Archives de catégorie : Journées d’études

Journée d’études « Quand la musique fait son cinéma… », 05/12

Le département de musique et de musicologie de l’URCA, organise, avec le soutien du CERHiC, une journée d’études intitulée

« Quand la musique fait son cinéma… »

Le lundi 5 décembre 2016, de 9h30 à 17h

Amphi Recherche (Campus Croix-Rouge, bâtiment Recherche, face au bât. 17)

La journée d’études organisée par le département de musique et musicologie de l’université de Reims Champagne-Ardenne souhaite se concentrer cette année sur les musiques qui ne sont pas des musiques de films à proprement parler mais qui sont empruntées et réutilisées au cinéma, quel que soit d’ailleurs le répertoire auquel elles appartiennent originellement (musiques savantes anciennes ou contemporaines, jazz, rock, musiques populaires, urbaines, extra-européennes, etc.). Si le champ des études portant sur les musiques de films a tendance à s’élargir depuis une quinzaine d’années, se focalisant entre autres sur les « binômes » compositeur-réalisateur, il s’avère néanmoins que les rapports unissant images et musiques « préexistantes » restent peu explorés par les travaux universitaires qui ont généralement délaissé ce champ d’investigation –qu’il soit envisagé du côté des études filmiques ou de celui de la musicologie. Or, pourrait-on imaginer, par exemple, de visionner Mort à Venise de Visconti sans entendre le lancinant « Adagietto » de la 5e Symphonie de Mahler en toile de fond, Manhattan de Woody Allen sans le trille suivi de l’envolée de la clarinette ouvrant la Rhapsody in Blue de Gershwin, ou encore Barry Lyndon de Stanley Kubrick sans les puissants retours de la Sarabande de Haendel, tant ces œuvres cinématographiques sont devenues inséparables de ces musiques qui, loin d’être reléguées au second plan, font désormais partie intégrante de l’objet artistique produit ?

Ainsi, on tentera de mieux cerner le statut et la fonction de ces musiques « préexistantes » : création d’atmosphères, toile de fond ou décor sonore, évocation historique ou d’une aire géographique particulière, mise en évidence d’un caractère épique, marquage sociologique ou culturel, fonction dramaturgique assumée permettant de souligner, en la contrepointant, l’action filmique proprement dite. Plaçant parfois la musique à l’origine de leur inspiration cinématographique, certains réalisateurs conçoivent même leur film ou dessin animé comme une véritable « mise en image » de la trame narrative implicitement ou explicitement suggérée par cette musique empruntée : il suffit de penser par exemple à l’épisode célèbre de Fantasia où Disney vient en quelque sorte « donner à voir » (Éluard) le contenu narratif implicite du poème symphonique L’ Apprenti sorcier du compositeur Paul Dukas. On s’interrogera notamment sur les choix musicaux qui ont Été faits par le réalisateur, le directeur musical et/ou le compositeur de la musique originale – en concertation ou non –, sur la façon dont s’articulent et s’organisent les extraits retenus, sur les éventuels arrangements, instrumentations et réorchestrations proposés pour adapter l’emprunt original à certaines spécificités esthétiques ou historiques du film mais aussi à des contraintes économiques, sur le rapport de ces musiques à l’image, sur les liens qu’elles tissent avec le scénario, sur le dialogue qu’elles instaurent avec les autres sons et les bruits, avec d’autres musiques empruntées (évoquant des esthétiques et des temporalités proches ou, au contraire, radicalement différentes) ou avec celles originellement composées pour l’image au sein d’un même objet filmique.

