Archives de catégorie : Soutenances de thèses

Soutenance de thèse de Thierry Leroy

Thierry Leroy soutiendra publiquement sa thèse de doctorat préparée sous la direction de Patrick Demouy et portant sur

L’ordre du Temple en Champagne. Implantation et patrimoine.

La soutenance aura lieu le samedi 26 novembre 2016 à 14h30,

Salle des séances, Société académique de l’Aube, 1 rue Chrétien de Troyes, 10000 Troyes.f-hugues-de-payns

Composition du jury :

Patrick Demouy, professeur émérite en histoire du Moyen Âge, Université de Reims Champagne-Ardenne, directeur de thèse.

Mme Nicole Bériou, professeur émérite en histoire du Moyen Âge, Université Lumière-Lyon II, rapportrice.

M. Patrick Corbet, professeur en histoire du Moyen Âge, Université de Lorraine, rapporteur.

M. Arnaud Baudin, Directeur-adjoint des Archives et du Patrimoine de l’Aube.

Mme Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences HDR en histoire du Moyen Âge, Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Damien Carraz, maître de conférences, Université Blaise Pascal – Clermont-Ferrand.

M. Alain Demurger, maître de conférences, Université de Paris I – Panthéon Sorbonne.

Soutenance d’habilitation – Yves Verneuil

Nous avons le plaisir d’annoncer la prochaine soutenance d’habilitation à diriger des recherches d’Yves Verneuil, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC.

La soutenance de cette habilitation préparée sous la direction de Jean-Noël Luc aura lieu le  lundi 7 décembre 2015, à l’Université Paris-Sorbonne. Le mémoire scientifique s’intitule :

 

Corporatisme, amicalisme, syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940).

 

 

Le jury sera composé de :

 

Pr. Gilles BAILLAT (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Pr. Philippe BUTON (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Recteur Jean-François CHANET (IEP de Paris)

Pr. Jean-François CONDETTE (Université d’Artois)

Pr. Jean-Noël LUC (Université Paris-Sorbonne)

Pr. André D. ROBERT (Université Lumière Lyon 2)

 

 

La soutenance aura lieu en Sorbonne, Salle des Actes, à 15h30.

 

Résumé du mémoire d’habilitation :

Corporatisme, pré-syndicalisme et syndicalisme : la représentation des professeurs de lycée (1880-1940)

 

 

            Le mémoire scientifique qui sert de support à mon HDR porte sur la naissance et l’évolution des organisations corporatives des professeurs de lycée entre 1880 et 1940. Le mouvement corporatif des professeurs de lycée s’inscrit dans le mouvement général qui affecte les fonctionnaires (apparition de l’amicalisme, transformation en syndicat, questions de l’adhésion à la Fédération des fonctionnaires et à la CGT), mais présente des particularités. D’une part parce que les professeurs de lycée occupent une position professionnelle et sociale ambiguë ; d’autre part parce que perdure le sentiment d’appartenance à la vénérable Université. Le sentiment d’appartenir à une corporation originale, porteuse de valeurs, vient donc s’entremêler, voire s’opposer dans certains cas, à l’idée de créer des associations dites corporatives. Cette singularité est confortée par l’importance de la représentation accordée en 1880 aux professeurs de lycée par Jules Ferry au sein du Conseil supérieur de l’instruction publique. La structure et le rôle de cette représentation perdurent jusqu’en 1940.

Notre première partie porte sur le CSIP. On commence par analyser les débats ayant concerné l’introduction d’une représentation des professeurs de lycée, afin de mieux comprendre pourquoi les professeurs ont pu être satisfaits de bénéficier d’une représentation dans un organisme qui apparaît comme l’expression de la corporation universitaire. On se demande ensuite si les professeurs ont continué à se mobiliser pour les élections au CSIP ou si une désaffection s’est produite, qui expliquerait qu’ils se soient tournés vers un autre mode de représentation. Il apparaît en tout cas que le projet de réforme d’Émile Combes a pu les confirmer dans leur attachement à la représentation qui leur a été accordée par Jules Ferry.

La seconde partie étudie le premier mouvement corporatif des professeurs de l’enseignement secondaire, apparu en 1895-1896. Elle recherche les causes profondes de sa naissance, avant d’observer l’apparition et les difficultés du premier mouvement corporatif d’ensemble des professeurs de l’enseignement secondaire. Les droits octroyés aux professeurs par Alfred Rambaud vont se révéler peu satisfaisants : les associations amicales et régionales vont dépérir et les congrès nationaux s’effilocher rapidement.

