Archives de catégorie : Journées d’études

Présentation du dossier « chrétiens orientaux » des ASSR

Nous avons le plaisir d’annoncer deux événements organisés par la revue Archives de sciences sociales des religions autour de ses numéros 170 et 171 (parution le 8 octobre 2015).  Aurélien Girard, maître de conférences en histoire moderne à l’URCA et membre du CERHiC, y participera :

– Le samedi 10 octobre aux Rendez-vous de l’Histoire, à Blois, aura lieu à 16 heures la table ronde intitulée « Chrétiens au Proche-Orient » . A l’heure où les crises du Proche-Orient mettent les chrétiens au centre de l’actualité, les sciences sociales proposent de nouvelles approches, attentives à l’inscription des communautés dans leur contexte. Elles montrent que les chrétiens ne sont pas seulement des victimes, mais des acteurs impliqués dans les évolutions de leurs sociétés.

Avec : Emma Aubin-Boltanski (CNRS, rédactrice en chef de la revue), Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Christophe Ploquin (La Croix), Alberto Fabio Ambrosio.

Pour en savoir plus : http://www.rdv-histoire.com/edition-2015-les-empires/chretiens-au-proche-orient

– le dimanche 11 octobre au Salon de la Revue, aux Blancs-Manteaux, à Paris, la table ronde de 18 h :

« Chrétiens et Églises en dictature. Du Proche-Orient aujourd’hui au Cône sud américain hier » 

Avec : Pierre Antoine Fabre (EHESS, directeur de la revue) Aurélien Girard (Université de Reims Champagne-Ardenne), Bernard Heyberger (EHESS), Jean-Louis Schlegel (Esprit), Sébastien Tank (CNRS).

Pour plus d’informations :

1507_0229_Pub_EHESS_ASSR_N_171_FT_FINI_Q

Journée d’étude CIRLEP – Ecrire l’histoire, reconstruction, récit, fiction ?

Christian Roques, membre du CIRLEP, organise le 26 mars 2015 la journée d’étude « Ecrire l’histoire, reconstruction, récit, fiction ? », à laquelle participe plusieurs membres du CERHiC.

ANNONCE

Les questions de méthodologie sont souvent considérées comme arides et ne suscitent que rarement l’enthousiasme, mais elles sont un élément sine qua non de la recherche scientifique et le manque de conscience méthodologique est une tare pour toute science. Pour la recherche historique, l’interrogation méthodologique est par essence interdisciplinaire et doit porter aussi bien sur les objets d’étude et les modalités de leur construction que sur la nature linguistique des outils mobilisés pour les aborder et les disséquer. Depuis le linguistic turn, les réflexions post-modernes sur le statut de la parole historienne et les analyses de Foucault sur l’« ordre du discours », l’horizon d’une telle interrogation est donc toujours nécessairement le langage et la nature textuelle de la réalité abordée par les sciences historiques.

Autour de la réflexion méthodologique de l’historien du droit Michael Stolleis et en présence de ce dernier, la journée d’étude « Écrire l’histoire. Reconstruction, récit, fiction ? » entreprend d’explorer différentes pistes sur les manières contemporaines d’écrire l’histoire dans une perspective résolument interdisciplinaire (regroupant des spécialistes d’histoire, d’histoire du droit, d’histoire des idées) et internationale (avec un horizon ouvert sur l’Allemagne, la France, la Grèce antique, les États-Unis).

Organisation : Christian E. Roques (CIRLEP-EA 4299)

PROGRAMME

09h00Accueil des participants

09h15 – Ouverture de la journée par M. Jean-François Boulanger, Doyen de l’UFR Lettres et sciences humaines et M. Thomas Nicklas, directeur du CIRLEP.

9h30 – Gérard Raulet (Université Paris – Sorbonne, Paris) : Considérations méthodologiques sur l’histoire des idées

10h25 – Benjamin Pinhas (ENS, Paris) : La science historique au-delà de l’historisme? Le débat autour de l’historisme en République fédérale

11h20 – Pause café

11h30 – Michael Stolleis (Max-Planck-Institut für europäische Rechtsgeschichte, Francfort/Main): Écrire l’histoire du droit: reconstruction, récit, fiction ?

12h30 – Pause déjeuner

14h00 – Ernst Müller (Zentrum für Literatur- und Kulturforschung, Berlin) : Methodische Überlegungen zu einer interdisziplinären Begriffsgeschichte

14h55Tanja Itgenhorst (URCA, CERHiC) : Reconstruire le politique en Grèce archaïque: les enjeux de la poésie

15h50 Pause café

16h05 – Yann Phillipe (URCA, CIRLEP) : Que fait la culture populaire à l’historien et que fait l’historien à la culture populaire ?

