Archives par mot-clé : CERHIC

L’axe 1 du contrat du laboratoire pour 2018-2022

Axe 1 : Normes, individu(s) et société(s)

 

  1. Fabrique et conflits de normes 

L’intérêt pour la norme, notion plurielle, plastique et frontalière de champs de recherche variés, s’inscrit dans une durée propice aux approfondissements et aux renouvellements. La fabrique de la norme a démontré sa productivité, sa capacité fédératrice et son aptitude à s’enrichir des travaux en cours comme des évolutions générales de l’historiographie. Le programme « Enfermements », depuis 2009 (en lien notamment avec le LabEx Hastec), ou le programme « Fulmen. Excommunication et censures spirituelles de l’Antiquité à nos jour » (2017-2021) avec l’École Française de Rome, l’attestent. Plurielle, la fabrique de normes elles-mêmes plurielles constitue une thématique transversale, susceptible de mobiliser des ressources documentaires et thématiques diverses et d’être souplement infléchie en fonction des recherches conduites dans et hors de l’équipe par des historiens, mais aussi par des juristes.

Dans une optique qui concentre l’attention sur les processus d’élaboration des normes, les conflits de normes présentent une pertinence particulière. Leurs modes de résolution seront étudiés sans édulcorer leur substance polémique ni minorer les phénomènes d’affrontement ou de tension entre des instances normatives, mais aussi entre des systèmes de références que ces moments de crise contribuent à éclairer. La place faite aux acteurs est un autre principe directeur du projet. Au-delà d’une approche processuelle des conflits et de leur résolution, on s’attachera aux modes informels persistants de la « régulation sociale des conflits ». Ces problématiques s’inscrivent par ailleurs dans les thématiques de la SFR Gaston-Bachelard, qui devrait permettre, au sein de l’université de Reims et au-delà, des échanges avec des chercheurs d’autres spécialités (Lettres, Droit, Économie).

Enfin, un programme d’humanités numériques en cours d’achèvement, en partenariat avec le Consortium Sources médiévales COSME (TGIR-Huma-Num : http://cosme.hypotheses.org/), rendra accessible en ligne les six premiers tomes du Bullarium franciscanum. Il mettra à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale une documentation normative de grande importance pour l’histoire religieuse, politique et culturelle. Cette opération a vocation à être poursuivie pour les tomes suivants, par l’obtention de financements extérieurs.

            Propice au partage et à la discussion d’objets distants, combinant réflexion théorique et étude de situations concrètes, ce sous-axe donnera lieu à de nouvelles journées d’études et publications collectives et permettra la pérennisation de collaborations fructueuses avec d’autres unités de recherche et institutions françaises et internationales (LAMOP, École française de Rome, Fonds National de la Recherche Scientifique belge, etc.), en mobilisant les spécialistes de toutes les périodes et, dans une moindre mesure, les musicologues.

  1. Modalités des relations sociales : construction, négociation, pratiques

Il s’agit de se saisir de formes d’identification individuelle et collective qui, ne relevant pas seulement de processus d’institutionnalisation et de judiciarisation, procèdent de prescriptions informelles qui sont forgées par les acteurs et par rapport auxquelles ils se définissent et se positionnent dans la mise en œuvre de leurs stratégies, leurs pratiques et leurs discours. Les modalités d’inclusion et d’exclusion, mais aussi les mécanismes de hiérarchisation et de marginalisation qui sont à l’œuvre dans le champ social sont envisagés dans un champ instable d’opportunités et de contraintes.

Le genre apparaît ainsi comme un critère déterminant dans la construction de figures édifiantes par le fait qu’elles incarnent les modèles dominants ou, au contraire, s’en démarquent. Il en va de même pour l’appréhension comme expériences sociales de crises telles que les faits de violence et les guerres, lesquelles sont susceptibles de susciter un sentiment de menace face au brouillage et à la redéfinition des rôles, notamment dans la sphère familiale.

La famille est un observatoire privilégié de la tension entre une inclusion ritualisée et des pratiques marquées du sceau de l’implicite et du pragmatisme. Il s’agit d’abord d’interroger le fondement et l’efficience de discours (notamment ecclésiastiques) qui construisent un modèle familial pétri d’affect et de concorde, alors que les stratégies matrimoniales mettent en œuvre les intérêts des lignages et des groupes auxquels appartiennent les individus et participent de la légitimation des filiations, indissociable des enjeux de transmission et de reproduction patrimoniale, sociale et symbolique.

