Archives par mot-clé : CERHIC

Delphine Diaz en direct sur France Inter

Intervention de Delphine DIAZ, maîtresse de conférences en histoire contemporaine et responsable du programme ANR « AsileuropeXIX », dans l’émission « La marche de l’histoire » de Jean Lebrun sur France Inter :

Mardi 20 juin 2017, de 13 h 30 à 14 h 00, sur

« Les exilés en France au XIXe siècle »,

en cette journée mondiale des réfugiés

Le lien pour écouter le podcast de l’émission : https://www.franceinter.fr/emissions/la-marche-de-l-histoire/la-marche-de-l-histoire-20-juin-2017

Les cafés histoire de Reims, saison 1

Le 11 mai dernier se tenait le dernier « café histoire » de Reims pour l’année universitaire 2016-2017.

Au moment de préparer la 2e saison, le CERHiC tient à remercier :

    • Le co-organisateur, l’APHG-Champagne-Ardenne
    • La ville de Reims, qui a apporté son soutien financier à ce cycle de conférences
    • Le GRAC (Groupe Rémois des Amis de Clio) pour le soutien logistique
    • La brasserie Saint-Maurice qui nous a accueillis pour 7 soirées dans un cadre convivial avec ses avantages et ses (quelques) inconvénients (nous ne dirons pas merci au groupe à qui nous demandions de parler un peu moins fort jeudi dernier et qui nous a répondu « on n’est pas à l’église ! »…)
    • Le public, étudiant.e.s et non-étudiant.e.s, pour son attention et ses questions pertinentes aux conférencier.e.s

Et surtout les intervenant.e.s, qui ont donné gracieusement de leur temps et de leur savoir.

Nous avons eu le plaisir d’entendre :

Dominique Borne, au Cellier, pour une conférence inaugurale engagée ;

Nadia Vargaftig, qui nous a fait découvrir le monde des expositions coloniales portugaises et italiennes ;

 

François-Xavier Fauvelle, qui nous a menés jusqu’au cœur de l’Afrique médiévale ;

Bertrand Porot, qui a fait revivre les musiciennes de l’époque moderne ;

Annie et Maurice Sartre, qui nous ont guidés dans Palmyre antique et dans ses ruines contemporaines ;

 

 

 

Hendrik Ziegler, dans une galerie de portraits de Champenois artistes de cour ;

Romain Bertrand, qui nous a conduits aux Philippines au XVIe siècle.

Nous avons donc parlé d’histoire de France, d’histoire mondiale, d’histoire connectée, d’histoire culturelle, d’histoire de la musique, d’histoire de l’art…

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne sont fiers de cette première saison et espèrent vous retrouver nombreux pour la deuxième, dont le programme sera connu dans le courant de l’été.

Journée d’études – Les oppositions aux réformes éducatives de mai 68, 18 mai 2017

JOURNEE D’ETUDES

Jeudi 18 mai 2017

 

Dans le sens inverse de l’histoire? Les oppositions aux réformes éducatives issues de Mai 68

Salle du Conseil de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines de Reims

Bâtiment 17, Campus Croix-Rouge

Journée d’études organisée par Philippe Buton et Yves Verneuil

9h15 : Accueil

9h30 : Introduction (Yves VERNEUIL)

Présidence : Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne

9h45-10h05 : Mai 1968 en perspectives : ruptures et continuités dans les structures éducatives (Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (Comue-Lille-Nord-de-France-ESPE),

10h05-10h25 : Universitaires et syndicats face à l’héritage de Mai 1968 : des positionnements ambigus (Arnaud DESVIGNES, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

10h25-10h45 : Les réactionnaires de Nanterre aux lendemains de 1968 (Charles MERCIER, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bordeaux, ESPE)

10h45-11h15 : discussion

11h30-11h50 : Les gauchistes et la participation dans les universités (Philippe BUTON, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne)

11h50-12h10 : Les Comités de Défense de la République (CDR) et leurs critiques de la « subversion marxiste » dans l’enseignement durant les années 68 (François AUDIGIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine)

12h10-12h30 : discussion

12h30-13h30 : Repas

Présidence : Jean EL GAMMAL, professeur d’histoire contemporaine, Université de Lorraine

13h30-13h50 : Les parlementaires et « la chienlit » dans l’Education nationale 1969-1974 (Bernard LACHAISE, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bordeaux)