Programme de la journée :

9h30 Accueil

9h45 Introduction

10h-10h30
• Florian GUILLOUX (Université Paris-Sorbonne, IReMus) : « Once upon a music adapter : un aperçu du travail de George Bruns dans Sleeping Beauty (1959) des studios Disney »

10h30-11h00
• Stéphan ETCHARRY (URCA) : « Britten et le monde de l’enfance au prisme de Moonrise Kingdom (2012) de Wes Anderson »

11h00-11h30 Échanges/Discussion et pause musicale

11h30-12h00
• Thierry GRANDEMANGE (URCA) : « Jeanne d’Arc et la vraisemblance musicale au cinéma : Jeanne la pucelle de Jacques Rivette (1993) et Jeanne captive de Philippe Ramos (2011) »

Déjeuner

14h00-14h30
• Bertrand POROT (URCA) : « Tous les matins du monde : la leçon de musique baroque d’Alain Corneau (1991) »

14h30-15h Échanges/Discussion et pause

15h-15h30
• Jérôme ROSSI (Université de Nantes) : « Poétique de la musique répétitive au cinéma : le recours aux œuvres de John Adams dans Io sono l’Amore (2009) de Luca Guadagnino »

15h30-16h
• Pierre RIGAUDIERE (URCA) : « Stanley Kubrick et György Ligeti : une gueule d’Atmosphères »

16h-16h30 Échanges/Discussion et conclusion de la journée

Contact : stephan.etcharry@univ-reims.fr

 

Le tournant spatial à l’épreuve des arts – 29 septembre 2016

« Le tournant spatial à l’épreuve des SHS (3) : le tournant spatial des arts »

Université de Reims Champagne-Ardenne, jeudi 29 septembre 2016

Cette journée d’étude est co‐organisée par les laboratoires Habiter (EA 2076) et CERHiC (EA 2616) avec le soutien de la Fédération de recherche Gaston‐Bachelard de l’Université de Reims Champagne‐Ardenne.

Cette troisième journée du cycle « Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales » se tourne vers les disciplines artistiques et littéraires pour aborder la manière dont la spatialité et sa prise en considération travaillent la créativité contemporaine et son analyse. Sur le même principe que celui qui a servi de fil directeur aux précédentes journées consacrées, pour la première, aux recherches en histoire et en géographie, et, pour la seconde, à celles conduites en urbanisme et en architecture, cette journée interrogera d’une part, le sens donné éventuellement à l’expression « tournant spatial » dans la discipline représentée, avant de travailler à un niveau plus personnel la prise en considération des faits de spatialité dans les travaux conduits par le/la chercheur.e, les effets de cette prise en charge sur les apports métathéoriques, théoriques et méthodologiques, et sur les orientations interdisciplinaires, qui sont les siens. Chacun.e des intervenants appuiera ses réflexions sur la présentation d’un cas d’étude.

9 h 30 : Anne Volvey, introduction de la journée d’étude

10 h à 12 h : Jörg Dünne, Professeur de littérature romane, Universität Erfurt : « Pour une littérature géographe ».

Discussion animée par Olivier Lazzarotti

Pause déjeuner

13 h 30 à 15 h 30 : Julie Perrin, MCF en danse, Université de Paris 8, MUSIDANSE (EA 1572) : « Perspectives spatiales pour la recherche en danse ».

Discussion animée par Yann Calbérac

15 h 30 à 17 h 30 : Eric Valette, Professeur en arts plastiques, Université de Picardie Jules-Verne, CRAE (EA 4291), artiste : « Détour anthropologique – un terrain et du brouillard »

Discussion animée par Anne Volvey

Comité scientifique et d’organisation

Yann Calbérac, MCF, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Isabelle Heullant‐Donat, PU, histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC Olivier Lazzarotti, PU, géographie, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde

Sandra Mallet, MCF, aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Reims Champagne‐Ardenne, EA 2076 Habiter

Diane Roussel, MCF, histoire moderne, Université de Reims Champagne‐Ardenne, EA 2616 CERHiC Anne Volvey, PU, géographie, Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

Informations pratiques

La journée aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, dans la salle R418 du bâtiment Recherche (bâtiment 13, 2e étage – 4e niveau).

Plan du campus Croix-Rouge : http://www.univ-reims.fr/acces‐aux‐campus,22,19044.html

Accès depuis la gare Reims Centre : tram A ou B direction « Hopital Debré » ou « Champagne TGV ». Arrêt « Croix‐Rouge »

Accès depuis la gare Champagne-Ardenne TGV : tram B direction « Neuchatel ». Arrêt « Croix-Rouge ».

Le public de la journée pourra déjeuner au restaurant universitaire du campus ou dans le quartier.