La notion de communauté, entendue au sens de groupes de valeurs ayant des intérêts partagés et une conscience collective unitaire, est envisagée selon une triple entrée : d’une part, par le religieux et le confessionnel, incluant, entre autres, la dimension paroissiale, ecclésiale et monastique (à l’instar de l’ANR « Colemon » à laquelle participe le CERHiC, ainsi que dans le cadre du projet « Normes et pratiques du religieux entre Orient et Occident (ixe-xixe siècle). Une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (2017-2021) en collaboration avec l’École française de Rome) ; d’autre part, par le politique, comme l’illustre l’enquête sur les gauches alternatives du dernier tiers du XXe siècle ; enfin, par le professionnel, en particulier dans le cadre scolaire.

Ces modalités de construction du social sont partie prenante de rapports de pouvoir, qui se traduisent par des pratiques exprimant la domination sociale et visant à son intériorisation. Les lieux de pouvoir et de sociabilité élitaire, tels que les cours, participent ainsi d’habitus générateurs de prestige et consommateurs de luxe (une thématique qui s’inscrit dans le prolongement du séminaire d’équipe mis en place en 2016), générateurs de prestige et producteurs de distinction.

N. Vargaftig, Itinéraire d’un diamant – 9 mars au CERHiC

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun du CERHiC qui aura lieu jeudi 9 mars 2017, de 12h30 à 14h, sur le campus Croix Rouge, bâtiment recherche (salle R112).

L’actualité de la recherche au CERHiC :

Présentation de travaux de Nadia Vargaftig

(MCF en histoire contemporaine)

« Itinéraire d’un diamant: l’Angola sous administration portugaise dans les circuits commerciaux diamantaires (1917-1975) »

L’évocation du diamant renvoie à une foule de représentations fortement antithétiques, puisant dans une culture médiatique et populaire qui va de Rihanna à Marilyn Monroe en passant par James Bond, Graham Greene et Leonardo di Caprio.

De ce corpus ressort ainsi un imaginaire fort autour de cette pierre précieuse, fait de « glamour », de richesse, d’élitisme et de violence. Pierre de pouvoir puis pierre d’amour, sa composition et sa dureté en soulignent la rareté et l’éternité, renvoyant à des valeurs constitutives de l’objet de luxe et de ses usages.

Mais au-delà de la fascination qu’il exerce et d’une possible histoire de ses représentations, l’histoire du diamant est aussi celle d’un bien de consommation dont les historiens ont tenté d’identifier la conformité autant que les spécificités vis-à-vis des règles et des lois du marché : histoire de réseaux, de capitaux et de monopoles, histoire de mineurs, d’ingénieurs, d’artisans, de négociants et de consommateurs. Objet global depuis l’origine, parti des mines indiennes épuisées dès le milieu du XVIIIe siècle jusqu’aux vastes ressources du continent africain, en passant par l’intermède brésilien du premier XIXe siècle, il transita longtemps par Lisbonne, première capitale de la taille avant d’être supplantée par Anvers. Mais ce fut très tôt à Londres que se fixèrent les prix et les pratiques d’un commerce dont on ne saurait assez souligner le caractère résolument opaque voire occulte.

Dans ce contexte général il s’agira de s’intéresser à la place d’une partie du territoire angolais, sous administration portugaise pendant ce que l’on a nommé le « dernier empire » portugais, des XIXe-XXe siècle. Territoire administré par la DIAMANG, vaste entreprise multinationale mise au service des intérêts nationaux et impériaux portugais, il prit la forme d’une concession en 1917, cinq ans après qu’eurent été découverts les premiers filons diamantifères dans la région frontalière avec le Congo belge, lui-même administré par une entreprise concessionnaire, la FORMINIERE.

