Archives de catégorie : Vie du CERHIC

D. DIAZ, INVITEE DE « CONCORDANCE DES TEMPS » (FRANCE CULTURE)

Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC, a participé le 27 décembre dernier à l’émission « Concordance des temps » de Jean-Noël Jeanneney sur France culture.

Pour écouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emission-concordance-des-temps-la-france-terre-d-asile-fragile-generosite-2014-12-27

 

 Présentation de l’émission :

Le Parlement a été, ce mois-ci, saisi d’une loi concernant la réforme du droit d’asile. Voilà une question qui touche au cœur même des principes républicains, depuis que la Constitution révolutionnaire du 27 juin 1793 a stipulé, dans son article 120, que le peuple français doit, je cite, « donner asile aux étrangers bannis de leur patrie pour la cause de la liberté » et qu’il « le refuse aux tyrans ». Ce devoir auto-proclamé a été réaffirmé dans le préambule de la Constitution de 1946 qui est toujours en vigueur. Même si les chiffres nous disent que le droit d’asile – entendez d’asile politique – ne concerne qu’environ 5% de la population immigrée, on mesure sans peine l’importance essentielle du débat qui est repris aujourd’hui. Importance essentielle à la fois pour tous ceux qui sont concernés, cela va sans dire, et dont le nombre aurait augmenté de 35 000 en 2007 à près de 70 000 en 2013, mais aussi, en termes symboliques, pour l’image de la France dans le monde et l’idée qu’elle peut se faire d’elle-même.

Le projet de loi présentée par le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve s’attache à réduire le processus d’examen des demandes, à faire mieux accueillir tous les demandeurs, et enfin (ce point est d’ailleurs contesté par plusieurs syndicats de la magistrature) à renforcer les droits des personnes concernées.

Le XIXe siècle, dans sa première moitié, depuis la Révolution jusqu’au Second Empire, différait du nôtre de bien des façons quant aux tumultes de la planète et à la circulation  des hommes. Oui, et pourtant on constate sans trop de surprises que s’y posaient déjà bien des questions politiques et morales que peut susciter le droit d’asile aujourd’hui. Mon invitée, Delphine Diaz, maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, s’est attachée à cette période et ses travaux donnent à réfléchir sur l’exercice souvent incertain de cette fragile générosité.

Jean-Noël Jeanneney

 

Programmation sonore :

– Chanson « L’exilé » de Bernard LAVILLIERS.

– René CASSIN, à l’occasion du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme, dans « Heure de culture française », le 5 février 1949.

– Entretien de Louis GUILLOUX avec Patrice GUALBEAU, le 1er juillet 1977.

– Lecture d’une lettre du poète polonais Adam MICKIEWICZ adressée à MICHELET et QUINET, lue par Henri POIRIER dans « Les Matins de France Culture », le 26 avril 1990.

– Texte de l’écrivain allemand Heinrich HEINE, lu dans « Les Chemins de la connaissance » sur France Culture, le 27 mai 1981.

I. Heullant-Donat, invitée de « la Fabrique de l’Histoire » (France culture)

index

Isabelle Heullant-Donat, professeur d’histoire médiévale et directrice du CERHiC, intervient aujourd’hui à la Table ronde fiction de l’émission « la Fabrique de l’Histoire » sur France culture. 

Pour écouter l’émission:

https://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-table-ronde-fiction-janvier-2015-2015-01-09

 

Soutenance de Caroline Dujon-Attali

AVIS DE SOUTENANCE

de

Caroline DUJON-ATTALI BEN MAYER

 

Soutiendra publiquement ses travaux de thèse intitulés

Notre-Dame de Reims, de Laon et de Paris. Etude comparée de la restauration de l’architecture et de la statuaire de 1789 à 1914.

Soutenance prévue le mercredi 21 janvier 2015 à 14h

Lieu : Université de Reims Champagne-Ardenne, UFR LSH Maison de la Recherche, Amphithéâtre Recherche.