Contact : yann.calberac@univ-reims.fr

Le sacre de Louis le Pieux à Reims en 816

Le sacre de Louis le Pieux à Reims en 816

samedi 8 octobre 2016, Reims

louis_le_pieux
14h-17h30, Palais du Tau :

Janet Nelson (King’s College, Londres): « Le sacre de Louis le Pieux à Reims et la bénédiction de sa femme Ermengarde »
Mayke de Jong (Université d’Utrecht): « Louis le Pieux empereur »

Annette Grabowsky (Université de Tübingen): « Le pape et l’empereur: le sacre de Louis le Pieux en 816 vu de Rome »

Jean-François Goudesenne (CNRS-IRHT) : présentation des pièces interprétées lors de l’audition

18h30, cathédrale de Reims :
audition de chant grégorien, sous la direction de Damien Poisblaud.

Chantres du Thoronet, Chœur grégorien de Champagne-Ardenne et Jeune Maîtrise de la cathédrale.

Manifestation organisée par l’Université Reims Champagne Ardenne, le Centre des Monuments nationaux et la Société des Amis de la Cathédrale de Reims, avec le soutien de l’Institut Universitaire de France.

Le tournant spatial des recherches urbaines

« Le tournant spatial à l’épreuve des SHS (2) : le tournant spatial des recherches urbaines »

Université de Reims Champagne-Ardenne, jeudi 17 mars 2016

Formerly_Piero_della_Francesca_-_Ideal_City_-_Galleria_Nazionale_delle_Marche_Urbino_2

Cette journée d’étude est co-organisée par les laboratoires Habiter (EA 2076) et CERHiC (EA 2616) avec le soutien de la Fédération de recherche Gaston-Bachelard de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Ce cycle de cinq journées d’étude (2015 à 2017) interroge l’émergence de l’espace comme objet, approche ou méthode des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que les recompositions qu’entraîne ce tournant spatial dans le champ des SHS. Cette journée est consacrée à la place de la question spatiale dans le champ des recherches consacrées à la ville et à l’urbain, qui connaissent un essor considérable depuis une cinquantaine d’années.

 

9 h 30 : Sandra Mallet, introduction de la journée d’étude

10 h à 12 h : Alain Bourdin, Professeur émérite, Ecole d’Urbanisme de Paris, EA 3482 Lab’Urba, directeur de la Revue Internationale d’urbanisme : « Tournant spatial, crise des théories de l’espace et mutation des spatialités : de la sociologie aux pratiques de l’urbanisme »

Discussion animée par Diane Roussel

 

Pause déjeuner

 

13 h 30 à 15 h 30 : Chris Younès, Professeure émérite à l’ENSA Paris-la Villette et professeure à l’Ecole Spéciale d’Architecture (Paris), Laboratoire GERPHAU UMR LAVUE : « Entre expériences spatio-temporelles et récits »

Discussion animée par Olivier Lazzarotti

15 h 30 à 17 h 30 : Laurent Devisme, Professeur à l’ENSA de Nantes, UMR 1563 Ambiances Architectures Urbanités – CRENAU : « Trois manifestations de la dimension spatiale dans l’enquête : la localité, le dossier spatial et l’expressivité urbaine »

Discussion animée par Yann Calbérac

 

Comité scientifique et d’organisation

Yann Calbérac, MCF, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Isabelle Heullant-Donat, PU, histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Olivier Lazzarotti, PU, géographie, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde

Sandra Mallet, MCF, aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Diane Roussel, MCF, histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Anne Volvey, PU, géographie, Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

 

Informations pratiques

La journée aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, dans la salle polyvalente (au RDC inférieur, à côté de l’amphithéâtre) du bâtiment Recherche (bâtiment 13).

Plan du campus Croix-Rouge : http://www.univ-reims.fr/acces-aux-campus,22,19044.html?

Accès depuis la gare Reims Centre : tram A ou B direction « Hopital Debré » ou « Champagne TGV ». Arrêt « Croix-Rouge »

Accès depuis la gare Champagne-Ardenne TGV : tram B direction « Neuchatel ». Arrêt « Croix-Rouge ».

Le public de la journée pourra déjeuner au restaurant universitaire du campus.