Prochaines séances du séminaire « Hiérarchies juridictionnelles dans l’Eglise médiévale »

Nous avons le plaisir d’annoncer les prochaines séances du séminaire

Les hiérarchies juridictionnelles dans l’Église médiévale

Séminaire organisé par le CERHiC-EA2616 et le LAMOP-UMR8589

Responsables : Véronique Beaulande-Barraud et Élisabeth Lusset

Contacts : veronique.beaulande[a]univ-reims.fr et elusset[a]free.fr

Vendredi 17 mars 2017, 9h30-17h30, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, Paris

9h30-12h – salle Perroy

Thierry Kouamé (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les compétences juridictionnelles des écolâtres cathédraux aux XIIe et XIIIe siècles ».

Benoît Alix (Université Panthéon-Assas, Paris II), « L’évêque, écran juridictionnel entre le métropolitain et les clercs diocésains: les techniques de sauvegarde de l’ordo ecclesiasticus (XIIe-XIIIe siècle) ».

14h00 – 17h30 – salle Picard

Isabelle Bretthauer (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), « Les relations entre prélats et clergé à l’aune des formulaires ecclésiastiques du Nord-Ouest européen, XIIIe-XVe siècles ».

Emmanuël Falzone (Université de Louvain), « Du conflit à la norme. La bulle Romana Ecclesia d’Innocent IV et la hiérarchie des officialités dans la province de Reims au
XIIIe siècle ».

Peter Clarke (University of Southampton), « The Papal Penitentiary and the English Church in the fifteenth century : the role of bishops and local church courts in the search for papal graces ».

Vendredi 9 juin 2017, 10h-17h – Université de Reims Champagne-Ardenne, Maison de la Recherche

Charles Mériaux (Université Lille 3), « Les hiérarchies de juridiction dans la province de Reims à l’époque carolingienne ».

Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Métropolitains et évêques entre le Décret de Gratien et le IVe concile de Latran : aspects doctrinaux relatifs à la négligence des évêques ».

Monique Maillard-Luypaert (Université Saint-Louis, Bruxelles), « La concurrence entre les juridictions ecclésiastiques dans le diocèse de Cambrai au XVe siècle et leurs relations avec les pouvoirs temporels».

Élisabeth Lusset (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les interactions entre l’officialité diocésaine de Troyes et la Pénitencerie apostolique (1459-1537) ».

 

Jean-René Larue, doctorant du CERHiC, lauréat d’un Prix Jeune Chercheur

Nous avons le plaisir d’annoncer que Jean-René Larue, doctorant du CERHiC en musicologie sous la direction de Bertrand Porot, est le lauréat 2016 du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM-bfe (International Association for Study of Popular Music – branche francophone Europe).

La remise du prix aura lieu le vendredi 25 novembre à 14 heures à la Philharmonie de Paris dans le cadre du colloque international sur les 40 ans du Punk.

Journée d’études « Quand la musique fait son cinéma… », 05/12

Le département de musique et de musicologie de l’URCA, organise, avec le soutien du CERHiC, une journée d’études intitulée

« Quand la musique fait son cinéma… »

Le lundi 5 décembre 2016, de 9h30 à 17h

Amphi Recherche (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, face au bât. 17)

La journée d’études organisée par le département de musique et musicologie de l’université de Reims Champagne-Ardenne souhaite se concentrer cette année sur les musiques qui ne sont pas des musiques de films à proprement parler mais qui sont empruntées et réutilisées au cinéma, quel que soit d’ailleurs le répertoire auquel elles appartiennent originellement (musiques savantes anciennes ou contemporaines, jazz, rock, musiques populaires, urbaines, extra-européennes, etc.). Si le champ des études portant sur les musiques de films a tendance à s’élargir depuis une quinzaine d’années, se focalisant entre autres sur les « binômes » compositeur-réalisateur, il s’avère néanmoins que les rapports unissant images et musiques « préexistantes » restent peu explorés par les travaux universitaires qui ont généralement délaissé ce champ d’investigation –qu’il soit envisagé du côté des études filmiques ou de celui de la musicologie. Or, pourrait-on imaginer, par exemple, de visionner Mort à Venise de Visconti sans entendre le lancinant « Adagietto » de la 5e Symphonie de Mahler en toile de fond, Manhattan de Woody Allen sans le trille suivi de l’envolée de la clarinette ouvrant la Rhapsody in Blue de Gershwin, ou encore Barry Lyndon de Stanley Kubrick sans les puissants retours de la Sarabande de Haendel, tant ces œuvres cinématographiques sont devenues inséparables de ces musiques qui, loin d’être reléguées au second plan, font désormais partie intégrante de l’objet artistique produit ?

