Archives par mot-clé : café le Saint Maurice

Les cafés histoire de Reims, saison 1

Le 11 mai dernier se tenait le dernier « café histoire » de Reims pour l’année universitaire 2016-2017.

Au moment de préparer la 2e saison, le CERHiC tient à remercier :

    • Le co-organisateur, l’APHG-Champagne-Ardenne
    • La ville de Reims, qui a apporté son soutien financier à ce cycle de conférences
    • Le GRAC (Groupe Rémois des Amis de Clio) pour le soutien logistique
    • La brasserie Saint-Maurice qui nous a accueillis pour 7 soirées dans un cadre convivial avec ses avantages et ses (quelques) inconvénients (nous ne dirons pas merci au groupe à qui nous demandions de parler un peu moins fort jeudi dernier et qui nous a répondu « on n’est pas à l’église ! »…)
    • Le public, étudiant.e.s et non-étudiant.e.s, pour son attention et ses questions pertinentes aux conférencier.e.s

Et surtout les intervenant.e.s, qui ont donné gracieusement de leur temps et de leur savoir.

Nous avons eu le plaisir d’entendre :

Dominique Borne, au Cellier, pour une conférence inaugurale engagée ;

Nadia Vargaftig, qui nous a fait découvrir le monde des expositions coloniales portugaises et italiennes ;

 

François-Xavier Fauvelle, qui nous a menés jusqu’au cœur de l’Afrique médiévale ;

Bertrand Porot, qui a fait revivre les musiciennes de l’époque moderne ;

Annie et Maurice Sartre, qui nous ont guidés dans Palmyre antique et dans ses ruines contemporaines ;

 

 

 

Hendrik Ziegler, dans une galerie de portraits de Champenois artistes de cour ;

Romain Bertrand, qui nous a conduits aux Philippines au XVIe siècle.

Nous avons donc parlé d’histoire de France, d’histoire mondiale, d’histoire connectée, d’histoire culturelle, d’histoire de la musique, d’histoire de l’art…

Le CERHiC et l’APHG Champagne-Ardenne sont fiers de cette première saison et espèrent vous retrouver nombreux pour la deuxième, dont le programme sera connu dans le courant de l’été.

Prochain Café Histoire, 9 mars: Palmyre, vérités et légende

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 9 mars au Saint Maurice (35 rue Saint Maurice), de 18 à 20h.

Nous aurons le plaisir d’écouter Annie et Maurice Sartre sur

Palmyre, vérités et légende

Palmyre, la « perle du désert », subit depuis des années des destructions irréparables. Beaucoup d’articles et d’ouvrages écrits à la va-vite ont contribué à répandre des erreurs innombrables sur une ville objet de tous les fantasmes. Cité de l’Empire romain, Palmyre n’a été ni une «principauté » ni un État tampon entre Rome et les Perses, pas plus que Zénobie n’en a été la reine. Ville de caravaniers, ouverte aux influences de l’Est et de l’Ouest, elle n’en est pas moins caractéristique de la Syrie gréco-romaine, avec ses rues àcolonnades, son théâtre, ses thermes, ses maisons à péristyle. D’où tirait-elle sa richesse ? D’où venaient ses habitants ? Quels étaient ses dieux ? Qui furent réellement Odainath et Zénobie? Pourquoi ce site prestigieux a-t-il suscité autant d’intérêt et de haine ? Quelle a été son importance aux yeux des Syriens, hier et aujourd’hui, et quel est son avenir?

Voir l’affiche

Café Histoire, 24/11 : « Cultures coloniales, Portugal-Italie »

La prochaine séance du Café Histoire se déroulera le

Jeudi 24 novembre 2016 de 18 à 20h

au café le Saint Maurice, 38 rue Saint Maurice, 51100 Reims

Nadia Vargaftig y présentera son ouvrage consacré aux cultures coloniales au Portugal et en Italie dans l’entre-deux-guerres :

Des empires en carton. Les expositions coloniales au Portugal et en Italie (1918-1940)

couvertureempirescarton-copie

Les expositions coloniales de l’entre-deux-guerres ont été la vitrine de la « mission civilisatrice » de l’Europe. Empires coloniaux « secondaires » dans l’ordre mondial, le Portugal de Salazar et l’Italie de Mussolini les ont aussi perçues comme un moyen de réfuter ce statut et d’affirmer leur légitimité impériale. Elles devaient aussi renforcer leur emprise politique et culturelle sur les sociétés, tant coloniales que métropolitaines, mêlant les séductions de la fête aux contraintes de la dictature.

Pour voir l’affiche…

Pour voir le flyer…