Contact : yann.calberac@univ-reims.fr

Mythes et guerres en Europe contemporaine

Mythes et guerres en Europe contemporaine

 P_Buton_JE_Mythes

10 mars 2016, Reims, 9h30

Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon (Campus Croix-Rouge). Salle de réunion. 

 

Journée d’étude organisée par le Cerhic (Centre d’études et de recherche en histoire culturelle) de l’Université de Reims, Sciences-Po Lille et le LabEx EHNE (Ecrire une histoire nouvelle de l’Europe) de l’Université Panthéon-Sorbonne

Le temps de la guerre est celui de l’incertitude, durant lequel les modes d’appréhension ordinaires du monde ont tendance à s’effondrer, aboutissant à des redéfinitions parfois rapides des cadres d’existence. Dans ce contexte se développe la circulation d’idées fausses, de croyances et de rumeurs, analysées dès 1921 par March Bloch pour la Première Guerre mondiale. Or certaines de ces « fausses nouvelles » s’installent durablement, organisant les représentations collectives et redonnant du sens, peut-être des repères, pour affronter le contexte d’incertitude. En ce sens, elles sont créatrices de mythologies dans l’acception retenue par Roland Barthes : « le mythe ne cache rien : sa fonction est de déformer, non de faire disparaître ».

            Ce projet de recherche vise à approfondir la dimension mythique de l’expérience guerrière en Europe contemporaine. Mais le terme de mythe est largement polysémique. Issu de la tradition antique, il renvoie parfois à la naissance, largement reconstruite, d’une réalité fondatrice d’une identité collective. Dépassant ce lointain usage, il recouvre souvent la description des innombrables mensonges dont les propagandes nationalistes firent un large usage au cours des derniers siècles, et que les historiens se sont efforcés de déconstruire. Mais le mythe peut recouvrer une troisième dimension, désignant un complexe d’images mettant le peuple en tension puis en mouvement. Le cœur de notre projet renvoie ainsi à l’analyse fonctionnaliste et sociale des « discours mythiques » concernant la guerre.

Programme

Philippe Buton (Professeur d’Histoire contemporaine à l’Université de Reims), Clémentine Vidal-Naquet (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne): « Hypothèses initiales »

Le champ historique

Tanja Itgenshorst, Professeure d’Histoire ancienne à l’Université de Reims : « Repenser Jean-Pierre Vernant : Mythe et politique en Grèce archaïque et classique »

Franck Collard (Professeur d’Histoire médiévale à l’Université de Paris-X) : « Jeanne d’Arc appartient-elle à la mythographie de la ‘’Grant monarchie de France’’ vers 1500 ? »

Nicolas Le Roux (Professeur d’Histoire moderne à l’Université de Paris-XIII) : « L’imaginaire chevaleresque et ses avatars »

Le champ des sciences sociales

Elinor Kelif, (Post-doctorante au LabEx EHNE de l’Université Panthéon-Sorbonne) : « Le mythe de l’âge d’or à la Renaissance

Yves Bizeul, Professeur en Sciences politiques à l’Institut für Politik- und Verwaltungswissenschaften (Université de Rostock, RFA) : « Réflexions sur le mythe politique »

Michel Hastings, Professeur de science politique à l’IEP-Lille) : « Mythe et imaginaire politique. Leçons d’anthropologie politique »

Intégrer & Exclure – Journées de l’Université

Journées de l’Université

jan_hus_koncil_kostnice

jeudi 10 mars 2016

Organisées par les départements d’Histoire et de Géographie

de l’Université Reims Champagne-Ardenne,

en collaboration avec le rectorat de l’Académie de Reims

Matinée : Amphi Recherche (bâtiment 13)

09h20 : Accueil des participants

09h30

Frédéric Piantoni (URCA, – UMR 196 CEPED), « Intégrer et exclure : les politiques migratoires françaises » (titre provisoire)

10h30

Delphine Diaz (URCA, CERHiC EA 2616), « Intégrer et exclure les étrangers en France, 1814-1851 »

Pause à 11h30

11h45

Hervé Vieillard-Baron (Paris Ouest-Nanterre, Mosaïques, UMR Lavue 7218, Professeur émérite), « Les agglomérations urbaines au cœur des processus d’intégration et d’exclusion ? »