Ainsi, on tentera de mieux cerner le statut et la fonction de ces musiques « préexistantes » : création d’atmosphères, toile de fond ou décor sonore, évocation historique ou d’une aire géographique particulière, mise en évidence d’un caractère épique, marquage sociologique ou culturel, fonction dramaturgique assumée permettant de souligner, en la contrepointant, l’action filmique proprement dite. Plaçant parfois la musique à l’origine de leur inspiration cinématographique, certains réalisateurs conçoivent même leur film ou dessin animé comme une véritable « mise en image » de la trame narrative implicitement ou explicitement suggérée par cette musique empruntée : il suffit de penser par exemple à l’épisode célèbre de Fantasia où Disney vient en quelque sorte « donner à voir » (Éluard) le contenu narratif implicite du poème symphonique L’ Apprenti sorcier du compositeur Paul Dukas. On s’interrogera notamment sur les choix musicaux qui ont Été faits par le réalisateur, le directeur musical et/ou le compositeur de la musique originale – en concertation ou non –, sur la façon dont s’articulent et s’organisent les extraits retenus, sur les éventuels arrangements, instrumentations et réorchestrations proposés pour adapter l’emprunt original à certaines spécificités esthétiques ou historiques du film mais aussi à des contraintes économiques, sur le rapport de ces musiques à l’image, sur les liens qu’elles tissent avec le scénario, sur le dialogue qu’elles instaurent avec les autres sons et les bruits, avec d’autres musiques empruntées (évoquant des esthétiques et des temporalités proches ou, au contraire, radicalement différentes) ou avec celles originellement composées pour l’image au sein d’un même objet filmique.

Programme de la journée :

9h30 Accueil

9h45 Introduction

10h-10h30
• Florian GUILLOUX (Université Paris-Sorbonne, IReMus) : « Once upon a music adapter : un aperçu du travail de George Bruns dans Sleeping Beauty (1959) des studios Disney »

10h30-11h00
• Stéphan ETCHARRY (URCA) : « Britten et le monde de l’enfance au prisme de Moonrise Kingdom (2012) de Wes Anderson »

11h00-11h30 Échanges/Discussion et pause musicale

11h30-12h00
• Thierry GRANDEMANGE (URCA) : « Jeanne d’Arc et la vraisemblance musicale au cinéma : Jeanne la pucelle de Jacques Rivette (1993) et Jeanne captive de Philippe Ramos (2011) »

Déjeuner

14h00-14h30
• Bertrand POROT (URCA) : « Tous les matins du monde : la leçon de musique baroque d’Alain Corneau (1991) »

14h30-15h Échanges/Discussion et pause

15h-15h30
• Jérôme ROSSI (Université de Nantes) : « Poétique de la musique répétitive au cinéma : le recours aux œuvres de John Adams dans Io sono l’Amore (2009) de Luca Guadagnino »

15h30-16h
• Pierre RIGAUDIERE (URCA) : « Stanley Kubrick et György Ligeti : une gueule d’Atmosphères »

16h-16h30 Échanges/Discussion et conclusion de la journée

Contact : stephan.etcharry@univ-reims.fr

 

Communication de H. Jolly, doctorante

Nous avons le plaisir d’annoncer la participation d’Haramila Jolly, doctorante du CERHiC en histoire contemporaine sous la direction de Philippe Buton,  aux journées d’études doctorales Perspectives pour l’histoire du communisme français qui se tiendront à Bobigny et Paris les 14 et 15 octobre prochains (programme).

Elle présentera sa communication samedi 15 octobre à 16h30, dans l’amphithéâtre Dupuis de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne (9 rue Malher, 75004 Paris), sur le sujet suivant:

« D’André Palin à Jacques Prévert : le rôle des artistes français dans la construction d’un théâtre communiste international (1929-1936) ».

Le CERHiC aux Rendez-vous de l’histoire de Blois

L’équipe du CERHiC sera présente aux Rendez-vous de l’histoire de Blois qui se tiendront du 6 au 9 octobre 2016 et dont le thème de l’année est « Partir« .