13h50-14h10 : Déchaînement idéologique ou malaise enseignant ? Doutes et polémiques sur l’évolution de l’école dans la presse de l’après-68 (Yann FORESTIER, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

14h10-14h30 : Des gardiens de l’ordre établi dans l’enseignement secondaire ? Le SNALC, la CNGA et la Société des agrégés face aux conséquences de Mai 1968 (Yves VERNEUIL, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne-Ardenne, ESPE)

14h30-15h00 : discussion

15h15-15h45 : Mai 68 et la « décadence de l’enseignement » : la pensée pédagogique anti-68

Discussion avec Antoine PROST (professeur émérite à l’université Paris 1), avec Yves Verneuil et Philippe Buton

15h45-16h00 : Conclusion (Philippe BUTON)

Pour télécharger le programme de la journée d’études :

programme JE 18 mai_3_A3

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 11 MAI – ROMAIN BERTRAND

 

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 11 MAI 2017

« Le Gouverneur, l’Enfant et les Sorcières.

Magie et pouvoirs à Manille, fin XVIe siècle »

 

affiche Cafés mai

Le prochain Café Histoire se tiendra le JEUDI 11 MAI 2017

au Saint-Maurice

(35, rue Saint-Maurice à Reims), de 18 h 00 à 20 h 00

Nous aurons le plaisir d’écouter

Romain BERTRAND

(Directeur de recherche – Fondation nationale des Sciences Politiques)

Manille, 1577: un enfant comparaît devant le gouverneur Francisco de Sande dans le cadre d’un procès d’Inquisition. De quoi le jeune Diego de Avila s’est-il rendu coupable pour inquiéter à ce point le représentant du roi d’Espagne ? Ensorcelé peut-être par des servantes indigènes, l’enfant a rêvé qu’aux Enfers un siège était réservé au gouverneur… Colportée par les soldats et les colons, la rumeur circule à Manille depuis les arrière-cours jusqu’au coeur du gouvernement municipal. Francisco de Sande ne peut le supporter… 

flyer café mai.png

L’axe 1 du contrat du laboratoire pour 2018-2022

Axe 1 : Normes, individu(s) et société(s)

 

  1. Fabrique et conflits de normes 

L’intérêt pour la norme, notion plurielle, plastique et frontalière de champs de recherche variés, s’inscrit dans une durée propice aux approfondissements et aux renouvellements. La fabrique de la norme a démontré sa productivité, sa capacité fédératrice et son aptitude à s’enrichir des travaux en cours comme des évolutions générales de l’historiographie. Le programme « Enfermements », depuis 2009 (en lien notamment avec le LabEx Hastec), ou le programme « Fulmen. Excommunication et censures spirituelles de l’Antiquité à nos jour » (2017-2021) avec l’École Française de Rome, l’attestent. Plurielle, la fabrique de normes elles-mêmes plurielles constitue une thématique transversale, susceptible de mobiliser des ressources documentaires et thématiques diverses et d’être souplement infléchie en fonction des recherches conduites dans et hors de l’équipe par des historiens, mais aussi par des juristes.

Dans une optique qui concentre l’attention sur les processus d’élaboration des normes, les conflits de normes présentent une pertinence particulière. Leurs modes de résolution seront étudiés sans édulcorer leur substance polémique ni minorer les phénomènes d’affrontement ou de tension entre des instances normatives, mais aussi entre des systèmes de références que ces moments de crise contribuent à éclairer. La place faite aux acteurs est un autre principe directeur du projet. Au-delà d’une approche processuelle des conflits et de leur résolution, on s’attachera aux modes informels persistants de la « régulation sociale des conflits ». Ces problématiques s’inscrivent par ailleurs dans les thématiques de la SFR Gaston-Bachelard, qui devrait permettre, au sein de l’université de Reims et au-delà, des échanges avec des chercheurs d’autres spécialités (Lettres, Droit, Économie).

Enfin, un programme d’humanités numériques en cours d’achèvement, en partenariat avec le Consortium Sources médiévales COSME (TGIR-Huma-Num : http://cosme.hypotheses.org/), rendra accessible en ligne les six premiers tomes du Bullarium franciscanum. Il mettra à la disposition de la communauté scientifique nationale et internationale une documentation normative de grande importance pour l’histoire religieuse, politique et culturelle. Cette opération a vocation à être poursuivie pour les tomes suivants, par l’obtention de financements extérieurs.