La troisième partie est consacrée à la renaissance du mouvement associatif au début du XXe siècle. Ce réveil se produit en grande partie en réaction aux revendications des primaires d’une part et des répétiteurs d’autre part. Avant que les professeurs de lycée ne constituent une fédération particulière, dans laquelle s’intègre le personnel de l’enseignement secondaire féminin, le périmètre des associations a cependant été débattu. La Fédération nationale des professeurs de lycée et du personnel de l’enseignement secondaire féminin s’avère représentative et efficace, mais se pose la question du lien à établir avec l’ancien mode de représentation des professeurs (élus au CSIP) comme avec un nouveau mode plus englobant (Fédération des fonctionnaires).

La quatrième partie est consacrée aux évolutions de l’entre-deux-guerres et aux grands débats qui ont agité les professeurs de lycée sur la manière de concevoir leur mode de représentation. La Fédération nationale doit-elle se transformer en syndicat et cela doit-il impliquer un changement dans les pratiques d’action ? Doit-elle rester autonome ou établir des liens avec d’autres organisations ? Dans les années 1930, la question de l’adhésion à la CGT devient le débat majeur, qui se conclut en 1937 par un éclatement qui met fin à l’unité corporative.

La dernière partie étudie les facteurs de division interne : quelle importance accorder aux identités particulières ? On se demande par ailleurs si les débats concernant la réforme de l’enseignement ont créé des oppositions sur le rôle de l’enseignement secondaire lui-même et donc sur la manière d’apprécier la fonction des professeurs. On peut ainsi mieux saisir la particularité du cas des professeurs des classes élémentaires et les difficultés de leur stratégie professionnelle.

Soutenance d’habilitation – Véronique Beaulande-Barraud

Véronique Beaulande-Barraud, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, soutiendra son dossier d’Habilitation à diriger des recherches portant sur Justice(s) d’Église. Excommunication, officialités, pénitence, le samedi 5 décembre, à 14h30, à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense (salle des thèses, bâtiment B).

Le mémoire inédit présenté dans ce dossier porte sur

Les cas réservés en Occident, XIIIe-XVe siècles.

Juridiction épiscopale, hiérarchie ecclésiale et pénitence.

 

Le jury est composé de :

M. Franck Collard, garant, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Mme Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

M. Martin Ingram, Associate Professor of Modern History, Université d’Oxford.

Mme Corinne Leveleux-Teixeira, professeur d’histoire du droit à l’Université d’Orléans.

M. Julien Théry, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lyon Lumière.

Mme Catherine Vincent, professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université de Paris Ouest Nanterre La Défense.

Résumé du dossier

Le dossier d’HDR présenté porte sur la juridiction ecclésiastique, principalement épiscopale, à la fin du Moyen Âge. Les travaux réunis mettent en lumière les pratiques judiciaires de l’Église et l’usage que celle-ci fait des censures canoniques, principalement l’excommunication. À la croisée de l’histoire de la justice et de l’histoire religieuse, ils éclairent l’Église comme institution d’encadrement des fidèles et comme structure de pouvoir, dont la spécificité est l’horizon spirituel de ses objectifs, à savoir non seulement la paix du corps social selon l’idéal de la charité chrétienne, mais aussi – surtout ? – le salut de ses membres. Les officialités apparaissent comme des structures privilégiées de l’interaction entre le corps clérical et les fidèles, non seulement de coercition par le biais pénal, mais également de dialogue, beaucoup de procès se terminant sans peine, voire sans sentence mais étant un espace du dialogue entre les parties. Le mémoire inédit met l’accent sur l’articulation des deux volets de la juridiction ecclésiastique, judiciaire et pénitentielle. L’étude des cas réservés met en valeur la construction de la hiérarchie ecclésiale par la définition de degrés dans la potestas absolvendi, la porosité entre les fors, loin d’une scission radicale entre « for interne » et « for externe », catégories inopérantes au Moyen Âge, l’affirmation par l’épiscopat des spécificités de leur ministère, par leurs compétences pénitentielles qui en font des relais de la grâce divine. Usant de formes d’encadrement, voire de coercition, variées, l’Église médiévale ne se pense cependant jamais autrement que comme vectrice de cette grâce.

SOUTENANCE DE THESE DE RICHARD DUPUIS

Dupuis_Bertauge

AVIS DE SOUTENANCE

de

Richard DUPUIS

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

La patrimonialisation du monde agricole:
l’exemple des musées de 1920 à nos jours

Soutenance prévue le jeudi 2 avril 2015 à 14h

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH
Salle du conseil. Bâtiment 17.