INFORMATIONS PRATIQUES

Informations
Secrétariat du CIRLEP – Patricia OUDINET
patricia.oudinet@univ-reims.fr – 03.26.91.36.19

Lieu de la journée d’étude

Université de Reims Champagne-Ardenne
Campus Croix Rouge – Bâtiment 17 – Salle du Conseil
57, rue Pierre Taittinger – Reims
Tram A ou B – Arrêt : “Campus Croix-Rouge”

Journée d’études du CERHiC – Le salut par les oeuvres (XIIe-XXe siècles)

Le salut par les œuvres

Pratiques religieuses et charitables des élites urbaines, XIIe-XXe siècles

 

Affiche_Salut

 

Journée d’études organisée par Bertrand Goujon et Véronique Beaulande-Barraud, CERHiC-EA2616

Reims, UFR LSH, 9 janvier 2015

9h30-17h30

Programme

Inscriptions en ligne :

http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=SALUT_OEUV

 

9 h 30 : Accueil des participants.

9 h 45 :  Introduction (Véronique Beaulande-Barraud et Bertrand Goujon).

10 h 15 : Séverine Niveau : « Le salut par les œuvres : les bienfaiteurs laïcs de l’Aumône Notre-Dame de Chartres au Moyen Âge ».

11 h : Pause café

11 h 30  : Bertrand Marceau : « Le rôle des élites laïques dans le développement des monastères de contemplatifs en ville (XVIe-XVIIIe siècles) ».

Déjeuner

13 h 30 : Nicolas Lyon-Caen, « La charité collective contre l’individuation du salut. Les bonnes oeuvres des jansénistes parisiens au XVIIIe siècle »

14 h 15 : David Tournier : « Salut par les œuvres et cohabitation confessionnelle : de l’initiative charitable individuelle à l’organisation ségrégée du contrôle des âmes (Mulhouse, 1798-1870) ».

15 h : Pause café

15 h 30 : Céline Leglaive : « Donner à tous les Français sans distinction de religion : La philanthropie des élites juives 1870-1914 »

16 h 15 : Yves Tesson : « Entre catholicisme-social et solidarisme : la genèse du modèle social du champagne (1880-1960) »

17 h : Conclusions

 

Pour s’inscrire en ligne à la journée d’études du CERHiC :

 

http://colloques.univ-reims.fr/colloque/inscriptionEtape1.jsp?locale=fr&semId=SALUT_OEUV

Pour télécharger le programme et l’affiche de la journée d’études du 9 janvier 2015 :

 

Affiche_Salut

Prgme_Salut

 

B. Porot – Rameau après Rameau

Journée d’études « Rameau après Rameau »

Master musique et musicologie

 

Université de Reims

Département de musique et musicologie

Direction : Bertrand Porot (Université de Reims-CERHiC)

Lundi 8 décembre 2014

 

Salle : BM 09 salle 1

 

I- Construction du personnage Rameau et de sa renommée

-10h : Jean-Claire Vançon (CFMI d’Orsay, Université Paris Sud-XI) : « Les usages de Rameau en France au XIXe siècle »

-10h45 : Stéphan Etcharry (Université de Reims-CERHIC) : « Présences de Rameau à la Schola Cantorum (1894-1918) »

-11h15 : Thomas Vernet (Fondation Royaumont) : « “Le premier compositeur français qui mérita le nom de maître” : Rameau au regard de Berlioz »

Discussion

 

Déjeuner

 

II- Rameau théoricien et sa postérité

-14h : Véronique Le Ru (Université de Reims-CIRLEP) : « Les relations de d’Alembert à Rameau : la fabrique d’une image de Rameau en représentant de l’esprit de système »

-14h30 : Jean-Marc Chouvel (Université de Reims-IReMus) : « Postérité de la notion de basse fondamentale »

Discussion

 

Pause

 

III- Interprétation et analyse des œuvres de Rameau

-15h30 : Guillaume Jablonka (Université Paris-III, Compagnie Divertimenty) : « Les sources pour la restitution de la danse dans les opéras de Rameau »

-16h00 : Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne-IReMus) : « Analyser Rameau aujourd’hui : l’exemple des ateliers Rameau en 2014 »

Discussion

 

Conclusion

 

Inscription auprès de Geneviève Frey :

genevieve.frey@univ-reims.fr

Argumentaire de la journée

 

Dès l’année de sa mort en 1764, Jean-Philippe Rameau a fait l’objet d’une littérature importante qui concerne sa personne, ses écrits ou sa musique. Le compositeur a donc eu très tôt les honneurs de l’histoire de la musique, et sa pensée a irrigué et influencé un grand nombre de travaux théoriques ou musicologiques. De même, sa musique a eu, avec plus ou moins de fortune, une interprétation quasi continue depuis le XVIIIe siècle.

La journée proposée a donc pour but d’examiner la réception de l’œuvre du compositeur après sa mort – musique et théorie. Elle examinera en particulier de quelle manière s’est construit un personnage illustre de l’histoire de la musique française, sorte de « gloire » nationale. De même pourront être envisagés les différents avatars de sa pensée théorique aussi bien sur le plan esthétique, musical que pédagogique. Enfin l’interprétation même de sa musique et sa réception depuis le XVIIIe siècle, feront également partie des réflexions à mener dans la journée.