Pause déjeuner 12h45

Après-midi : Amphi 4

14h30

Diane Roussel (URCA, CERHiC EA 2616), « De la rumeur à la potence : pratiques sociales et judiciaires de l’exclusion à l’époque moderne »

15h30

Clotilde Bonfiglioli (URCA, HABITER EA 2076), « S’intégrer en tant que francophone dans la périphérie flamande de Bruxelles-Capitale »

Pause à 16h30

16h45

Véronique Beaulande (URCA, CERHiC EA 2616), « Excommunier et bannir au Moyen Âge : sens et portée des procédures d’exclusion au Moyen Âge ».

Campus Croix Rouge

UFR Lettres, Sciences Humaines

57 rue Pierre Taittinger

51096 Reims Cedex

Tél: 03 26 91 37 28

Tram A ou B, bus 11 ou 13 :  : arrêt «Croix-Rouge»

Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales

« Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales (1) : entrées en matières »

Université de Reims Champagne-Ardenne, lundi 30 novembre 2015

map-jerusalem

Cette journée d’étude est co-organisée par les laboratoires Habiter (EA 2076) et CERHiC (EA 2616) avec le soutien de la Fédération de recherche Gaston-Bachelard de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

Ce cycle de cinq journées d’étude (2015 à 2017) interroge l’émergence de l’espace comme objet, approche ou méthode des différentes disciplines des sciences humaines et sociales, ainsi que les recompositions qu’entraîne ce tournant spatial dans le champ des SHS.

9 h 30 à 10 h : ouverture de la journée

Isabelle Heullant-Donat : ouverture du cycle « Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales »

Yann Calbérac : introduction de la première journée d’étude intitulée « Entrée en matières »

10 h à 12 h : Romain Bertrand, historien, directeur de recherche à la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

Discussion animée par Diane Roussel.

14 h à 16 h : Jacques Lévy, géographe, professeur à l’Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne, directeur du laboratoire Chôros.

Discussion animée par Olivier Lazzarotti

 

Comité scientifique et d’organisation

Yann Calbérac, MCF, géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Isabelle Heullant-Donat, PU, histoire médiévale, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Olivier Lazzarotti, PU, géographie, Université de Picardie Jules Verne, EA 4287 Habiter le Monde

Sandra Mallet, MCF, aménagement de l’espace et urbanisme, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2076 Habiter

Diane Roussel, MCF, histoire moderne, Université de Reims Champagne-Ardenne, EA 2616 CERHiC

Anne Volvey, PU, géographie, Université d’Artois, EA 2468 Discontinuités

 

Informations pratiques

La journée aura lieu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, dans le bâtiment 17, en salle du conseil de l’UFR.

Plan du campus : http://www.univ-reims.fr/acces-aux-campus,22,19044.html?

Accès depuis la gare Reims Centre : tram A ou B direction « Hopital Debré » ou « Champagne TGV ». Arrêt « Croix-Rouge »

Accès depuis la gare Champagne-Ardenne TGV : tram B direction « Neuchâtel ». Arrêt « Croix-Rouge »

Le public de la journée pourra déjeuner au restaurant universitaire du campus.

Contact : yann.calberac@univ-reims.fr

B. Porot – Journée d’études musicologie

Jacquet de La Guerre

Journée d’études « Elles, compositrices »

Université de Reims

En hommage à Élisabeth-Claude Jacquet de La Guerre

(350e anniversaire de sa naissance : 1665-1729)

Département musique et musicologie-CERHIC

Coordination : Bertrand Porot

Programme à télécharger :

Affiche JE 30 nov

 