Composition du jury :

Mme Marie-Claude GENET-DELACROIX (URCA),  Directrice de thèse

M. Jérôme BURIDANT (Université de Picardie Jules Verne),  Codirecteur de thèse

M. Philippe MADELINE (Université de Caen Basse-Normandie), Rapporteur

M. Gilles DENIS (Université de Lille), Rapporteur

M. Dominique POULOT (Université Paris-Panthéon), Examinateur

Mme Nadine VIVIER (Université du Maine), Examinateur

 

Résumé

Lieu d’accès aux connaissances, le musée agricole véhicule l’image du patrimoine et des enjeux culturels et professionnels de l’agriculture. Le monde agricole a été progressivement mis en scène dans l’espace du musée, puis dans l’espace paysager, au moyen d’aménagements variés : équipements muséographiques, et enfin dans l’espace virtuel avec les musées en ligne. Les musées du monde agricole ont été voulus par les intermédiaires savants, les pouvoirs publics et « ceux qui font l’agriculture » : agriculteurs eux-mêmes, organisations professionnelles et industrielles. Ils se sont multipliés à l’image de la variété même des visages de l’agriculture. À travers la pluralité de leurs approches et de leurs collections, les musées d’agriculture ont répondu depuis 1920 à des enjeux circonstanciés, identitaires, culturels, territoriaux et symboliques, jusque dans le contexte nouveau du développement territorial de ce début de XXIe siècle. Ils véhiculent l’image de l’agriculture que veulent donner les acteurs et partenaires des mondes agricole et culturels : tradition et modernisme. Ce processus de patrimonialisation rend légitime l’intégration du monde agricole à l’histoire culturelle de la nation. Il est question des modes et moyens par lesquels le monde agricole est représenté de 1920 à 2014 dans les structures muséales et en particulier aux musées du Compa et de la Bertauge depuis les années 1970. Dans le cadre de l’histoire culturelle, il est montré que les musées du monde agricole se sont développés dans le creuset de l’éducation, du folklore et qu’ils entrent de manière diversifiée dans l’ère de la valorisation du patrimoine jusqu’à intégrer territoires et paysages.

Soutenance de Caroline Dujon-Attali

AVIS DE SOUTENANCE

de

Caroline DUJON-ATTALI BEN MAYER

 

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Notre-Dame de Reims, de Laon et de Paris. Etude comparée de la restauration de l’architecture et de la statuaire de 1789 à 1914.

Soutenance prévue le mercredi 21 janvier 2015 à 14h

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH Maison de la Recherche, Amphithéâtre Recherche.

Composition du jury :

Mme Marie-Claude GENET-DELACROIX (URCA),  Directrice de thèse

M. Patrick DEMOUY (URCA),  Directeur de thèse

M. Dominique POULOT (Université Paris-Panthéon), Rapporteur

Mme Fabienne CHEVALLIER (Université Rennes 2),  Rapporteur

M. Hendrik ZIEGLER (URCA), Examinateur

Mme Iliana KASARSKA (Université Paris Sorbonne), Examinateur

Mme Christine LANCESTREMERE (Musée des Monuments français), Invitée

 

Résumé

 

Dans une démarche scientifique liant la tradition et l’innovation, cette recherche s’inscrit dans la continuité historique, tout d’abord celle de l’histoire culturelle, du patrimoine, initiée par les premiers travaux portant sur les politiques patrimoniales et les administrations responsables: le Conseil supérieur des Beaux-arts et la thèse de Marie-Claude Genet-Delacroix, l’institution des musées et la patrimonialisation étudiées par Dominique Poulot, puis dans la continuité de l’histoire générale de la restauration, avec les travaux de Jean-Michel Léniaud portant sur le service des Edifices diocésains et des cathédrales, et l’ouvrage de Françoise Bercé traitant des Monuments historiques; et l’innovation en abordant dans ces travaux la question de la restauration à l’œuvre dans une étude comparée des trois chantiers des cathédrales gothiques Notre-Dame de Reims, Notre-Dame de Laon et Notre-Dame de Paris de 1789 à 1914. Au carrefour entre de l’histoire religieuse, de l’histoire de l’art et de l’histoire politique, cette thèse porte sur la restauration monumentale en tant que concept politique, administratif, technique et esthétique, appliqué à tous les monuments anciens, dont les cathédrales gothiques : mais du concept à sa réalisation concrète s’interposent nombre d’actions, de professionnels (maîtres d’œuvres et maîtres d’ouvrages) et interviennent nombre d’obstacles et de facteurs qui en diversifient l’application et la mise en œuvre. Cette étude est une analyse comparée des conditions, des programmes, des modalités et des techniques déployés au XIXe siècle dans les chantiers de ces trois cathédrales.