Archives par mot-clé : XIXe siècle

D. DIAZ, INVITEE DE « CONCORDANCE DES TEMPS » (FRANCE CULTURE)

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC, a participé le 27 décembre dernier à l’émission « Concordance des temps » de Jean-Noël Jeanneney sur France culture.

Pour écouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-la-france-terre-d-asile-fragile-generosite-2014-12-27

 

 Présentation de l’émission :

Le Parlement a été, ce mois-ci, saisi d’une loi concernant la réforme du droit d’asile. Voilà une question qui touche au cœur même des principes républicains, depuis que la Constitution révolutionnaire du 27 juin 1793 a stipulé, dans son article 120, que le peuple français doit, je cite, « donner asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté » et qu’il « le refuse aux tyrans ». Ce devoir auto-proclamé a été réaffirmé dans le préambule de la Constitution de 1946 qui est toujours en vigueur. Même si les chiffres nous disent que le droit d’asile – entendez d’asile politique – ne concerne qu’environ 5% de la population immigrée, on mesure sans peine l’importance essentielle du débat qui est repris aujourd’hui. Importance essentielle à la fois pour tous ceux qui sont concernés, cela va sans dire, et dont le nombre aurait augmenté de 35 000 en 2007 à près de 70 000 en 2013, mais aussi, en termes symboliques, pour l’image de la France dans le monde et l’idée qu’elle peut se faire d’elle-même.

Le projet de loi présentée par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’attache à réduire le processus d’examen des demandes, à faire mieux accueillir tous les demandeurs, et enfin (ce point est d’ailleurs contesté par plusieurs syndicats de la magistrature) à renforcer les droits des personnes concernées.

Le XIXe siècle, dans sa première moitié, depuis la Révolution jusqu’au Second Empire, différait du nôtre de bien des façons quant aux tumultes de la planète et à la circulation  des hommes. Oui, et pourtant on constate sans trop de surprises que s’y posaient déjà bien des questions politiques et morales que peut susciter le droit d’asile aujourd’hui. Mon invitée, Delphine Diaz, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, s’est attachée à cette période et ses travaux donnent à réfléchir sur l’exercice souvent incertain de cette fragile générosité.

Jean-Noël Jeanneney

 

Programmation sonore :

– Chanson « L’exilé » de Bernard LAVILLIERS.

– René CASSIN, à l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, dans « Heure de culture française », le 5 février 1949.

– Entretien de Louis GUILLOUX avec Patrice GUALBEAU, le 1er juillet 1977.

– Lecture d’une lettre du poète polonais Adam MICKIEWICZ adressée à MICHELET et QUINET, lue par Henri POIRIER dans « Les Matins de France Culture », le 26 avril 1990.

– Texte de l’écrivain allemand Heinrich HEINE, lu dans « Les Chemins de la connaissance » sur France Culture, le 27 mai 1981.

D. Diaz, Un asile pour tous les peuples

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, a publié le livre issu de sa thèse intitulé Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier XIXe siècle, aux éditions Armand Colin, collection « Recherches ».

 

Présentation du livre

 

Entre la fin du Ier Empire et les derniers jours de la IIe République, la France a été l’une des terres d’accueil les plus libérales du continent avec la Grande-Bretagne. Ayant hérité de l’époque révolutionnaire un devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », les régimes successifs se sont paradoxalement accordés à cet égard. Cet ouvrage se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l’étude de l’asile accordé aux étrangers en France : l’analyse des dispositifs qui ont encadré l’accueil, et celle des formes d’engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d’asile. Si ce double regard semble nécessaire, c’est que les interactions entre les exilés politiques et la société d’accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d’accueil élaborés en réponse à l’arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, comme terre d’asile pour tous les peuples opprimés.