            Propice au partage et à la discussion d’objets distants, combinant réflexion théorique et étude de situations concrètes, ce sous-axe donnera lieu à de nouvelles journées d’études et publications collectives et permettra la pérennisation de collaborations fructueuses avec d’autres unités de recherche et institutions françaises et internationales (LAMOP, École française de Rome, Fonds National de la Recherche Scientifique belge, etc.), en mobilisant les spécialistes de toutes les périodes et, dans une moindre mesure, les musicologues.

  1. Modalités des relations sociales : construction, négociation, pratiques

Il s’agit de se saisir de formes d’identification individuelle et collective qui, ne relevant pas seulement de processus d’institutionnalisation et de judiciarisation, procèdent de prescriptions informelles qui sont forgées par les acteurs et par rapport auxquelles ils se définissent et se positionnent dans la mise en œuvre de leurs stratégies, leurs pratiques et leurs discours. Les modalités d’inclusion et d’exclusion, mais aussi les mécanismes de hiérarchisation et de marginalisation qui sont à l’œuvre dans le champ social sont envisagés dans un champ instable d’opportunités et de contraintes.

Le genre apparaît ainsi comme un critère déterminant dans la construction de figures édifiantes par le fait qu’elles incarnent les modèles dominants ou, au contraire, s’en démarquent. Il en va de même pour l’appréhension comme expériences sociales de crises telles que les faits de violence et les guerres, lesquelles sont susceptibles de susciter un sentiment de menace face au brouillage et à la redéfinition des rôles, notamment dans la sphère familiale.

La famille est un observatoire privilégié de la tension entre une inclusion ritualisée et des pratiques marquées du sceau de l’implicite et du pragmatisme. Il s’agit d’abord d’interroger le fondement et l’efficience de discours (notamment ecclésiastiques) qui construisent un modèle familial pétri d’affect et de concorde, alors que les stratégies matrimoniales mettent en œuvre les intérêts des lignages et des groupes auxquels appartiennent les individus et participent de la légitimation des filiations, indissociable des enjeux de transmission et de reproduction patrimoniale, sociale et symbolique.

La notion de communauté, entendue au sens de groupes de valeurs ayant des intérêts partagés et une conscience collective unitaire, est envisagée selon une triple entrée : d’une part, par le religieux et le confessionnel, incluant, entre autres, la dimension paroissiale, ecclésiale et monastique (à l’instar de l’ANR « Colemon » à laquelle participe le CERHiC, ainsi que dans le cadre du projet « Normes et pratiques du religieux entre Orient et Occident (ixe-xixe siècle). Une histoire croisée des circulations entre les communautés chrétiennes d’Europe et de Méditerranée » (2017-2021) en collaboration avec l’École française de Rome) ; d’autre part, par le politique, comme l’illustre l’enquête sur les gauches alternatives du dernier tiers du XXe siècle ; enfin, par le professionnel, en particulier dans le cadre scolaire.

Ces modalités de construction du social sont partie prenante de rapports de pouvoir, qui se traduisent par des pratiques exprimant la domination sociale et visant à son intériorisation. Les lieux de pouvoir et de sociabilité élitaire, tels que les cours, participent ainsi d’habitus générateurs de prestige et consommateurs de luxe (une thématique qui s’inscrit dans le prolongement du séminaire d’équipe mis en place en 2016), générateurs de prestige et producteurs de distinction.

N. Vargaftig, Itinéraire d’un diamant – 9 mars au CERHiC

Nous vous invitons à la prochaine séance du séminaire commun du CERHiC qui aura lieu jeudi 9 mars 2017, de 12h30 à 14h, sur le campus Croix Rouge, bâtiment recherche (salle R112).

L’actualité de la recherche au CERHiC :

Présentation de travaux de Nadia Vargaftig

(MCF en histoire contemporaine)

« Itinéraire d’un diamant: l’Angola sous administration portugaise dans les circuits commerciaux diamantaires (1917-1975) »

L’évocation du diamant renvoie à une foule de représentations fortement antithétiques, puisant dans une culture médiatique et populaire qui va de Rihanna à Marilyn Monroe en passant par James Bond, Graham Greene et Leonardo di Caprio.

De ce corpus ressort ainsi un imaginaire fort autour de cette pierre précieuse, fait de « glamour », de richesse, d’élitisme et de violence. Pierre de pouvoir puis pierre d’amour, sa composition et sa dureté en soulignent la rareté et l’éternité, renvoyant à des valeurs constitutives de l’objet de luxe et de ses usages.

