Tous les articles par mhmorell

Journée d’études – Les oppositions aux réformes éducatives de mai 68, 18 mai 2017

JOURNEE D’ETUDES

Jeudi 18 mai 2017

 

Dans le sens inverse de l’histoire? Les oppositions aux réformes éducatives issues de Mai 68

Salle du Conseil de l’UFR des Lettres et Sciences Humaines de Reims

Bâtiment 17, Campus Croix-Rouge

Journée d’études organisée par Philippe Buton et Yves Verneuil

9h15 : Accueil

9h30 : Introduction (Yves VERNEUIL)

Présidence : Jean-Noël LUC, professeur d’histoire contemporaine, Université Paris-Sorbonne

9h45-10h05 : Mai 1968 en perspectives : ruptures et continuités dans les structures éducatives (Jean-François CONDETTE, professeur en histoire contemporaine (Comue-Lille-Nord-de-France-ESPE),

10h05-10h25 : Universitaires et syndicats face à l’héritage de Mai 1968 : des positionnements ambigus (Arnaud DESVIGNES, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

10h25-10h45 : Les réactionnaires de Nanterre aux lendemains de 1968 (Charles MERCIER, maître de conférences en histoire contemporaine, Université de Bordeaux, ESPE)

10h45-11h15 : discussion

11h30-11h50 : Les gauchistes et la participation dans les universités (Philippe BUTON, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Reims Champagne-Ardenne)

11h50-12h10 : Les Comités de Défense de la République (CDR) et leurs critiques de la « subversion marxiste » dans l’enseignement durant les années 68 (François AUDIGIER, professeur d’histoire contemporaine à l’université de Lorraine)

12h10-12h30 : discussion

12h30-13h30 : Repas

Présidence : Jean EL GAMMAL, professeur d’histoire contemporaine, Université de Lorraine

13h30-13h50 : Les parlementaires et « la chienlit » dans l’Education nationale 1969-1974 (Bernard LACHAISE, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Bordeaux)

13h50-14h10 : Déchaînement idéologique ou malaise enseignant ? Doutes et polémiques sur l’évolution de l’école dans la presse de l’après-68 (Yann FORESTIER, docteur en histoire, université Paris-Sorbonne)

14h10-14h30 : Des gardiens de l’ordre établi dans l’enseignement secondaire ? Le SNALC, la CNGA et la Société des agrégés face aux conséquences de Mai 1968 (Yves VERNEUIL, maître de conférences HDR en histoire contemporaine à l’université de Reims Champagne-Ardenne, ESPE)

14h30-15h00 : discussion

15h15-15h45 : Mai 68 et la « décadence de l’enseignement » : la pensée pédagogique anti-68

Discussion avec Antoine PROST (professeur émérite à l’université Paris 1), avec Yves Verneuil et Philippe Buton

15h45-16h00 : Conclusion (Philippe BUTON)

Pour télécharger le programme de la journée d’études :

programme JE 18 mai_3_A3

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 11 MAI – ROMAIN BERTRAND

 

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 11 MAI 2017

« Le Gouverneur, l’Enfant et les Sorcières.

Magie et pouvoirs à Manille, fin XVIe siècle »

 

affiche Cafés mai

Le prochain Café Histoire se tiendra le JEUDI 11 MAI 2017

au Saint-Maurice

(35, rue Saint-Maurice à Reims), de 18 h 00 à 20 h 00

Nous aurons le plaisir d’écouter

Romain BERTRAND

(Directeur de recherche – Fondation nationale des Sciences Politiques)

Manille, 1577: un enfant comparaît devant le gouverneur Francisco de Sande dans le cadre d’un procès d’Inquisition. De quoi le jeune Diego de Avila s’est-il rendu coupable pour inquiéter à ce point le représentant du roi d’Espagne ? Ensorcelé peut-être par des servantes indigènes, l’enfant a rêvé qu’aux Enfers un siège était réservé au gouverneur… Colportée par les soldats et les colons, la rumeur circule à Manille depuis les arrière-cours jusqu’au coeur du gouvernement municipal. Francisco de Sande ne peut le supporter… 

flyer café mai.png

Prochain café histoire, « Les Champenois à Versailles », 6 avril

affiche Cafés avril

PROCHAIN CAFE HISTOIRE, JEUDI 6 AVRIL 2017

« LES CHAMPENOIS A VERSAILLES »

Le prochain Café Histoire se tiendra jeudi 6 avril au Saint-Maurice (35, rue Saint-Maurice à Reims), de 18 à 20 h 00.

Nous aurons le plaisir d’écouter Hendrik Ziegler

(Professeur d’Histoire de l’Art à l’Université de Reims)

Les Champenois à Versailles

Sous l’Ancien Régime, la Champagne était structurellement liée au siège du pouvoir, Versailles. Plusieurs personnalités champenoises de premier plan eurent une carrière artistique à la cour. Ces personnalités ont-elles créé et maintenu des réseaux, attirant à leur tour des protégés ou des clients champenois à la cour ? Dans quelle mesure l’appartenance à la Champagne a pu influencer la carrière de certains artistes, hommes de lettres ou hommes de pouvoir ? À l’inverse, quelles relations ces Champenois de Versailles entretiennent-ils avec leur région d’origine ?

L’approche biographique retenue ici permet de mieux apprécier l’importance du clientélisme champenois à la cour de Versailles et la contribution de ces réseaux à la constitution d’une identité culturelle et politique champenoise.

Voir l’affiche

flyer-café-avril.pdf