Le luxe aristocratique

Séance du séminaire de l’équipe du 24 mars 2016

Salle R 112, Bâtiment 13 recherche, Campus Croix-Rouge

12h15-14h15

Bertrand Goujon (URCA)/Marjorie Meiss-Even (Lille 3)

bal du duc de Joyeuse

Éminemment distinctives en termes socioculturels, les pratiques somptuaires mises en œuvre par les élites mobilisent les diverses formes de capital telles qu’elles sont définies par Pierre Bourdieu et sont partie prenante de l’affirmation de leur (prétention à la) domination. Dans le cas de l’aristocratie ancienne et titrée, les modes de consommation participent plus particulièrement de logiques de prestige à dimension dynastique ; ils s’inscrivent non seulement dans une économie de la dépense durablement irréductible (sinon contraire) à la rationalité budgétaire, mais aussi dans une perspective de transmission et de reproduction qui s’exerce au profit du lignage. L’étude diachronique de deux cas de grandes familles de la haute noblesse à trois siècles d’intervalle (les Guise au XVIe siècle, les Arenberg au XIXe siècle) permet, d’une part, d’engager une approche comparée et transnationale du rapport aristocratique au luxe et, d’autre part, d’interroger la persistance de modèles et de normes spécifiques à ce milieu social sur la longue durée.

Hedwige de Ligne, duchesse d'Arenberg, à Nordkirchen - cliché Rothe,_1906


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *