Tous les articles par Isabelle Poutrin

Séminaire du CERHiC, 23 janv. 2018 : Julien Théry

Julien Théry, Professeur d’histoire du Moyen Âge à l’Université Lumière de Lyon et membre du CIHAM (UMR 5648)  :

L’hérésie et l’essor des pouvoirs d’Etat au Moyen Âge (théocratie pontificale, royautés française et anglaise, Empire, v. 1130-v. 1330).  Renouvellements et débats historiographiques.

Lieu et heure : Bât. Recherche, R 112, 12h30 – 14h.

L’histoire des mouvements hérétiques apparus au Moyen Âge central dans l’Occident latin est bouleversée, depuis une vingtaine d’années, par la remise en cause radicale des méthodes et des présupposés qui ont présidé à son écriture depuis le XIXe siècle. Avec les analyses d’historiens français réunis autour de Monique Zerner à partir du milieu des années 1990, puis celles de Mark G. Pegg et Robert I. Moore, s’est affirmée une lecture « constructionniste », qui tire de la critique des sources l’idée générale selon laquelle les hérésies n’ont pas préexisté aux initiatives des élites qui les ont définies et réprimées. Les persécutions apparaissent désormais structurellement liées, d’une part, aux concurrences au sein des groupes dirigeants et, d’autre part, à la prise de contrôle des communautés par de nouveaux pouvoirs : elles s’avèrent indissociables du grand essor des institutions politiques centralisées aux XIIe et XIIIe siècles.

Des premiers bûchers, allumés sur ordre du roi Robert le Pieux en 1022 à Orléans, à la persécution des templiers lancée par Philippe le Bel en 1307, en passant par la première mise à mort d’un large groupe d’hérétiques, décidée par Henri II Plantagenêt à Oxford en 1166, les pouvoirs séculiers sont tout aussi impliqués que l’Eglise. Sans éluder les vives controverses qui ont accompagné le changement de perspective, on présentera ses enjeux non seulement historiographiques et épistémologiques, mais aussi politiques.

Julien Théry a publié  :

  • Livre des sentences de l’inquisiteur Bernard Gui, extraits traduits et présentés par J. Théry, 2e éd. revue et augmentée, CNRS éditions, janvier 2018.
  • avec Patrick Gilli) : Le gouvernement pontifical et l’Italie des villes au temps de la théocratie (fin XIIe-mi-XIVe siècle), Montpellier, Presses universitaires de la Méditerranée, 2010.

Il a récemment traduit le livre de R. I. Moore, Hérétiques. Résistances et répression dans l’Occident médiéval, Paris, Belin, 2017.

 

 

La preuve en justice à l’époque moderne

Séminaire de Master d’histoire moderne, 2017-2018

Isabelle Poutrin (isabelle.poutrin@univ-reims.fr)

Dates des séances : mardis 16 janvier, 30 janvier, 6 février, 13 février, 6 mars, 20 mars, 3 avril, de 10h. à 12h.

De l’ordalie aux tests ADN, les moyens d’établir des faits devant les tribunaux sont, historiquement, variés. En regard d’une recherche en cours sur le tribunal de la Rote romaine (fin XVIe-milieu XVIIe siècle), ce séminaire vise à explorer tant la théorie des preuves légales en vigueur dans les pays de droit romain à l’époque moderne (Italie, Espagne, France), que les multiples modes d’administration de la preuve en justice. Ainsi, on s’intéressera non seulement au poids de l’aveu et à la fonction de la torture, mais aussi à l’essor de l’expertise scientifique et à l’invention de la médecine légale, ou encore à la question de la réputation et de l’honneur, ainsi qu’aux procès de canonisation et à la délicate question de la preuve du miracle. Des questions telles que l’authenticité du document écrit, la recherche et l’évaluation des indices, ou encore la fonction probatoire des images intéressent également le métier de l’historien. L’exploration de la preuve nous ouvrira ainsi des portes vers de multiples domaines. Plus généralement, on mettra à l’épreuve l’idée que l’évolution des moyens de probation judiciaire marquerait un progrès vers la rationalité qui caractériserait la modernité.

Des lectures préparatoires seront demandées pour chaque séance.