Mais au-delà de la fascination qu’il exerce et d’une possible histoire de ses représentations, l’histoire du diamant est aussi celle d’un bien de consommation dont les historiens ont tenté d’identifier la conformité autant que les spécificités vis-à-vis des règles et des lois du marché : histoire de réseaux, de capitaux et de monopoles, histoire de mineurs, d’ingénieurs, d’artisans, de négociants et de consommateurs. Objet global depuis l’origine, parti des mines indiennes épuisées dès le milieu du XVIIIe siècle jusqu’aux vastes ressources du continent africain, en passant par l’intermède brésilien du premier XIXe siècle, il transita longtemps par Lisbonne, première capitale de la taille avant d’être supplantée par Anvers. Mais ce fut très tôt à Londres que se fixèrent les prix et les pratiques d’un commerce dont on ne saurait assez souligner le caractère résolument opaque voire occulte.

Dans ce contexte général il s’agira de s’intéresser à la place d’une partie du territoire angolais, sous administration portugaise pendant ce que l’on a nommé le « dernier empire » portugais, des XIXe-XXe siècle. Territoire administré par la DIAMANG, vaste entreprise multinationale mise au service des intérêts nationaux et impériaux portugais, il prit la forme d’une concession en 1917, cinq ans après qu’eurent été découverts les premiers filons diamantifères dans la région frontalière avec le Congo belge, lui-même administré par une entreprise concessionnaire, la FORMINIERE.

Prochaines séances du séminaire « Hiérarchies juridictionnelles dans l’Eglise médiévale »

Nous avons le plaisir d’annoncer les prochaines séances du séminaire

Les hiérarchies juridictionnelles dans l’Église médiévale

Séminaire organisé par le CERHiC-EA2616 et le LAMOP-UMR8589

Responsables : Véronique Beaulande-Barraud et Élisabeth Lusset

Contacts : veronique.beaulande[a]univ-reims.fr et elusset[a]free.fr

Vendredi 17 mars 2017, 9h30-17h30, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, Paris

9h30-12h – salle Perroy

Thierry Kouamé (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les compétences juridictionnelles des écolâtres cathédraux aux XIIe et XIIIe siècles ».

Benoît Alix (Université Panthéon-Assas, Paris II), « L’évêque, écran juridictionnel entre le métropolitain et les clercs diocésains: les techniques de sauvegarde de l’ordo ecclesiasticus (XIIe-XIIIe siècle) ».

14h00 – 17h30 – salle Picard

Isabelle Bretthauer (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines), « Les relations entre prélats et clergé à l’aune des formulaires ecclésiastiques du Nord-Ouest européen, XIIIe-XVe siècles ».

Emmanuël Falzone (Université de Louvain), « Du conflit à la norme. La bulle Romana Ecclesia d’Innocent IV et la hiérarchie des officialités dans la province de Reims au
XIIIe siècle ».

Peter Clarke (University of Southampton), « The Papal Penitentiary and the English Church in the fifteenth century : the role of bishops and local church courts in the search for papal graces ».

Vendredi 9 juin 2017, 10h-17h – Université de Reims Champagne-Ardenne, Maison de la Recherche

Charles Mériaux (Université Lille 3), « Les hiérarchies de juridiction dans la province de Reims à l’époque carolingienne ».

Bruno Lemesle (Université de Bourgogne), « Métropolitains et évêques entre le Décret de Gratien et le IVe concile de Latran : aspects doctrinaux relatifs à la négligence des évêques ».

Monique Maillard-Luypaert (Université Saint-Louis, Bruxelles), « La concurrence entre les juridictions ecclésiastiques dans le diocèse de Cambrai au XVe siècle et leurs relations avec les pouvoirs temporels».

Élisabeth Lusset (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne), « Les interactions entre l’officialité diocésaine de Troyes et la Pénitencerie apostolique (1459-1537) ».

 

Jean-René Larue, doctorant du CERHiC, lauréat d’un Prix Jeune Chercheur

Nous avons le plaisir d’annoncer que Jean-René Larue, doctorant du CERHiC en musicologie sous la direction de Bertrand Porot, est le lauréat 2016 du Prix Jeune Chercheur de l’IASPM-bfe (International Association for Study of Popular Music – branche francophone Europe).

La remise du prix aura lieu le vendredi 25 novembre à 14 heures à la Philharmonie de Paris dans le cadre du colloque international sur les 40 ans du Punk.