). Il se tient les quatrième mardi du mois à l’IISMM (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales), 96 boulevard Raspail 75006 Paris, de 9h-13h, Salle de réunion, 1er étage.

La prochaine séance aura lieu le mardi 22 janvier : Claire Bosc-Tiessé (CNRS/INHA) : Stratigraphie des usages et statuts des icônes en Ethiopie, XVe – XVIIIe siècleJulien Auber de Lapierre (EPHE) : La réfection des églises du Caire au XVIIIe siècle : l’exemple de Saint-Mercure

Une équipe formée de spécialistes de différentes Églises et aires culturelles (Ruthènes, Russes, Grecs, Roumains, Arméniens, Arabes melkites et maronites, Assyro-chaldéens, Éthiopiens …) se réunit depuis plusieurs années au CéSoR pour confronter thématiques, méthodes et résultats de recherche portant sur des mutations et des processus comparables, des Réformes à la première guerre mondiale.

Les mutations intervenues dans ces aires culturelles à partir des Réformes protestante et catholique, dans la pratique rituelle et liturgique, dans la formation du clergé et la disciplination des fidèles, dans la production de définitions dogmatiques, ont contribué à préciser et à faire évoluer les identités respectives dans un climat de compétition et d’émulation des différentes confessions présentes sur le même terrain, mais selon des processus comparables : introduction du livre imprimé, choix et pédagogie linguistiques, développement d’une science administrative, références à l’érudition occidentale, rôle des personnalités « entre-deux » circulant entre différentes aires culturelles et confessionnelles… En s’attachant à étudier et à comparer ces processus, les participants du séminaire réussissent à établir des connections, parfois à en mettre au jour des inattendues, entre personnalités, institutions et lieux appartenant à des aires culturelles différentes.

Programme complet de l’année 2018-2019

Mardi 20 novembre 2018 : Anna Lampadaridi (Newton International Fellow, British Academy) / Université d’Oxford. Regards sur l’histoire d’une bibliothèque grecque : le Métochion du Saint-Sépulcre à Constantinople (XVIIe-début XXe s.) – Lidia Cotovanu (Institut d’Histoire “Nicolae Iorga” de l’Académie Roumaine, Bucarest) : Le fond de livres grecs manuscrits et imprimés de la Métropole de Moldavie.

Mardi 18 décembre 2018 : Flora Kritikou (Université Nationale et Capodistrienne, Athènes) : La Bibliothèque de Sainte Catherine du Sinai à Candie : les manuscrits musicaux du prêtre moine Gerasimos Yalinas (XVIIe s.) – Konstantinos Vetochnikov (Collège de France) : Aux racines de la question ecclésiastique ukrainienne (XVIIe siècle).

Mardi 22 janvier 2019 : Claire Bosc-Tiessé (CNRS/INHA) : Stratigraphie des usages et statuts des icônes en Ethiopie, XVe – XVIIIe siècleJulien Auber de Lapierre (EPHE) : La réfection des églises du Caire au XVIIIe siècle : l’exemple de Saint-Mercure

Mardi 26 février : Stéphane Ancel (CNRS / CeSoR / Open Jerusalem) : S’implanter, interagir et pourtant se dire isolé et marginalisé : la communauté éthiopienne chrétienne de Jérusalem (1840-1917) –Angelos Dalachanis (École française d’Athènes/Open Jerusalem) : Les Grecs d’Orient : un prisme pour repenser l’histoire contemporaine du Proche-Orient, XIXe-XXe s. 

Mardi 26 mars : Ovidiu Olar (Institut d’Histoire “Nicolae Iorga” de l’Académie Roumaine, Bucarest) : Voyages et visions. Constantinople vue par Giulio Mancinelli SJ (m. 1618)Thierry Ganchou (CNRS) : Enquête sur l’institution ottomane méconnue du prôtogéros ou kocabaşi (XVe-XVIIIe siècles).

Mardi 28 mai : Lora Gerd (Institut historique, Académie des sciences, Saint-Petersbourg) The Patriarcate of Alexandria in the 19th century and its relations with Russia. Bilan/ conclusion du séminaire