Vous pourrez écouter à Blois les interventions de plusieurs membres du CERHiC :

Delphine Diaz, Maître de conférences en Histoire contemporaine

  • Vendredi 7 octobre de 11 h 15 à 12 h 45 dans la salle Gaston d’Orléans du château  royal de Blois, participation à la table ronde « Départ et genre : quand des femmes et des hommes s’en vont », en compagnie de Cécilia D’Ercole (intervenante), Didier Lett (intervenant), François-Xavier Fauvelle (intervenant) et Pascale Barthélémy (modératrice).
  • Samedi 8 octobre de 14 h à 18 h, dans le Petit Amphi de l’INSA : demi-journée d’études « carte blanche » co-organisée avec le CHREC de l’Université de Créteil, le CERHiC et le programme ANR AsileuropeXIX sur le thème « Le départ en exil et les outils du contrôle migratoire », en compagnie de Marianne Amar (intervenante), Gilles Bertrand (intervenant), Catherine Brice (modératrice), Delphine Diaz (intervenante), Virginie Guiraudon (intervenante), Yann Rivière (intervenant) et Romy Sanchez (intervenante).

Aurélien Girard, Maître de conférences en Histoire moderne

  • Vendredi 7 octobre, après-midi, salon du livre, signature de l’Atlas des chrétiens, Autrement.
  • Samedi 8 octobre de 9h à 18h, participation à la journée « Partir pour se former (Antiquité-XXe siècle) », communication intitulée « Partir étudier dans la capitale pontificale : les chrétiens orientaux entre Empire ottoman et République des Lettres (XVIe-XVIIIe siècles) »

Isabelle Heullant-Donat, Professeur d’Histoire médiévale

  • Vendredi 7 octobre de 11h30 à 12h30, salle Kleber-Lousteau, Conseil départemental, introduction de la conférence d’Arlette Farge (CNRS), « Renier sa condition sociale : une femme d’artisan au XVIIIe siècle », à l’occasion de la parution de l’ouvrage A. Farge, La révolte de Madame Montjean, Paris, Albin Michel, 2016.
  • Samedi 8 octobre de 9h30 à 11h, Maison de la magie, table ronde : « Transe, extase, visions… « Partir » sans bouger » réunira Dominique Jaillard (Université de Genève), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims), Laurence Moulinier (Université Lumière Lyon 2) et Xavier Paulès (EHESS, Paris).
  • Samedi 8 octobre de 17h30 à 18h30, Salle des Etats-Généraux, Château royal de Blois, introduction de la conférence de Jean-Luc Martinez (Président-Directeur du Musée du Louvre), « Le Louvre. Histoire du plus grand musée du monde », à l’occasion de la parution de l’ouvrage Bresc-Bautier, Y. Lintz, F. Mardrus, G. Fonkenell (dir.), Histoire du Louvre, 3 vol., Paris, Fayard, 2016.
  • Dimanche 9 octobre de 11h30 à 13h, Amphi vert du Campus de la CCI, table ronde « Partir au paradis. Juifs, chrétiens et musulmans entre martyre et eschatologie » réunira Jacqueline Chabbi (Université Paris VIII Saint-Denis), Gérald Chaix (Université de Tours), Guillaume Cuchet (Université Paris-Est Créteil Val-de-Marne), Isabelle Heullant-Donat (Université de Reims), Maurice Sartre (Université de Tours).
  • Dimanche 9 octobre de 14h15 à 15h15, Salle Mansart du Château royal de Blois, présentation-débat autour de l’ouvrage d’Élisabeth Crouzet-Pavan, Le Moyen Âge de Venise. Des eaux salées au miracle de pierres, Paris, Albin Michel, 2015 » en compagnie de l’auteur.

Elsa Marmursztejn, maître de conférences en Histoire médiévale

  • Samedi 8 octobre 11h30 à 13h dans l’amphi vert du Campus de la CCI, « Exils politiques et religieux au Moyen Âge : occident chrétien et monde musulman », carte blanche du CIHAM-UMR 5648 – Université Lumière-Lyon 2. Elle réunira Yassir Benhima, Pascal Burési, Elsa Marmursztejn et Giuliano Milani.
  • Samedi 8 octobre 14h30-15h30, stand des éditions Belles Lettres (n° 201), signature de l’ouvrage : Le baptême forcé des enfants juifs. Question scolastique, enjeu politique, échos contemporains.