            Camille Saint-Saëns écrivait, en 1881, à propos des mélodies de Clémence de Grandval : « Elles seraient certainement célèbres si leur auteur n’avait le tort, irrémédiable auprès de bien des gens, d’être femme ». Il résume, certes de manière lapidaire, la situation qui est faite aux compositrices à bien des époques de l’histoire de la musique. Il est certain que les grandes difficultés d’accès pour les femmes à certains métiers musicaux, en particulier ceux qui touchent à la création, ont été et sont toujours représentatives de rapports de pouvoir largement fondés sur l’inégalité des sexes. La journée proposée veut donc s’attacher à éclairer le statut, le rôle musical et social des compositrices. Elle n’a pas forcément pour objectif de se centrer sur une déconstruction, bien qu’elle soit encore utile, des discours de genre réduisant les compositrices à des parentes pauvres de l’histoire de la musique, sorte d’éternelles amatrices indignes de figurer aux côtés des véritables artistes hommes, formant le mainstream de l’histoire de la musique. Le cas d’Élisabeth Jacquet de La Guerre, à qui nous rendons hommage cette année pour les 350 ans de sa naissance, montre au contraire un cas de réussite artistique sous l’Ancien Régime.

            Toutefois, il est à souligner que si les compositrices peinent à s’imposer, c’est qu’elle sont victimes d’un autre processus, celui des « silences de l’histoire » selon les termes de Michelle Perrot : s’il est maintenant accordé aux femmes l’aptitude à composer plutôt que de s’occuper à composer, leur talent et même leur rôle pionnier n’ont pas été vraiment retenus par l’histoire de la musique. Si l’on cite ainsi volontiers Germaine Tailleferre dans le Groupe des Six, très peu d’ouvrages font place véritablement à sa musique. Cette fabrique de l’oubli, qui construit maints discours, oriente même les travaux académiques et l’enseignement contemporain, a pour résultat d’effacer un continent de créatrices qui peine à émerger encore : si les compositrices ont existé et réussi, l’historiographie dominante n’en fait guère état.

            Enfin, cette journée aura pour but de se garder du regard naïf de l’exemplarité singulière : certes de nos jours des compositrices s’imposent et chacun peut citer un ou plusieurs cas de femmes artistes semblant avoir trouvé une place dans les institutions musicales ou auprès du public. La démarche contemporaine ne leur dénie plus l’incapacité ontologique à la création. Toutefois, un regard n’est pas une réalité : citons par exemple les chiffres donnés par la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD). Pour la saison 2015-2016 des principales institutions ou festivals, les œuvres des compositrices ne représentent que 1% des programmes, 4% dans les programmes d’orchestre (seulement 1% de compositrices contemporaines), 1% pour l’opéra…

            L’inégalité constatée autrefois, en empruntant d’autres voies, se maintient donc encore de nos jours : ce sont tous ces discours sur les femmes, aux contenus et aux formes changeantes, que nous nous proposons d’analyser et de déconstruire.

            La journée laisse place également à la musique, celle des compositrices : souhaitons pour l’avenir qu’il ne soit plus nécessaire de leur consacrer des journées spécifiques pour que leur musique soit (enfin) jouée et entendue.

 

Programme

 

Lundi 30 novembre 2015

10h-18h

Université de Reims : Campus Croix-Rouge, BM 9/7

 

9h30

Accueil

9h45

– Bertrand Porot (Université de Reims) : introduction

10h-11h00

– Jean-Marc Chouvel (Université de Reims) et Pascale Criton, compositrice

Débat

11h30-12h00

– Hyacinthe Ravet (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices, état des lieux au XXIe siècle

Débat

12h15-13h

– Concert du chœur du département musique : œuvres de compositrices, présentation et direction Hélène Le Roy (Université de Reims)

 

Déjeuner

 

14h30-15h

– Raphaëlle Legrand (Université Paris-Sorbonne) : Compositrices d’opéra à l’époque baroque : Italie, France, Allemagne

15h-15h30

– Florence Doé de Maindreville (Université de Reims) : Marie Jaëll compositrice

15h30-16h00

– Imyra Santana (Université Paris-Sorbonne) : Chiquinha Gonzaga et la création de l’identité musicale brésilienne

Débat

16h30

– Pause

16h30

– Concert : Femmes compositrices, femmes virtuoses, paroles de femmes au XVIIe siècle, par l’ensemble Faenza, avec : Olga Pitarch, chant, Marco Horvat, chant et théorbe. Musiques de Barbara Strozzi, Francesca Caccini, Giovanni Felice Sances

17h30

– Pot champenois