Archives par mot-clé : France

Journée d’études – Les oppositions aux réformes éducatives de mai 68, 18 mai 2017

JOURNEE D’ETUDES

Jeudi 18 mai 2017

 

Dans le sens inverse de l’histoire? Les oppositions aux réformes éducatives issues de Mai 68

Salle du Conseil de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines de Reims

Bâtiment 17, Campus Croix-Rouge

Journée d’études organisée par Philippe Buton et Yves Verneuil

9h15 : Accueil

9h30 : Introduction (Yves VERNEUIL)

Présidence : Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne

9h45-10h05 : Mai 1968 en perspectives : ruptures et continuités dans les structures éducatives (Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (Comue-Lille-Nord-de-France-ESPE),

10h05-10h25 : Universitaires et syndicats face à l’héritage de Mai 1968 : des positionnements ambigus (Arnaud DESVIGNES, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

10h25-10h45 : Les réactionnaires de Nanterre aux lendemains de 1968 (Charles MERCIER, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bordeaux, ESPE)

10h45-11h15 : discussion

11h30-11h50 : Les gauchistes et la participation dans les universités (Philippe BUTON, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne)

11h50-12h10 : Les Comités de Défense de la République (CDR) et leurs critiques de la « subversion marxiste » dans l’enseignement durant les années 68 (François AUDIGIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine)

12h10-12h30 : discussion

12h30-13h30 : Repas

Présidence : Jean EL GAMMAL, professeur d’histoire contemporaine, Université de Lorraine

13h30-13h50 : Les parlementaires et « la chienlit » dans l’Education nationale 1969-1974 (Bernard LACHAISE, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bordeaux)

13h50-14h10 : Déchaînement idéologique ou malaise enseignant ? Doutes et polémiques sur l’évolution de l’école dans la presse de l’après-68 (Yann FORESTIER, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

14h10-14h30 : Des gardiens de l’ordre établi dans l’enseignement secondaire ? Le SNALC, la CNGA et la Société des agrégés face aux conséquences de Mai 1968 (Yves VERNEUIL, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne-Ardenne, ESPE)

14h30-15h00 : discussion

15h15-15h45 : Mai 68 et la « décadence de l’enseignement » : la pensée pédagogique anti-68

Discussion avec Antoine PROST (professeur émérite à l’université Paris 1), avec Yves Verneuil et Philippe Buton

15h45-16h00 : Conclusion (Philippe BUTON)

Pour télécharger le programme de la journée d’études :

programme JE 18 mai_3_A3

J. DUBOIS – L’enseignement de l’italien en France

Nous avons le plaisir d’annoncer la parution du livre de Jérémie Dubois, membre du CERHiC et maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (ESPE) :

 

L’enseignement de l’italien en France 1880-1940

Une discipline au cœur des relations franco-italiennes

Jérémie Dubois

Préface de Gilles Pécout

Dans la collection « Italie plurielle »

Sans-titre

 

 Présentation de l’ouvrage :

 

« Pourquoi ont-ils choisi l’italien ? » À la fin du XIXe siècle, un universitaire refuse sèchement de soutenir les rares maîtres d’italien en France. L’italien est alors une langue « suspecte », jugée trop facile pour former les esprits. Elle suscite aussi une hostilité politique car l’Italie est alliée à l’Allemagne, qui vient de remporter la guerre de 1870. Quelques pédagogues, pourtant, rêvent que les cours d’italien préparent la Revanche, en rapprochant Rome et Paris. Ils initient une large mobilisation franco-italienne et créent, à partir de Grenoble, un italianisme universitaire, puis un enseignement secondaire de l’italien. L’immigration italienne, elle, est écartée et parfois même stigmatisée par ce mouvement de réveil de l’italien en France.

Quand l’Italie rejoint les Alliés, en 1915, des professeurs d’italien jouent un rôle clé dans la propagande de guerre italo-française. Certains d’entre eux saluent ensuite l’arrivée de Mussolini au pouvoir et, en 1930, le Duce est même érigé en auteur d’agrégation. Néanmoins, des enseignants d’italien ont combattu la politique d’influence par la langue menée par le régime fasciste à travers la Société Dante Alighieri et l’envoi de lecteurs d’italien prosélytes dans les universités françaises. Croisant les perspectives diplomatiques et éducatives, cette histoire socioculturelle des études italiennes et des italianisants du premier XXe siècle éclaire les rapports entre l’école républicaine française et les langues et cultures étrangères.

 

 

Table des matières

 

Préface

 

Introduction

UNE LANGUE EXTRASCOLAIRE

 

Chapitre I

L’italien à l’école, une langue invisible

 

 

Chapitre II

La promotion élitaire d’une langue en quarantaine

 

Chapitre III

Initiatives grenobloises et premier seuil d’institutionnalisation

 

CES CHEMINS QUI MÈNENT À LA CHAIRE

 

Chapitre IV

Milieux d’origine et plurilinguisme

Chapitre V

Parcours universitaires transfrontaliers

 

Chapitre VI

Savoirs légitimes et règles tacites : passer l’agrégation d’italien

 

PRATIQUES ET CULTURES PROFESSIONNELLES

 

Chapitre VII

Enseigner l’italien en lycée et à l’université

 

Chapitre VIII

L’Italie des italianisants

LES ENJEUX POLITIQUES DE LA DIFFUSION DE L’ITALIEN EN FRANCE

 

Chapitre IX

La langue qui rapproche ?

 

Chapitre X

Promouvoir la langue et la culture d’un pays fasciste

 

Vous pouvez commander cet ouvrage :

  • chez votre libraire auprès de FMSH-diffusion, 18-20, rue Robert Schuman, 94220 Charenton-le-Pont
  • Directement en ligne sur le site : http://www.lcdpu.fr/
  • ou auprès des ELLUG : http://ellug.u-grenoble3.fr

D. Diaz, Un asile pour tous les peuples

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CERHIC, a publié le livre issu de sa thèse intitulé Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier XIXe siècle, aux éditions Armand Colin, collection « Recherches ».

 

Présentation du livre

 

Entre la fin du Ier Empire et les derniers jours de la IIe République, la France a été l’une des terres d’accueil les plus libérales du continent avec la Grande-Bretagne. Ayant hérité de l’époque révolutionnaire un devoir d’asile envers les étrangers « bannis pour la cause de la liberté », les régimes successifs se sont paradoxalement accordés à cet égard. Cet ouvrage se propose de croiser deux approches souvent dissociées dans l’étude de l’asile accordé aux étrangers en France : l’analyse des dispositifs qui ont encadré l’accueil, et celle des formes d’engagement que ces étrangers venus pour motifs politiques ont pratiquées dans le pays d’asile. Si ce double regard semble nécessaire, c’est que les interactions entre les exilés politiques et la société d’accueil ont été fortes en cette première moitié du siècle, en raison de leur participation aux débats et aux combats qui ont animé, voire déchiré la scène politique française. Symétriquement, les dispositifs d’accueil élaborés en réponse à l’arrivée des exilés ont contribué à construire une certaine identité de la France, comme terre d’asile pour tous les peuples opprimés.