Présentation du CERHiC

Fondé en 1978, le Centre d’Etudes et de Recherche en Histoire Culturelle (CERHiC-EA 2616) est dirigé par Isabelle Heullant-Donat et Diane Roussel. Il rassemble vingt-trois membres titulaires, sept membres associés et une quinzaine de doctorants. Le laboratoire associe des historiens de toutes les périodes, des historiens de l’art, des musicologues et des civilisationnistes. Il compte dans ses rangs deux membres junior de l’Institut Universitaire de France, Sylvie Joye et Elsa Marmursztejn.

Le CERHiC s’inscrit dans la politique scientifique globale de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, en participant aux axes « Dynamisation des Territoires et Valorisation du Patrimoine », « Textes, représentations, normes et identité » et « Vignes et vin de Champagne ». Ses programmes scientifiques sont menés en collaboration avec des institutions et des équipes de recherche françaises et étrangères : l’Ecole française de Rome, l’Institut National d’Histoire de l’Art (INHA), l’Institut d’Histoire du Temps Présent (IHTP), l’Institut d’Etudes Politiques (IEP), la Chaire UNESCO, le Laboratoire de Médiévistique Occidental de Paris (LAMOP UMR-8589, Paris 1 Panthéon-Sorbonne), l’Anthropologie et Histoire des Mondes Anciens (ANHIMA UMR-8210), le Centre d’Etudes Interdisciplinaires des Faits Religieux (CEIFR UMR-8216, EHESS-CNRS), le Centre de Recherches Interdisciplinaires sur l’Allemagne (CRIA UMR-8131, EHESS-CNRS), le Centre de Recherche du Château de Versailles (CRCV), etc.

L’identité scientifique du centre dans le cadre du quinquennal en cours (2012-2016) est la « Production et la productivité sociale de la norme ». Elle s’articule autour de trois axes de recherche principaux, l’axe de « La fabrique de la norme » porté par Véronique Beaulande-Barraud et Elsa Marmursztejn, l’axe « Délimiter et nommer les territoires » porté par Patrick Demouy et l’axe « Normes et pratiques religieuses » porté par Isabelle Heullant-Donat. Cette étude de la production des normes s’oriente à la fois vers des institutions et des instances, mais aussi des pratiques productrices de normes et de valeurs. En effet, la norme n’est pas seulement produite par des institutions formelles ou des autorités clairement identifiées, elle est également sécrétée par la répétition de pratiques, dont l’efficacité peut être supérieure aux lois et aux règles proclamées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les Cahiers du centre d'études et de recherche en histoire culturelle