Composition du jury :

Mme Marie-Claude GENET-DELACROIX (URCA),  Directrice de thèse

M. Patrick DEMOUY (URCA),  Directeur de thèse

M. Dominique POULOT (Université Paris-Panthéon), Rapporteur

Mme Fabienne CHEVALLIER (Université Rennes 2),  Rapporteur

M. Hendrik ZIEGLER (URCA), Examinateur

Mme Iliana KASARSKA (Université Paris Sorbonne), Examinateur

Mme Christine LANCESTREMERE (Musée des Monuments français), Invitée

 

Résumé

 

Dans une démarche scientifique liant la tradition et l’innovation, cette recherche s’inscrit dans la continuité historique, tout d’abord celle de l’histoire culturelle, du patrimoine, initiée par les premiers travaux portant sur les politiques patrimoniales et les administrations responsables: le Conseil supérieur des Beaux-arts et la thèse de Marie-Claude Genet-Delacroix, l’institution des musées et la patrimonialisation étudiées par Dominique Poulot, puis dans la continuité de l’histoire générale de la restauration, avec les travaux de Jean-Michel Léniaud portant sur le service des Edifices diocésains et des cathédrales, et l’ouvrage de Françoise Bercé traitant des Monuments historiques; et l’innovation en abordant dans ces travaux la question de la restauration à l’œuvre dans une étude comparée des trois chantiers des cathédrales gothiques Notre-Dame de Reims, Notre-Dame de Laon et Notre-Dame de Paris de 1789 à 1914. Au carrefour entre de l’histoire religieuse, de l’histoire de l’art et de l’histoire politique, cette thèse porte sur la restauration monumentale en tant que concept politique, administratif, technique et esthétique, appliqué à tous les monuments anciens, dont les cathédrales gothiques : mais du concept à sa réalisation concrète s’interposent nombre d’actions, de professionnels (maîtres d’œuvres et maîtres d’ouvrages) et interviennent nombre d’obstacles et de facteurs qui en diversifient l’application et la mise en œuvre. Cette étude est une analyse comparée des conditions, des programmes, des modalités et des techniques déployés au XIXe siècle dans les chantiers de ces trois cathédrales.

 

P. Demouy – Reims, une métropole dans l’histoire – France 3

Patrick Demouy, professeur en histoire médiévale à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne et directeur-adjoint du CERHiC, a présenté lors du journal de midi de France 3 Champagne-Ardenne du 8 décembre 2014 le livre collectif Reims, une métropole dans l’histoire.

Pour voir et entendre cette interview, nous vous invitons à consulter la vidéo accessible grâce au lien ci-dessous, à partir de la minute 10’09 :

http://france3-regions.francetvinfo.fr/champagne-ardenne/emissions/jt-1213-champagne-ardenne

 

 

D. Diaz, invitée de « La Fabrique de l’Histoire » (France culture) et de « Licences politiques » (Fréquence protestante)

48804

Le 15 novembre 2014, Delphine Diaz, maître de conférences en histoire contemporaine et membre du CERHiC, était l’invitée de l’émission de Fréquence protestante “Licences politiques”. Le 17 novembre, elle participait aussi à l’émission de France culture « La Fabrique de l’Histoire ». Elle y évoque son nouveau livre: Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle (Armand Colin, 2014).

Pour écouter les émissions :

http://www.frequenceprotestante.com/index.php?id=51&user_radio_pi1[animator]=369

https://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire-handicap-14-2014-11-17

Résidence de l’ensemble Faenza

 

La résidence de l’ensemble Faenza à l’UFR Lettres et Sciences Humaines est une expérience pilote en France. Elle lie la création, l’enseignement supérieur et la recherche en collaboration avec les institutions culturelles champardennaises.

Elle repose sur la notion de patrimoine culturel : il s’agit de faire comprendre et apprécier le contexte culturel des XVIIe et XVIIIe siècles aux étudiants et de donner à réfléchir sur les modes de transmission de ce patrimoine aujourd’hui. Elle comprend un ensemble de cours et d’atelier assurés conjointement par des enseignants de l’URCA et par les membres de l’ensemble Faenza, chaque semestre de formation étant couronné par une série de concerts (entrée gratuite, réservation obligatoire).

Responsables du projet : Céline Bohnert (CRIMEL-EA3311),  Bertrand Porot et Aurélien Girard(CERHiC-EA2616) .

 

L’ensemble Faenza

Faenza a développé une démarche artistique qui privilégie les formes légères au sein desquelles il redéfinit les conditions de transmission de musiques conçues pour l’intimité (Le Salon de Musique, Le Bel Air, Le Jeu des Amants) et le spectacle musical (Les Voyages de Bellerofonte, Les Musiques de l’Astrée, La Semaine Mystique). L’ensemble n’en est pas moins à l’aise dans le cadre du concert « traditionnel » (Le Jardin de Giulio Caccini, Il Mazzetto di Fiori, Amorosa Fenice, La Conversation). Après avoir enregistré trois CDs chez Alpha, Faenza sort chez agOgique Amorosa Fenice, un enregistrement consacré à la redécouverte de l’œuvre de Giulio San Pietro de’ Negri. Faenza est en résidence départementale dans les Ardennes et à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. L’ensemble est conventionné par la DRAC Champagne-Ardenne et soutenu par la Région Champagne-Ardenne.

www.faenza.fr

 

Les concerts

Quatre concerts seront donnés à destination des étudiants, avec une ouverture au public dans la limite des places disponibles et sur inscription obligatoire par courriel (res-faenza@univ-reims.fr) ou sur le portail de réservation « Le Jeu des Amants ».

  • 1er décembre : Galerie de peinture du Musée Saint-Loup (3 rue de la mission – Troyes)
  • 3 décembre : Salon de musique de la Villa Douce (9 boulevard de la Paix – Reims)
  • 4 et 5 décembre : BU Robert de Sorbon (Avenue François Mauriac – Reims)
  • 24 février : Auditorium du Musée d’art moderne (14 place Saint-Pierre – Troyes)

 

Atelier “lire un texte ancien”

5 décembre 2014 de 13h à 15h

Cet atelier sera une introduction ludique au spectacle : Marco Horvat proposera aux participants différentes façons de goûter, lire, dire, manipuler les textes du XVIIe siècle.

Nombre de places limité. Inscription par courriel : res-faenza@univ-reims.fr

L’atelier aura lieu Campus Croix Rouge, bâtiment 17, salle 17.026.

 

TÉLÉCHARGEMENTS :

 

Impression

J. Beurier, invitée de « Sur les docks » (France Culture)

Le 12 novembre 2014, Joëlle Beurier, membre du CERHiC, était l’invitée de l’émission de France Culture « Sur les docks », sur le thème « La Grande Guerre en images ».

Pour écouter l’émission :

https://www.franceculture.fr/emission-sur-les-docks-la-grande-guerre-en-images-2014-11-12

IMG_8038

Présentation de l’émission « La Grande Guerre en images »

 

Eté 1914 : interdits par la censure d’accéder au front, les journaux n’ont rien à se mettre sous la dent. Or l’opinion a soif d’images, elle veut voir à quoi ressemble cette guerre moderne. Un hebdomadaire, Le Miroir a l’idée de lancer un concours des meilleures photographies de guerre, avec récompenses à la clé. Du front affluent les premières photos…

Certains des soldats mobilisés ont en effet pris soin de glisser dans leur paquetage un des derniers-nés des usines Kodak, le Vestpocket, léger et maniable. Malgré l’interdiction, ils témoignent des réalités du conflit, ils dénoncent, ils se racontent, ils trompent l’attente, et gagnent un peu d’argent. Leurs images, ainsi que celles rapportées en même temps par les premières cameras, bousculent les représentations traditionnelles de la guerre. Que racontent ces photos et ces films ? Qui sont ceux qui les firent ?

 

Avec :

Les historiens : Joëlle Beurier, Thierry Gervais, Laurent Veray (pour le cinéma), Luce Lebart (Société Française de Photographie), Anthony Petiteau, (historien au Musée de l’Armée et co-commissaire (Avec Sylvie Leray Burimi) de l’exposition Vu du Front : représenter à la guerre)

Et des membres de l’Association des peintres de l’armée de terre.

Lectures par Thierry Beauchamp des lettres d’Henri Barbusse à sa femme, et d’autres correspondances de photographes combattants.

Archive filmée d’un ancien opérateur du front (collection musée Albert Kahn)

Remerciement à la bibliothèque Carnegie de Reims pour leur accueil.

 

Reportage sur la « cathédrale suppliciée », 20 h de France 2

Dans son journal télévisé de 20 heures, ce jeudi 6 novembre 2014, France 2 a diffusé un reportage de plus de trois minutes sur le pilonnage de la cathédrale de Reims par les Allemands, le 19 septembre 1914. Ce jour-là, ce sont pas moins de 25 obus qui s’abattent sur l’édifice et mettent le feu à un échafaudage de bois, autour de la tour nord. La cathédrale brûle toute la nuit, faisant fondre le toit de tuiles de plomb. Le bâtiment en garde encore aujourd’hui les séquelles.

Patrick Demouy, professeur d’histoire médiévale à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et directeur adjoint du CERHIC, a eu l’occasion de s’exprimer au cours de ce reportage sur la « cathédrale suppliciée » :